La France (suite)

 

L'âge classique : du XVII au XVIIIe siècle

 

Aux XVIe siècle et XVIIe siècle, la théorie de la monarchie absolue prend de l'ampleur. Elle a comme principal relais dans les provinces les officiers de justice qui cherchent à réduire les droits de justice seigneuriale. La justice est en effet un puissant moyen d'unification du pays. Tous les cas peuvent aller en appel auprès du conseil du roi par le moyen des évocations. La coutume de Paris a tendance à s'imposer comme droit commun coutumier.

 

Louis XIII

Louis XIII (1601-1643) a neuf ans quand son père Henri IV est assassiné en 1610. Sa mère Marie de Médicis assure la régence avec ses favoris et néglige l'éducation du jeune roi. Louis XIII l'écarte du pouvoir en 1617 en faisant assassiner son favori Concini. À partir de 1624, il règne en étroite collaboration avec son principal ministre, le cardinal de Richelieu qu'il soutient contre les intrigues des nobles, furieux d'être écartés du pouvoir. Il mène une politique de domestication des grands seigneurs du royaume (affaire du comte de Chalais en 1626), de durcissement envers les protestants à qui il parvient à retirer les places-fortes que l'édit de Nantes leur octroyait. Il installe des intendants de justice, police et finance dans les provinces. Contrairement aux officiers ceux-ci sont des commissaires révocables. Ils sont indispensables dans les régions frontières ou occupées par les Français. Ils y assurent l'ordre en luttant contre les pillages des soldats français et en s'assurant de la fidélité des sujets, particulièrement des nobles et des villes.

Le roi accentue la centralisation en favorisant l'atelier de frappe monétaire de Paris aux dépens de ceux de provinces.

Dès 1635, Louis XIII et le cardinal de Richelieu s'engagent dans la guerre de Trente Ans auprès des princes allemands protestants pour réduire la puissance de la dynastie des Habsbourg, d'Espagne, la première puissance européenne à cette époque et de ceux d'Autriche qui sont à la tête du Saint-Empire romain germanique. Pour affaiblir les Habsbourg, les Français occupent des places fortes et s'assurent des passages qui les relient à leurs alliés, en Alsace, en Lorraine et dans le Piémont. L'augmentation considérable de la pression fiscale, nécessitée par la guerre, provoque de nombreux soulèvements populaires : en 1636-1637 celui des croquants de Saintonge-Périgord, en 1639 celui des va-nu-pieds de Normandie, sévèrement réprimés.40

 

Un roi guerrier qui affermit son royaume

Louis XIII est un roi-soldat comme son père. Depuis toujours, il est passionné par les chevaux et par les armes. Excellent cavalier, il se trouve fréquemment sur les champs de bataille, où il montre un grand courage. En temps de paix, la chasse est son passe-temps favori.

Il autorise pour la France, la traite négrière en 1642. Tous les ports français y participeront, en premier lieu ceux de Nantes et de Bordeaux.

Il affirme nettement l'unité du Royaume, contre les protestants, les grands et l'Espagne, en général par l'usage de la force. Le Béarn et la Navarre sont rattachés à la couronne tandis que les protestants cessent de former un « État dans l'État ». Perpignan, le Roussillon, et la Catalogne en révolte contre l'Espagne sont annexés à la France, de même que l'ensemble de la Savoie et du Piémont, ainsi que la ville de Casale Monferrat. Au nord, une grande partie du Hainaut est conquise avec la prise d'Arras. À l'est, la Lorraine est intégralement occupée par les troupes françaises. Enfin, le roi subventionne les expéditions de Champlain au Canada et favorise le développement de la Nouvelle-France. Louis XIII laisse faire Richelieu qui cherche à doter la monarchie française d'une marine de guerre. Cette jeune marine, qui compte une soixantaine de vaisseaux et un peu plus de vingt galères en 1642, intervient efficacement contre la flotte espagnole en Méditerranée et sur les côtes atlantiques.

Après six semaines de terribles coliques et vomissements, Louis XIII meurt le 14 mai 1643, à 41 ans, des conséquences d'un mal aujourd'hui identifié comme la maladie de Crohn.41

 

 

Louis XIII est mort le 14 mai 1643 et son père, Henry IV, est mort le 14 mai 1610, soit exactement 33 ans plus tôt.

 

33 = CC

 

CC se prononce CESSEZ.

 

Ce message suit le précédent, RÉVEILLE-TOI et CESSE de suivre la BÊTE le jour de l'élection présidentielle, car lorsque les rois ont le pouvoir en main, ils traitent les êtres humains comme des animaux.

 

Louis XIII est le roi qui a autorisé la traite négrière, c'est-à-dire le commerce des Noirs d’Afrique, suivie de leur déportation vers des destinations où ces hommes, femmes et enfants ont été réduits en esclavage. La traite négrière fit des dizaines de millions de victimes en trois siècles. Tous les ports français y ont participé, en premier lieu Bordeaux et Nantes.

 

BORDEAUX se situe dans le département numéro 33.

 

Dans NANTES, il y a toutes les lettres du mot SATAN.

 

33 = CC

 

Le message est le suivant : CESSEZ de suivre SATAN.

 

NANTES était le principal port négrier de France.

 

SATAN est généralement représenté avec des CORNES sur la tête.

 

Louis XIII est mort parce qu'il était atteint de la maladie de CROHN.

 

CROHN = CORNH = CORNES

 

Dieu associe Louis XIII à SATAN puisque ce roi traitait les Africains comme des animaux, à l'instar du capitalisme qui traite des milliards d'êtres humains comme du bétail en plaçant le profit avant la vie humaine, par conséquent, 6 millions d'enfants sont tués chaque année pour engraisser les capitalistes de profits.

 

Le signe du diable est le suivant :

 

 

Ce geste symbolise les cornes du diable, et pour le faire, il faut dresser l'index et l'auriculaire, c'est-à-dire le 2e et le 5e doigt de la main (2-5).

 

Le chiffre 25 est symbolique car le chef-lieu du département 25 est BESANCON donc Dieu nous fait comprendre que nous pourrons vaincre le diable en votant pour le parti politique d'Olivier BESANCENOT.

 

Le diable – la cupité – est actuellement au pouvoir à travers le 25e président de l'histoire de la République : Emmanuel MACRON.

 

Pour éliminer le diable, Dieu nous demande ainsi de construire les fondations d'un monde égalitaire, à l'instar d'un MAÇON qui construit les fondations d'une maison.

 

Actuellement, voter pour un parti capitaliste, c'est voter pour Louis XIII, en faveur d'une idéologie qui tue des millions de pauvres en les considérant comme du bétail.

 

LOUIS XIII = LOUIS 13

 

13 = M = AIME

 

Le message est le suivant : « AIME » ton prochain en votant pour le partage équitable des richeses de la Terre, car si tu votes pour l'extermination de ton prochain, tu iras tout droit en ENFER.

 

 

Richelieu

La fonction exercée par Richelieu auprès de Louis XIII est souvent désignée par l'expression de « premier ministre », bien que le titre ne soit utilisé à l'époque que de façon officieuse pour désigner le ministre principal du roi dont l'action englobe aussi bien des dimensions politiques, diplomatiques et coloniales que culturelles et religieuses.

Réputé pour son habileté voire pour son caractère jugé retors, souvent critiqué pour sa fermeté intransigeante, il rénove la vision de la raison d'État et en fait la clé de voûte de ses méthodes de gouvernement et de sa conception de la diplomatie et de la politique. En lutte à l'extérieur contre les Habsbourg, et à l'intérieur contre la noblesse et les protestants, il réprime sévèrement tant les duels meurtriers que les révoltes antifiscales paysannes.

Richelieu est considéré comme l'un des fondateurs majeurs de l'État moderne en France. Son action est un dur combat pour un renforcement du pouvoir royal.

Par son action, la monarchie s'affirme sous une nouvelle forme qui sera plus tard désignée par le terme d'absolutisme, et ce de manière triomphante sous le gouvernement personnel de Louis XIV (1661-1715), puis de manière plus apaisée sous celui du cardinal de Fleury (1726-1743).

Par ailleurs, Richelieu donna une grande extension aux établissements coloniaux, il fait occuper la Nouvelle-France, les Petites-Antilles, Saint-Domingue, la Guyane, le Sénégal, etc..

À son décès, il possède 22 millions de livres (une des fortunes les plus importantes de l'époque et, dit-on, la plus importante de tous les temps en France, après celle de Mazarin qui légua une fortune de 35 millions de livres) qui provient des largesses du roi, de ses nombreuses fonctions au gouvernement mais aussi des revenus et prébendes issus des quinze abbayes qu'il dirige (abbaye de Cluny, de Fontevraud). Il établit sa famille comme l'une des grandes maisons nobiliaires.

La tradition populaire — influencée par le portrait qu'en a tracé Alexandre Dumas — retient l'image d'un personnage froid et machiavélique, presque maléfique, qui mérite — au regard de l'histoire réelle — d'être éventuellement nuancé. On lui reproche de s'être montré implacable et d'avoir quelquefois exercé des vengeances personnelles sous le prétexte des intérêts de l'État. La couleur rouge de sa cape ou la couleur pourpre de sa soutane cardinalice s'accordent — disent ses adversaires — à son caractère sanguinaire. Comme en témoigne le vers par lequel se termine Marion de Lorme : « Regardez tous ! Voilà l’homme rouge qui passe ».42

 

Louis XIV

Louis XIV a quatre ans et demi quand son père meurt en 1643. Sa mère Anne d'Autriche assure la régence avec le cardinal Mazarin. Jusqu'en 1661, date de sa mort, c'est ce dernier qui gouverne effectivement, même après la majorité de Louis XIV. Il poursuit l'effort de guerre entamé par Richelieu. Les troupes françaises remportent des victoires décisives qui permettent de mettre fin à la guerre de Trente Ans (1618-1648). Le traité de Münster d'octobre 1648 accorde à la France presque toute l'Alsace, confirme la possession des trois évêchés et donne trois forteresses à la France sur la rive droite du Rhin, Landau, Philippsbourg et Brisach. Mazarin poursuit ainsi la politique de passage vers le Saint-Empire romain germanique entreprise par le cardinal de Richelieu. Le conflit se poursuit cependant avec l'Espagne jusqu'en 1659. Avec la paix de Pyrénées, le domaine royal s'agrandit du Roussillon, de l'Artois et de certaines places du Hainaut comme Thionville et Montmédy. Louis XIV épouse l'infante d'Espagne, Marie-Thérèse d'Autriche. Pour la première fois, dans un traité signé par la France, la frontière entre la France et l'Espagne est définie par la nature : « les crêtes des montagnes qui forment les versants des eaux ».

 

La prise de pouvoir

À la mort de Mazarin, en 1661, Louis XIV déclare qu’il gouvernera désormais seul, c’est-à-dire sans premier ministre. Il réclame de ses secrétaires d'État une stricte obéissance et leur interdit de décider sans lui. Pour être sûr d'être obéi de ses ministres, il les choisit parmi la bourgeoisie comme Colbert ou Le Tellier.

Le règne de Louis XIV marque une centralisation extrême du pouvoir royal. Les grandes décisions sont prises par le conseil d'en haut qui se réunit deux ou trois fois par semaine et où ne siègent que 3 à 5 ministres. Les intendants sont plus que jamais la voix du roi dans les provinces. Dès le début de son règne personnel (1661-1715), Louis XIV amorce le redressement de l'autorité royale. Les gouverneurs des provinces, issus de la haute noblesse n'ont plus d'armée à leur disposition et doivent résider à la cour, ce qui rend plus difficile le clientélisme.

En 1665, Louis XIV interdit aux parlements de délibérer sur les édits et leur ordonne de les enregistrer sans vote. Les états provinciaux de Normandie, Périgord, Auvergne, Rouergue, Guyenne et Dauphiné disparaissent. Avec Colbert, il entreprend de réformer la justice et fait rédiger toute une série d’ordonnances ou codes applicables dans tout le royaume. N'étant pas sûr de la fidélité des officiers propriétaires de charges héréditaires, il confie leurs fonctions à des commissaires révocables. Ce procédé finit par contraindre les officiers à l'obéissance. La noblesse perd tout pouvoir politique. Elle est domestiquée à Versailles où son plus grand souci est de se faire remarquer du roi. Pour cela, elle doit faire des dépenses excessives et en est réduite à quémander des pensions au roi pour assurer son train de vie fastueux.

Le prestige culturel s'affirme a Versailles grâce au mécénat royal en faveur d'artistes tels que Molière, Racine, Boileau, Lully, Le Brun et Le Nôtre, ce qui favorise l'apogée du classicisme français, qualifié, dès son vivant, de « Grand Siècle », voire de « Siècle de Louis XIV ».

Louis XIV pense que la guerre est la vocation naturelle d'un roi. Mais au début de son règne, l'armée est encore une entreprise privée monopolisée par la noblesse. Sous l'égide de Le Tellier puis de son fils Louvois, les officiers sont contrôlés par des administrateurs civils qui appliquent des réglementations strictes, les dépouillant d'une grande partie de leur pouvoir. Les efforts faits pour moderniser et discipliner l'armée permettent à Louis XIV de remporter d'éclatantes victoires dans la première partie de son règne personnel.43

 

La politique étrangère

Louis XIV tend à affirmer la puissance de son Royaume. Il utilise les armes traditionnelles de la diplomatie (ambassade, traités, alliances, unions dynastiques, soutien aux opposants de ses ennemis). Mais c'est surtout par l'armée qu'il s'impose. Jeune roi, il poursuit d'abord la stratégie de ses prédécesseurs depuis François Ier pour dégager la France de l'encerclement hégémonique des Habsbourg en Europe par une guerre continuelle contre l'Espagne, en particulier sur le front des Flandres. Le « grand Roi » en profite pour rendre son « pré carré » par des guerres de conquêtes sur ses voisins, négligeant toutefois un peu l'expansion coloniale.44

La guerre de Dévolution (1667-1668) lui permet de conquérir de nouvelles places fortes au nord de la France parmi lesquelles Dunkerque, Lille et Douai. Le traité de Nimègue de 1678 met fin à la guerre de Hollande. Louis XIV n'a pu réduire les Pays-Bas mais acquiert la Franche-Comté au détriment de l'Espagne. Des échanges de places fortes permettent de régulariser la frontière au nord.

En 1680-1681, Louis XIV, fort de sa domination sans partage sur l'Europe procède à la politique des « réunions ». Le but est de relier le chapelet de places fortes élaborées par Vauban. En pleine paix il annexe entre autres Nancy et Strasbourg. Cette violation du droit international indigne les États d'Europe. Louis XIV s'aliène les États protestants en révoquant l'édit de Nantes en 1685.

Ses rapports avec l'Angleterre se tendent. En effet la France commence à peupler la Nouvelle-France entre 1635 et 1654 la Guadeloupe est conquise par Léonard de l’Olive et Duplessis d’Ossonville, en 1682 Cavelier de la Salle découvre ce qu’il appelle la Louisiane, les Français fondent des comptoirs commerciaux en Inde, ce qui concurrence les projets britanniques. Les 25 septembre 1688 Louis XIV lance un ultimatum exigeant que la trêve qui lui accordait l'occupation des « réunions » pour 20 ans soit transformée en traité définitif. Il fait occuper et dévaster le Palatinat dont il revendique la succession. Ceci entraîne la guerre de la Ligue d'Augsbourg dirigée par Guillaume d'Orange, Stathouder de Hollande, devenu roi d'Angleterre avec sa femme Marie II. La guerre est indécise et coûte très cher alors que la France connaît une période de disette en 1693. Louis XIV accepte de négocier, il rend les « réunions » mais conserve Strasbourg par le traité de paix de Ryswick de 1697.

La guerre de Succession d'Espagne, menée par une coalition européenne pour empêcher le comte d'anjou second fils du dauphin de devenir roi d'Espagne commence en 1701. La France après quelques victoires connaît de nombreux revers. La paix est signée à Utrecht en 1714 et confirme l'accession d'une branche des Bourbon sur le trône d'Espagne.45

 

Politique économique et réglementation

La politique économique de Louis XIV est marquée par les fortes dépenses militaires : les ministres (Colbert, surtout) cherchent à augmenter les revenus des caisses de l'État par une pression fiscale, et par un effort manufacturier et commercial qui vise à créer un excédant commercial.

Après Mazarin, Colbert multiplie les initiatives économiques. Il invente sa propre version du mercantilisme qu'on appelle ensuite le colbertisme : augmenter les exportations et réduire les importations par le soutien du gouvernement royal à la production et aux structures d'échanges. Il crée les manufactures qui peuvent être d'État (tapisseries de Beauvais, des Gobelins) ou privées (Saint-Gobain). Pour faire rentrer des devises, Colbert favorise l'exportation par des aides d'État et limite les importations en instaurant un protectionnisme fort. Il incite les meilleurs artisans d'Europe à venir travailler en France pour disposer des produits de la meilleure qualité possible et donc plus faciles à vendre.

Il favorise le développement des colonies et la création des compagnies commerciales : Compagnie des Indes Orientales (océan Indien), Compagnie des Indes Occidentales (Amériques), Compagnie du Levant (Méditerranée et Empire ottoman) et Compagnie du Sénégal (Afrique) pour promouvoir le commerce triangulaire des esclaves.

Malgré tout, les colonies sont plus une priorité pour Colbert que pour le roi. On a besoin de chair à canon pour mener les guerres en Europe et on n'envoie que très peu de gens aux colonies : les engagées et les jeunes orphelines surnommées « les filles du roi » au Canada (Nouvelle-France). Colbert entrevoit, lui, les ressources potentielles dans le développement des colonies mais dans sa correspondance avec les intendants de la Nouvelle-France, il est strict : les colonies servent au royaume et ne doivent pas se développer au détriment de l'industrie française.

 

Le code noir

Dans le contexte de la codification absolutiste du Royaume, de la religion et de l'économie, Louis XIV, en mars 1685, promulgue le « Code noir » considéré par certains auteurs comme « le texte juridique le plus monstrueux qu'aient produit les Temps modernes ». Ce texte, qui expulse les Juifs des Antilles, définit les règles de métissage et régularise le plein usage des esclaves dans les colonies auquel il donne un cadre juridique. Ses détracteurs y dénoncent une institutionnalisation de l'esclavage et de ses sévices (amputations par exemple en cas de fuite…) ; il pose toutefois certaines limites à l'arbitraire des propriétaires (une obligation de soins et de nourriture suffisante) et il est reconnu aux esclaves un droit limité à certaines formes de droits religieux, juridiques, de propriété et de retraite. Mais même ces rares dispositions furent mal appliquées, du fait de la pression des colons sur la justice.

 

Mesures contre les bohémiens

Dès 1666, par souci d'éviter le vagabondage transfrontalier et par défiance pour leur utilisation par certains nobles, notamment, Louis XIV décrète que tous les Bohémiens (aujourd'hui Roms) de sexe masculin doivent être arrêtés et envoyés aux galères sans procès. Par la suite, lors de l'ordonnance du 11 juillet 1682, il confirme et ordonne que tous les Bohémiens mâles soient dans toutes les provinces du Royaume où ils vivent, condamnés aux galères à perpétuité, leurs femmes rasées et leurs enfants enfermés dans des hospices. Une peine était en outre portée contre les nobles qui donnaient dans leurs châteaux un asile aux Bohémiens ; leurs fiefs étaient frappés de confiscation.

 

Une politique de contrôle religieux

Louis XIV, qui tire son pouvoir du droit divin, défend le catholicisme, surtout une fois passé son goût des plaisirs de sa jeunesse. Toutefois, dans le domaine religieux comme dans les autres il vise à contrôler l'ensemble de ses sujets au profit de sa politique de grandeur à l'extérieur. C'est pourquoi il est partisan du gallicanisme : il veut une France catholique unifiée sous ses ordres mais indépendante du pape si celui-ci soutient ses ennemis Habsbourg. Il réduit ainsi successivement à l'obéissance et à la soumission les courants dissidents : le parti dévot, les jansénistes, les libertins les protestants ou les quiétistes, avant de se rapprocher du pape, à la fin de son règne, afin de s'assurer de son soutien pour la succession d'Espagne.

 

Le soleil comme emblème

Louis XIV choisit pour emblème le soleil. C'est l'astre qui donne vie à toute chose mais c'est aussi le symbole de l'ordre et de la régularité. Il régna en soleil sur la cour, les courtisans et la France. En effet, les courtisans assistaient à la journée du roi comme à la course journalière du soleil. Il apparaît même déguisé en soleil lors d'une fête donnée à la cour.

Le Roi-Soleil domestiqua définitivement tous ceux qui lui contestaient le pouvoir en faisant de sa vie de monarque un théâtre perpétuel où tout, de son coucher à son lever, de ses repas à ses frasques amoureuses, de ses vêtements à ses animaux de compagnie, de ses divertissements à ses plaisirs intimes, était suivi par des courtisans anxieux.

 

Fin de règne

Sa difficile fin de règne est marquée par l'exode des protestants persécutés, par des revers militaires, par les deux famines de 1693 et de 1709 qui font près de deux millions de morts, par la révolte des Camisards et par de nombreux décès dans la famille royale.

À la mort de Louis XIV, conséquence des guerres incessantes et des grands travaux, la France connaît une « crise financière sans précédent ». Les embarras financiers de l'État deviennent « l'élément le plus fâcheux de la situation du royaume » en 1715, compliquant la tâche du régent, Philippe d'Orléans (1674-1723), l'adulte de la famille royale le plus proche du roi, qui est aussi confronté à de grosses difficultés dans le domaine religieux. La dette s'élève à 3,5 milliards de livres, soit dix années de recettes fiscales.46

Son successeur Louis XV, un de ses arrière-petits-fils, n'a que cinq ans à la mort du roi, et pourtant, même après la régence, l'absolutisme perdure, marquant la solidité du régime construit par Louis XIV.

 

Louis XIV, monarque absolu

Habité par l'idée de sa gloire et de son droit divin, soucieux d'accomplir en permanence son « métier de roi », Louis XIV est devenu l'archétype du monarque absolu.

Richelieu est l'un des grands penseurs de l'absolutisme. Sa pensée est essentiellement fondée sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Et comme la personne du roi se confond avec l'État, celui-ci, d'une part, ne doit supporter aucune opposition et, d'autre part, ne doit partager son pouvoir avec personne. Le seul motif à l'action du roi est la raison d'État ; l'intérêt de l'État prime sur tous les autres. « La puissance étant une des choses la plus nécessaire à la grandeur des Rois et au bonheur de leur gouvernement, ceux qui ont la principale conduite d'un État sont obligés particulièrement de ne rien omettre qui puisse contribuer à rendre leur Maître si autorisé, qu'il soit, par ce moyen, considéré de tout le monde… ». Le seul devoir du roi est de suivre ce qui est raison pour l'État. Richelieu comprend bien que de tels principes ouvrent la voie à des abus. Mais c'est un moindre mal car les abus d'un pouvoir fort ne font souffrir que des particuliers, alors que c'est l'ensemble d'une société que met en danger un pouvoir faible. Cependant, l'idée de raison d'État n'a pas été inventée par Richelieu, mais semble avoir été mise au jour par un juriste italien, Botero, dans son œuvre Della ragione di Stato publiée en 1589 et traduite en français dès 1599.47

 

 

Louis XIV est né en 1638 à Saint-GERMAIN-en-Laye.

 

GERMAIN = MAIN

 

MAIN = 13X1X9X14 = 1638

 

Louis XIV est le roi le plus symbolique de la monarchie absolue, donc Dieu associe Louis XIV avec la MAIN car il nous fait comprendre que le pouvoir du ROI Argent est aujourd'hui absolu étant donné que nous lui donnons les pleins pouvoirs à chaque élection présidentielle avec notre MAIN qui dépose le bulletin de vote dans l'urne.

 

LOUIS XIV = LOUIS 14

 

14 = N

 

N = HAINE

 

Dieu nous révèle que la HAINE règne sur Terre parce que le pouvoir du ROI Argent est absolu, donc 1 % de la population mondiale accapare actuellement plus de 75 000 milliards de dollars alors que des millions de personnes meurent de pauvreté chaque année. Ce massacre de vies humaines est provoqué par la MAIN de l'homme le jour des élections.

 

MAIN = 16 38

 

1638 = 38

 

Le département 38 est celui de l'ISÈRE.

 

Dieu nous donne le message suivant : « M ton prochain en renversant le pouvoir du Roi Argent, le capitalisme, pour éradiquer la MISÈRE en redistribuant équitablement les richesses de la Terre entre chaque être humain. »

 

MAIN = 16 38

 

16 = P

 

La prononciation de la lettre « P » symbolise la PAIX.

 

Dieu nous demande ainsi de nous servir de notre MAIN pour voter afin de partager les richesses ou alors nous n'aurons jamais la PAIX dans le monde tant que le Roi Argent régnera sur la Terre.

 

Actuellement, des milliers d'hommes, femmes et enfants, fuient la MISÈRE, les bombardements ou des dictatures sanguinaires. Partis de Syrie, d’Érythrée ou d’ailleurs en Afrique, ils errent d’un camp à l’autre quand ils ne sont pas capturés et torturés par d’infâmes crapules.

Une fraction d’entre eux risquent leur vie pour atteindre l’Europe et tout ce que les dirigeants européens trouvent à leur dire, c’est « restez dans l’enfer où vous êtes » ! Pour un être humain normalement constitué, c’est une monstruosité.

Les dirigeants de ce monde de plus en plus inhumain veulent nous convaincre que ce n’est pas de leur responsabilité et que cela ne nous concerne pas. Et, puisque l’on ne peut pas « accueillir toute la MISÈRE du monde », il n’y aurait rien à faire.

Mais le monde et l’Europe n’ont jamais été aussi riches. Depuis plus d’un siècle, les moyens de production peuvent répondre aux besoins de toute l’humanité. « La MISÈRE du monde » ne s’explique que parce la minorité capitaliste s’arroge le contrôle des richesses et prospère sur l’exploitation.

Les négriers du 21ème siècle que sont les passeurs se comportent en charognard de la MISÈRE, mais ils ne la créent pas. C’est la bourgeoisie et ses valets qui la fabriquent, ceux-là même qui nous expliquent que l’on ne peut rien y faire !

En pillant les pays les plus pauvres, en les endettant et en s’appuyant pour ce faire sur les régimes les plus abjects, les puissances capitalistes transforment la vie des populations en enfer.48

Par conséquent, nous ne vivrons jamais en PAIX tant que nous laisserons le ROI Argent diriger le monde, et le ROI Argent c'est le capitalisme.

 

Louis XIV est né à Saint-Germain-en-LAYE.

 

LAYE = 12X1X25X5 = 1500

 

Charles QUINT est né en 1500.

 

QUINT = QT UNI

 

QT = 2017

 

En 2017, Dieu nous demandait d'être tous UNIS afin de renverser le ROI ARGENT avec notre MAIN qui tient le bulletin de vote.

 

 

Image result for logo paris saint germain

 

 

 

 

 

 

Le club de football du Paris Saint-Germain est issu de la fusion en 1970 du Stade Saint-Germain fondé en 1904 à Saint-Germain-en-Laye et du Paris Football Club49. Le Paris Saint-Germain est aujourd'hui dirigé par des ROIS puisqu'il a été racheté en 2011 par le fond souverain qatari Qatar Investment Authority (QIA) qui a pourvu le club de moyens financiers démesurés. Le PSG a ainsi acheté en 2011 le joueur de football Javier PASTORE pour 42 millions d'euros, ce qui constituait alors un record dans le championnat de France.

 

Related image

 

Le mot « PASTOR » signifie BERGER en espagnol.

 

Javier PASTORE est ARGENTIN donc Dieu nous fait comprendre que c'est l'ARGENT qui guide l'humanité car Javier PASTORE n'a pas signé au Paris Saint-Germain pour l'amour du club mais pour l'amour de l'ARGENT.

 

Le Paris Saint-Germain a acheté Javier Pastore pour 42 millions d'euros.

 

Le département 42 est celui de la LOIRE.

 

LOIRE = LE ROI

 

Dieu nous dit clairement que LE ROI ARGENT dirige le monde donc c'est la HAINE qui règne sur le monde puisque nous aurions pu sauver la vie de centaines de milliers d'enfants en les sortant de la malnutrition avec ces 42 millions d'euros. Jusqu'à quand allons nous permettre à une minorité de ROIS d'accaparer les richesses de la Terre en les laissant dépenser des sommes astronomiques dans l'achat de joueurs de football plutôt que de sauver des millions de vies humaines ?

 

GERMAIN = GER MAIN

 

GE = 75

 

Le département 75 est celui de PARIS.

 

R = 18

 

18 = AH

 

AH sont les initiales d'Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH.

 

REICH = RICHE

 

Louis XIV était l'homme le plus RICHE de France.

 

Actuellement, avec ta MAIN le jour de l'élection présidentielle, tu PARIS sur le RICHE en le laissant accaparer la majeure partie des richesses de la Terre, ce qui provoque l'extermination de millions d'êtres humains chaque année. Ainsi, en pariant sur le RICHE, tu PARIS sur Adolf Hitler.

 

Louis XIV est né le 5 septembre 1638.

 

5 septembre = 5 9

 

Le département 59 est celui du NORD.

 

NORD = 14X15X18X4 = 15120

 

15 = O = EAU

 

120 = SANS VIN

 

Le 120e jour de l'année est le 30 avril qui célèbre la fin du IIIe REICH.

 

Tu dois donc faire un PARIS en choisissant de consommer le VIN de Jésus qui donne les pleins pouvoirs au ROI : le RICHE – ou alors consommer l'EAU de la nouvelle Alliance qui nous impose de renverse le pouvoir de ce ROI criminel.

 

Le code postal 15120 est notamment celui de la commune de LEUCAMP : vous devez ainsi choisir LE CAMP des rois du capitalisme ou LE CAMP des révolutionnaires humanistes.

 

C'est un PARIS et c'est seulement en rejoignant le camp des révolutionnaires que vous pourrez un jour entrer au PARADIS.

 

Louis XIV est mort le 1er septembre 1715 (1 9 1715).

 

1X9X1715 = 15435

 

15435 = CODE

 

Louis XIV a promulgué le CODE NOIR en 1685.

 

NOIR = ROI N

 

N = HAINE

 

Le CODE NOIR symbolise la HAINE que les ROIS du monde font régner sur la Terre.

 

Image result for le code noir

 

Le « CODE NOIR » est considéré par certains auteurs comme « le texte juridique le plus monstrueux qu'aient produit les Temps moderne ».

Il a donné une base légale à l'esclavage sans pour autant l'humaniser.

Ce Code était inspiré par la nécessité de la survie de la force de travail, au nom des intérêts généraux que défendaient l’État et le roi de France.

Le Code noir considérait les esclaves comme des biens meubles, d’où une série d’articles destinés à réglementer leur circulation entre les propriétaires blancs, leur place dans les affaires d’héritage, etc. Il prohibait le mariage entre esclaves en dehors du consentement du propriétaire. Les enfants d’esclaves entraient automatiquement dans sa propriété, il pouvait tout à fait les vendre eux aussi. Les rares affranchis étaient constamment sous la menace de perdre leur précaire statut de « libres », s’ils manquaient de respect à n’importe quel Blanc. Leurs noms et leur habillement étaient réglementés.

Enfin, bien évidemment, le Code noir réglementait les punitions que les propriétaires pouvaient infliger « lorsqu’ils croiront que leurs esclaves l’auront mérité » - le nombre de coups de fouet par exemple. En cas de fuite, c'étaient les oreilles coupées et le marquage d’une fleur de lys sur l’épaule.

Tel quel, ce Code noir a pu apparaître comme un adoucissement du sort des esclaves, un progrès en quelque sorte, étant donné la pratique des colons dans les plantations ; et il faut bien dire que les témoignages qui sont parvenus jusqu’à nous sur les supplices infligés dans la réalité témoignent d’un sadisme particulièrement impressionnant.50

 

L'article 44 précise : « Les esclaves sont des biens meubles ».

 

Louis XIV est le 44e roi de Navarre.

 

Le chef-lieu du département 44 est la ville de NANTES

 

NANTES = SATAN

 

Dieu associe ainsi Louis XIV au diable.

 

Louis XIV s'appelait Louis-DIEUDONNÉ, et DIEUDONNÉ est le nom d'un humoriste français. Le 9 janvier 2014, une ordonnance du Conseil d'État, jugeant que son spectacle intitulé Le mur portait atteinte à la dignité humaine, l'a annulé alors qu'il devait se tenir le soir même au Zénith de NANTES.

 

DIEUDONNÉ a connu le succès jeune, en duo avec Élie Semoun, issu des mêmes lycées du sud de la banlieue parisienne. Dans les années 1990 le grand Noir et le petit Juif se moquaient dans leurs sketchs de tous les racismes et aussi, assez souvent, des patrons et des chefs. Dieudonné se déclarait hostile à tout nationalisme. Il a continué sa carrière en solo, attaquant entre autres l'intégrisme et même plus généralement les religions, toutes les religions. Parallèlement, il s'est présenté en 1997 aux élections législatives à Dreux, puis en 1998 aux régionales dans le Centre, surtout disait-il pour contrer le FN, dont les succès et les propos l'inquiétaient. Ayant lancé un petit parti qui se disait de gauche, les Utopistes, il semblait proche de la mouvance écologiste et avait le soutien de Noël Mamère.

C'est en 2003 qu'il a affiché publiquement une tout autre évolution, d'abord lors d'une émission de télévision, avec un sketch qui a fait scandale : déguisé en rabbin ultra-orthodoxe, il faisait le salut nazi en criant « Isra-heil ». Il commençait aussi à se poser en défenseur des Noirs, se disant parfois descendant d'esclaves, bien qu'il soit en fait de père camerounais et de mère bretonne.51

DIEUDONNÉ a commencé à se radicaliser quand le CNC (Conseil National du Cinéma) a refusé de financer son projet de film sur l'histoire de la traite négrière, centré autour du CODE NOIR. Ainsi, le 21 mars 2000, il accordait à France-Soir une interview dans laquelle il déclarait : « Les Noirs ne sont autorisés que dans quelques plages d'expression : le sport et l'humour… et on ne pourra jamais aller plus loin, avoir des responsabilités, car les Noirs ne sont que des grands enfants, des clowns pour le Blanc esclavagiste, le capitaliste puissant ; il n'y a pas beaucoup de différence entre les patrons de TF1 et le Blanc qui gérait les plantations aux Caraïbes ; ils considèrent les Africains et les Antillais comme des gens de carnaval, de fête ; on ne parle que pour faire rire ; jamais nous ne pourrons être des hommes de pouvoir [...] Le Béké (le « Gros Blanc ») est fini… La survie ne tient que dans le métissage. Et moi, j'observe, avec le sourire, sa déchéance. »52

Dieudonné a déclaré en 2004 dans l'émission Tout le monde en parle sur France 2 que : « tout a commencé avec ce projet de film sur le Code Noir, sur la traite négrière. Tout a commencé comme ça. Je vais voir les autorités de mon pays, le CNC pour dire “Bon voilà je voudrais faire ce film”. Et là on m’envoie un courrier. On me dit : “Non. Ne faites pas un film”… Pourquoi ? Parce que c’est un sujet extrêmement délicat. 95 % des richesses aux Antilles appartiennent encore aux descendants d’esclavagistes. C’est un sujet difficile à ouvrir. Alors je leur dis : “Vous ne pouvez pas me dire ça. Vous avez financé tout un tas de films sur d’autres crimes contre l’humanité. Le mien a été déclaré comme crime contre l’humanité, vous ne pouvez pas me”… Et là, j’ai compris que j’étais face à une sorte d’unicité dans la souffrance, face à la République, qui m’a extrêmement dérangé. »

 

Ainsi, DIEUDONNÉ n'a pas pu réaliser son film car l'État français n'a pas voulu perturber le règne d'une minorité de ROIS aux Antilles, donc DIEU nous a DONNÉ DIEUDONNÉ pour nous faire comprendre que ce sont les ROIS qui poussent les minorités discriminées vers les extrêmes. Puisque par le passé, Dieudonné combattait l'extrême droite or aujourd'hui il en fait partie, et dans le même sens, de nombreux jeunes issus de l'immigration n'étaient pas antisémites au départ mais certains le sont devenus à cause des ROIS qui dirigent notre pays et qui soutiennent la politique criminelle d'Israël contre le peuple palestinien, tout en stigmatisant dans leurs médias les musulmans alors qu'il est interdit de critiquer Israël sous peine d'être taxé d'antisémitisme. Les ROIS ont ainsi établi une hiérarchie dans laquelle le Noir et l'Arabe sont tout en bas alors que le Judéo-chrétien est tout en haut. Par conséquent, certains jeunes se réfugient vers les extrêmes parce qu'ils y trouvent du réconfort en entendant des gens comme Dieudonné ou des fondamentalistes islamistes qui tiennent un discours répondant à leurs frustrations. Si le pouvoir n'était pas détenu par une minorité de ROIS, en l'an 2000, la collectivité aurait décidé de financer le film de Dieudonné sur le Code Noir puisque c'était un film essentiel à réaliser, donc dans une société démocratique et solidaire, il est peu probable que Dieudonné se serait radicalisé, car c'est l'injustice du pouvoir des ROIS qui génère la HAINE des opprimés.

 

Entre 1999 et 2015, Dieudonné a géré le théâtre de la MAIN d'OR dans le 11e arrondissement de Paris, où il s'y est produit régulièrement.

 

Related image

 

Dieu associe une nouvelle fois Dieudonné à Louis XIV car MAIN = 1638, et Louis XIV est né en 1638.

 

XIV = 14 = N = HAINE

 

Louis XIV accaparait l'OR du peuple entre ses MAINS.

 

Les ROIS accaparent toujours cet OR et ils refusent de financer des films quand ces derniers sont susceptibles de pousser le peuple à la révolte, d'où la radicalisation de Dieudonné qui n'a pas accepté cette injustice.

 

Par ailleurs, les ROIS ont établi une hiérarchie dans laquelle le Judéo-chrétien est tout en haut et le Noir ou l'Arabe tout en bas. Nous en avons eu le parfait exemple le 16 avril 2013, lorsque le journal de 20H de TF1 a parlé pendant 15 minutes des attentats de Boston aux États-Unis qui ont fait 3 morts, sans évoquer le même jour, la vague d’attentats qui a fait 37 morts et près de 300 blessés à travers l’Irak. Les ROIS qui contrôlent les médias nous font ainsi comprendre que la vie d'un Américain est sacrée alors que celle d'un Irakien est inutile. Ainsi, en juin 2016, lorsqu'un homme se réclamant de l'État Islamique a tué 49 Américains dans une boite de nuit homosexuelle de la ville d'Orlando aux États-Unis, le journal de 20H de France 2 a consacré une « page spéciale » sur cet attentat en incrustant le drapeaux des États-Unis à l'écran en signe de solidarité.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 16-avril-2013.png.

 

Mais lorsque trois semaines plus tard, un attentat terroriste a tué 292 personnes dans la ville de Bagdad en Irak, le journal de 20H de France 2 en a parlé pendant seulement 15 secondes, parce que la vie d'un Irakien ne vaut rien alors que celle d'un Américain est sacrée. À l'instar de Louis XIV qui a établi le Code Noir, les ROIS ont actuellement établi que le Blanc était au-dessus du Noir et de l'Arabe, puisque la vie d'un Blanc est précieuse alors que celles de millions de Noirs tués par la pauvreté ou celles de milliers d'Arabes tués dans des attentats, sont sans importance. C'est ce genre d'injustices qui génèrent la HAINE des opprimés, donc ce sont les ROIS qui enfantent des DIEUDONNÉ.

 

Je précise que je suis pas un soutien de Dieudonné, bien au contraire, car ses propos sur la SHOAH et les juifs sont inacceptables, mais Dieu nous fait comprendre que Dieudonné propage aujourd'hui la HAINE parce que nous avons fait le SHOAH avec notre MAIN de laisser le pouvoir entre les MAINS d'une minorité de ROIS.

 

 

La mère de Louis XIV est morte en 1666 et dans l'Apocalypse, le chiffre 666 est celui de la Bête.

 

Le père de Louis XIV est mort de la maladie de CROHN.

 

CROHN = CORNH = les CORNES du diable

 

Dieu associe une nouvelle fois Louis XIV au diable.

 

Par ailleurs, dès 1666, Louis XIV décréta que tous les Bohémiens (aujourd'hui ROMS) de sexe masculin devaient être arrêtés et envoyés aux galères sans procès.

 

ROMS = 18X15X13X19 = 66690

 

66690 = 666

 

Dieu associe la situation vécue actuellement par les ROMS à celle des Bohémiens en 1666, car la société n'a toujours pas évolué étant donné que la monarchie capitaliste absolue a succédé à la monarchie absolue. Par conséquent, c'est toujours la HAINE qui dirige notre pays.

 

Image result for image police expulse roms

 

Ainsi, fin juillet 2010, le président Nicolas Sarkozy a décidé l'organisation du retour massifs de Roms en Roumanie. Une circulaire du ministère de l'Intérieur diffusée le 5 août 2010 demandait aux préfets de faire évacuer « 300 campements ou implantations illicites d'ici trois mois, en priorité ceux des Roms », et d'engager une « démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms. »

Un an après, Médecins du Monde déplorait les conséquences sanitaires catastrophiques des expulsions à répétition, et publia une enquête sur la couverture vaccinale des populations Roms et dénonça une mise en danger volontaire de personnes en grande précarité.

En 2012, après l'arrivée de la gauche au pouvoir, la situation évolua et les expulsions augmentèrent fortement, ainsi l'Association européenne pour la défense des droits de l'homme publia un rapport faisant état de près de 12 000 expulsions avec un pic sur la seconde partie de l'année, l'AEDH note que cette année-là, les expulsions se sont très majoritairement faites par la force.

Les expulsions doublèrent entre 2012 et 2013, dépassant les 21 000.53

 

Pour rappel, en 1666, Louis XIV décréta que tous les Bohémiens (aujourd'hui Roms) de sexe masculin devaient être arrêtés et envoyés aux galères sans procès.

 

666 est le nombre de la BÊTE.

 

À travers le nombre 666, Dieu nous fait comprendre que la majeure partie des citoyens vote à chaque élection en faveur d'une BÊTE qui traite les êtres humains comme des animaux. Voter pour Sarkozy, Hollande ou Macron, c'est voter pour Louis XIV, c'est voter pour le diable.

 

 

Richelieu est l'un des grands penseurs de l'absolutisme. Sa pensée est essentiellement fondée sur l'idée que la puissance est la seule chose nécessaire à l'État. Et comme la personne du roi se confond avec l'État, celui-ci, d'une part, ne doit supporter aucune opposition et, d'autre part, ne doit partager son pouvoir avec personne. Le seul motif à l'action du roi est la raison d'État ; l'intérêt de l'État prime sur tous les autres.54

 

L'absolutisme néolibéral a succédé à l'absolutisme royal car les néolibéraux nous ont endoctriné avec la théorie de « la MAIN invisible » selon laquelle les « lois » du marché, associées à la recherche de l'intérêt personnel des agents économiques, conduiraient à l’harmonie sociale. Cette MAIN a donné un pouvoir absolu aux ROIS du capitalisme puisque ces derniers l'ont utilisé pour nous faire croire que l'intérêt de l'État coïncidait avec le leur en prétextant que leur richesse entraînerait la prospérité de tous.

Par conséquent, l'État leur donne un pouvoir absolu à travers une avalanche de cadeaux : sur les retraites ; sur la flexibilité ; la hausse du temps de travail ; la baisse des salaires ; les mesures concernant le crédit d’impôt compétitivité emploi ; le pacte de responsabilité ; le travail du dimanche ; la réduction de tous les accompagnements sociaux ; l’affaiblissement des pouvoirs des Prud’hommes ; le recul des droits syndicaux ; la quasi-supression de l'Impôt sur la fortune. Ainsi, ces conditions attractives, sont censées donner envie aux ROIS du capitalisme d'investir.

Étant donné que les intérêts individuels des ROIS se confondent avec celui de l'État, ils ne doivent subir aucune opposition. Par conséquent, les journalistes et économistes autorisés à s'exprimer à la télévision ont l'interdiction de critiquer leur pouvoir même lorsque les 30 à 40 milliards d'euros de cadeaux fiscaux annuels, sous Hollande, n'ont eu aucun impact sur l'emploi et créé plus d'un million de chômeurs de plus en 5 ans.

La justification de l'absolutisme néolibéral réside dans la croyance ou plutôt la légende selon laquelle l'intérêt du capitaliste coïncide avec l'intérêt de l'État, de la même manière que l'absolutisme monarchique défendait l'idée que la puissance du roi coïncidait avec l'intérêt de l'État et que le seul motif de son action était la raison d'État. Or le seul motif de l'action du roi et du capitaliste est de régner en volant les richesses produites par le peuple, donc les intérêts du roi et du capitaliste ne coïncident pas du tout avec celui de l'État. Ainsi, lorsque Louis XIV est mort, la dette de l'État s'élevait à 3,5 milliards de livres, soit dix années de recettes fiscales. Actuellement, les rois du capitalisme ont porté la dette de l'État français à 2 200 milliards d'euros. Alors NON, l'intérêt des ROIS ne coïncide pas avec celui de l'État car ils ruinent les États et ce sont les peuples qui payent toujours la note.

 

L'idée de « RAISON d'État » n'a pas été inventée par Richelieu, mais semble avoir été mise au jour par un juriste italien, BOTERO, dans son œuvre Della ragione di Stato publiée en 1589 et traduite en français dès 1599.

 

RAISON = RAISIN

 

La fermentation du RAISIN permet d'obtenir le VIN.

 

Le journal de VIN heures vante régulièrement les bienfaits de la raison d'État en nous faisant croire que l'intérêt individuel du capitaliste coïncide avec celui de l'État, donc les médias ont réussi à faire perdre la RAISON à des millions de citoyens qui boivent quotidiennement les paroles de journalistes, hommes politiques, ou économistes aux mains des ROIS du capitalisme.

 

BOTERO = BOTE

 

Les médias sont à la BOTTE des capitalistes et ils nous font ainsi croire que les intérêts égoïstes des capitalistes apporteront la prospérité au plus grand nombre, mais cette légende est contre-dite par la présence de 6 millions de chômeurs dans notre pays. Les capitalistes piétinent les travailleurs de la même manière que les grappes de RAISIN sont foulées, écrasées au pressoir, avant de devenir du VIN.

 

Le VIN nous a donc fait perdre la RAISON puisque nous votons pour une idéologie qui nous écrase quotidiennement en donnant un pouvoir absolu à des rois cupides et égoïstes.

 

Richelieu, l'un des grands penseurs de l'absolutisme, est né le 9 septembre 1585 (9 9 1589).

 

9X9X1585 = 128385

 

128385 = CLE 88

 

88 = HH = les 2 H assemblés forment une échelle.

 

HH = Heil Hitler = signe d'allégeance au IIIe REICH

 

Tu possèdes la CLÉ pour ouvrir la porte du paradis ou celle de l'enfer. Le RICHE LIEU se trouve au paradis mais actuellement tu vis dans un LIEU obscur, sous le troisième REICH, donc ouvre les yeux et reviens à la RAISON car tu as désormais les CLÉS en main pour détruire le règne du RICHE, alors éteins ta télé et viens combattre à nos côtés la monarchie la plus criminelle de l'histoire de l'humanité : le capitalisme et ses rois sans couronnes.

 

 

La grande bourgeoisie

À partir du XVIIe siècle, l’histoire de la bourgeoisie prit une nouvelle tournure. Le développement du commerce international bouleversa l’économie.

Après la conquête de l’Amérique par les conquistadors, après l’extermination des Indiens dans les mines d’or et d’argent du sous-continent, les marchands européens inventèrent une nouvelle source de richesses : les plantations de canne à sucre dans les Antilles produisant pour le marché européen. Ces plantations avaient besoin de main-d’œuvre. Le commerce d’esclaves répondit donc à cette demande. Les bourgeois européens se lancèrent avec frénésie dans ce qu’on a appelé le commerce triangulaire. Il s’agissait d’aller arracher des hommes et des femmes d’Afrique pour les revendre comme esclaves en Amérique et revenir avec des cargaisons de sucre, de coton et de café.

L’espérance de vie au travail sur les plantations n’excédait pas cinq ans. On estime que la traite négrière, dans son ensemble fit entre douze et treize millions de déportés. Comme l’écrivait Marx : « Le capital (…) vient au monde suant le sang et la boue par tous les pores de sa peau. »

Mais là encore, la prospérité des marchands fut aidée par la monarchie absolue. Colbert, ministre de Louis XIV, a encouragé la création des compagnies commerciales, favorisant la traite négrière en particulier.

Juste avant la révolution française, six cents navires étaient en permanence occupés à ramener à Rouen, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Marseille, les produits des colonies, assurant la fortune des bourgeoisies de ces villes portuaires. Mais les bénéfices dus à l’économie de plantation et au commerce triangulaire grossirent les richesses de toute la bourgeoisie. L’essor du commerce stimulait la croissance de toute la production. Il fallait des bateaux, mais aussi des vêtements, et une multitude d’objets, pour les Antilles qui devaient importer de la métropole le moindre clou. Ainsi, les directeurs des manufactures royales de tapisseries de Beauvais, les familles Motte et Danse s’enrichirent entre autres en vendant leurs marchandises dans les plantations.

L’esclavage joua aussi un rôle dans la fortune de la famille Perier. Famille qui, bien que n’ayant rien à voir avec la boisson du même nom, fut une des principales dynasties bourgeoises françaises jusqu’à la fin du XIXe siècle. Au XVIIIe siècle, Jacques Perier entama son ascension dans le commerce de toiles. Son fils, Claude Perier, ami du romancier Stendhal, acheta une terre qui lui fournit l’anoblissement et un château dans lequel il développa son industrie de toiles. En 1784, il ajouta à son affaire le commerce du sucre.

Même si les bourgeois de l’époque ambitionnaient surtout de s’intégrer au système, le développement de leur classe sociale, son activité économique portaient en germe la ruine de la société féodale.

Le passage du capitalisme commercial au capitalisme industriel allait engendrer des bouleversements économiques et sociaux pour toute l’humanité.

Les tout premiers pas de l’industrie, avant l’invention des premières machines, se sont faits dans les manufactures, là aussi sous la protection de l’État. Colbert, encore lui, octroyait des privilèges importants à ces bourgeois manufacturiers dont certains furent appelés à un bel avenir.

À commencer par la famille de Dietrich - entreprise est surtout connue pour fabriquer des chaudières et des cuisinières, et elle était n°1 mondial du matériel ferroviaire dans les années 1990. Pour cette famille, la fortune commença dès le XVIIe siècle, dans le négoce et la banque. Très vite, les de Dietrich occupèrent aussi des charges municipales à Strasbourg. En 1685, ils achetèrent un premier haut fourneau. En même temps, ils prêtaient de l’argent au trésor royal, avec des intérêts de 15% tout de même, et finirent par être chargés du paiement des armées pendant les guerres. À partir du milieu du XVIIIe siècle, devenus fournisseurs officiels des armées royales, ils furent anoblis. Toute cette activité ne les empêcha aucunement de regarder du côté de la traite des esclaves.

Dans la sidérurgie, la dynastie la plus connue est celle des de Wendel. C’est en 1704 que la famille acquit les forges d’Hayange. Le fondateur de la dynastie chercha à se faire anoblir, ce qu’il obtint en 1730. Leurs nouvelles terres, proches de Longwy et de leurs forêts, assuraient le ravitaillement en charbon de bois pour les forges. Les de Wendel, comme les de Dietrich, travaillaient presque exclusivement pour les arsenaux et les armées de la monarchie.

À la veille de la révolution française, la bourgeoisie faisait tourner toute l’économie. Elle était porteuse des progrès dans les sciences, d’idées nouvelles, de techniques nouvelles comme la machine à vapeur. Mais les archaïsmes de la société d’ancien régime paralysaient son propre essor. La plus grande part des richesses produites et prélevées sur la population continuait à être gaspillée dans le luxe de la cour, les guerres de successions ou les dépenses des nobles. Le marché national, indispensable au développement de la production capitaliste, était encore morcelé par des douanes intérieures, des droits et des coutumes locaux. Il faudra attendre la révolution de 1789 pour débarrasser la société des restes féodaux.55

 

 

Le siècle des Lumières

 

 

Louis XV

Louis XV règne de 1715 à 1774. N'ayant que cinq ans à la mort de son arrière-grand-père, Louis XIV, le pouvoir est confié à un conseil de régence dirigé par le duc d'Orléans. Celui-ci a pris soin de faire casser le testament du roi défunt, qui limitait son pouvoir, par le parlement de Paris en échange d'un retour au droit de remontrance. Un des pouvoirs autonomes muselés par Louis XIV retrouve ainsi un pouvoir de contestation de la monarchie dont il se servira tout au long du XVIIIe siècle.

L'époque est au relâchement des mœurs, au boom économique, à la spéculation. Le goût pour les produits exotiques favorise le développement des ports de l'Atlantique. Les marchands de produits coloniaux, la monarchie et les trafiquants d’esclaves font d’éclatantes fortunes et les colons importent des produits manufacturés de France. Le port de Nantes se développe et les négriers se font construire à Nantes, à Bordeaux et à La Rochelle d’imposants bâtiments. La Nouvelle-Orléans est fondée en 1718.56

Ainsi, sur le plan économique, la Régence est une période de vitalité et d'expérimentations. Mais l'échec du système de Law et les réticences qui suivent concernant le crédit et l'investissement ralentissent, à terme, la modernisation de l'économie.57

 

Le système de Law

« Le système de Law », imaginé par l'Écossais John Law en développant l'utilisation de papier-monnaie plutôt que de monnaie métal, pour faciliter le commerce et l'investissement, a été mis en place en France, de 1716 à 1720, pour alléger la dette laissée par Louis XIV, échangée contre des actions.

La Banque générale — société par actions — a un tel succès qu'elle grossit jusqu'à absorber les compagnies et l'activité coloniale française de sa société sœur, la Compagnie perpétuelle des Indes. Par les premières grandes émissions de titres boursiers, le système de Law est une étape incontournable de l'histoire des bourses de valeurs.

La spéculation qui se joue sur les actions de la compagnie de Law vont finalement en ruiner le système, lorsqu'elle retombe aussi vite qu'elle était montée, dans un mouvement de panique. Lorsque les actionnaires, en 1720, demandent subitement à récupérer leur or, les richesses coloniales ne sont pas encore arrivées : le système doit admettre sa banqueroute.

Le système de Law a permis de prendre en charge une partie de la dette de l'État. Celui-ci, momentanément plus libre de ses mouvements, a pu soutenir la guerre contre l'Espagne. Plus discrètement, cette bouffée d'air financière lui a permis de corrompre certains ministres autrichiens, et sans doute les troupes irlandaises envoyées par l'Espagne pour appuyer la conspiration de Pontcallec.

Cependant, la chute du système rend la France durablement méfiante à l'égard du papier-monnaie : il a ruiné bon nombre d'actionnaires, tout en enrichissant considérablement ceux qui avaient su revendre à temps. Le système de Law a donc permis une certaine mobilité sociale, mais a également suscité des rancœurs tenaces.

Dans le domaine économique, la meilleure circulation de la monnaie a dynamisé le commerce extérieur, principalement vers les colonies.58

 

 

« John Law croyait que la prospérité d’un pays se basait sur la spéculation et le crédit. Son système promettait un développement économique rapide ainsi que du travail et de la richesse pour tous. Pourtant, si le système de Law a libéré la France de son énorme dette et permis l’investissement dans le pays et ses colonies, seuls quelques heureux élus se sont enrichis.

“L’effet de richesse”, cette croyance dans une croissance sans limites, mesurée en partie par la hausse des actions à la Bourse, ce système où l’espoir et la confiance remplacent l’or et l’argent comme garanties, connaît des ratés, car les ressources du monde ne sont pas illimitées. Ironie du sort, le système de Law, malgré tous ses défauts, a inspiré le système monétaire actuel. »59

« Selon Schumpeter, John Law fut ''le véritable ancêtre de l'idée de monnaie administrée, non seulement dans le sens de ce terme, mais aussi dans le sens plus profond et plus large de gestion de la monnaie et du crédit comme moyens de conduire le processus économique''. »60

 

John Law est né le 21 avril 1671.

 

1671 = PAG

 

21 avril = 2 1 4

 

4+2-1 = 5

 

5 = E

 

21 avril 1671 = PAGE

 

En faisant apparaître John Law dans le scénario, Dieu tournait une nouvelle PAGE de l'histoire avec la première introduction du PAPIER monnaie en France, ce qui représentait « le premier pas dans l’histoire de l’abandon de l’or et de l’argent comme unique moyen de paiement à l’échelle d’un État. Il marque, déjà à l’époque, les limites et les conséquences dramatiques de la spéculation financière. Pourtant, plus de 300 ans plus tard, la théorie monétaire moderne et le système financier qui régit aujourd’hui l’économie mondiale intègre encore de nombreux concepts clés issus des idées révolutionnaires de John Law. Ainsi, la crise des subprimes de 2008 semblait porter intrinsèquement de nombreux avatars pervers issus du système de Law. »61

 

LAW est un mot anglais signifiant la LOI.

 

La LOI française est inspirée du droit ROMAIN.

 

John Law est né le 16 avril 1671 et il a été baptisé le 21 avril 1671.

 

ROME a été fondée le 21 avril 753 av. J.-C.

 

1671+753 = 2424

 

John Law est mort à Venise, une ville où l'on se déplace presque exclusivement à pied ; Venise symbolise ainsi la MARCHE.

 

Dieu nous fait comprendre à travers John Law que les MARCHÉS financiers dictent actuellement leur LOI 24H sur 24.

 

24 se prononce 20 4, et Adolf Hitler est né un 20 4, donc à travers ce signe, Dieu nous révèle que la financiarisation de l'économie permet à Adolf Hitler d'imposer SA LOI.

 

En effet, la spéculation financière sur les produits agricoles augmente les prix des denrées de première nécessité ce qui a pour conséquence dans les pays les plus pauvres de multiplier les chiffres du génocide de la faim.

« Philippe Chalmin interroge : ''Quelle est cette civilisation qui n'a rien trouvé de mieux que le jeu – l'anticipation spéculative – pour fixer le prix du pain des hommes, de leur bol de riz ? (...)

Les spéculateurs jouent avec la vie de millions d'êtres humains. Abolir totalement et immédiatement la spéculation sur les denrées alimentaires constitue une exigence de la raison''. »62

L'effondrement des marchés financiers en 2007-2008, qui a trouvé son origine dans la spéculation boursière, a détruit l'existence de dizaines de millions de familles en Europe, en Amérique du Nord, au Japon et ailleurs. Selon la Banque Mondiale, 69 millions de personnes supplémentaires ont été jetées, sous l'effet de cette crise, dans l'abîme de la faim. Dans les pays du Sud, partout, de nouveaux charniers ont été creusés.63

Comprenez bien que « les enfants mutilés de Chittagong, Oulan-Bator et Tegucigalpa ne votent pas. Ils ne meurent pas non plus sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris, sur la Kurfürstendamm à Berlin ou sur la Plaza de Armas à Madrid.

Les vrais responsables de cette situation, ce sont les spéculateurs – gestionnaires des Hedge Funds, grands banquiers distingués et autres prédateurs du capital financier globalisé – qui, par obsession du profit et du gain personnel, cynisme aussi ont ruiné le système financier mondial et détruit pour des centaines de milliards de biens patrimoniaux.

Ces prédateurs devraient être traduits devant un tribunal pour crimes contre l'humanité. Mais leur pouvoir est tel – et telle est la faiblesse des États – qu'ils ne risquent évidemment rien. »64

 

Les marchés financiers dictent ainsi leur LOI 24H sur 24 et les peuples du Sud sont les premières victimes. « Aux yeux de la plupart des hommes d'État et des combattants de mouvements sociaux du Sud, cet ordre – qui frappe si durement les couches les plus pauvres du Sud – s'inscrit dans la filiation directe des modes de production esclavagiste et coloniale.

Le 2 septembre 2001, à Durban, le ministre de la Justice de la Côte d'Ivoire, Oulai Siene, monta à la tribune. Il dit : ''Si vous pensez que l'esclavage à disparu, pensez à nouveau. Comment comprendre autrement que le prix d'un produit fabriqué durant de longs mois et par un dur labeur, sous le soleil et sous la pluie, par des millions de paysans, est déterminé par quelqu'un qui est assis sur une chaise derrière un ordinateur dans un bureau climatisé, sans qu'il prenne en considération leurs souffrances ? Seules les méthodes ont changé. Elles sont devenues plus 'humaines'. Les Noirs ne sont plus embarqués sur des bateaux vers les Antilles et les Amériques. Ils restent sur leur sol. Ils transpirent sang et eau pour voir le prix de leur travail négocié à Londres, Paris ou New-York. Les esclavagistes ne sont pas morts. Ils se sont transformés en spéculateurs boursiers.'' »65

 

Nous, en Occident, nous ignorons les souffrances endurées par des milliards d'êtres humains accablés par les conséquences de la spéculation financière. Lors de la crise de 2007-2008, certains d'entre nous ont perdu leur travail pendant que des millions d'habitants du Tiers Monde perdaient tragiquement la vie. Quand allons-nous désamorcer cette bombe à retardement ? À quand la prochaine crise du capitalisme financiarisé ? À quand une nouvelle explosion des chiffres du génocide de la faim ?

 

« Les spéculateurs réalisent des profits vertigineux. Ainsi, au premier trimestre 2007, Cargill (société de négoce alimentaire) a réalisé un profit de 553 millions de dollars. En 2008, durant la même période, son profit s'élevait a 1,03 milliards, soit un gain de 86 %. C'est que la Bourse de Chicago fonctionne comme toutes les Bourses du monde : les opérateurs cherchent à maximiser leur profit dans le laps de temps le plus court.

L'une des stratégies en cause est celle qui engage la conversion massive des aliments de base en agrocarburants, sous prétexte qu'il faut lutter contre la détérioration climatique. Aux États-Unis, en 2007, 138 millions de tonnes de maïs (et des centaines de millions de tonnes de blé) ont ainsi été brûlées et transformées en agrocarburants. Or il faut savoir que pour remplir le réservoir d'une voiture moyenne fonctionnant au bioéthanol, il faut brûler 358 kilos de maïs et qu'avec 358 kilos de maïs, un enfant du Mexique ou de la Zambie (où le maïs est l'aliment de base) vit une année entière.

Les sociétés agroalimentaires occidentales réalisent des profits astronomiques avec le biodiesel et le bioéthanol.

Et que crèvent les gueux de la moitié Sud de la planète ! »66

 

LAW se prononce L'EAU.

 

John LAW est mort à Venise le 21 mars 1729 (21 3 1729).

 

21 3 = BAC

 

Un BAC est un bateau à fond plat, utilisé pour pouvoir traverser un cours d'EAU, un estuaire ou un bras de mer.67

 

Le BAC permet ainsi de voyager sur L'EAU.

 

VENISE est une ville unique où l'on se déplace presque exclusivement à pied. On y trouve aussi des taxis d'eau - petits bateaux motorisés qui peuvent transporter de huit à dix personnes - et des gondoles - petites embarcations d'avirons très légères ; le transport privé des Vénitiens au moyen des bateaux motorisés ou à avirons est limité aux excursions dominicales. Chateaubriand constatait que Venise était « une ville contre nature ». Le Vénitien de son point de vue, l'estime unique ville naturelle « dans un monde contre nature ».68

 

John LAW symbolise le capitalisme financier. Il a été baptisé un 21 avril et ce jour-là, il a ainsi reçu de l'EAU sur le visage. Rome a été fondée un 21 avril et Rome symbolise le VIN car l'Alliance du VIN avec Jésus a laissé le pouvoir politique entre les mains de César. À travers la mort de John LAW à Venise, une ville qui symbolise L'EAU, Dieu nous fait comprendre qu'il change la LOI du VIN par celle de l'EAU, c'est-à-dire que nous devons renverser César pour qu'il ne puisse plus dicter sa LOI criminelle, 24H sur 24.

Par conséquent, nous devons éradiquer le capitalisme financier en votant notamment pour L.O.

 

Chateaubriand constatait que Venise était « une ville contre nature ». Le Vénitien de son point de vue, l'estime unique ville naturelle « dans un monde contre nature ».

 

Nous devons ainsi suivre la nouvelle Alliance de l'EAU et nager à contre-courant. Le monde court et bien marchons ; le monde augmente le temps de travail et accélère les cadences, et bien ralentissons les cadences et baissons le temps de travail ; le monde privatise et bien nationalisations sans indemniser les actionnaires et sortons nos entreprises de leurs cotations boursières ; le monde construit des buildings et bien construisons des logements sociaux ; le monde construit des yachts et bien construisons des bateaux-bus et avançons tous ENSEMBLE au même rythme. Tournons la PAGE et évoluons du JE au NOUS afin de mettre le système capitaliste à GENOUX.

 

John LAW est né un 16 avril (16 4).

 

16X4 = 64

 

Le département 64 est celui des PYRÉNÉES-Atlantiques.

 

64 = LE PIRE EST NÉ

 

À nous maintenant d'écrire NOTRE futur.

 

LAW se prononce comme le mot LOW.

 

LOW signifie LENT en anglais.

 

John LAW est mort à Venise, une ville unique où l'on se déplace presque exclusivement à pied.

 

Le message est clair, nous devons arrêter de courir vers l'argent, c'est-à-dire que nous devons éradiquer le capitalisme et sa course aux richesses.

 

 

Début du règne personnel de Louis XV

Quand le régent meurt en 1723, Louis XV s'appuie sur un de ses ministres, Fleury, son ancien précepteur en qui il a toute confiance, jusqu'à la mort de celui-ci en 1743 ; date à laquelle le roi prendra alors les rênes effectifs du pouvoir.69

En 1724, le Roi, probablement sous influence, signe une révision du Code noir. Destiné à la Louisiane, il s'agit d'un durcissement de la version précédente édictée par son arrière grand-père. Notamment, les mariages entre Noirs et Blancs sont interdits.70

En 1735, la Lorraine, principauté souveraine, plusieurs fois occupée par la France, est donnée à Stanislas Leszczyński, roi malheureux, chassé du trône de Pologne par les Russes et les Autrichiens, et beau-père de Louis XV. À sa mort en 1766, elle entre dans le domaine royal. La Corse est cédée par la République de Gênes en 1768. Auparavant en 1762, la région des Dombes avait, elle aussi, rejoint le domaine.

Sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI, est entreprise une politique de simplification et de régularisation des frontières. Il s'agit de procéder à des échanges de places avancées avec les États voisins pour éviter les enclaves aussi bien françaises en dehors des frontières qu'étrangères à l'intérieur du territoire. En 1789, il n'existe plus que trois enclaves étrangères en territoire français, Avignon et le Comtat qui appartiennent au pape, la principauté de Montbéliard et la République de Mulhouse.

C'est d'ailleurs au XVIIIe siècle que se forge la théorie des frontières naturelles de la France. Un mémoire adressé au roi précise : « La France effectivement doit se tenir bornée par le Rhin et ne songer jamais à faire aucune conquête en Allemagne. Si elle se faisait une loi de ne point passer cette barrière et les autres que la nature lui a prescrites du côte de l'occident et du midi : mer Océane, Pyrénées, mer Méditerranée, Alpes, Meuse et Rhin, elle deviendrait alors l'arbitre de l'Europe et serait en état de maintenir la paix au lieu de la troubler. »

Pendant son règne, Louis XV refuse plusieurs fois les propositions qui lui sont faites d'annexer les Pays-Bas autrichiens (la Belgique actuelle) en échange de son alliance ou de sa neutralité, sans que les historiens en comprennent bien la raison. Le refus de Louis XV d'annexer les Pays-Bas autrichiens montre que cette idée n'est pas, à ce moment, la doctrine officielle de l'État.

En perdant la guerre de Sept Ans (1756-1763), la France perd son importance politique d'outre-mer, notamment en Amérique (perte de la Nouvelle-France) et en Inde (où elle ne conserve que Yanaon, Chandernagor, Karikal, Mahé et Pondichéry) en cédant ses territoires à la rivale Grande-Bretagne par le traité de Paris de 1763.71

 

Impopularité du Roi

La popularité du roi pâtit largement des suites de la guerre de Succession d'Autriche. Les Français avaient pardonné à Louis XIV ses impôts, ses maîtresses et ses dépenses fastueuses, celui-ci ayant toujours su donner à ses fins de guerres des allures de victoires. De la même façon, pour Louis XV, les scènes de Metz (1744) comptaient peu aux yeux de la population en regard des victoires de la guerre de succession autrichienne. Mais la nouvelle de l'abandon des Pays-Bas à l'Autriche - en opposition avec les intérêts français tels que les avaient définis Richelieu puis Louis XIV - fut accueillie avec incrédulité et amertume. Les Parisiens utilisèrent l'expression « bête comme la paix ». On avait "travaillé pour le roi de Prusse". Tant d'efforts et de vies humaines pour donner une couronne - minuscule - à la fille du roi, alors que la couronne impériale était conservée par les Habsbourg puisque l'ex-duc de Lorraine, époux de la reine de Hongrie avait été élu empereur en 1745. La montagne avait accouché d'une souris.

On peut à ce titre considérer que 1748 fut marquée par la première manifestation d'une opinion publique française, portée par un nationalisme émergeant que le monarque n'avait pas compris. La présence aux côtés du roi de la marquise de Pompadour, fortement décriée par l'aristocratie curiale qui n'hésitait pas à faire courir les bruits les plus ignobles qui, sortant du palais, atteignaient le peuple, donnait du roi l'image d'un jouisseur égoïste uniquement préoccupé de ses plaisirs. Le mécontentement s'amplifiait, alimenté par le train de vie de la Cour et ce qui était perçu comme une incompétence du roi à gouverner.

Peut-être est-ce ce contexte qui poussa Robert François Damiens - domestique chez plusieurs conseillers du Parlement - à essayer de tuer le roi. Damiens fut exécuté le 28 mars 1757 sur la place de Grève, dans des conditions effroyables.

D'un point de vue culturel, le règne de Louis XV est brillant, avec l'apparition des philosophes des Lumières tels Voltaire, Rousseau, Montesquieu, Diderot et D'Alembert.72

Sur le plan économique, le plus grand problème de l'État est alors le déficit budgétaire chronique qui conduit à rendre le roi dépendant des financiers et des manieurs d'argent. Autre source de paralysie des systèmes de gouvernement, l'opposition des parlements, se posant en défenseur des lois du royaume et en contre-pouvoir. S'opposant à toute tentative de réformes du royaume, elle contribue à la crise de la monarchie absolue sous le règne de Louis XVI.73

Au fil des années, sa faiblesse dans la prise de décisions, le dénigrement de son action par les parlementaires et une partie de la noblesse de cour, les intrigues incessantes impliquant sa maîtresse, la marquise de Pompadour, et la dépravation prétendue de sa vie privée lui valent l'effondrement de sa popularité, à tel point que sa mort est accueillie dans les rues de Paris par des festivités joyeuses, comme l'avait été celle de Louis XIV.

À la différence de Louis XIV, Louis XV n'a pas été en contact direct avec la vie politique du pays. Il ne voyait que rarement ses ministres et agissait souvent à l'encontre de leurs attentes en ayant du mal à donner des directives fermes et précises, d'après les informations émanant d'un réseau secret de diplomates et d'espions qu'il avait constitué. Le désintérêt pour la politique de cet homme intelligent mais blasé et la succession de ministres aux tendances différentes aboutissent à un affaiblissement de l'influence de la France en Europe, qui porte en germe la future Révolution française.74

 

 

Louis XV est mort un 10 mai, il est donc décédé au printemps.

Le « Printemps arabe » est un ensemble de contestations populaires, d'ampleur et d'intensité très variables, qui se sont produites dans de nombreux pays du monde arabe à partir de décembre 2010. L'expression de « Printemps arabe » fait référence au « Printemps des peuples » de 1848 auquel sont aussi qualifiés de révolutions arabes, de révoltes arabes, ou encore de « réveil arabe ». Ces événements ont commencé le 17 décembre 2010 dans la ville de Sidi Bouzid par la révolution en Tunisie qui a conduit Zine el-Abidine Ben Ali à quitter le pouvoir. D’autres peuples ont repris à leur tour le slogan « DÉGAGE ! » (ou Erhal ! en arabe) devenu le symbole de ces révolutions. Outre le départ des dictateurs et l’instauration d’une démocratie, les manifestants exigeaient un partage des richesses qui leur assure de meilleures conditions de vie, des emplois, et la dignité (« karama » en arabe).75

 

Le slogan des révolutions arabes était le mot « DÉGAGE ! ».

 

Image result for image révolution arabe degage

 

Louis XV est en mai 1774 (5 1774).

 

51774 = DEGAG

 

DEGAG = DEGAGE !

 

Dieu annonçait ainsi la suite de l'histoire car les Français diront « DÉGAGE » au fils de Louis XV, Louis XVI, en lui coupant la tête en 1793.

 

Louis XV est mort un 10 mai (10 5).

 

10 5 = JE

 

Le « JE » symbolise l'égoïsme, c'est-à-dire la monarchie absolue dans laquelle le roi avait tous les pouvoirs entre les mains.

 

Nous vivons toujours sous le règne du « JE » car une minorité de ROIS règne sur le peuple en imposant ses lois, donc Dieu nous demande désormais de nous révolter en nous transmettant le message « DEGAGE ! ».

 

Lors du « Printemps arabe », les manifestants exigeaient un plus juste partage des richesses qui leur assure de meilleures conditions de vie, des emplois, et la dignité. Nous devons désormais prendre exemple sur eux en nous révoltant contre la dictature des puissances de l'argent, donc nous allons nous unir le jour de l'élection présidentielle afin de renverser la monarchie capitaliste et ainsi prendre le contrôle des richesses que nous produisons pour les redistribuer équitablement entre nous tous. Retrouvons notre dignité et arrêtons de nous faire marcher dessus par une minorité de ROIS, car il est évident que nous vivons toujours dans une monarchie. « Déjà, rien que par par son système présidentiel, notre République fonctionne comme un mimétisme de la monarchie. Le pouvoir du chef de l’état transforme celui-ci en personnage extraordinaire, transcendé par tous les artifices symboliques de ce pouvoir. Ses ministres sont nommés et, s’ils sont le produit indirect d’une élection, ils ne sont pas élus et n’ont reçu aucun mandat. Lorsqu’ils s’adressent aux Français, les ministres expriment surtout leur autorité : ils sont au-dessus des citoyens auxquels ils donnent des ordres. Souvent, ils leur envoient les CRS…

Puis la République se dote d’élus à tous ses différents échelons : communes, circonscriptions, départements, régions, ceci aboutissant aux deux chambres parlementaires. Bien payés, les députés et les sénateurs bénéficient d’avantages qui les privilégient. Ils n’appartiennent plus à la condition commune, ils se situent au-dessus. La politique devient une affaire de professionnels avec ses réseaux et ses copinages. Pour être invité au festin, il faut montrer patte blanche, et faire partie du cercle des nominés !

Voilà ce qui ressort des urnes et donc des élections : des élus privilégiés ayant autorité et pouvoir sur les citoyens. Nous sommes loin du représentant ayant reçu mandat et comptable devant le peuple électeur, nous voici très nettement dans le cas de républicains dotés de statuts monarchisés. Ils appartiennent à une hiérarchie située entre la base populaire et le sommet élitaire du pouvoir.

Enfin, considérons les conditions de l’élection. Nous sommes en système capitaliste, lequel "tolère" les patrons milliardaires du CAC 40 et les chômeurs, les exclus, les RMIstes et les précaires. Nous avons, au plan social, une réplique de la hiérarchie politique, une base sociale très large et populaire où les exclus se comptent par dizaines de millions et un sommet patronal milliardaire en nombre nettement plus réduit. Ces derniers possèdent à eux seuls ce que les millions de Français possèdent ensemble. On est dans l’inégalité fondée sur l’injustice.

La bourgeoisie au pouvoir a les moyens de s’offrir un personnel dévoué à ses intérêts : police, justice, presse, télé, radio, etc… Les campagnes électorales sont financées par elle, le rapport des forces est inégalitaire entre le candidat millionnaire et le militant ouvrier ou employé. La propagande des médias aux ordres a peu à peu inséré dans l’esprit des classes laborieuses que la société telle qu’elle est est la plus juste possible et que l’on ne peut pas faire autrement. Insidieusement par des pubs, des émissions ou par les déclarations anodines des uns ou des autres, l’on nous conforte de l’irréversibilité du système.

L’évolution de la société a produit un chômage de masse qui s’observe dans tous les pays capitalistes de la sphère occidentale. Les exclus, véritable armée populaire de masse, lorsqu’ils manifestent pour exiger des droits (ce qui est éminemment constitutionnel), se font parfois matraquer au nom de la démocratie et de l’ordre public.

L’État tel qu’il est, est l’État de la grande bourgeoisie, l'État des plus riches, et il ne s’en laissera jamais déposséder. Les conquêtes, toutes les conquêtes, s’obtiendront par la lutte des classes consciente et agissante76. »

Alors ne vous laissez par endoctriner par la monarchie capitaliste car les ROIS au pouvoir essayent de nous faire croire que nous vivons dans un pays fraternel, solidaire, en répétant régulièrement la devise de la République française : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Cette devise est apparue pendant la Révolution française mais elle est complètement vidée de son sens puisqu'il n'y a pas de liberté, d'égalité et de fraternité dans une monarchie capitaliste.

Louis XV est mort un 10 mai, et en France, le 10 mai est le jour de la commémoration de l'abolition de l'esclavage.

Aujourd'hui, il n'y a pas de LIBERTÉ pour tout le monde car dans une société où tout se vend et s'achète, pour être réellement libre, il faut être riche. Quelle est l'ÉGALITÉ, la justice quand les uns passent leur vie au travail pour survivre alors que d'autres brassent des milliards qu'ils ont prélevé sur l'exploitation ? Quelle est la place de la FRATERNITÉ dans ce système capitaliste où seul compte la rentabilité et le profit ? Nous sommes au XXIe siècle, plus de 200 ans après la Révolution française, mais il règne toujours le droit du plus fort, le pouvoir absolu et l'arbitraire des plus riches. Les capitalistes ont le droit de vie ou de mort sur les entreprises. Ils ont dans leur main, l'avenir de centaines, de milliers de travailleurs. Ils décident souverainement de ce qu'ils produisent et de ce qu'ils ne produisent pas. Que l'on fabrique des médicaments, de l'électricité, des yachts de luxe, des armes, ce qui compte avant tout c'est la rentabilité. Vendre leurs entreprises, délocaliser ou retirer leurs capitaux est leur droit le plus strict. Ils peuvent choisir de jouer leurs capitaux en Bourse, de spéculer sur l'immobilier, sur les dettes des États, sur le prix du riz, du maïs ou du blé même si les hausses de prix que cela entraîne pousse des milliers d'êtres humains vers la famine. L'économie capitaliste n'est pas seulement injuste et inégalitaire, c'est aussi une économie stupide, absurde, où certains se tuent au travail pendant que d'autres sont condamnés au chômage et à la misère ; où l'activité économique est laissée au hasard du marché, de la concurrence et de la loi du profit. Et puisque le plus rentable aujourd'hui est de ne rien produire du tout, c'est la spéculation qui absorbe tous les profits et qui finit par étouffer toute l'économie : l'économie capitaliste est une économie qui s'étouffe dans sa propre graisse77. Alors révoltons-nous en prenant le contrôle de l'économie des mains de cette de minorité de ROIS. Dieu nous transmet le message suivant : « DÉGAGE le capitalisme ! » ; « DÉGAGE le ROI Argent ! ».

 

Le slogan des révolutions arabes était « DÉGAGE », et elles ont débuté le 17 décembre 2010 après l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi.

 

17 décembre = 17 12

 

17X12 = 204

 

Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, est né un 20 4 (20 avril).

 

REICH = RICHE

 

Dieu nous transmet désormais le message suivant : « DÉGAGE le RICHE ! ».

 

Mohamed Bouazizi s'est immolé par le feu par désespoir, car il vivait dans la misère étant donné que le RICHE avait accaparé la majeure partie des richesses de la Terre. Par conséquent, le RICHE doit DÉGAGER afin que les richesses soient équitablement redistribuées entre chaque être humain.

 

Louis XV est mort au mois de mai 1774 (5 1774).

 

5 1774 = DEGAG

 

Louis XV était l'homme le plus RICHE de France, donc Dieu nous fait ainsi comprendre que le RICHE doit désormais DÉGAGER.

 

Louis XV a été victime d'une tentative d'assassinat perpétrée par Robert-François Damiens, le 5 janvier 1757.

 

5 janvier = 5 1

 

5-1 = 4 = D

 

1757 = GAGE

 

5 janvier 1757 = D GAGE

 

D GAGE se prononce DÉGAGE.

 

Dieu nous demande de DÉGAGER le RICHE en tuant le ROI Argent, c'est-à-dire le capitalisme.

 

François Hollande est l'ancien maire de la ville de TULLE.

 

TUE-LE !

 

TUE LE riche qui dirige la République en prenant le pouvoir en main et construisons ensemble un monde égalitaire.

 

 

LOUIS est le prénom symbolique des rois de France.

 

LOUIS = L'OUIE

 

L'OUIE est la capacité de percevoir les sons.

 

Dieu associe LOUIS et L'OUIE car il nous demande de bien écouter son message principal qui est de DÉGAGER les rois afin que nous puissions enfin avoir la PAIX en vivant dans un monde fraternel et solidaire.

 

Dieu nous transmet ainsi le message « DÉGAGE ! » à travers Louis XV.

 

XV = 15

 

15 = O

 

O = EAU

 

La nouvelle Alliance de l'EAU nous impose de lutter pour DÉGAGER les rois, alors que l'ancienne Alliance du VIN nous demandait de laisser le pouvoir politique entre les mains des rois. Si tu écoutes avec attention le nouveau message de Dieu en suivant ses paroles à la lettre, tu pourras t'envoler là-O au paradis.

 

Le régime politique royal était appelé la « monarchie de droit DIVIN ».

 

La « monarchie de droit DIVIN » était un régime politique dans lequel le pouvoir du roi était légitimé par la volonté de Dieu.

 

DIVIN = DIT VIN

 

Le pouvoir des rois était absolu parce que Jésus a DIT le mot « VIN », en nous demandant de boire une coupe de VIN qui signifiait boire ses paroles dont l'une était de laisser le pouvoir temporel entre les mains des ROIS.

 

Dieu remplace aujourd'hui le VIN par l'EAU.

 

Jésus a DIT « VIN », désormais, Dieu DIT « EAU ».

 

Boris DIAW (qui se prononce DIT EAU) est un joueur international français de basket-ball qui a évolué dans le championnat de basket-ball américain, la NBA. En 2013-2014, il a remporté les Finales NBA avec les Spurs de San Antonio.

 

Image result for boris diaw maillot dos

 

International français depuis les catégories de jeune, avec comme principal trophée un titre de champion d'Europe Junior en 2000, il compte cinq médailles internationales avec l'équipe de France dont il fut le capitaine de juillet 2006 à 2018 : le bronze lors des Championnat d'Europe 2005 et 2015, l'argent lors de l'édition 2011, l'or lors de l'édition 2013, le bronze à l'issue de la Coupe du monde 2014.

Dans une ligue américaine où les statistiques constituent le principal instrument pour juger de la qualité des joueurs, Boris Diaw présente un profil atypique : capable d'évoluer à chacun des cinq postes du basket-ball, fait rare dans le basket-ball professionnel, il privilégie le jeu collectif à son ambition personnelle78. Son ancien entraîneur à l'Insep, Lucien Legrand, déclare à son sujet : « Pour lui, l’important c’est l’équipe et pas de mettre des points. »79

 

BORIS = BOIR S

 

Boris portait le maillot numéro 33 avec l'équipe des San Antonio Spurs.

 

Jésus avait 33 ans quand il a demandé à ses disciples de BOIRE une coupe de VIN qui symbolisait ses paroles.

 

33 = CC

 

C C = CESSER

 

Boris DIAW a remporté le championnat NBA avec l'équipe de San Antonio en 2014.

 

2014 = 20 = VIN

 

14 = N = HAINE

 

Le VIN symbolise la HAINE puisqu'il donne les pleins pouvoirs aux rois, donc Dieu nous donne désormais le message suivant : « CESSEZ de BOIRE le VIN », et il nous DIT dorénavant de BOIRE de l'« EAU ». Il DIT « EAU ».

 

Le VIN sacre l'individualisme.

 

BORIS DIAW a toujours privilégié le jeu collectif à son ambition personnelle donc Dieu nous fait comprendre que L'EAU symbolise la solidarité.

 

Image result for boris diaw équipe de france

 

Quand il jouait en équipe de France, Boris Diaw portait le maillot numéro 13.

 

13 = M

 

M = AIME

 

Lorsque Dieu nous dit « AIME », il nous demande de bannir l'individualisme afin de jouer collectif.

 

Boris Diaw a débuté sa carrière professionnel au club de Pau-Orthez qui se trouve dans le département numéro 64.

 

Le département 64 est celui des PYRÉNÉES-Atlantiques.

 

PYRÉNÉES = le PIRE est NÉ

 

Boris est né un 16 avril (16 4).

 

16X4 = 64

 

Un cheval possède 64 chromosomes.

 

J'ai expliqué précédemment que les hommes sont les chevaux de selle sur lesquels César monte quotidiennement pour se bâtir un empire, donc le PIRE EST NÉ car Dieu change désormais l'Alliance du VIN par celle de l'EAU, en nous demandant de faire descendre César de selle pour prendre le contrôle des richesses que nous produisons.

 

Le Pape Benoît XVI est également né un 16 avril et il symbolise l'Alliance du VIN parce que durant son pontificat, il n'a pas combattu César, au contraire, il a invité chaleureusement au Vatican ses plus fidèles serviteurs alors que César avait notamment ensanglanté le Moyen-Orient en agressant illégalement l'Irak. Boris Diaw est né 55 ans - jour pour jour - après la naissance du Pape Benoît XVI. Le chiffre 55 est symbolique puisque le basket oppose sur le terrain deux équipes de 5 joueurs, alors Dieu nous fait comprendre à travers Boris Diaw qui symbolise l'EAU, et le Pape Benoît XVI qui symbolise le VIN, que nous devons désormais nous opposer à l'équipe de César, c'est-à-dire à l'équipe des capitalistes, et nos armes principales pour remporter la victoire sont les 5 doigts de notre main qui tiennent le bulletin de vote le jour de l'élection présidentielle.

 

John LAW est également né un 16 avril et j'ai expliqué précédemment que LAW signifie la LOI en anglais.

 

LAW se prononce L'EAU, donc Dieu nous fait comprendre qu'il change désormais la LOI car nous devons dorénavant rejoindre l'Alliance de L'EAU pour obtenir la vie éternelle.

 

Boris Diaw est lié à l'EAU car il est passionné par la voile et la plongée. Il s'est même engagé en 2018 dans la Marine nationale en tant que réserviste citoyen. Par ailleurs, le 6 septembre 2018, Boris a annoncé qu'il prenait sa retraite sportive dans une vidéo tournée sur son bateau avec la mer en arrière plan. Il entamait alors un tour du monde sur la mer qui allait durer 13 ans. Boris symbolise ainsi l'EAU.

 

Related image

 

Il a débuté sa carrière professionnel avec l'équipe de Pau-Orthez, il jouait alors aux côtés des frères PIÉTRUS - Florent et Mickaël - qui ont été formés au centre de formation de Pau.

 

Florent PIÉTRUS compte 230 sélections en équipe de France et Mickaël PIÉTRUS a évolué en NBA après avoir quitté le club de Pau-Orthez.

 

Le PÉTRUS est un VIN de la région de Pomerol près de Bordeaux, dans le département numéro 33.

 

PIÉTRUS = PÉTRUS I

 

I = 9

 

Le chef-lieu du département 9 est la ville de FOIX.

 

Auparavant, les chrétiens qui avaient la FOI en Dieu, devaient boire le VIN de Jésus pour s'envoler au paradis.

 

Le surnom de Mickaël PIÉTRUS est « Air France ». Dieu associe ainsi le VIN, le PÉTRUS, avec les AILES d'un avion, car le VIN de Jésus donnait des AILES pour s'envoler au paradis, or c'est terminé puisque désormais Dieu DIT « EAU ».

 

Je rappelle que le PÉTRUS est un VIN de la région de Pomerol près de Bordeaux, dans le département numéro 33. Les frères PIÉTRUS ont été formés au centre de formation de Pau, dans le département 64, un chiffre qui symbolise notre soumission envers César, et nous lui restons soumis parce que nous sommes formés par l'Éducation nationale et les médias, par conséquent, nous recevons une formation qui nous incite à ne jamais nous révolter contre le pouvoir injuste et criminel de César.

 

À travers le chiffre 33, Dieu nous donne le message suivant : « CESSEZ de boire le VIN, CESSEZ de vous soumettre au pouvoir de César, ne soyez plus son CHEVAL de SELLE car je ne SCELLE plus l'Alliance avec le VIN de Jésus mais avec l'EAU. » Dieu crée désormais un nouveau centre de formation pour nous apprendre une nouvelle tactique de jeu avec la mise en place de l'économie révolutionnaire. Nous apprendrons ainsi à prendre la balle des mains de César, en lui prenant des parts de marché pour marquer le plus de points possibles grâce à un jeu ultra-collectif, et après plusieurs années de formation, nous prouverons à tous les citoyens que nous pouvons passer au niveau professionnel en prenant le pouvoir en main afin de diriger l'économie du pays. Notre centre de formation nous apprendra ainsi à jouer collectif pour parvenir un jour à battre la tactique de JE individualiste de César.

 

Pendant la préparation de l'équipe de France de basket avant le début de l'Euro 2015, Tony Parker a déclaré au journal Le Monde : « Cette année, c’est la meilleure équipe de France de l’histoire, c’est sûr. » Le lendemain, Boris Diaw n'était pas de cet avis, il a rétorqué à des journalistes : « Je ne suis pas forcément partisan de l'idée de comparer les générations. Il y a des équipes que je n'ai pas vu jouer, je ne leur ferai pas l'affront de dire que cette équipe est meilleure que celle de 64 par exemple. (…) Tu sais qui il y avait en 1964 ? Non ? Eh bien moi non plus... donc on ne va pas se permettre de comparer. »80

Le chiffre 64 est symbolique puisque le cheval possède 64 chromosomes et j'ai expliqué que ce chiffre symbolise le capitalisme car le cavalier, le capitaliste, monte sur le dos du travailleur, le cheval, pour construire son empire.

Boris est un homme altruiste alors il a pris l'exemple de l'équipe de France de 1964 parce que personne ne la connaît donc personne ne pouvait dire que l'équipe de France version 2015 était meilleure que les précédentes.

Par conséquent, Dieu veut nous faire comprendre que personne ne peut prétendre que le système capitaliste est le meilleur car en France, depuis plusieurs siècles, nous n'avons jamais connu un autre système économique. Le chiffre 64 est donc symbolique puisqu'il représente le nombre de chromosomes du cheval, et en France, les travailleurs n'ont jamais tenu les RÊNES de l'économie étant donné qu'ils ont toujours laissé les capitalistes monter sur leur dos en leur permettant ainsi d'accaparer les richesses qu'ils produisent, avec comme résultat ces 30 dernières années, une pauvreté endémique et le chômage de masse. Alors à travers le chiffre 64, Dieu nous fait comprendre que les chevaux n'ont jamais pris le pouvoir en main, ainsi, personne ne peut dire qu'ils feraient moins bien que les cavaliers s'ils prenaient le contrôle de l'économie. Plus généralement, dans l'histoire de l'humanité, jamais les travailleurs n'ont été au pouvoir car dans les régimes communistes, c'était une élite bureaucratique qui dirigeait mais jamais les travailleurs qui ont toujours suivi les ordres, c'est-à-dire que les chevaux n'ont jamais eu le pouvoir en main. Par conséquent, personne ne peut dire que l'équipe des chevaux serait moins forte que celle des cavaliers si elle arrivait enfin au pouvoir.

Ainsi, « jusqu'à présent, nous avons eu deux types de sociétés : les sociétés capitalistes et les sociétés bureaucratiques et dans les deux cas, c'est une minorité qui décidait pour la majorité : une minorité d'actionnaires pour les sociétés capitalistes et une minorité d'apparatchiks et de bureaucrates dans les sociétés totalitaires. Donc le type de société que nous devons construire est celle où une majorité décide enfin pour elle-même81. » Les chevaux doivent ainsi prendre le pouvoir en main afin de devenir des hommes et construire un monde égalitaire dans lequel toutes les richesses seront équitablement redistribuées pour permettre à chacun de vivre dignement. Dieu met en lumière Boris Diaw car il présente un profil atypique en étant capable sur le terrain d'évoluer à chacun des cinq postes du basket-ball, ce qui est très rare dans le basket professionnel. Dieu veut ainsi nous faire comprendre qu'à l'instar de Boris, nous sommes capables de jouer à tous les postes puisque nous créons toutes les richesses du pays et nous pouvons également diriger le pouvoir politique et économique en menant la politique intérieure et extérieure du pays, tout en dirigeant nous-mêmes nos entreprises, en étant alors à la fois employé et dirigeant, capables de réinvestir les richesses que nous produisons pour éradiquer le chômage et la pauvreté. Alors nous n'avons pas besoin de la bourgeoisie pour diriger le pays, ni du capitaliste qui est actuellement le meneur de JE et qui comme Tony Parker, est persuadé que son équipe est la meilleure alors que la nôtre ferait bien mieux si elle arrivait au pouvoir.

 

 

Image result for spurs logo image

 

Signe supplémentaire, Boris Diaw et Tony Parker ont joué ensemble dans l'équipe de San Antonio, dont le logo est un épéron, qui est une pièce de métal, fixée au talon du CAVALIER, afin de piquer les flancs du CHEVAL.

 

Boris Diaw portait le maillot numéro 33 avec San Antonio.

 

33 = CC

 

CC se prononce CESSEZ.

 

Dieu nous demande ainsi de CESSER de CAVALER au travail afin de ne plus enrichir le capitaliste. Il nous demande désormais de prendre les rênes de l'économie en prenant le contrôle des richesses que nous produisons.

 

Boris DIAW est lié à L'EAU et au chiffre 64, qui est le nombre de chromosomes du CHEVAL, car Boris symbolise la nouvelle Alliance de l'EAU qui nous impose de quitter notre condition de CHEVAL pour devenir maître de notre vie et progressivement, maître d'un monde nouveau où l'altruisme sera roi.

 

Entre 2009 et 2017, Boris Diaw détenait  33 % des parts du capital du club de basket des JSA Bordeaux dont il était le vice-président. Il a investi plus de 2 millions d'euros durant cette période.

Boris Diaw avait pour ambition de « créer à Bordeaux une grande équipe de basket dans les années à venir. »82

Boris – qui a débuté sa carrière professionnelle à PAU, le chef-lieu du département 64 – aurait pu utiliser les dizaines de millions d'euros qu'il a gagné en NBA pour combattre la malnutrition afin que de nombreux enfants n'aient plus la PEAU sur les os et puissent survivre – or Boris a préféré investir une partie de sa fortune dans un club de basket.

Sur le terrain de basket, Boris faisait la plupart du temps le bon choix mais cette fois ci, il a fait le mauvais Shoah.

 

Boris détenait 33,33 % du club de Bordeaux situé dans le département 33.

 

33+33 = 66

 

Le chiffre de la Bête est le 666, c'est le chiffre du diable.

 

Le nom complet de Boris Diaw est Boris Babacar Diaw-Riffiod.

 

BABACAR = BLABLACAR

 

BLABLACAR est le site numéro 1 de covoiturage en France.

 

L'histoire de Boris est liée au nombre 64 et ce chiffre symbolise le nombre de chromosomes du cheval.

 

L'homme a principalement utilisé le cheval pour faire la course et non pour servir la collectivité.

Boris va désormais devoir choisir entre naviguer seul sur son voilier ou faire du covoiturage, c'est-à-dire faire un choix entre l'individualisme ou le collectif. C'est un garçon intelligent donc s'il comprend le message de Dieu, il investira une partie de sa fortune dans l'économie révolutionnaire afin d'intégrer NOTRE équipe de France. Nous aurons besoin de personnes comme Boris pour montrer l'exemple aux jeunes car il a eu de bons éducateurs lorsqu'il a été formé au Centre fédéral de basket-ball, il doit désormais à son tour éduquer les jeunes de notre centre de formation en partageant sa richesse afin de leur transmettre de vraies valeurs, les mêmes qu'il montrait à chacun de ses matchs sur un terrain de basket.

 

Boris est né le 16 avril 1982 (16 4 1982).

 

16X4X1982 = 126848

 

126848 = 64 88 12

 

88 = HH

 

Les 2 H assemblés forment l'échelle qui mène au paradis.

 

12 = L = AILE

 

64 = 46

 

Le cheval possède 64 chromosomes et l'homme 46.

 

Ce signe symbolise le choix entre courir ou marcher, la course au profit ou le partage, l'individualisme ou le collectif.

 

Si tu partages ta fortune Boris, Dieu te donnera des AILES pour que tu puisses t'envoler au paradis.

 

L'un des rêves de Boris est de voyager dans l'espace, il a confié à un journaliste : « J'irai dans l'espace un de ces jours. Je ne dirai pas dans les 10 ans mais peut-être dans les 30 ans à venir. »83

 

Boris peut éternellement vivre dans les ÉTOILES à condition de ne pas dépenser une fortune pour faire un voyage individuel dans les ÉTOILES, puisqu'il a l'obligation de partager sa richesse s'il veut un jour vivre éternellement là-haut dans le Ciel.

Il doit ainsi revendre ses parts de l'hôtel 4 ÉTOILES qu'il a acheté en 2011, pour investir solidairement son argent dans l'économie révolutionnaire ou le donner à des œuvres humanitaires.

 

Nicolas BATUM est un joueur de basket international français. Il a joué pendant 7 ans avec l'équipe des Portland Trailblazers en NBA.

 

Image result for nicolas batum portland

 

Il portait alors le maillot numéro 88.

 

88 = HH = l'échelle

 

Nicolas a ainsi PORTÉ le numéro 88 avec l'équipe de PORT LAND.

 

À travers Nicolas BATUM, Dieu te fait comprendre que si tu te BATS pour aider ton prochain, tu pourras un jour monter l'ÉCHELLE afin d'ouvrir la PORTE du paradis.

 

88 = HH

 

HH est l'abréviation de Heil Hitler, le salut nazi.

 

Nicolas Batum a porté le numéro 88 pendant SEPT ans avec l'équipe de PORTLAND.

 

SEPT = 19X5X16X20 = 30400

 

Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, est mort un 30 4 (30 avril).

 

Dieu nous demande ainsi de nous battre pour supprimer le RICHE afin de pouvoir ouvrir la PORTE du paradis.

 

BATUM = BAT MU

 

La chenille est la larve du papillon, elle MUE et déploie ensuite ses AILES.

 

Tu dois ainsi te BATTRE contre le capitalisme afin de MUER pour déployer tes AILES.

 

Nicolas a perdu son père, Richard, quand il était enfant. Il pourra un jour le rejoindre dans les étoiles mais pour s'envoler, Nicolas va devoir enlever les boulets que la NBA lui a enchaîné aux pieds car il a notamment signé en 2012 un contrat de 46 millions de dollars sur 4 ans avec Portland.

 

Le département 46 est celui du LOT.

 

LO = L'EAU

 

T = 20 = VIN

 

Nicolas va devoir choisir entre l'EAU ou le VIN, le collectif ou l'individualisme.

 

Pour ouvrir la PORTE du paradis et retrouver son père, il va devoir se délester de ces 46 millions de dollars car s'il ne le fait pas, il ne s'envolera jamais vers le Ciel. Au contraire, les boulets qu'il PORTE aux pieds l'enfonceront six pieds sous terre.

 

Ainsi, pour revoir son père, RICHARD, Nicolas ne doit pas être RICHE puisque les RICHES ne vont jamais au paradis.

 

Le 1er juillet 2016, Nicolas a annoncé sur Twitter qu'il allait signer un nouveau contrat de 120 millions de dollars sur 5 ans avec l'équipe de Charlotte.

 

Le 120e jour de l'année est traditionnellement le 30 avril qui célèbre la fin du IIIe REICH.

 

Dieu précisait ainsi que le RICHE n'ouvrira jamais la PORTE du paradis.

 

Le chiffre 120 se prononce SANS VIN.

 

120 = LO

 

LO = L'EAU

 

Dieu fait ainsi comprendre à Nicolas qu'il doit rejoindre la nouvelle Alliance de L'EAU – en partageant sa fortune – afin de monter l'échelle qui lui permettra d'ouvrir la PORTE du paradis.

 

Nicolas BATUM a annoncé qu'il allait signer ce contrat de 120 millions de dollars avec l'équipe de Charlotte – 39 jours avant la date symbolique du 8 août 2016.

 

8 août = 88

 

88 = HH = l'échelle

 

2016 = TAF

 

CHARLOTTE = CHA RLOTTE

 

CH = 38  A =1

 

38+1 = 39

 

RLOTTE = 18+12+15+20+20+5 = 120

 

Nicolas a ainsi annoncé la signature de son contrat de 120 millions de dollars avec CHARLOTTE – 39 jours avant le 8 août 2016.

 

Dieu fait comprendre à Nicolas que son TAF pour monter l'échelle qui mène au paradis, est de partager ses 120 millions de dollars.

 

Le 1er juillet 2016, Nicolas Batum a posté un tweet dans lequel il annonçait être parvenu à un accord avec Charlotte pour définir les termes de son nouveau contrat.

 

Voici le Tweet :

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est batum.png.

 

Vous pouvez voir qu'il a été posté à 1h02.

 

1:02 = 120

 

Le IIIe REICH a pris fin le 120e jour de l'année 1945.

 

01h02 = 10 02

 

10 02 = JOB

 

Un JOB est un TAF.

 

Dieu fait comprendre à Nicolas que son TAF pour ouvrir la PORTE du paradis est de partager ses 120 millions de dollars – car le RICHE ne pourra jamais s'élever vers le Ciel.

 

Le logo de Tweeter est un oiseau donc Dieu lui indique le TAF à effectuer pour obtenir des AILES.

 

Après avoir annoncé qu'il allait signer un contrat de 120 millions de dollars, Nicolas a déclaré à un journaliste du journal L'Équipe : « Je ne l'ai pas VOLÉ ». Or il ne pourras jamais s'ENVOLER vers le PARADIS avec une telle fortune sur son compte en banque.

 

PARADIS = PARIS AD

 

AD = 14

 

Le chef-lieu du département 14 est la ville de CAEN.

 

Avant d'intégrer le centre de formation du Mans, Nicolas Batum jouait dans le club du CAEN Basket Calvados. Au printemps 2013, Nicolas a investi une petite partie de sa fortune dans ce club afin d'« offrir un club de haut-niveau à CAEN ».84

 

La ville de CAEN est le chef-lieu du département du CALAVADOS.

 

CAEN symbolise le CAMP du VIN car l'Alliance du VIN avec Jésus permet à César de monter sur le DOS des hommes afin de les faire CAVALER pour construire son empire.

 

À l'instar de Nicolas Batum, vous devez faire un PARIS pour aller au PARADIS, en choisissant l'égoïsme de l'Alliance du VIN ou l'altruisme de l'Alliance de l'EAU.

 

Nicolas Batum a signé son premier contrat professionnel avec l'équipe du MANS.

 

MANS = MANSONGE

 

Nicolas est né dans la commune de LISIEUX.

 

LIS la traduction des signes avec tes YEUX et rejoins le CAMP de l'Alliance de l'EAU car Dieu a multiplié les signes pour te faire comprendre que je ne raconte pas de MENSONGES, donc si tu combats les inégalités sociales à mes côtés tu pourras ouvrir la PORTE du PARADIS.

 

Nicolas Batum a annoncé qu'il allait signer un contrat de 120 millions de dollars, le 1er juillet 2016 (1 7 2016).

 

1X7X2016 = 14112

 

14112 = 14 112

 

Le chef-lieu du département 14 est la ville de CAEN.

 

112 = SANS 12

 

12 = L = AILES

 

112 = SANS AILES

 

Dieu fait comprendre à Nicolas que s'il rejoint le CAMP de Alliance du VIN en refusant de partager sa fortune, il sera SANS AILES, puisqu'il ne pourra jamais s'envoler vers le Ciel pour ouvrir la PORTE du paradis.

 

Nicolas a signé son contrat de 120 millions de dollars le 7 juillet 2016.

 

7 juillet = 7 7

 

7X7 = 49

 

Le chef-lieu du département 49 est la ville d'ANGERS.

 

ANGERS = ANGE

 

2016 = TAF

 

Pour devenir un ANGE, le TAF de Nicolas est de partager ses 120 millions de dollars.

 

Image result for batum image équipe de france

 

Nicolas Batum portait le numéro 88 avec Portland et le numéro 5 avec l'équipe de France. Il a également porté le numéro 5 avec son club de Charlotte après avoir quitté Portland en 2015.

 

2015 = 20 15

 

20 = VIN

 

15 = O = EAU

 

Le chiffre 5 est symbolique car nous devons tendre les 5 doigts de la main à notre prochain pour monter l'échelle (88) qui nous permettra d'ouvrir la PORTE du paradis.

 

En 2008, Nicolas Batum a été sélectionné en 25e position lors de la draft de la NBA. La draft est une cérémonie annuelle durant laquelle les équipes NBA sélectionnent les futurs espoirs du basket mondial.

 

Le chef-lieu du département 25 est la ville de BESANCON, et Olivier BESANCENOT est la figure emblématique du NPA.

 

À travers le chiffre 25, le chiffre 5 et la NBA, Dieu nous fait comprendre que nous pourrons ouvrir la PORTE du paradis en votant pour le candidat du NPA avec les 5 doigts de notre main qui tiennent le bulletin de vote.

 

Les joueurs de la NBA donnent l'impression d'avoir des AILES sur un terrain de basket, donc Dieu nous fait comprendre qu'en rejoignant le NPA, nous pourrons obtenir des AILES afin de nous envoler au paradis.

 

Lors d'un match de basket, l'objectif est de marquer des PANIERS, donc à travers ces joueurs de basket, Dieu nous demande de ne PAS NIER les signes qu'il nous envoie.

 

BATUM = MU BAT

 

Avant de muer et de déployer ses ailes, la chenille est une LARVE.

 

En argot, une LARVE est une personne paresseuse, faible et sans volonté.

 

Par conséquent, pour t'envoler vers le Ciel, Dieu te fait comprendre que tu vas devoir te battre et afficher une volonté sans faille afin d'abolir le règne du RICHE.

 

CHENILLE = LINE CHE

 

La LIGNE à suivre est celle de CHE Guevara, car si tu combats le capitalisme, tu pourras ensuite muer et déployer tes ailes.

 

LARVE = LR AVE

 

Les initiales LR sont celles du parti politique Les Républicains, l'un des partis politiques de César.

 

Donc si tu votes pour Les Républicains, en disant ainsi « AVE César » le jour de l'élection présidentielle, tu resteras éternellement une LARVE puisque Dieu ne te donnera jamais deux AILES pour t'envoler au paradis.

 

 

Ces dernières années, le meneur de jeu de l'équipe de France de basket était Tony PARKER.

 

Image result for tony parker

 

« PARKER » est également le nom d'une marque de STYLOS. Du collège à la fac, j'ai toujours écrit avec des stylos-plume PARKER car les mines étaient plus épaisses que les autres.

 

Tony PARKER porte le maillot numéro 9 sur le terrain et le chef-lieu du département 9 est la ville de FOIX.

 

9 = I

 

La lettre « I » a la forme d'un STYLO.

 

Dieu nous prouve ainsi qu'il écrit l'histoire de chacun d'entre nous afin que nous ayons FOI en lui.

 

Il a ainsi multiplié les signes, par exemple, la ville la plus peuplée du département 9 est celle de PAMIERS et Tony Parker, qui porte le numéro 9, est le joueur de basket qui a marqué le plus de PANIERS dans l'histoire de l'équipe de France et dans celle du championnat d'Europe de basket.

 

La différence entre les mots PANIERS et PAMIERS se situe au niveau des lettres N et M.

 

Dieu nous demande ainsi d'avoir FOI en lui et de remplacer la HAINE par le mot « AIME ».

 

Tony Parker est à la tête d'une fortune de plus de 200 millions d'euros alors que des millions de personnes meurent de pauvreté chaque année, par conséquent, nous devons lutter pour que toutes les richesses soient équitablement redistribuées entre les êtres humains afin de mettre un terme à la N qui dirige le monde.

Tony Parker est un meneur de jeu et actuellement le meneur de jeu de l'humanité c'est l'amour de l'argent, alors ma mission est de vous traduire les messages de Dieu afin que l'amour de l'autre devienne le meneur de jeu de l'humanité

À travers le numéro 9, Dieu nous fait comprendre qu'il établit un dogme NEUF, donc il change l'Alliance du VIN par celle de l'EAU.

 

Le surnom de Tony Parker est « T.P. » (prononcé à l'anglaise « tipi »).

 

T = 20

 

P = 16

 

TP = 2016

 

Dieu établit ainsi un dogme NEUF en changeant les termes de l'Alliance à partir de l'année 2016.

 

Il a donc utilisé son stylo PARKER pour réécrire le dogme.

 

Tony Parker a été pendant 15 ans le meneur de jeu de l'équipe de France.

À travers les signes, Dieu nous montre que c'est lui le meneur de jeu, et tu feras partie de son équipe en votant pour le juste partage des richesses de la Terre.

Un joueur NBA doit gagner quasiment le même salaire qu'un enseignant, qu'un ouvrier, qu'un médecin ou qu'une caissière de supermarché.

Un joueur de basket joue en NBA parce que Dieu l'a programmé pour jouer en NBA, et contrairement à la caissière de supermarché, le joueur NBA vit de sa passion donc rien ne justifie qu'il gagne des millions chaque année alors qu'il réalise son rêve.

À travers le basket, Dieu te demande de ne PAS NIER les signes et ainsi de combattre le capitalisme pour obtenir la vie éternelle.

 

BASKET se prononce BASSE QUÊTE.

 

Le mot QUÊTE désigne l'action de chercher, de trouver, de découvrir. Par extension, une quête peut être une mission suivie par des personnes qui se consacrent à recueillir ou parvenir aux buts qu'ils se sont donnés.85

 

Ta QUÊTE est d'obtenir l'immortalité pour vivre éternellement là-HAUT.

 

La QUÊTE de l'immortalité se déroule ici-BAS, c'est une BASSE QUÊTE.

 

Durant un match de BASKET, les joueurs se font des PASSES.

 

PASSES = PAS SS E

 

E = 5

 

Pour réussir la BASSE QUÊTE, tu ne dois PAS te comporter comme un soldat SS alors ne vote pas pour le règne du RICHE avec les 5 doigts de ta main qui tiennent le bulletin de vote.

 

 

Mickaël GELABALE est un joueur de basket, ancien international français. Il compte cinq médailles internationales avec l'équipe de France.

 

Mickaël GELABALE a été formé au centre de formation de Cholet Basket. J'ai également joué dans ce club durant ma jeunesse et j'ai participé à quelques entraînements avec le centre de formation lorsque Mickaël y était.

 

GELABALE se prononce J'AI LA BALLE.

 

Dans le langage familier, le mot « BALLE » est utilisé en remplacement de l’unité monétaire : francs, euros, centimes.86

 

La « BALLE » symbolise ainsi l'argent donc « J'AI LA BALLE » symbolise le capitalisme car ce système économique permet à une minorité d'individus de monopoliser la BALLE entre les mains sans avoir l'obligation de la passer. Par conséquent, plus de 200 millions de travailleurs sont au chômage dans le monde, des milliards d'êtres humains vivent dans la misère et des millions d'enfants meurent de faim et de maladies chaque année.

 

Related image

 

Mickaël J'AI LA BALLE portait le maillot numéro 15 avec l'équipe de France.

 

15 = O

 

O = EAU

 

L'Alliance de l'EAU remplace le dogme « J'AI LA BALLE » par « NOUS AVONS LA BALLE ».

 

O = HAUT

 

À travers Mickaël J'AI LA BALLE, Dieu te fait comprendre que tu dois passer la BALLE à ton prochain pour vivre éternellement là-HAUT.

 

Les riches doivent ainsi partager leur argent pour entrer au paradis.

 

Mickaël J'AI LA BALLE a été formé à Cholet Basket et je suis né à Cholet, donc Dieu m'a formé pour convaincre les hommes de se PASSER LA BALLE. Ma mission est ainsi de fédérer les hommes pour créer un monde solidaire, puisque contrairement à ce que César vous dira dans SES médias, ce n'est pas un rêve utopique.

À travers Mickaël J'AI LA BALLE, Dieu vous prouve qu'il écrit l'histoire de chacun d'entre nous, car un joueur de basket doit avoir la BALLE entre les mains pour espérer marquer un PANIER – alors ne NIEZ PAS les signes que Dieu nous envoie et affrontez les capitalistes pour leur prendre la BALLE des mains, afin que chacun puisse marquer des paniers et ainsi remplir son panier de courses sans avoir besoin d'aller aux Restos du cœur.

Je suis né à Cholet, une ville de 60 000 habitants qui a la particularité de posséder l'un des meilleurs centre de formation en Europe étant donné que Cholet Basket a formé 5 joueurs qui ont été drafté en NBA : Mickaël Gelabale, Rudy Gobert, Rodrigue Beaubois, Kevin Seraphin et Nando de Colo.

Ma mission est de fonder un centre de formation dans lequel les jeunes pourront s'épanouir et apprendre à jouer collectivement en combattant le capitalisme.

Le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, a été condamné par la justice en janvier 2014, pour apologie de crimes contre l'humanité, ce qui ne l'a pas empêché d'être réélu deux mois plus tard lors des élections municipales, donc mon centre de formation a pour but d'apprendre aux jeunes à ne jamais voter pour le diable.

Le 15 décembre 2015, la cour de cassation a annulé la condamnation de Gilles Bourdouleix car le diable dicte sa loi, alors nous devons le renverser pour faire enfin régner la justice.

Gilles Bourdouleix est né le 15 avril 1960 à ANGERS.

15 4 19 = DOS

Le département 60 est celui de L'OISE.

L'OISIVETÉ désigne l'état d'une personne qui n'a pas d'activité laborieuse.

Elle symbolise les ROIS puisqu'ils accaparent une fortune sur le DOS du peuple à l'instar des politiciens professionnels qui accaparent l'argent du contribuable sans jamais transpirer, à part quand ils prononcent un discours l'été au soleil dans un costard hors de prix.

Ma mission est de former les jeunes pour leur apprendre à combattre les ROIS qui dirigent notre pays et je multiplie les signes pour vous donner la preuve que si vous avez FOI en Dieu, vous obtiendrez deux ailes dans le DOS afin de vous envoler au paradis. Alors ne prenez pas exemple sur les politiciens cupides et égoïstes comme Bourdouleix, car si vous gagnez beaucoup d'argent, partagez-le, voilà le genre de valeurs que nous transmettrons aux jeunes dans notre centre de formation. Donc nous aurons beaucoup de travail sur la planche puisque depuis leur naissance, la République française a transmis des valeurs inverses à nos jeunes, en glorifiant l'accumulation d'argent, l'individualisme, l'injustice, la compétition, l'écrasement des plus faibles. J'espère ainsi que tous les parents auront le bon sens de motiver leurs enfants pour qu'ils rejoignent notre centre de formation car nous devons leur transmettre l'amour et non la haine.

 

Rudy GOBERT est un joueur de basket, international Français, il a remporté le bronze lors de la Coupe du monde 2014 et lors du championnat d'Europe 2015. Rudy a été formé au centre de formation de Cholet Basket et il évolue actuellement dans l'équipe des Utah Jazz en NBA.

 

Image result for rudy gobert

 

Rudy GOBERT a été sélectionné en 27e position lors de la draft de la NBA en 2013, et il porte le numéro 27 sur le terrain.

 

27 se prononce 20 7.

 

20 = VIN

 

Le 7e mois de l'année est celui de Juillet dont l'étymologie est dûe à Jules César.

 

Dieu associe ainsi Rudy GOBERT à l'Alliance du VIN qui donne le pouvoir politique entre les mains de César.

 

GOBERT = GOBER T

 

T = 20 = VIN

 

GOBER signifie AVALER ; donc GOBERT signifie AVALER du VIN.

 

Lorsque Rudy GOBERT jouait à Cholet Basket, il portait le maillot numéro 15.

 

15 = O

 

O = EAU

 

Rudy GOBERT symbolise ainsi le choix entre l'Alliance de l'EAU ou celle du VIN.

 

Dans le langage familier, le verbe « GOBER » signifie « croire aveuglément ».

 

GOBERT = GOBER T

 

T = 20

 

Dieu vous fait comprendre que César essaiera de vous manipuler lors du journal de 20H afin de vous faire GOBER qu'il n'a pas essayé de cacher le génocide des pauvres ou qu'il ne vous endoctrine pas pour voter en faveur du capitalisme. Dieu vous donne ainsi le message suivant : « Ne GOBEZ pas les mensonges du journal de VIN heures. »

César vous dira que je suis un menteur, un charlatan, donc il vous conseillera de ne pas GOBER mes soi-disant mensonges. C'est la raison pour laquelle, Dieu vous a envoyé un signe clair à travers Rudy GOBERT pour vous prouver que je ne suis pas MALHONNÊTE, car Rudy joue dans l'équipe des Utah Jazz, et le meilleur joueur de l'histoire de cette franchise NBA est Karl MALONE, surnommé « the Mailman » qui signifie en anglais : « le facteur ».

 

Image result for karl malone

 

Dieu vous fait ainsi comprendre à travers Karl MALONE que je ne suis pas MALONETE puisque je suis le porteur de son MESSAGE, c'est moi le facteur et il vous demandait notamment en 2017 de voter pour Philippe Poutou, dont le père était facteur, à l'instar d'Olivier Besancenot, le porte-parole du NPA, qui est un ancien facteur. À travers KARL Malone, Dieu met en lumière KARL Marx, le principal théoricien de la révolution contre le système capitaliste. Par conséquent, à travers KARL Marx et KARL Malone, Dieu nous donne le MESSAGE de renverser le capitalisme. Par ailleurs, Karl Malone, surnommé « le facteur », portait le maillot numéro 32, et à l'instar d'un facteur, j'ai POSTÉ les messages de Dieu sur internet, en décembre 2016, à l'âge de 32 ans. Le département 32 est celui du GERS donc Dieu multiplie les signes pour vous faire comprendre que Nicolas GERBERON est le nouveau BERGER, le nouveau messager.

 

L'équipe de basket des Utah Jazz est basée dans la ville de SALT LAKE City.

 

SALT signifie SEL en anglais.

 

LAKE signifie LAC ; ce mot symbolise L'EAU.

 

GOBER signifie AVALER, donc Dieu te demande d'AVALER L'EAU de la nouvelle Alliance afin que tu ne sois plus le cheval de SELLE de César.

 

Désormais, soit tu GOBES les mensonges des hommes politiques et des médias qui te diront que je suis un charlatan, ou tu prends conscience de la cohérence et de l'évidence des signes en combattant ce diable de capitalisme à mes côtés.

Qu'as tu as perdre à part gagner la vie éternelle ? Ce qui t'attends avec le capitalisme, c'est la retraite à 67 ans, une augmentation progressive du temps de travail avec des cadences toujours plus infernales, un stress et une pression quotidienne, la peur constante de te retrouver au chômage et une inégalité toujours plus grande entre les riches et les pauvres, donc il n'y a aucun espoir que ta vie s'améliore avec le capitalisme, alors aie confiance en Dieu et suis-moi pour changer ce monde ignoble.

 

Rudy GOBERT est symbolique puisqu'il mesure 2m18 et avec les bras levés, il possède une envergure de 2m36.

 

Related image

 

C'est l'un des meilleurs contreurs du monde, c'est-à-dire qu'il contre la balle avec sa main pour empêcher les joueurs adversaires de marquer.

 

Related image

 

Vincent Collet, le coach de l'équipe de France, a déclaré lors des Championnats d'Europe en 2015 : « Rudy est un empêcheur de très haut niveau, un encrage défensif très intéressant pour nous. Parfois, je pense même qu’il impacte les intérieurs adverses psychologiquement. »87

Rudy est donc un « EMPÊCHEUR », et ma mission est de créer un centre de formation afin d'EMPÊCHER les capitalistes d'endoctriner la jeunesse avec leur société de consommation immorale qui glorifie l'argent, la violence et le sexe. Ma mission est ainsi d'EMPÊCHER les jeunes de commettre des PÊCHÉS. Nous allons également mettre en place l'économie révolutionnaire pour apprendre à jouer collectivement et EMPÊCHER les capitalistes de régner en maître dans notre pays. Nous allons ainsi les CONTRER quotidiennement en leur prenant des parts de marché. Dieu nous a délivré un message clair à travers le chiffre 27 que porte Rudy Gobert sur son maillot, car le département 27 est celui de l'EURE donc Dieu nous fait comprendre qu'il est l'HEURE de faire la révolution. Il nous demande ainsi de couper la tête du ROI Argent, c'est-à-dire de renverser le système capitaliste.

Rudy Gobert a déclaré en septembre 2015 à un journaliste : « Au basket, on préfère en général mettre des paniers donc j’aime bien dunker mais le contre, c’est bien aussi. Ça empêche un panier de l’adversaire mais c’est aussi une manière de dire « DÉGAGE ! ». 88

Notre mot d'ordre est désormais : « DÉGAGE ! » ; « DÉGAGE LE ROI ARGENT ! » ; « DÉGAGE LE CAPITALISME ! » ; et pour y parvenir : « DÉGAGE CES PARASITES QUI DIRIGENT NOTRE PAYS ! »

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est dégage.png.

 

Actuellement, Rudy Gobert fait partie du camps des rois car le 31 octobre 2016, il est devenu le sportif français le mieux payé de l'histoire en signant un contrat de 102 millions de dollars sur 4 ans avec l'équipe des Utah Jazz. Rudy va ainsi devoir choisir entre l'EAU ou le VIN : soit partager son argent ou l'accaparer égoïstement afin de continuer à vivre comme un roi. S'il décide de préserver sa fortune, le jour de sa mort sur Terre, Dieu ne l'accueillera pas au paradis et il lui dira alors : « DEGAGE ! ». Donc fais le bon choix Rudy, viens rejoindre notre équipe de France en partageant ta fortune et tu obtiendras alors la vie éternelle.

 

 

Louis XVI

Le petit-fils de Louis XV, Louis XVI, arrive au pouvoir en 1774. Il est gauche et timide. Il vit dans une cour traversée par les intrigues et les coteries. Son règne est marqué par une politique velléitaire. Face aux pressions de la cour, des parlements et de la noblesse, il est incapable de prendre les mesures nécessaires pour combler une dette publique et un déficit budgétaire démesurés. L'aide apportée aux insurgés américains aggrave encore le déficit. Plusieurs autres facteurs expliquent les difficultés de la monarchie absolue.

Malgré les tentatives de centralisation administrative, le pays est loin d'être unifié. Il existe des douanes intérieures entre les provinces, il n'y a pas d'unité des poids et mesures. Tout ceci entrave le développement économique de la France à un moment où l'Angleterre est en plein décollage industriel. Les impôts ne sont pas perçus de la même manière dans tout le pays, même si les intendants en supervisent la répartition et la levée. Malgré les efforts entrepris depuis François Ier avec l'ordonnance de Villers-Cotterêts, les lois ne sont pas les mêmes dans tout le royaume. Le nord est encore soumis au droit coutumier, à peu près 300 coutumes, alors que le sud est régi par un droit écrit, inspiré du droit romain. L'Ancien Régime avait l'habitude de ne rien supprimer mais de superposer. De ce fait dans les années 1780, il existe un enchevêtrement de circonscriptions de tailles et de fonctions différentes : diocèses de l'Antiquité, bailliage et sénéchaussées du Moyen Âge, généralités du XVIe siècle. À l'aube de la Révolution les particularismes régionaux restent très vifs.

 

Période révolutionnaire

La période révolutionnaire commence vers 1787. À cette époque la monarchie absolue est incapable de conduire les réformes, notamment fiscales, indispensables à la modernisation de la France face à la contestation des groupes privilégiés, parlements et noblesse en tête. D'autre part, les idées nouvelles portées par les philosophes des Lumières et les économistes anglais ont pénétré les couches aisées de la population qui réclament une monarchie parlementaire, la rationalisation des institutions et la libéralisation d'un système économique archaïque. La réaction nobiliaire et la crise économique jouent un rôle non négligeable dans l'ébranlement populaire.89

 

 

La révolution française (1789)

 

 

La convocation des États généraux

Le 4 mai 1789, lorsque s’ouvrit la réunion des États Généraux du royaume de France, ceux-ci n’avaient pas été réunis depuis 175 ans, depuis 1614. À l’époque, les députés avaient été convoqués suivant le classement hiérarchique de la société en trois ordres : d’abord, le clergé et la noblesse, c’est-à-dire les ordres privilégiés ; ensuite tout le reste, la « roture », le Tiers État. En 1789, la procédure fut la même.

Mais tout avait changé.

Le pays était entré en ébullition depuis plusieurs mois déjà, depuis que les nobles juges du Parlement de Paris avaient réclamé ces États Généraux, pour consentir au roi Louis XVI les impôts dont celui-ci avait cruellement besoin. La nouvelle s’était répandue bien vite jusqu’au fond des provinces. Tous les hommes à partir de 25 ans, cinq millions d’hommes, étaient appelés à élire parmi eux ceux qui iraient se réunir à Versailles, où résidait le roi en son château ; et tous, jusque dans la plus infime paroisse, étaient appelés à dire ce qu’ils avaient sur le cœur, à inscrire leurs doléances dans des cahiers qui lui seraient portés.

Le roi l’avait fait afficher partout : « Sa Majesté a désiré que, des extrémités de son royaume, et des habitations les moins connues, chacun fut assuré de faire parvenir jusqu’à elle ses vœux et ses réclamations...».

Puisque le roi sollicitait ainsi jusqu’au plus humble de ses sujets, c’était assurément pour prêter une oreille attentive à ses plaintes et griefs, qui ne manquaient pas. Partout, on cria « Vive le bon roi ! »

Il y avait bien entendu, maldonne. Quand les nobles, parce qu’ils ne voulaient pas payer d’impôts, s’étaient rebellés contre le roi, et qu’ils avaient cherché à faire de la convocation des États Généraux une machine de guerre contre le pouvoir royal, ils ne s’attendaient certes pas à contribuer ainsi à déclencher la tourmente qui allait les balayer eux-mêmes.

Quant au roi et à ses ministres, ils avaient surtout en vue de trouver une solution au déficit du budget de l’État, à la banqueroute qui menaçait. Et ils pensaient que les bons sujets du Tiers État, bien qu’ils fussent pour leur part accablés et pressurés de tous côtés, leur serviraient à faire pression sur la noblesse et le clergé, afin que ceux-ci consentent enfin à faire un effort, même si payer l’impôt était considéré comme un signe de roture !

En fait, ni la noblesse, ni le clergé n’y étaient du tout disposés. Au contraire, ces quelque deux cent à trois cent mille personnes sur 26 millions d’habitants s’accrochaient d’autant plus à leurs privilèges, à leurs prétendus droits, hérités des temps de la féodalité, qu’ils sentaient profondément qu’ils avaient fait leur temps. Ces oisifs, qui ne pouvaient pas travailler sans s’exclure de leur rang social privilégié, étaient en déclin accéléré, tandis que, au sein du Tiers État, de cette « roture » qu’ils méprisaient, la bourgeoisie avait acquis une puissance nouvelle, qui lui ouvrait les voies de l’avenir.

La noblesse ne se montrait nullement prête à céder à la bourgeoisie la moindre parcelle de sa domination ; ni dans l’armée où les places d’officiers étaient réservées seulement aux nobles, ni dans le clergé où les évêques étaient tous des nobles et où pour accéder à une position bien rémunérée, il fallait se faire le laquais d’un prince, ni à plus forte raison dans les sommets de l’État, où les places étaient encore plus réservées.

Pendant longtemps, les bourgeois avaient lutté pour grimper dans la hiérarchie sociale en essayant d’arracher au roi des titres qui en faisaient à leur tour des nobles. Et certains y étaient parvenus. Mais maintenant, c’était dépassé. Devant le raidissement des privilégiés, les bourgeois ne pouvaient que revendiquer ce qu’ils estimaient être leur droit : l’égalité. Ils voulaient être admis à partager le pouvoir, ils voulaient une Constitution qui limitât les pouvoirs de la monarchie et qui leur permit de participer à la gestion de l’État et à l’administration du pays de façon à le sortir de la pagaille et de la désorganisation, de l’arriération de ses campagnes, tous obstacles aux progrès du développement économique.

Dans ce puissant État qu’était alors le royaume de France, la bourgeoisie ne pouvait pas donner sa mesure, elle étouffait.

À la fin du 18e siècle, si la bourgeoisie française ne formait pas encore un seul bloc économique, et si elle englobait encore la masse des artisans, elle était cependant déjà fort riche.

À Nantes, Marseille ou Bordeaux, les grands négociants avaient bâti des fortunes sur le commerce maritime ; y compris sur le commerce des Noirs pris en Afrique et revendus comme esclaves aux planteurs des Antilles.

Au-dessus encore, une bourgeoisie financière s’élevait dans le monde de la banque parisienne et lyonnaise. Elle prêtait au roi, elle commençait à créer des sociétés par actions, et la spéculation allait déjà bon train.

La bourgeoisie proprement industrielle était encore secondaire, elle commençait seulement à apparaître.

Enfin la bourgeoisie, c’était aussi les professions libérales, c’est-à-dire à l’époque avant tout les notaires, procureurs, avocats, juristes, qui pullulaient mais qui parvenaient difficilement à se faire une place au soleil. « Les avenues sont barrées de toute part », avait dénoncé Barnave, avocat à Grenoble. Parmi eux, la révolution allait puiser tout un personnel politique décidé à changer tout cela.

Car la bourgeoise française n’ignorait pas que si sa grande rivale, la bourgeoisie anglaise, avait devant elle de brillantes perspectives d’expansion, si elle avait déjà pris de l’avance sur le plan économique, elle le devait au fait qu’elle avait à sa manière réglé depuis belle lurette l’essentiel de ses comptes avec son propre ancien régime, qu’elle l’avait révolutionné, et pris le pouvoir.

Cet exemple, la propagande des grands intellectuels du siècle, ceux qu’on a appelés les Philosophes des Lumières, lui avait entre autres choses appris à le méditer.

Le despotisme de la monarchie française était partout battu en brèche.

En même temps, l’incrédulité en matière de religion s’était répandue, y compris au sein du clergé. Dans les séminaires, on lisait Voltaire, et même Diderot et Jean-Jacques Rousseau, plus ou moins clandestinement, tandis que dans les salons de la noblesse il était de bon ton de se prévaloir de la philosophie des Lumières. C’est dire à quel point les ordres privilégiés eux-mêmes avaient perdu confiance dans la valeur et la légitimité de leur régime !

Les idées d’égalité avaient fait leur chemin dans toute la société, répandues par une multitude de clubs, sociétés, académies, loges maçonniques, y compris dans les campagnes où les colporteurs apportaient des brochures de « Jean-Jacques ».

L’ensemble du régime était en faillite à la fin des années 1780, au point que toutes les tentatives de réformes des ministres de Louis XVI pour régler le problème de l’énorme dette de l’État, avaient échoué devant l’opposition de la caste des nobles. L’ultime tentative qui aboutit à la convocation des États généraux, elle, se retourna contre la noblesse, et finalement contre la monarchie elle-même.

Non pas du fait de la bourgeoisie. Celle-ci se serait accommodée d’un compromis avec la monarchie et avec les nobles libéraux, si ceux-ci y avaient consenti.

Mais alors une autre force sociale s’ébranla au sein du Tiers État. Celui-ci ne se confondait en un seul bloc qu’aux yeux des arrogants aristocrates.

En réalité, la grande masse de la population était composée de paysans misérables, les trois quarts de la population au moins.

Et dans les villes, une masse de tout petits artisans, de compagnons et de manœuvres, d’ouvriers, de pauvres et de sans-emploi, se distinguait elle aussi des bourgeois.

Ce sont ces masses populaires qui en intervenant pour la première fois sur la scène ont réalisé la révolution pour le compte de la bourgeoisie. Engels a résumé cela ainsi : « À partir de la Bastille, la plèbe dut faire tout le travail pour les bourgeois. Sans son intervention en juillet et en octobre 1789, le 10 août 1792, le 4 septembre 1793, etc., l’ancien régime aurait vaincu la bourgeoisie. »

La réunion des États Généraux souleva un immense espoir dans tout le Tiers État.

En Janvier 1789, dans un pamphlet, un certain abbé Sieyès put proclamer : « Le Tiers État est une nation complète » - autant dire qu’on pouvait tout à fait se passer des nobles et du clergé. Il obtint un succès retentissant.

Dans les villages, on ne parlait plus que des État généraux. Tous tinrent à aller voter, les vieux voulaient voter avant de mourir. Avec l’aide souvent d’un bourgeois de la ville, les paysans se mirent à rédiger les cahiers qui dressaient le catalogue de leur misère et de leur exploitation.

Bien sûr, lorsque cette montagne de cahiers fut rassemblée et fusionnée, ce sont les bourgeois, les gens instruits, qui leur imprimèrent leur marque et ce qu’il en ressortit dans les cahiers du Tiers État, ce furent surtout la revendication d’une Constitution, et celle de l’égalité civile intégrale. Mais il n’en restait pas moins que, pour la première fois au cours des siècles, pour la première fois au monde peut-être, un peuple entier avait été appelé à prendre la parole.

Il n’était pas près de se la laisser reprendre.90

 

La fin de l'ancien régime

Le 14 juillet 1789, les parisiens exaspérés par la crise économique et l'arrivée de troupes autour de Paris prennent d'assaut la Bastille. Cet événement est à l'origine de deux symboles de la République, la fête nationale et le drapeau tricolore. En effet, le 17 juillet, le roi, venu à Paris entériner les nouvelles institutions parisiennes nées de la prise de la Bastille, accepte de porter la cocarde tricolore : le blanc, la couleur royale, entouré des deux couleurs de Paris, le bleu et le rouge.

À la fin du mois de juillet 1789, les campagnes sont agitées par la Grande Peur, une révolte contre les droits féodaux. Pour mettre fin à l'agitation les députés votent dans la nuit du 4 août 1789, l'abolition des privilèges et des droits féodaux. Même si ces derniers sont déclarés rachetables lors de la rédaction des décrets, entre le 5 et le 11 août, cette date marque la fin de l'Ancien Régime et le début d'une nouvelle société. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen votée le 26 août 1789 en est l'acte de baptême. Ce texte reconnaît l'égalité des citoyens devant la loi, consacre la souveraineté nationale et légitime le droit à la résistance à l'oppression. Avec le retour forcé du roi à Paris les 5 et 6 octobre 1789, la Révolution semble avoir atteint ses buts : faire naître une monarchie parlementaire en rabaissant le prestige du roi et en restreignant ses pouvoirs. Le 14 juillet 1790, un an après la prise de la Bastille, la fête de la Fédération célèbre, sur le Champ-de-Mars à Paris, la réconciliation nationale et l'unité de tous les Français. La mémoire de ces deux dates a conduit à adopter, en 1880, la date du 14 juillet comme fête nationale de la République française.

L'abolition des privilèges et de la féodalité pousse les constituants, pétris de rationalisme et des idées de Lumières, à réorganiser la France pour lui donner l'unité qui lui faisait défaut. L'assemblée décide de supprimer l'enchevêtrement des anciennes circonscriptions administratives et décide le 15 janvier 1790 de créer une circonscription administrative unique pour la justice, l’administration, la religion, la collecte des impôts, gérant la chose publique de manière très décentralisée. Il s'agit des 83 premiers départements, gérés par des conseils de département élus et divisés eux-mêmes en districts, en cantons et en communes. La suppression des douanes intérieures, des corporations et de leurs privilèges pointilleux, la décision de créer de nouvelles unités de poids et mesures basées sur le système décimal et valables dans toute la France, la rédaction de codes unifiant le droit à l'échelle nationale, l'égalité en droit pour les protestants et les juifs sont autant d'initiatives propres à consolider l'unité nationale à mettre au crédit des Constituants. L'affaire des princes possessionnés d'Alsace et de l'annexion d'Avignon et du Comtat Venaissin en 1790 permet aux révolutionnaires de poser un nouveau principe du droit international, le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Par contre, la réorganisation du clergé catholique sans l'autorisation de la papauté suscite une profonde division dans le royaume. La constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790 transforme les évêques et les curés en fonctionnaires élus et devant prêter serment de fidélité à la Nation. Cette loi est condamnée par le pape, ainsi que la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. La France est alors divisée en deux : le monde rural soutient plutôt les prêtres réfractaires, ceux qui refusent de prêter serment pour obéir au pape, les citadins plutôt les jureurs, ceux qui acceptent le serment à la Nation. L'hostilité du roi et d'une immense majorité de la noblesse aux changements est un autre élément fondamental de division. De nombreux nobles émigrent, formant à la frontière allemande une armée d'émigrés prête à intervenir. Louis XVI louvoie, espère la guerre et une défaite française pour retrouver son pouvoir absolu. Celle-ci est déclarée le 20 avril 1792 par la toute nouvelle assemblée législative issue de la Constitution de 1791, la première jamais votée en France. Les défaites des premiers combats et l'invasion du territoire national ont pour conséquence la chute de la monarchie le 10 août 1792 et la proclamation de la République le 22 septembre 1792. Deux jours avant le 20 septembre 1792, une armée composée de jeunes volontaires patriotes avait arrêté l'avance prussienne à Valmy. Si la victoire militaire est minime, son impact symbolique est très fort.

À l'automne les armées de la Révolution occupent les Pays-Bas autrichiens, la rive gauche du Rhin, la Savoie et Mulhouse. Danton fait sienne la théorie des frontières naturelles et encourage les guerres de conquête bien loin de l'idéal révolutionnaire de libération des peuples opprimés. À Paris, la nouvelle assemblée élue au suffrage universel pour voter une nouvelle constitution.

La Convention, est occupée par le procès du roi à partir de décembre 1792.91

 

La révolution française, une révolution pour la bourgeoisie

Dès le début de la révolution, la bourgeoisie chercha à tenir à l’écart du pouvoir le petit peuple et les paysans qui n’obtinrent même pas le droit de vote. Mais la lutte révolutionnaire s’étendit et ce ne furent pas les beaux discours des parlementaires bourgeois qui sauvèrent la révolution mais l’intervention du peuple, sa lutte dans les campagnes contre la domination de la noblesse, puis son énergie révolutionnaire face aux armées de toute l’Europe monarchique. Bien des bourgeois furent effrayés par l’intrusion du petit peuple, des sans-culottes, dans la vie politique. Certains durent émigrer comme les de Wendel dont la forge d’Hayange fut vendue. La plupart des bourgeois ne supportèrent jamais la présence populaire dans les assemblées, les sans-culottes armés, le poids social du petit peuple en révolution. Pourtant c’est la victoire de cette révolution populaire qui leur apporta le pouvoir politique et social.

La bourgeoisie profita plus directement encore de la période révolutionnaire. Les terres des nobles émigrés et de l’Église furent vendues comme biens nationaux. Elles revinrent surtout aux bourgeois qui purent les racheter. Les paysans n’en eurent que moins d’un tiers.

La révolution française marqua le début de la fortune pour une certaine famille Peugeot, installée prés de Montbéliard depuis le XVIe siècle. Cette famille acheta des biens nationaux et put transmettre à ses fils une teinturerie, une huilerie, un moulin, un battoir à grains et des propriétés agrandies.

La famille Perier sut profiter aussi des événements politiques. Huit de ses membres furent députés du Tiers-état dans l’Assemblée constituante. Grâce à la révolution française, les Perier se mirent à fabriquer des armes et purent racheter des parts des mines d’Anzin.

Des spéculateurs en tout genre fleurirent aussi dans ces temps révolutionnaires. Nombre de bourgeois trouvèrent des moyens pour s’enrichir, en particulier en fournissant les armées.

À partir de 1794, quand après Thermidor la révolution commençait à refluer, les sans-culottes furent pourchassés ; les riches, les financiers et les bourgeois triomphèrent dans les rues et les salons parisiens. C’était le retour à l’ordre et aux affaires, c’était le début de l’âge d’or de la bourgeoisie.92

 

Le procès et la mort du Roi

La Convention nationale avait dès le 1er octobre mis en place une commission chargée d'instruire le procès. Celle-ci lui remet un rapport le 6 novembre aux termes duquel elle conclut que Louis Capet doit être jugé « pour les crimes qu'il a commis sur le trône. » Un tel procès est désormais juridiquement possible puisque sous une République, l'inviolabilité du roi n'existe plus.

Le 13 novembre, un débat crucial s'engage sur le point de savoir par qui le procès sera conduit. Le député de Vendée Morisson affirme que le roi a déjà été condamné en ayant été déchu. En face de lui, certains comme Saint-Just réclament sa mort, déclarant notamment que le roi est l'« ennemi » naturel du peuple, et qu'il n'a pas besoin de procès pour être exécuté.

Les preuves de la culpabilité du roi sont ténues jusqu'au 20 novembre, jour de la découverte aux Tuileries d'une armoire de fer dissimulée dans l'un des murs des appartements du roi. Selon le ministre de l'Intérieur Roland de la Platière, les documents qui y ont été trouvés démontrent la collusion du roi et de la reine avec les émigrés et les puissances étrangères ; il affirme également, sans plus de précision, que certains députés y sont compromis.

Dans un discours du 3 décembre resté célèbre, Robespierre prône solennellement la mort sans délai du roi déchu, déclarant que les « peuples [...] ne rendent point de sentences, ils lancent la foudre ; ils ne condamnent point les rois, ils les replongent dans le néant [...]. Je conclus que la Convention nationale doit déclarer Louis traître à la patrie, criminel envers l'humanité, et le faire punir comme tel [...]. Louis doit mourir parce qu'il faut que la patrie vive. »

Après des débats houleux, la Convention décide que Louis Capet sera bel et bien jugé, le tribunal étant la Convention elle-même. Elle confirme le 6 décembre que Louis Capet sera « traduit à la barre pour y subir son interrogatoire. » Saint-Just croit alors bon de préciser que « ce n'est pas [un monarque] que nous allons juger ; c'est la monarchie [et la] conspiration générale des rois contre les peuples. » Le lendemain, Louis XVI et son épouse se voient confisquer tous les objets tranchants dont ils se servent, à savoir rasoirs, ciseaux, couteaux et canifs.

Le procès de l'ancien roi, jugé comme un citoyen ordinaire et désormais appelé sous le nom de Citoyen Capet, s'ouvre le 11 décembre 1792.

À partir de ce jour, il sera séparé du reste de sa famille pour vivre isolé dans un appartement du deuxième étage de la maison du Temple, avec pour seule compagnie celle de son valet, Jean-Baptiste Cléry. Son logement, sensiblement le même que celui dans lequel il vivait avec les siens à l'étage supérieur, mesure environ 65 m2 et comprend quatre pièces : l'antichambre où se relaient les gardes et dans laquelle a été accrochée un exemplaire de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, la chambre à coucher du roi, la salle à manger et la chambre du valet.

Louis Capet est déclaré coupable de « conspiration contre la liberté publique et la sûreté générale de l'État » par la Convention nationale (auto-instituée en tribunal) lors d'un premier vote le 15 janvier 1793, par 707 voix pour 718 votants.

Puis, avec une majorité étroite, condamné à mort au manège du château des Tuileries, à la suite de la « séance permanente du mercredi 16 et du jeudi 17 janvier 1793 » et du scrutin rectificatif du 18. Un vote nominal, suivi d'une justification des votants à la tribune, aboutit à la peine de mort. Sur 721 votants, 361 votent la mort sans condition, 26 la mort avec l'amendement Mailhe, 44 avec diverses modalités de sursis, 290 en faveur de peines alternatives (détention, bannissement, fers).

On commence à le surnommer « Louis le dernier ».93

 

 

Après la Révolution française, « un espoir immense se répandit alors par le monde, la pensée libre prit un essor qu'elle n'avait jamais eu, les sciences se renouvelèrent, l'esprit de découverte agrandit à l'infini les bornes du monde, et jamais on ne vit un tel nombre d'hommes, transformé par un idéal nouveau, faire avec plus de simplicité le sacrifice de leur vie. Mais cette révolution, nous le voyons maintenant, n'était point la révolution de tous, elle fut celle de quelques-uns pour quelques-uns, le droit de l'homme resta purement théorique, la garantie de la propriété privée que l'on proclamait en même temps, le rendait illusoire94. » En effet, « pour des raisons d'opportunité politique, parce qu'il était soucieux d'assurer l'unité nationale face à la menace étrangère, Robespierre décida d'exclure de l'action normative de la Révolution l'espace de liberté dont jouissait le capital privé. Devant l'Assemblée nationale, en avril 1793, il fit cette déclaration : ''L'égalité des fortunes est une chimère''. Dans la salle, les spéculateurs, les nouveaux riches, les habiles profiteurs de la misère du peuple, tous occupés à tirer d'appréciables bénéfices du bouleversement révolutionnaire en cours, respirèrent. Robespierre leur dit : ''Je ne veux pas toucher à vos trésors.'' Par cette déclaration, et quelles que fussent ses intentions cachées, Robespierre ouvrit au capital privé la voie de domination sur la Première République française, le Directoire, puis l'Empire – et sur tous les régimes qui allaient leur succéder95. » Ainsi, « une nouvelle classe de jouisseurs avides, enthousiastes, se mit à l'œuvre d'accaparement, la bourgeoisie remplaça la classe usée de la vieille noblesse et les nouveaux venus se mirent avec une ardeur et une science que n'avaient jamais eu les anciennes classes dirigeantes à exploiter la foule de ceux qui ne possédaient point. C'est au nom de la liberté, de l'égalité, de la fraternité que se firent désormais le monde que Napoléon traînait derrière lui un million d'égorgeurs, c'est pour faire le bonheur de leurs chères patries respectives que les capitalistes constituent ces vastes propriétés, bâtissent les grandes usines, établissent ces puissants monopoles qui recréent sous une forme nouvelle l'esclavage d'autrefois. »96

 

La monarchie capitaliste a ainsi succédé à la monarchie absolue et c'est la raison pour laquelle Dieu nous donne désormais le message suivant :

 

Louis XVI – qui était l'homme le plus RICHE de France – a été guillotiné le 21 janvier 1793.

 

1793 = AGIC

 

AGI C se prononce AGISSEZ.

 

Dieu nous transmet ainsi le message suivant : « AGISSEZ en coupant la tête du ROI : le RICHE – le jour de l'élection présidentielle. »

 

Dieu nous transmet le message « AGISSEZ » car il appelle le peuple français à faire la révolution.

 

Louis XVI a été guillotiné un 21 janvier (21 1).

 

21 1 = ABA

 

ABATS le CAPITALISME !

 

CAPITE le CAPITALISTE !

 

Le mot GUILLOTINE vient de Joseph Ignace GUILLOTIN, homme politique français qui a fait adopter sous la Révolution française la guillotine comme mode unique d’exécution capitale.97

 

GUILLOTIN est mort le 26 mars 1814 (26 3 1814).

 

26X3X1814 = 141492

 

141492 = NIB N

 

NIB signifie la PLUME du stylo en anglais.

 

N = HAINE

 

Dieu nous fait comprendre que nous mettrons un terme à la HAINE qui règne sur le monde en changeant la loi avec la PLUME de nos stylos. Nous décapiterons ainsi les rois du capitalisme en prenant le pouvoir en main afin d'inscrire dans la loi les MOTS : « suppression de la propriété privée des grands moyens de production, expropriation du grand capital, collectivisation des moyens de production, plafonnement des revenus, partage des richesses ». Voilà la solution pour DÉCAPITER le CAPITALISTE sans faire couler une seule goutte de sang.

 

« AGISSEZ » ainsi le jour de l'élection présidentielle, en votant pour la révolution humaniste, et des PLUMES apparaîtront un jour sur votre dos afin que vous puissiez vous envoler au paradis.

 

À travers la mort du roi Louis XVI, Dieu nous demande ainsi de couper la TÊTE des rois du capitalisme.

 

TÊTE = 20 5 20 5

 

20+5 = 25

 

Le chef-lieu du département 25 est la ville de BESANCON.

 

Dieu multiplie les signes pour nous faire comprendre que le parti politique d'Olivier BESANCENOT sera notre guillotine le jour de l'élection présidentielle, car en cas de victoire, il nous permettra de couper la TÊTE des ROIS du capitalisme.

 

Le parti politique de BESANCENOT nous permettra ainsi de couper la TÊTE du 25e président de l'histoire de la République – Emmanuel Macron – en prenant le pouvoir à sa place, lors de la prochaine étlection présidentielle.

 

TÊTE = 20X5X20X5 = 10000

 

Le code postal 10000 est celui de la ville de TROYES.

 

TROYES se prononce comme le chiffre TROIS.

 

T ROIS se prononce TES ROIS.

 

Dieu te fait comprendre que si tu coupes la TÊTE de TES ROIS le jour de l'élection présidentielle en prenant les rênes du pouvoir :  « T'ES ROI » – puisque tu dirigeras alors ton pays avec tes frères et sœurs de classe, en menant une politique qui défendra tes intérêts et non ceux d'une minorité de ROIS fainéants.

 

Le bulletin de vote sera ainsi notre GUILLOTINE le jour de l'élection présidentielle.

 

GUILLOTINE = GUI

 

GUI = 7X21X9 = 1323

 

1323 = ACBC

 

A C B C se prononce ASSEZ BAISSÉ.

 

Il y en ASSEZ de se BAISSER devant une minorité de rois, alors coupons-leur la tête le jour de l'élection présidentielle afin de prendre le pouvoir en main.

 

À travers la mort de Louis XV, Dieu nous a transmis le message : « DÉGAGE ! », et à travers la mort de son père, Louis XVI, il nous donne le message « AGISSEZ ! », car il nous demande de nous révolter pour combattre la minorité de riches qui dirige notre pays. Il est donc temps de renverser la bourgeoisie qui nous a subtilisé le pouvoir en 1789 et ne l'a plus lâché depuis.

 

Lors de la Révolution de 1789, « ce n'est pas la bourgeoisie qui a pris la Bastille, ce n'est pas elle qui a déclenché, soutenu, mené, conduit la lutte violente contre le régime féodal ; ce sont les classes plus démunies qui ont assuré cette lutte. La bourgeoisie a pris les rênes de la révolution en cours de route, l'a détournée en quelque sorte à son profit. Elle lui a imprimé une orientation nouvelle, celle qui correspondait à ses intérêts de classe98. » « L'histoire réelle de la Révolution française est celle d'un vol et d'une trahison organisés par les puissances d'argent.

En outre, la Révolution française fut vidée de son sens, à commencer par son sens juridique. Le droit naturel qui pose la dignité humaine comme naturelle (c'est-à-dire antérieure à la société "tous les hommes naissent libres et égaux en droits") a été rejetée au profit d'un droit positif qui ne reconnaît que les droits de l'homme en société, c'est-à-dire soumis à la hiérarchie en place. L'assemblée constituante qui avait voté la Déclaration des Droits de l'Homme le 26 août 1789 revint peu à peu sur ses principes pour produire la Constitution de 1791 qui établissait une aristocratie des riches, mâles et blancs.

Pendant toute la Révolution, la bourgeoisie d'affaires n'a eu d'autre but que d'accroître et pérenniser son pouvoir libéral (privilèges accordés aux banquiers et aux propriétaires) et d'installer une tyrannie marchande : libéralisation du commerce des grains (ce qui a causé des famines), attroupements interdits, loi martiale et peine de mort pour sécuriser les dépôts des grains, refus d'instaurer la moindre mesure d'assistance ou même de subsistance publique. Le 18 mars 1793 est même votée une loi pour punir de mort quiconque s'en prend à la spéculation et à la propriété privée, ou celui qui propose une réforme agraire.

Faire mourir des gens de faim (et au besoin mater la rébellion des affamés par la force armée), telle aura été l'œuvre de cette mafia "en dentelles" qui osa se draper de la bonne conscience de la République et des Droits de l'Homme et qui, non seulement a asservi le peuple français, mais aussi a maintenu et répandu l'esclavage dans les colonies (Bonaparte, porté au pouvoir par les banquiers, a rétabli l'esclavage en 1802).

"On ne peut mieux exprimer dans toute son étroitesse d'esprit et son cynisme, le matérialisme des possédants et la division en classes de la nouvelle société, construite contre les droits naturels". La loi de la jungle érigée en norme sociale ! Et rien n'a changé depuis.

Une seule certitude : la Révolution française reste à faire. »99

Actuellement, avec la crise du système et la stagnation économique qui l’accompagne, on assiste à une offensive en règle de la part de la classe dirigeante, le patronat, les possédants, secondés par le pouvoir en place, qui sentent que le rapport de force leur est favorable, puisque le peuple, dans le contexte de chômage de masse, subit sans trop de réactions collectives cette offensive. À part en 2016, lors des mobilisations contre la « loi Travail » mais malheureusement, seule une fraction du peuple s'est révoltée pour défendre ses droits, donc la classe dominante a pu imposer sa loi. Car la survie, le maintien, voire la progression des profits de la classe capitaliste se trouvent directement liés à l’aggravation des conditions d’exploitation des travailleurs et particulièrement la classe ouvrière. Il s’agit, dans cette guerre de classe, de diminuer par tous les moyens possibles la part qui revient au monde du travail. Cela veut dire faire baisser les salaires directs et indirects, diminuer le nombre de salariés nécessaires pour assurer la même production, faire travailler plus longtemps pour le même salaire. Et puis aussi restreindre à la portion congrue tout ce qui était redistribué aux classes populaires par l’État, les services sociaux, les collectivités, pour que la plus grande part de cet argent retourne dans les caisses des capitalistes et serve à leur garantir leurs revenus. Et cela implique bien évidemment de lever tous les obstacles que l’histoire politique et sociale avait institué. Voilà le rôle que se sont donné tous les gouvernements qui se sont succédé ces dernières années.

Toute la politique actuelle d’agression contre les travailleurs est enveloppée dans une série de formules toutes faites, comme « il faut libérer le travail », et plus précisément « il faut en réalité libérer le marché du travail », « redonner de la souplesse aux entreprises », « permettre aux entreprises françaises de relever le défi de la compétition avec leurs concurrents », « reconstituer des marges pour leur profitabilité », etc..

La feuille de route a été rappelée par les représentants du patronat, en particulier le président du Medef. Pour lui et les siens, il faut abaisser les salaires, augmenter les horaires, réduire à la portion congrue tous les accompagnements sociaux, les allocations-chômage, les prestations sur la santé, les pensions de retraite, et faire qu’en plus de récupérer pour le compte de ses exploiteurs une partie des salaires prélevés pour assurer ces missions la classe ouvrière dans son ensemble n’ait aucune échappatoire face aux exigences des patrons.

Alors, bien sûr, les gouvernements mis en place par Hollande puis Macron sont aux ordres.

La première année du quinquennat de François Hollande a été occupée en priorité par les cadeaux au patronat, les augmentations d’impôts en tous genres supportés par les milieux populaires, les diminutions des prestations sociales, des aides au logement et autres. Hollande et son gouvernement se sont mis au travail pour tailler à la hache dans les droits des travailleurs100. Puis Macron a poursuivi la casse sociale dès qu'il est arrivé au pouvoir.

C'est la raison pour laquelle, Dieu nous donne le message « AGISSEZ ! » car nous devons arrêter de nous faire marcher dessus par une minorité de ROIS, d'autant plus que nous produisons toutes les richesses mais elles sont volées par les grosses fortunes, accaparées par les capitalistes et détournées de l’intérêt général. Nous restons ainsi immobiles donc les ROIS nous imposent leur dictature, une dictature du fric, qui tente de nous imposer des charges de travail toujours plus insupportables ; qui bloque nos salaires ; qui impose le recul de l’âge de la retraite – 63 ans maintenant pour les retraites complémentaires – ; qui fabrique chaque mois toujours plus de chômeurs. C'est une dictature violente pour les 6 millions de personnes privées d’emploi, pour les ouvriers dont l’espérance de vie est de près de 10 ans inférieure à celle des catégories plus riches de la société. Violente pour cette majorité de jeunes, notamment les femmes qui sont surexploitées, recrutées pendant des années en CDD, intérim, stages et contrats précaires. Violente pour les immigrés, les sans-papiers, les réfugiés, confondus dans le même rejet, la même discrimination, la même répression.

Une violence faite d’inégalités insupportables avec des patrons du CAC 40 qui gagnent en moyenne 5 millions d’euros par an, en augmentation régulière, contrairement à nos salaires qu’ils bloquent sous couvert de crise101. Il y en a ras-le-bol de cette société où une minorité peut gagner sur une bonne affaire ou en quelques jours ce que ne gagnera jamais un salarié durant toute sa vie. Il y en a ras-le-bol de cette société où on trouve des milliards pour les banquiers, pour les marchands d'armes et on nous dit qu'il n'y en a plus pour construire des logements, plus pour les écoles, plus pour les hôpitaux. Il y en a ras-le-bol de cette société où l'argent, les profits, le luxe, comptent plus que la vie humaine. Cette société fonctionne à l'envers et elle est condamnée à disparaître mais elle ne disparaîtra pas toute seule, il faut des révolutionnaires conscients du combat à mener, il faut des jeunes, des femmes et des hommes qui ne s'arrêtent pas aux différences de religion, de sexe, d'origine, de couleur de peau, différence de métier, différence parce que les uns sont au chômage alors que les autres sont encore au travail. Il faut des femmes et des hommes conscients de partager un sort commun et de faire partie d'une seule et même classe d'exploités102. Alors Dieu dit à ces jeunes, ces femmes, ces hommes, au lieu de l'individualisme de la société actuelle, au lieu du chacun pour soi, il y a la solidarité, la force collective du peuple et de tous les exploités. À tous ceux qui ne se résignent pas, il y a un autre avenir, celui d'une société débarrassée des inégalités de classe et réorganisée sur des bases fraternelles. Nous pouvons changer radicalement cette société mais nous devons AGIR et prendre le pouvoir en main pour mettre fin au chômage en imposant l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire. Il faut prendre le contrôle de l'État et embaucher dans les services publics utiles à toute la population. Il faut combattre aussi les bas salaires en imposant l'augmentation de tous les salaires et de toutes les pensions de retraite et imposer de garantir ce pouvoir d'achat par l'indexation automatique des salaires sur le coût de la vie et sur le coût de la vie mesuré par les représentants de la population. Et puis il faut imposer le contrôle de tous les citoyens sur les entreprises industrielles et bancaires. Le peuple a le droit moral de se défendre, de défendre ses emplois et ses salaires et c'est même plus qu'un droit, c'est un devoir à l'égard de l'ensemble de la vie sociale. La poignée de grands bourgeois, de spéculateurs peuvent disparaître, la société continuera de tourner et elle ne s'en portera même que mieux mais les travailleurs, eux, sont la seule classe productive de la société, ils sont indispensables. Mais pour défendre les intérêts des travailleurs et pour imposer les objectifs que je viens d'indiquer, il faut être prêt à marcher sur les pieds de la bourgeoisie, il faut être prêt à transgresser le sacro-saint droit de propriété des bourgeois pour faire respecter le droit à la vie des exploités. Il faut s'attaquer au grand capital, il faut prendre le contrôle des richesses que nous produisons, il faut être révolutionnaire, alors AGISSEZ ! 103

 

Le 18 juin 2015, j'ai appris sur le site internet legrandsoir.info que le romancier et scénariste Jean Vautrin, prix Goncourt en 1989 pour « Un grand pas vers le Bon Dieu », était décédé deux jours auparavant. En hommage, le site internet a retranscrit un entretien que Jean Vautrin avait accordé au journal l'Humanité en 2011. Il déclarait alors ceci : « On vit une période d’autocratie où le président de la République a tous les pouvoirs. Mais ce qu’il y a de plus grave, et ce en quoi la période actuelle est terrible, c’est qu’on a annihilé, anesthésié le peuple complètement. La télé, le crédit, le consumérisme, tout ça a fabriqué des veaux. Les gens sont ligotés. Le crédit, c’est diabolique pour le peuple. C’est une société qui a cloisonné les individualités jusqu’à un monstrueux chacun-pour-soi. Je me sens profondément révolutionnaire, je prône la révolution mais je ne suis pas très optimiste. Il y a une poignée de fous qui y croient, mais même si j’en ai très envie, les signes ne sont pas vraiment rassurants. Même les syndicats s’entre-bouffent ! Ils ont été divisés... Pour qu’il y ait révolution, il faut vraiment qu’il y ait un flux, un flot, comme une certitude. En France, il y a toute une classe de la société qu’on a embourgeoisée et qui finalement, maintenant, a quelque chose à défendre, une sorte de patrimoine si l’on veut. Et puis, je regrette que les jeunes ne soient pas plus politisés. C’est diabolique ce système. On les force à dire que le but suprême, c’est de gagner de l’argent. On a fabriqué des gens pressés, qui monteraient sur n’importe qui pour arriver les premiers, qui ont la dent dure, qui sont méchants avec le monde entier. Voilà, on a fabriqué des teignes, des ordures il faut bien le dire. Et tout ça mène à la spéculation, la surenchère, la brutalité. Il faut consommer. On crée des victimes du consumérisme, aucun doute là-dessus. Et ça commence dès l’enfance. On est nombreux et nourris de besoins. Quand on voit les besoins qu’on crée notamment chez les enfants, c’est meurtrier. La société libérale et le capitalisme jouent à fond là-dessus ! Quant à la politique qu’on nous donne à voir en ce moment, franchement, il y a de quoi pleurer. La France conserve un vieux fond de pétainisme. C’est la délation, le fiel, jamais le partage. Je suis triste. Je suis à la fin de ma vie et je me dis putain ! On n’a pas avancé d’un pouce et au contraire, on est en train de rétrograder. On a même perdu le bon sens, cette simplification qui était une spécificité française. Ce bon sens qui fait que l’on ne croit plus aux contes et aux légendes. Les gens maintenant sont pieds et poings liés, comme tenus en laisse. Ils sont dépendants, ne sont plus eux. Il ne peut pas y avoir de révolution dans ces conditions-là. Et avec l’avancée des technologies, la priorité est donnée au virtuel. Mais c’est concret une révolution ! C’est fait avec du pain, du sang, du foutre et des idées ! Les idées ? On les a bouffées à force de rendre les gens passifs. On les a mécanisées. La télévision, par exemple, qui est absolument géniale en ce qu’elle est un miroir permanent sur le monde, est utilisée comme un carcan, un lasso qu’on fout autour du peuple. Il faut qu’on continue à se parler. Il y a tout le bla-bla mais je ne parle pas de ça, ce qui compte, c’est ce que les gens se disent entre eux, et je trouve qu’ils se parlent de moins en moins véritablement. C’est très mauvais finalement, ce silence. Donc, je ne crois pas que les conditions de la révolution soient proches en France, sauf grande colère, ras-le-bol. Finalement, c’est ce qui s’est passé en Tunisie. »104

 

Jean Vautrin est un peu dur quand il dit qu'on a fabriqué des « teignes, des ordures » mais il n'a pas tout à fait tord car la République française nous éduque dans le culte de la compétition, de la concurrence, où le développement de chacun passe par l'écrasement ou l'élimination des autres. Cette République fait tout pour diviser le peuple : c'est le privé contre le public ; les travailleurs salariés contre les travailleurs sans emploi ; les Français contre les immigrés ; les jeunes contre les anciens ; les statutaires contre les contractuels ; et parfois même les fumeurs contre les non-fumeurs ! Cette logique de délitement social efface les frontières de classe et s'alimente du rejet de nous-mêmes bien plus que celui des autres. Comme un dégoût inconscient de notre propre reflet105. Jean Vautrin avait raison, il ne peut pas y avoir de révolution dans ce climat-là, il déclarait ainsi : « les signes ne sont pas vraiment rassurants ». C'est la raison pour laquelle, Dieu redescend sur Terre en multipliant les signes pour notamment nous donner le message suivant : « AGISSEZ ! ». Dieu était le seul à pouvoir nous réveiller car à part les « Gilets jaunes », le reste du peuple est aujourd'hui anesthésié, formaté, robotisé, étant donné que des dirigeants politiques aux médias, tout le monde prêche au peuple la résignation, la nécessité de faire des efforts, des sacrifices. Au nom de la compétitivité et de la dette, la classe dirigeante voudrait que le peuple accepte les licenciements, les bas salaires, l'intensification du travail, l'aggravation de l'exploitation, et bien non, Dieu multiplie les signes pour nous réveiller et nous révolter car le peuple est à la base de tout, de la création de toutes les richesses. Par conséquent, nous devons en prendre le contrôle et les redistribuer équitablement entre nous tous en montrant ainsi la voie à suivre à tous les peuples du monde. Actuellement, une minorité de ROIS a accaparé la majeure partie des richesses de la Terre alors qu'ils sont seulement quelques millions et nous sommes des milliards, alors qu'attendons nous pour nous unir avec tous les peuples de la Terre et prendre le contrôle de ce qui nous appartient afin de vivre enfin dans un monde solidaire ? Ce n'est pas un rêve utopique, il suffit simplement qu'un peuple ait le courage de renverser ses ROIS et prenne le pouvoir en main pour montrer qu'un autre modèle économique est possible, les autres peuples suivront alors le mouvement quand ils comprendront que nous n'avons pas besoin de ces ROIS maudits pour faire tourner l'économie et diriger un pays.

 

J'ai lu cet interview de Jean Vautrin le 18 juin 2015 sur le site internet du Grand soir. L'expression « Le Grand Soir » est une notion communiste et téléologique qui correspond à un bouleversement social qui vise principalement le renversement du capitalisme mais également celle de la société pour être remplacé par une société nouvelle.106

 

L'interview de Jean Vautrin sur le site internet du Grand soir a été postée le 18 juin 2015, et l'APPEL du général de GAULLE a eu lieu le 18 juin 1940, soit 75 ans avant.

 

Le département 75 est celui de PARIS et la Révolution française s'est déroulée principalement à PARIS, donc à travers Jean Vautrin, Dieu lance un APPEL à la RÉVOLUTION afin que nous renversions le pouvoir de César pour prendre le contrôle de la GAULE. Jean Vautrin a obtenu le prix Goncourt en 1989 pour son ouvrage « Un grand pas vers le Bon Dieu », et la Révolution française a eu lieu 200 ans avant, en 1789. Donc Dieu nous fait comprendre que si nous faisons la Révolution en suivant les signes, nous ferons « Un grand pas vers le Bon Dieu », puisqu'en AGISSANT ainsi, nous le rejoindrons un jour dans l'autre monde.

 

Jean Vautrin est mort en 2015.

 

20 = VIN

 

15 = O = EAU

 

Tu dois faire un PARIS entre l'Alliance du VIN ou celle de l'EAU.

 

PARADIS = PARIS AD

 

AD = 14

 

Le chef-lieu du département 14 est la ville de CAEN.

 

Tu dois ainsi choisir le CAMP des révolutionnaires pour aller au PARADIS parce que tu n'auras jamais la vie éternelle en rejoignant le CAMP des rois.

 

Jean VAUTRIN a soutenu Jean-Luc Mélenchon en 2012 donc ne vous trompez pas de CAMP car Jean VAUTRIN s'est bien VAUTRÉ en soutenant Mélenchon qui est l'un des serviteurs des ROIS du capitalisme. Comprenez bien qu'il n'y aura aucune révolution tant que ces ROIS ne seront pas expropriés de l'économie. Comme le dit NPA, le parti du peuple : « Tout est à nous ! », par conséquent, nous devons prendre le contrôle de toutes les richesses que nous produisons et non laisser une minorité de ROIS les accaparer.

 

Louis XVI a été condamné à mort le 20 janvier 1793, le vote définitif s'est terminé à 2H du matin, et il a été décapité le lendemain.

Le 20 janvier 2015, les journaux de 20H de TF1 et France 2, nous apprenaient que la moitié des richesses mondiales était détenue entre les mains de 70 millions de personnes, soit 1 % de la population mondiale, d'après un rapport de l'ONG Oxfam sur les inégalités dans le monde. Cette information capitale a été traitée pendant seulement 1 minute 30 par les deux chaînes alors que ces inégalités expliquaient pourquoi 10 millions d'êtres humains mourraient de pauvreté chaque année et que 3 milliards de personnes vivaient dans la misère. Bien évidemment, ce n'est pas le milliardaire Martin Bouygues, le ROI propriétaire de TF1, qui allait le révéler à des millions de téléspectateurs étant donné qu'il faisait partie de ce 1 %. Le 20H de TF1 a donc préféré ce jour-là, parler pendant 10 minutes du terrorisme islamiste, bien plus grave selon lui, que la mort de 16 000 enfants par jour tués par la pauvreté étant donné qu'1 % de la population mondiale accapare la moitié des richesses de la Terre.

Le journal de 20H nous a ainsi appris le 20 janvier 2015, qu'1 % de la population mondiale accaparait la moitié des richesses de la Terre. Le 20 janvier 1793, Louis XVI, l'homme le plus RICHE de France, a été condamné à mort. Dieu nous fait ainsi comprendre que le RICHE condamne à mort des millions d'êtres humains chaque année, c'est la raison pour laquelle il nous donne le message suivant : « AGISSEZ ! », c'est-à-dire : « DÉGAGE le RICHE ! » ; « COUPE LUI LA TÊTE en le forçant à redistribuer les richesses qu'il vole à l'humanité ! ».

 

Dieu nous transmettait ce message le 20 janvier 2015, c'est-à-dire 222 ans avant la condamnation à mort de Louis XVI, le 20 janvier 1793.

 

222 = 22X2 = 44

 

Jules César est mort en 44 av. J.-C.

 

Dieu condamne désormais César à mort, et César, c'est le RICHE, c'est le 1 % qui dirige le monde, donc Dieu nous donne le message « AGISSEZ » car nous devons rétablir la justice en empêchant une minorité de la population mondiale de voler les richesses de la Terre, puisque des milliards d'êtres humains sont alors plongés dans la misère et des millions d'entre eux sont exterminés par la pauvreté chaque année. Dieu nous demande ainsi de DÉGAGER le RICHE pour mettre un terme au IIIe REICH. Alors que la Révolution commence !

 

Étant donné que le peuple français a bien été anesthésié par le RICHE qui contrôle les médias et l'Éducation nationale, Dieu a multiplié les signes pour nous réveiller.

J'ai déjà évoqué les signes suivants dans la partie consacrée à la civilisation égyptienne :

 

Ainsi, le roi Louis XVI a été décapité en 1793 donc Dieu nous a envoyé des signes clairs en 1993.

 

L'année 1993 fut une année exceptionnelle pour les sports COLLECTIFS français car l'Olympique de Marseille est devenu champion d'Europe de football, Limoges fut champion d'Europe de basket-ball et l'OM-Vitrolles, champion d'Europe de handball.

 

Les clubs de sports COLLECTIFS français ont ainsi remporté tous les grands titres européens, 200 ans après qu'un roi ÉGOÏSTE qui accaparait les richesses du peuple ait été décapité.

 

200 ans est égal à 2400 mois.

 

Olivier Besancenot, la figure emblématique du NPA, travail au GUICHET de La Poste.

 

Dieu POSTE ainsi le message suivant :

 

Le GUI du mot GUICHET symbolise le GUI de GUILLOTINE

 

CHET = 3X8X5X20 = 2400

 

2400 mois séparent les années 1793 et 1993.

 

Le parti politique d'Olivier est notre GUI LLOTINE.

 

Dieu nous fait comprendre que nous pourrons couper la tête des rois du capitalisme si nous jouons COLLECTIF le jour de l'élection présidentielle en votant pour le NPA, le parti du peuple, étant donné que ses leaders sont comme nous puisqu'Olivier travaille au GUICHET de la Poste et Philippe Poutou est un ouvrier de l'automobile.

 

En 2017, le premier tour de l'élection présidentielle avait lieu le 23 avril (23 4 2017).

 

23X4X2017 = 185564

 

185564 = FEDER

 

Dieu nous demande de nous FÉDÉRER derrière un parti révolutionnaire le jour de l'élection présidentielle, et il nous donne ainsi le message : « AGISSEZ ! ».

 

En 1993, Marseille a battu le club du MILAN AC 1 à 0 grâce à un but de la TÊTE de BASILE BOLI.

 

Le prénom Basile vient du mot grec basileus qui signifie le ROI.

 

En 1793, les Français ont coupé la TÊTE du ROI après avoir ABOLI la monarchie.

 

À travers le prénom « Basile », qui signifie en grec le ROI, Dieu met en lumière la Grèce parce que les Grecs ont inventé la démocratie donc Dieu nous demande de nous unir politiquement afin de couper démocratiquement la TÊTE des ROIS du capitalisme le jour de l'élection présidentielle.

 

BOLI = ABOLI

 

Les Français ont ABOLI la monarchie en 1789 et ils l'ont décapité définitivement en coupant la tête du ROI en 1793.

 

TÊTE = 20 5 20 5

 

20X5 = 100  20X5 = 100

 

100+100 = 200

 

Les Français ont coupé la TÊTE du roi en 1793, et 200 ans plus tard, en 1993, Basile Boli a marqué le but victorieux de la TÊTE qui a permis à Marseille de battre Milan en finale.

 

MILAN = 1000 ans

 

BÊTE = 2X5X20X5 = 1000

 

À travers le but de la TÊTE de Basile BOLI contre Milan, Dieu nous donne le message suivant : « ABOLIS le capitalisme en coupant la TÊTE de la BÊTE le jour de l'élection présidentielle. »

 

BE = 25  TE = 205 = 20+5 = 25

 

BETE = 25 25

 

La BÊTE est actuellement le 25e président de l'histoire de la République : Emmanuel Macron.

 

BÊTES = 2X5X20X5X19 = 19000

 

Le code postal 19000 est celui de la ville de TULLE.

 

François Hollande est l'ancien maire de TULLE.

 

Dieu nous donne le message suivant : « TUE LE prédateur politique le jour de l'élection présidentielle ! ». ABOLIS ainsi la monarchie capitaliste en votant pour le parti politique d'OLIVIER.

 

OLIVIER = VIRE LOI

 

« VIRE les rois du capitalisme avec la LOI » ; VIRE ces parasites démocratiquement !

 

Entre l'année 1793 et l'année 1993, il y a 200 ans d'écart.

 

200 ans est égal à 2400 mois.

 

2400 = 20 04

 

Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, est né un 20 4 (20 avril).

 

Plus de 200 ans après la mort de Louis XVI – l'homme le plus RICHE de France – Dieu nous fait comprendre que le RICHE règne toujours sur le pays.

 

La propagande nazie destinait le IIIe REICH à durer MILLE ANS.

 

En 1993, Marseille a battu MILAN.

 

Le RICHE accapare aujourd'hui la majeure partie des richesses de la Terre ce qui provoque l'extermination de millions d'êtres humains chaque année.

 

MILAN AC = MILAN ASSEZ

 

Il y en a ASSEZ ! Nous n'attendrons pas MIL AN pour empêcher le RICHE d'exterminer le pauvre alors ABOLIS le IIIe REICH en coupant la tête du ROI Argent le jour de l'élection présidentielle.

 

Notre guillotine est notre bulletin de vote.

 

Gracchus Babeuf est un révolutionnaire français qui forma la « conjuration des Égaux » contre le Directoire, et il fut décapité le 27 mai 1797.

Gracchus Babeuf et ses amis dénonçaient les privilégiés qui tiraient profit de la Révolution. Ils préconisaient une réforme radicale de la société : l'abolition de la propriété privée devait rendre tous les Français égaux. Pour réaliser leur idéal, ils envisageaient de renverser le Directoire. Le but de la Conjuration était de poursuivre la révolution, et d'aboutir à la collectivisation des terres et des moyens de production, pour obtenir « la parfaite égalité » et « le bonheur commun ». Ils demandaient également l’application de la Constitution de l'an I (datant de 1793, première constitution de la République, qui ne fut en fait jamais appliquée).

Les idées de la Conjuration sont en particulier exposées dans le « Manifeste des Égaux » (1796). On peut y lire : « Il nous faut non pas seulement cette égalité transcrite dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, nous la voulons au milieu de nous, sous le toit de nos maisons. […] Qu'il cesse enfin, ce grand scandale que nos neveux ne voudront pas croire ! Disparaissez enfin, révoltantes distinctions de riches et de pauvres, de grands et de petits, de maîtres et de valets, de gouvernants et de gouvernés. […] L'instant est venu de fonder la République des Égaux, ce grand hospice ouvert à tous les hommes. […] L'organisation de l'égalité réelle, la seule qui réponde à tous les besoins, sans faire de victimes, sans coûter de sacrifices, ne plaira peut-être point d'abord à tout le monde. L'égoïste, l'ambitieux frémira de rage. » 107

Lorsque Robespierre a déclaré qu'il ne voulait pas toucher aux trésors des riches et qu'il ouvrit la voie au capital privé, Gracchus Babeuf, Jacques Roux et d'autres avec eux se liguèrent pour contester violemment. Gracchus Babeuf déclara ainsi dans le « Manifeste des Égaux » : « Perfides, vous criez qu'il faut éviter la guerre civile, qu'il ne faut point jeter parmi le peuple des brandons de la discorde. Et quelle guerre civile est plus révoltante que celle qui fait voir tous les assassins d'une part et toutes les victimes sans défense d'une autre !

Que le combat s'engage sur le fameux chapitre de l'égalité et de la propriété !

Que le peuple renverse toutes les anciennes institutions barbares. Que la guerre du riche contre le pauvre cesse d'avoir ce caractère de toute audace d'un coté et de toute lâcheté de l'autre. Oui, je le répète, tous les maux sont à leur comble, ils peuvent plus empirer. Ils ne peuvent se réparer que par un bouleversement total.

Voyons le but de la société, voyons le bonheur commun et venons après MILLE ANS changer ces lois grossières. »108

MILLE AN = MILAN

Dieu nous fait comprendre que nous devons suivre l'exemple de Gracchus Babeuf en luttant pour obtenir « la parfaite égalité » et « le bonheur commun » en faisait cesser la guerre du RICHE contre le pauvre. Le terme « MILLE AN » employé par Gracchus Babeuf est symbolique car Dieu met en lumière Basile BOLI qui a permis à son club de battre MILAN en marquant un but de la TÊTE, donc Dieu nous fait comprendre que nous devons ABOLIR le IIIe REICH capitaliste en coupant la TÊTE des ROIS le jour de l'élection présidentielle et ainsi mettre un terme à la guerre du RICHE contre le pauvre. Le parti politique d'OLIVIER sera alors notre guillotine.

 

OLIVIER = VIRE LOI

 

Avec le parti d'OLIVIER au pouvoir, Dieu nous fait comprendre que nous n'attendrons pas MILLE ANS pour « changer ces LOIS grossières ».

 

Le 15 avril 1993, le CSP LIMOGES est devenu le premier club français de sport collectif à remporter une Coupe d'Europe des clubs champions, toutes disciplines confondues, avant d'être rejoint, au mois de mai de la même année, par l'Olympique de Marseille.

 

Le message de Dieu est clair : « LIMOGE de leurs postes les hommes politiques au pouvoir et ABOLIS la monarchie capitaliste ! ».

 

Nous y parviendrons en jouant COLLECTIVEMENT le jour de l'élection présidentielle.

 

CSP = 3X19X16 = 912

 

OTTON 1er, le premier empereur du Saint-Empire romain germanique, est né en 912.

 

Dieu nous transmet ainsi le message suivant : « OTONS-leur le pouvoir des mains ! ».

 

OTTON 1er est le fondateur du Saint-Empire romain germanique qui était un regroupement politique des terres d’Europe occidentale et centrale au Moyen Âge, dirigé par l'Empereur des Romains. Cet empire était dénommée en allemand moderne REICH.

 

REICH = RICHE

 

Dieu nous demande ainsi de LIMOGER les hommes politiques au pouvoir afin de supprimer le RICHE pour que toutes les richesses soient équitablement redistribuées entre chaque citoyen.

 

GERBERT d'Aurillac, le Pape de l'AN MIL, fut le précepteur d'OTTON III, et ce dernier favorisa son élection au Saint-Siège.

 

Nous devons ainsi GERBER le VIN de l'ancienne Alliance et OTER le pouvoir des mains de CESAR.

 

III = TROIS

 

TROIS = T ROIS

 

Si tu vires César de son trône, « T'ES ROI », puisque tu dirigeras collectivement ton pays avec tous les citoyens.

 

Le CSP LIMOGES est devenu le premier club français de sport collectif à remporter une Coupe d'Europe des clubs champions, le 15 avril 1993 (15 4 1993).

 

15 4 19 = DOS

 

Les ROIS du capitalisme montent sur notre DOS pour bâtir leurs empires, donc nous devons nous révolter et les exproprier de l'économie afin de prendre le contrôle des richesses que nous produisons.

 

Si tu LIMOGES les ROIS, des ailes surgiront sur ton DOS pour que tu puisses t'envoler un jour vers le paradis.

 

En 1993, l'OM VITROLLES a remporté le premier trophée européen pour un club de handball français, la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, trophée qui suivait de quelques jours la Ligue des Champions remportée par l'Olympique de Marseille en football.

 

VITROLLES = VIT ROLLES

 

Dieu nous donne ainsi le message suivant : « LIMOGE les hommes politiques qui sont au pouvoir et change VITE les ROLES » car actuellement un enfant meurt de pauvreté toutes les 5 secondes, des milliards d'êtres humains vivent avec moins de deux dollars par jour et 8,8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France.

 

Il est donc urgent d'agir COLLECTIVEMENT le jour de l'élection présidentielle pour prendre le contrôle de l'économie puisque c'est une question de vie ou de mort pour des centaines de millions d'êtres humains dans les années à venir.

 

Marseille se situe dans le département numéro 13.

 

13 = M

 

M = AIME

 

AIME ton prochain alors ne vote pas pour un système économique qui exclue et extermine les plus démunis.

 

L'année 1993 symbolise la victoire du sport COLLECTIF français, et en 1793, les Français ont décapité l'EGOÏSME en tuant l'homme le plus RICHE du pays.

 

Il y a 2 400 mois d'écart entre 1793 et 1993.

 

Adolf Hitler est né un 20 04.

 

Hitler a fondé le IIIe REICH.

 

REICH = RICHE

 

Nous devons ABOLIR le IIIe REICH capitaliste parce qu'il multiplie le nombre de RICHES de manière révoltante. Selon le magazine américain Forbes, en 2015 le monde comptait 1 810 milliardaires, soit l’équivalent d’un village qui posséderait plus de richesses que la majorité de la population de la planète. Et c’est pour enrichir et faire grossir ce « village de riches » que des centaines de millions de travailleurs connaîtront le chômage, les baisses de salaires, l’exploitation forcenée de leurs muscles, de leurs cerveaux et que des millions d'enfants seront exterminés par la pauvreté.

 

Dieu a ainsi multiplié les signes pour nous révolter contre cette barbarie en nous disant clairement : « AGISSEZ ! ».

 

En 2016, une fraction du peuple français a AGI en se révoltant contre la bourgeoisie au pouvoir qui voulait lui imposer la « loi Travail ».

 

Image result for manifestation loi travail image

 

Dévoilé le 17 février 2016, le projet de loi visait à réformer le Code du travail afin, selon le gouvernement, de « protéger les salariés, favoriser l'embauche, et donner plus de marges de manœuvre à la négociation en entreprise ». Il fut initialement soutenu par le patronat, notamment le Medef, mais la grande majorité de la population y était fortement opposée. Il y a alors eu un important mouvement de contestation, comprenant des grèves et manifestations, de la part des syndicats, d'organisations étudiantes et d'une partie de la gauche qui considéraient que les réformes proposées faisaient « revenir des années en arrière » les droits des salariés. En effet, alors que la durée légale du temps de travail était de 35H par semaine, le projet de la loi Travail permettait à une entreprise, par dérogation, d'instaurer une semaine de travail de 60 heures dans la limite d'une moyenne maximum de 44 heures sur douze semaines. En cas d'accord collectif, ce plafond pouvait être porté à 46 heures, toujours sur 12 semaines.

Le projet de loi maintenait le maximum de dix heures de travail par jour mais prévoyait qu'un accord collectif ou une autorisation administrative pouvait porter ce plafond à douze heures.

Concernant les licenciements, le projet de loi précisait et élargissait les conditions dans lesquelles un employeur pouvait procéder à un licenciement économique109. La loi Travail visait ainsi à détruire le Code du travail pour faciliter les licenciements, faire travailler les salariés plus longtemps dans des conditions plus difficiles, en gagnant moins, et permettre un retour à un patron tout puissant dans l'entreprise110. La loi se structurait surtout autour de deux points. Le premier était la flexibilité généralisée – de l’emploi, des horaires, des salaires, etc. Il s’agissait de prolonger la mise en concurrence universelle de la force de travail, caractéristique de la mondialisation. C’est à qui sera le plus flexible, c’est à qui acceptera de se faire le plus exploiter. Le deuxième point, certainement le plus important, était la décentralisation des relations de travail, qu’il s’agissait de traiter au niveau le plus bas possible, en privilégiant celui de l’entreprise. L’idéal pour les néolibéraux serait en fait de tout ramener au seul rapport contractuel entre deux personnes égales en droit – employeur et salarié – et donc de supprimer tout Code du travail, quel qu’il soit.

Le fait même qu’existe un Code du travail montre que l’on sait que le rapport entre employeur et salarié est foncièrement inégal, que l’exploitation et l’oppression se dissimulent derrière la façade de l’égalité juridique des contractants. S’il faut un Code du travail, c’est parce qu’il faut contrebalancer cette inégalité, en mettant tout le poids de la société dans la balance. Rien d’étonnant donc si la loi Travail est devenue l’enjeu d’un conflit d’ampleur, engageant toutes les forces sociales. Un conflit qui, encore une fois, mettait tout naturellement au cœur de la bataille la lutte des classes.111

L'article 2 de la loi faisait particulièrement débat, Cet article introduisait l’inversion des normes, c’est-à-dire le fait qu’un accord d’entreprise puisse prendre le pas sur un accord de branche. Et il était au cœur des régressions dont cette loi menaçait les travailleurs.

Le patronat tenait à cet article. Pierre Gattaz, le dirigeant du Medef, l’a rappelé en déclarant : « Il ne faut surtout pas toucher à cet article 2 », ajoutant : « S’il disparaissait, nous demanderions le retrait du projet de loi. » C’est cet article qui prévoit que la durée de travail puisse aller jusqu’à 12 heures par jour et que la durée hebdomadaire moyenne sur douze semaines consécutives puisse aller jusqu’à 46 heures. Il contient aussi le fait que le taux de majoration des heures supplémentaires puisse être abaissé à 10 % au lieu de 25 %. Et tout cela pourrait être imposé par simple accord d’entreprise, sans même que le patronat ait à demander une dérogation. Sur les 52 articles du projet de loi, l’article 2 représente à lui seul plus du quart du texte de la loi Travail.

Sous prétexte de « négocier avec les salariés des règles adaptées aux réalités du terrain », comme disait Gattaz, ou d’apporter « une réponse plus ajustée et plus efficace », comme disait le dirigeant de la CFDT, Laurent Berger, qui s’est donné le rôle d’avocat de cette loi gouvernementale, cette inversion des normes permettait au patronat d’aggraver les conditions de travail des salariés partout où la résistance ouvrière est la plus faible. En effet, dans la lutte de classe entre le patronat et les travailleurs, le patronat a tout intérêt à émietter le camp des travailleurs. Car il sait qu’à l’échelle d’une entreprise, en usant de la pression considérable que constitue la crainte de se retrouver au chômage, il pourra plus facilement imposer ce qu’il décide.112

Le projet de loi a donc rencontré une forte opposition. Selon un sondage effectué par Odoxa et publié par BFMTV, le 3 mars 2016, 67 % des personnes interrogées étaient opposées au projet de loi.

Le 9 mars 2016, les premières manifestations ont fait leurs apparitions en France et ont rassemblé entre 224 000 et 500 000 personnes contre le projet de loi.

Le 17 mars 2016, entre 69 000 et 150 000 personnes ont défilé contre le projet à l'appel d'organisations de jeunesse.

Une nouvelle manifestation fut organisée à l'appel de certains syndicats de salariés et des organisations de jeunesse, le 31 mars 2016 qui a rassemblé entre 390 000 et 1,2 million de personnes.

À la suite de ces différentes manifestations, le mouvement « Nuit debout », présenté comme citoyen et pacifiste a occupé la place de la République à Paris. Le 8 avril, la « Commission du Campement » du mouvement local de Paris sur la place de la République a montré sa volonté « d'assurer une présence permanente » et voulait donc mettre en place un « espace de campement et de repos ». Le mouvement semblant vouloir se poursuivre les nuits suivantes à Paris, il a commencé à s'étendre à d'autres grandes villes françaises.

Le 9 avril, une nouvelle manifestation fut organisée dans Paris et semblait indiquer que le nombre de manifestants restait proches de ceux qui ont été constatés le 31 mars. À Rennes, des échauffourées sont survenues à la mi-journée. Un défilé rassemblant environ 1 700 personnes, selon la préfecture, finit par évoluer sporadiquement par des heurts avec les forces de l'ordre, prises à partie des éléments extrêmement violents selon la préfecture locale.

Le 28 avril, une nouvelle journée de manifestations nationale a vu plus de deux cents cortèges, comptant entre 170 000 (selon l'estimation de la préfecture de police) et 500 000 manifestants (selon les syndicats organisateurs).113

Or malgré l'opposition de la majeure partie de la population contre le projet de la loi Travail, le 10 mai 2016, Manuel Valls a décidé de recourir à l'article 49-3 de la Constitution qui permet de faire adopter le texte sans vote à l'Assemblée nationale.

Le choix du recours à l'article 49-3 de la Constitution fut considéré par les opposants au projet de loi comme « un oukase constitutionnel, un aveu de faiblesse de la part du Premier ministre qui n’a plus de majorité à l’Assemblée » (Jean-Claude Mailly, FO), « un scandale », un « passage en force », un « déni de démocratie ». Ils ont d'ailleurs souligné que ces mêmes mots avaient été employés par François Hollande en 2006 lorsque le gouvernement Villepin l'avait employé au sujet du CPE : « Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie ». François Hollande s'était alors exprimé en faveur de la suppression de cet article de la Constitution, ce que Manuel Valls a également fait en 2008. Son utilisation a d'ailleurs relancé le débat sur son abrogation.114

Or le 10 mai 2016, le gouvernement a décidé de passer en force, d’utiliser la méthode du coup d’État, en recourant à l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la loi sans vote. Le divorce était aveuglant entre d’une part ces institutions et de l’autre l’immense majorité de celles et ceux qui verraient leurs conditions de vie et de travail aggravées.115

 

« Le peuple a le pouvoir », nous dit-on. Il l’exercerait en élisant le président de la République. Or 67 % des citoyens étaient opposés à cette loi, donc ce n'est pas le peuple qui décide mais le RICHE capitaliste et ses serviteurs de la bourgeoisie au pouvoir. C'est la raison pour laquelle Dieu nous envoyait clairement un message le 10 mai 2016 avec le passage en force du gouvernement qui a utilisé l'article 49-3 pour imposer SA loi.

 

10 mai = 10 5

 

10 5 = JE

 

Le « NOUS » était opposé à la loi Travail mais c'est le « JE » qui a eu le dernier mot car la France n'est pas une démocratie, c'est une dictature du RICHE, puisque la bourgeoisie dirige unilatéralement le pays depuis que la monarchie a été renversée en 1789. Par conséquent, la révolution reste à faire, et c'est le message que Dieu nous donnait à travers l'article 49-3 :

 

49X3 = 147

 

Le 14 7 est le 14 juillet, le jour symbolique de la Révolution française.

 

Dieu nous demande ainsi de nous unir pour évoluer du « JE » au « NOUS » afin de mettre la bourgeoisie et les ROIS du capitalisme à GENOUX.

 

Le gouvernement est passé en force le 10 mai 2016 pour faire adopter la « loi TRAVAIL ».

 

2016 = TAF

 

Un TAF est un TRAVAIL.

 

Dieu écrit chaque ligne de l'Histoire, et il nous demande désormais de prendre exemple sur ces centaines de milliers de travailleurs, de chômeurs, de jeunes et même parfois de retraités, qui se sont unis pour se révolter contre cette loi TRAVAIL. Car nous devons dorénavant être solidaires pour faire la révolution afin de renverser le pouvoir des ROIS, en l'occurrence, les capitalistes, le patronat, et ainsi prendre le contrôle des richesses que nous produisons.

 

10 mai 2016 = 10 5 2016

 

10 5 2016 = JE TAF

 

Actuellement, la situation est la suivante : « JE TAF pour le capitaliste, le RICHE, qui fait passer ses lois en force afin de me faire TAFER jusqu'à 60H par semaine. »

 

Dieu nous demande désormais de TAFER pour « NOUS » et non pour une minorité de parasites qui nous exploite quotidiennement. Dieu nous envoie des messages clairs pour nous permettre de nous unir et renverser le pouvoir en place afin de prendre le contrôle de NOS entreprises – et ainsi imposer NOTRE loi pour donner du TAF à tous les citoyens en prenant le contrôle des richesses que nous produisons.

 

En 1789, le peuple français a renversé le roi Louis XVI, ce dernier avait succédé à son père, Louis XV, qui est mort le 10 mai 1774.

 

Mai 1774 = 5 1774

 

51774 = DEGAG

 

DEGAG = DEGAGE !

 

Dieu annonçait ainsi la suite de l'histoire car le peuple français dira « DÉGAGE » au fils de Louis XV, Louis XVI, en lui coupant la tête en 1793.

 

Louis XV est donc mort le 10 mai 1774, et la bourgeoisie française est passée en force le 10 mai 2016, en dégainant l'article 49-3 pour faire adopter SA loi, soit 242 ans - jour pour jour - après la mort de Louis XV, dont la date symbolisait le message « DÉGAGE ! ».

 

242 = 24 2

 

24 2 = 24 février

 

L'empereur Charles QUINT est né le 24 février 1500.

 

15 = XV

 

Dieu met ainsi en lumière Louis XV car à travers Charles QUINT, Dieu nous demande de ne faire QU'UN le jour de l'élection présidentielle afin de renverser le RICHE qui est au pouvoir, en lui disant : « DÉGAGE ! ».

 

Charles QUINT est né dans la ville de GAND, et ce sont les ouvriers qui portent des GANTS au travail puisque ce sont eux qui mettent la main au charbon pour produire toutes les richesses alors que le capitaliste ne fait que les accaparer mais il impose pourtant SA LOI afin d'accaparer toujours plus de profits en exploitant les travailleurs avec la complicité de ses serviteurs au plus haut sommet de l'État.

 

Le projet de la « loi Travail » fut présenté en 2016 par la ministre du Travail Myriam El Khomri, qui est née le 18 février 1978, à RABAT au Maroc.

 

RABAT = ABATR

 

Dieu nous demande ainsi d'ABATTRE la monarchie capitaliste pour que nous puissions enfin imposer NOS lois.

 

Louis XV est mort en 1774 et Myriam El Khomri est née en 1978.

 

1978-1774 = 204

 

Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, est né un 20 4 (20 avril).

 

Le père d'Adolf Hitler se prénommait ALOIS.

 

Dieu nous demande ainsi d'ABATTRE la monarchie pour empêcher le RICHE d'imposer SA LOI.

 

Le RICHE utilise ainsi l'article 49-3 pour imposer SA LOI, et je suis né à Cholet dont le code postal est le 49300.

 

Le prénom « Nicolas » est d'origine grec. Il signifie « la victoire du peuple », donc Dieu multiplie les signes pour vous faire comprendre qu'il m'a programmé afin d'unir les peuples, et à travers la Grèce, le berceau de la démocratie, il nous révèle que nous renverserons la dictature du RICHE le jour de l'élection présidentielle.

 

Après le passage en force du gouvernement qui a imposé SA LOI sans respecter la démocratie, une partie du peuple s'est révoltée. La semaine du 16 au 22 mai 2016, a vu plusieurs manifestations se dérouler. Les opposants ont défilé les 17 et 18 mai : si les manifestations furent moins importantes le 17, elles ont pris de l'ampleur le 19 avec de 128 000 à 400 000 personnes. Cette journée marquait aussi le début d'un mouvement de grève, notamment des routiers, cheminots, salariés de raffineries, des aéroports et des ports. Parallèlement le 18 mai, alors que le rôle des forces de l'ordre a été critiqué dans les violences qui ont émaillées les manifestations, des policiers se sont rassemblés « contre la haine anti-flic ».

Le 23 mai, les blocages de raffineries et dépôts de pétrole et le fait que des automobilistes aient tendance à anticiper une pénurie d'essence ont entraîné une rupture partielle ou totale de la distribution de carburant dans plusieurs stations essence ce qui a poussé le gouvernement à faire intervenir des CRS le lendemain pour débloquer la raffinerie et le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer. Malgré cela, l'ensemble des huit raffineries de France métropolitaine furent perturbées par des grèves le 24 mai et près de 2 200 stations essence (environ 20 % du total) furent en manque de carburant ou en rupture.

Plusieurs témoignages ont fait état de violences policières durant les manifestations : la vidéo d'un homme frappé le 26 mai par un policier à Caen à déclenché l'ouverture d'une enquête de l'Inspection générale de la Police nationale, le même jour à Paris un photographe indépendant fut grièvement blessé par le jet d'une grenade de désencerclement par un gendarme, et une femme fut violentée par un policier à Toulouse. Précédemment, un policier avait été accusé de violence envers un lycéen à Paris. Parallèlement, les syndicats de policiers Alliance et CGT-Police ont critiqué les ordres donnés par leur hiérarchie qui auraient visé à « laiss[er] le champ libre aux casseurs » pour « discréditer le mouvement social et syndical ».116

Le RICHE au pouvoir à quant à lui utilisé ses médias pour diaboliser le mouvement d'opposition à la loi Travail. « Minoritaires irresponsables », « chienlit », « terrorisme social » pour Le Figaro, « voyous » pour Gattaz… Le gouvernement, la droite et la grande majorité des médias n’ont pas lésiné pour fustiger les actions de blocage et les grèves dans les raffineries. Leur but était d’isoler ceux qui continuaient de se battre contre la loi El Khomri du reste de la population117. « Prendre ainsi en otage les consommateurs, notre économie, notre industrie, continuer des actions qui visent à faire retirer le texte, mais ça n’est pas démocratique » a affirmé Manuel Valls. Parlons-en de cette démocratie dont Valls et la majorité des députés socialistes se gargarisent ! Est-il vraiment démocratique de recourir au 49-3 en court-circuitant les députés, comme l’a fait le gouvernement ? Est-ce vraiment la démocratie quand 577 députés peuvent faire des lois qui vont à l’encontre des intérêts et de la volonté de la majorité du monde du travail ? Ils se prétendent mandatés par le peuple, mais le peuple dont ils parlent n’a pas élu les députés du PS pour qu’ils votent la démolition des protections des travailleurs qui subsistent encore ! 118

De son côté, lors des mobilisations, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a déclaré : « J’ai du mal à accepter que des Français soient pris en otage ». Comme d’autres, le secrétaire du PS Cambadélis fustigeait la « chienlit », mais hors micro ! La droite ne fut pas en reste, Sarkozy appelant à « remettre de l’ordre et de l’autorité dans le pays », tandis que Fillon dénonçait une CGT « sortie du cadre démocratique et républicain ».

La presse écrite et audiovisuelle a repris ces attaques. Quand elle parlait des manifestations, c’est en commençant par évoquer les « incidents » et les « casseurs ». Les reportages se sont succédé sur les « galères » des automobilistes et des usagers des transports, plutôt que sur les motivations des grévistes. Les mêmes organes avaient pourtant du mal à trouver parmi les malheureux usagers des reproches aux grévistes et à leurs raisons de faire grève. L’éditorialiste de France 2, Nathalie Saint-Cricq, a dénoncé « une radicalisation tous azimuts » de la CGT, qui « paralyse un pays malgré une base rabougrie et même si le mouvement s’essouffle »… quelques jours avant les manifestations du 26 mai, pourtant plus fournies que les précédentes. « La chienlit… fait tache d’huile », déplorait Ouest-France. Jean-Michel Apathie, d’Europe 1, tweetait quant à lui : « La CGT veut étendre le mouvement aux centrales nucléaires et à l’électricité. Prochaine étape, la guerre civile ? L’appel aux armes ». On frémissait. C’est peut-être Gattaz qui décrochait le pompon, assimilant les grévistes à « des terroristes ». Quand la France vend des avions de combat ou des missiles à des dictatures, c’est, nous dit-on, pour sauver des emplois, mais quand les travailleurs écornent les profits, c’est du terrorisme ! « Pour moi, le signe CGT est égal à chômage », ajoutait sans rire Pierre Gattaz, qui avait promis un million d’emplois qu’on attend toujours.

En fait, derrière la CGT, c'étaient les travailleurs quand ils cessaient de subir et se faisaient entendre, que ces perroquets du grand capital attaquaient. Et s’ils étaient si hargneux, c’est parce que la lutte de classe n’était plus seulement menée par le patronat119. Lorsque le gouvernement tente d’imposer un texte de loi rejeté par la quasi-totalité des salariés qui en seront les victimes, et par les trois quarts de la population dans son ensemble ; lorsqu’il passe outre même sa propre majorité parlementaire en utilisant l’article 49-3 de la Constitution qui permet à l’exécutif de se passer de l’avis de l’Assemblée nationale, là, c’est de la démocratie ! Lorsque les travailleurs contestent l’ignominie qu’est la loi El Khomri et la façon de l’imposer à une majorité qui n’en veut pas, alors c’est du terrorisme ou la chienlit !

Dans le temps, on parlait de « l’abominable vénalité de la presse » de la bourgeoisie. Dès que les travailleurs se font entendre, la presse bourgeoise défend bec et ongles ses donneurs d’ordres de la bourgeoisie.120

Les médias sont ainsi devenus très sensibles durant les mobilisations contre la loi Travail ! Voilà qu’ils multipliaient les reportages se souciant des problèmes de ravitaillement en essence. Rendez-vous compte, les gens avaient des heures d’attente devant les stations. Mais comment allaient-ils pouvoir travailler ? Et les jeunes comment allaient-ils assister à leurs cours ou passer leurs examens ? C’était pareil pour Valls qui se préoccupait depuis peu des citoyens qui ne pouvaient plus se déplacer, ça le révoltait même. Qui l’aurait cru ?

Médias, gouvernement et politiciens de droite ou d’extrême droite se faisaient inhabituellement les protecteurs des faibles, ça en était touchant. Ils étaient alors en guerre contre les injustices et pour la démocratie, ils s’en prenaient aux responsables de ces difficultés supplémentaires imposées à des millions de gens, à cette « minorité » de grévistes, de syndicalistes qui se permettaient de bloquer un pays, de prendre la population en otage.

Non mais, c’était quand même pas le peuple qui allait décider.

En réalité quelle supercherie ! Jamais les médias ne s’intéressent aux plus fragiles, jamais d’ailleurs ils ne leur donnent la parole sauf pour les faire râler contre leurs semblables. Quand a-t-on vu des reportages sur les chômeurs ou travailleurs pauvres qui ne peuvent pas mettre de l’essence dans leur véhicule parce que sans argent ? Combien de reportage pour dénoncer les suppressions de lignes de chemin de fer ou insister sur l’absence de transport en commun permettant aux gens précaires de se déplacer ?

On le sait tous, le mépris social est quotidien. Mais avec le durcissement du mouvement on a eu le droit en plus à la haine de classe, à une sorte de délire des élites, des fortunés et de leurs larbins. Ceux qui se sont succédé à la télé (par exemple) disaient n’importe quoi : ils parlaient de chienlit, de prise d’otages, de chaos, de manœuvres de la CGT sans jamais prendre en compte la colère sociale qui s’exprimait, sans jamais prendre en compte le ras le bol d’une société de plus en plus injuste. Les discours haineux, les discours de panique que nous avons entendu étaient ceux de privilégiés qui flippaient.

C’était bien la lutte de classes qu’ils avaient devant leurs yeux mais une lutte de classes qui se jouait enfin à deux, avec le camp des exploités qui ripostait. C’est sûr, ça surprenait les privilégiés persuadés que la révolte c’était du passé. Alors ils criaient, ils insultaient, ils méprisaient encore plus fort parce que quelque part ils avaient peur que les choses changent. 121

La classe dominante s'en ait particulièrement pris à la CGT : « La CGT ne fait pas la loi dans ce pays », « bras de fer entre gouvernement et CGT », que n’a-t-on entendu fin mai de la part des membres du gouvernement, de Hollande et des médias ! Haro sur la CGT, ce syndicat qui prend en otage la pauvre France, juste sur le point de se redresser (le « ça va mieux » hollandais) et qui en prend un coup avec les pénuries d’essence, les grèves, les manifestations – la chienlit, quoi. Et les économistes de calculer l’incidence sur la croissance de ce mouvement de contestation... Les mêmes qui n’ont sans doute pas eu le temps de se pencher sur l’énigme du prétendu million d’emplois que devaient faire sortir de terre les 41 milliards versés au patronat ! 122

Le 26 mai 2016, dans le cadre de la journée d’action contre la loi travail, la CGT du Livre, regroupant les ouvriers qui fabriquent les journaux, avait demandé aux patrons de presse de passer un communiqué expliquant le point de vue syndical sur la loi Travail.

Les quotidiens nationaux, à l’exception de L’Humanité, ont refusé. La CGT s’est donc tournée vers un autre moyen d’action pour s’exprimer, la grève, et les journaux n’ont pu sortir dans leur version papier.

Cette action, pourtant légitime et légale, a déclenché un tollé du PS au FN, et toute la scène médiatique, rédacteurs en chef et directeurs, a crié au retour du goulag, du parti unique et du stalinisme. Tous ceux qui se disaient bâillonnés ont vite trouvé micros et caméras et on les a entendus, comme on les entend tous les jours…

Ceux qui criaient ainsi à la liberté de la presse étaient les salariés des grands patrons, de Bouygues, de Dassault, de Lagardère, d’Arnault et autres qui détiennent les titres de la presse écrite, mais aussi les radios et les télévisions. Ils plaident chaque jour pour la baisse du prétendu coût du travail, calomnient les ouvriers qui luttent, crachent sur les syndicalistes, bénissent les ventes d’armes, soutiennent les profiteurs de guerre. Même lorsqu’un de leurs patrons respectés les vend, meubles et immeubles, titres et conscience professionnelle compris dans la transaction, ils considèrent encore que cela fait partie de la liberté de la presse, dans ce pays de la « libre entreprise ».

Cette liberté de la presse-là, c’est la liberté des capitalistes de se payer des organes de presse pour défendre leurs intérêts particuliers et ceux de leur classe, la liberté que s’arrogent les possédants de donner, jour après jour, leur version des choses. Mais, même pour ce faire, les capitalistes ont besoin du travail des ouvriers, comme la grève des travailleurs du Livre l’a rappelé à ces messieurs ! 123

En tout cas, lorsque les travailleurs ont « bloqué le pays », c’est avec douleur que le monde des possédants s’est aperçu semble t-il que la classe ouvrière existait encore. Ils ont compris que les trains s’arrêtent quand les cheminots font grève, il y a pénurie de carburants quand les raffineurs font grève, plus de journaux quand les imprimeurs font grève, des déchets partout et ça pue quand les éboueurs font grève.

Il est vrai que si sénateurs ou députés faisaient grève, on ne le verrait pas sauf qu’on n’aurait plus de lois pourries, si les actionnaires arrêtaient de spéculer là encore on verrait que dalle sauf qu’il n’y aurait plus de licenciement, ou encore si les experts politiques et économiques ne parlaient plus dans les médias, cela ne changeraient rien sauf qu’on aurait la paix.

Et oui dans la société il y a celles et ceux qui sont utiles socialement, pour la collectivité et il y a les autres, les inutiles, les parasites, les profiteurs, les jaloux peut-être.

Le fait est que nous avons été « inondés » de déclarations d’éditorialistes ou politiciens, de reportages qui ne cessaient de se plaindre de la situation, pas pour eux non, mais pour les pauvres gens qui vivaient forcément plus mal depuis le début du mouvement. En plus c’était à deux jours de l’euro de football, mince, mais où allait t-on ? Et l’image de la France dans tout ça ? Comme par hasard, ces gens là se montraient généreux et préoccupés par le quotidien de millions de gens, juste pendant les grèves.

Ni avant ni après, non juste quand il y avait conflit social. Car à quel moment on nous parle ou on nous montre la galère de millions de gens qui galèrent au chômage ou dans la précarité, face au démantèlement des services publics, des millions de personnes qui ne peuvent pas se payer le train même pour aller au travail, qui ne peuvent pas se soigner faute de remboursements ou se loger à cause des loyers trop cher ?

Cette compassion qui s’étalait dans les gros médias n’était qu’hypocrisie et fouttage de gueule.

Ce mouvement nous montrait que c'était la bonne voie à suivre car il dérangeait la classe dominante. La propagande anti grève, les mensonges distillés, le clair mépris, tout cela devait être un encouragement à ne pas lâcher.

La violence, l’illégitimité est bien du côté du pouvoir, des possédants, des médias à leurs services.124

Les journalistes et éditorialistes n’ont jamais autant mieux porté leur surnom de « chiens de garde » que lors des manifestations contre la loi Travail.

En effet, ils n’ont cessé en bons défenseurs du libéralisme de chanter les louanges de cette loi. Ils ont été les meilleurs VRP du gouvernement. Du matin au soir, dans les radios, à la télévision et dans les journaux, ils ont déversé leur catéchisme libéral. Mais leur défense de l’ordre établi n’était pas le fait le plus marquant, on y est effet habitué depuis des décennies. Ce qui s’est avéré particulièrement choquant et honteux, c’était cette défense inconditionnelle de l’État et des forces de l’ordre.

Prétextant la violence de certains « casseurs », les médias se sont faits les avocats inconditionnels de la police en minimisant leurs violences voire souvent en les occultant. Combien de brutalités policières ont été passées sous silence ? Combien de cas de journalistes empêchés de faire leur travail et de couvrir les manifestations ont-ils été évoquées ? Très peu.

Par contre, lorsque les policiers se sont rassemblés pour dire leur ras-le-bol, toutes les rédactions étaient sur le qui-vive pour recueillir les témoignages des martyrs de l’ordre public.

En insistant sur les « violences », la couverture médiatique des manifestations contre la loi Travail a ainsi totalement occulté le fond de la loi, les revendications des salariés, les raisons de leur colère et leur rejet du système dans son ensemble.125

Comprenez bien que les casseurs sont avant tout au gouvernement. Ils cassent le Code du travail, ils cassent les Fonctions publiques, les hôpitaux, les universités, l’éducation, l’emploi. Ces casseurs de la démocratie sociale voulaient nous vendre une loi Travail pour la jeunesse, pour l’emploi, pour notre avenir. Mais la jeunesse, les privé.e.s d’emploi, les précaires et les salarié.e.s ont compris que cette réforme, comme toute réforme des néolibéraux socialistes, était synonyme de régression sociale. Malgré plusieurs mois de matraquage politico-médiatique et de matraquage policier, plus de 6 français sur 10 restaient opposés à cette loi inique.126

Il est donc temps de la faire la RÉVOLUTION pour prendre le contrôle du pouvoir politique, économique, médiatique et judiciaire, afin d'imposer NOS propres lois, alors éjectons cette minorité de riches méprisants qui nous dirige et nous exploite depuis toujours.

 

Dieu nous a envoyé de nouveaux signes lorsque le gouvernement a une nouvelle fois utilisé l'article 49-3 pour forcer l'adoption de la loi Travail à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2016 (5 7 2016).

 

5X7 = 35

 

Le chef-lieu du département 35 est la ville de RENNES.

 

2016 = TAF

 

Dieu nous fait ainsi comprendre que nous devons renverser le capitalisme pour prendre les RÊNES de l'économie et ainsi donner du TAF à tous les citoyens.

 

La loi Travail a été définitivement adoptée à l'Assemblée nationale après un troisième et ultime recours à l’article 49.3 de la Constitution, le 21 juillet 2016.

 

21 juillet = 21X7 = 147

 

14 7 = 14 juillet

 

Le 14 juillet est le jour symbolique de la Révolution française.

 

Le message de Dieu est clair : Que la Révolution commence ! AGISSEZ !

 

Pour y parvenir, nous devons fonder une nouvelle équipe de France, c'est le message que Dieu nous a transmis à travers la victoire de la France lors de la 21e Coupe du Monde de football.

 

Le 15 juillet 2018, l'équipe de France a battu en finale la Croatie sur le score de 4-2.

 

Le département 42 est celui de la LOIRE.

 

LOIRE = LE ROI

 

La rencontre s'est déroulée le 15 juillet 2018 (15 7 2018).

 

15X7X2018 = 211890

 

211893 = U ROI

 

Le U symbolise la forme de l'Urne dans laquelle nous votons.

 

À travers cette finale de la Coupe du Monde, Dieu nous demande de fonder une équipe de France black-blanc-beur, afin de renverser le règne du ROI Argent : le capitalisme.

 

En battant la CROATIE, la France a obtenu une 2e ÉTOILE sur son maillot.

 

À travers la CROATIE, Dieu te fait comprendre que SI tu CROIS en lui, et que tu combats le capitalisme, tu pourras vivre éternellement dans les ÉTOILES.

 

À travers la date de la finale, le 15 7 2018, Dieu pose les termes de l'Alliance :

 

15 = O = EAU

 

20 = VIN

 

18 = AH = Adolf Hitler = le dirigeant du IIIe REICH.

 

7 = SEPT = 19X5X16X20 = 30400

 

Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, est mort un 30 4 (30 avril).

 

Soit tu rejoins l'Alliance du VIN, qui permet au RICHE d'accaparer la majeure partie des richesses de la Terre en provoquant la mort de millions d'être humains chaque année, ou alors tu rejoins l'Alliance de l'EAU afin de combattre le règne du RICHE, et ainsi sauver des millions de vies humaines chaque année en redistribuant équitablement les richesses de la Terre.

 

Image result for finale coupe du monde pluie

 

La finale de la Coupe du Monde s'est déroulée sous une PLUIE BATTANTE, car Dieu t'envoyait un signe supplémentaire pour que tu rejoignes l'Alliance de l'EAU et que tu te BATTES contre le règne du RICHE.

 

Lors de cette Coupe du Monde, la France a joué son 1er match de poule contre l'Australie, le 16 juin 2018 (16 6 2018).

 

16X6X2018 = 193728

 

193728 = 1793 28

 

Le ROI Louis XVI a été décapité par les Français en 1793.

 

1793 = AGIC

 

AGI C se prononce AGISSEZ.

 

À travers l'équipe de France de football, Dieu nous demande ainsi de fonder une équipe de France black-blanc-beur, afin de couper la tête du ROI Argent : le capitalisme.

 

Lors du 1er match, la France a battu l'Australie sur le score de 2-1.

 

Le ROI Louis XVI a été décapité le 21 janvier 1793.

 

21 = U

 

Le U symbolise la forme de l'Urne dans laquelle nous votons, car Dieu nous demande de décapiter le ROI Argent, dans l'Urne, le jour de l'élection présidentielle, en votant pour la révolution humaniste.

 

Il nous demande ainsi de signer l'arrêt de mort du RICHE de manière PACIFIQUE, c'est la raison pour laquelle l'Australie est entourée par l'océan PACIFIQUE.

 

Je rappelle le signe initial :

 

La France a joué son 1er match de Coupe de Monde contre l'Australie, le 16 juin 2018 (16 6 2018).

 

16X6X2018 = 193728

 

193728 = 1793 28

 

Le département 28 est celui de l'EURE-et-LOIR.

 

LOIR = LOI R

 

R = 18

 

18 = AH = Adolf Hitler = IIIe REICH

 

Dieu nous fait comprendre qu'il est l'HEURE de changer la LOI car nous devons couper la tête du RICHE. Il nous dit ainsi : « AGISSEZ – de manière PACIFIQUE. »

 

Face à l'Australie, l'équipe de France a marqué ses deux buts à la 58e et à la 80e minutes.

 

58+80 = 138

 

13 = M

 

Le département 38 est le département de l'ISERE.

 

M+ISERE = MISERE

 

Dieu nous demande d'AGIR pour mettre un terme à la MISERE.

 

Ce premier match s'est déroulé un 16 juin (16 6).

 

16X6 = 96

 

Le cahier des écoliers est composé de 96 pages.

 

Dieu nous fait comprendre qu'il écrit chaque ligne du scénario.

 

Ma mission est de vous transmettre ses messages, alors écoutez-le et AGISSEZ !

 

En 1789, le peuple est descendu dans la RUE pour renverser le ROI Louis XVI.

 

RUE = 18X21X5 = 1890

 

1890 = ROI

 

La RUE a ainsi renversé le ROI.

 

Dieu nous prouve qu'il écrit chaque ligne de l'Histoire car il est notre créateur alors AGISSEZ en renversant le règne du ROI : le RICHE – pour rejoindre notre créateur dans le monde réel : le paradis.

 

 

La fuite de Varennes et le symbole du maître de poste

La Fuite de Varennes est un épisode important de la Révolution française, au cours duquel le roi de France Louis XVI, sa femme Marie-Antoinette, et leur famille immédiate tentèrent de rejoindre le bastion royaliste de Montmédy, à partir duquel le roi espérait lancer une contre-révolution. En accréditant la thèse de la trahison du roi, cet événement déterminant dans le cours de la Révolution française a largement contribué à rendre crédible l’idée d’instaurer une république en France.

Le départ de la famille royale de Paris est un projet récurrent depuis le 5 octobre 1789, date à laquelle il a été pour la première fois abordé en conseil, mais cette fois, la situation décide le roi Louis XVI à autoriser son entourage et celui de Marie-Antoinette d'Autriche, avec au premier rang Axel de Fersen, à lui soumettre un plan d'évasion minutieusement organisé du palais des Tuileries. Le roi n'est plus tout à fait libre de ses mouvements et se trouve même de fait avec sa famille quasi prisonnier de Paris, placé qu'il est avec les siens sous la surveillance étroite de La Fayette et de la garde nationale.127

Le roi réussit a s'échapper or son plan échoue à cause d'un homme, Jean-Baptiste Drouet. Ce dernier était maître de poste à Sainte-Menehould lorsque le 21 juin 1791, une berline, luxueuse pour l'époque, et une petite voiture font halte dans le relais dont il a la charge. La berline a six passagers, la voiture deux, trois domestiques en livrée jaune les accompagnent. Ils sont très pressés. Une heure après ce passage, un homme arrive, épuisé. Au nom d'un garde national qui l'a informé que Louis XVI de France a quitté Paris dans la nuit, comme de nombreux « patriotes », il chevauche au travers les différents relais du secteur afin de retrouver des traces du roi.

Jean-Baptiste Drouet fait le rapprochement avec la berline. Le nombre de passagers correspond. Il se souvient que l'équipée se dirigeait vers Varennes-en-Argonne. Aussitôt, il avertit les autorités locales. Il fut choisi pour partir à cheval, avec son ami Jean-Chrisosthome Guillaume, il avertit le maire, le commandant de la Garde Nationale, celle de Varennes. Il organisa le contrôle de la berline du roi et de sa famille. Toute la nuit, il fit son possible pour empêcher le roi de quitter Varennes jusqu'à l'arrivée de l'aide de camp de La Fayette, qui procéda à l'arrestation du Roi, conformément au décret de l'Assemblée dont il était muni.128

Alors qu’à cette période Louis XVI possède d'importantes prérogatives constitutionnelles, que le système monarchique n’est pas contesté et que la figure royale n'est encore que peu attaquée, la tentative de fuite du roi, le 20 et 21 juin 1791, est une date clé de la Révolution : elle rompt les liens symboliques unissant le roi à la nation, précipite la désacralisation de la personne royale et le renversement de l'opinion à son égard et relance enfin la crainte du complot intérieur préparant l'invasion, provoquant une série de lois d'urgence qui préfigurent la Terreur.129

 

 

Jean-Baptiste Drouet était MAITRE de POSTE et sans son intervention, le roi Louis XVI aurait fui en AUTRICHE pour y organiser une contre-révolution.

 

OLIVIER Besancenot travaille à La POSTE, et le père de Philippe Poutou travaillait également à La POSTE, donc Dieu nous fait comprendre que le NPA est le MAITRE de POSTE qui empêchera nos richesses de FUIR dans les coffres-forts du RICHE capitaliste, dans les paradis fiscaux ou la spéculation boursière. Le NPA ramènera ainsi l'argent sur les comptes bancaires de chaque citoyen.

 

DROUET = ROUET

 

Un ROUET est un instrument ancien à roue actionné par une pédale ou une manivelle, et servant au filage de la laine, le chanvre ou le lin et toute autre fibre.

 

Image result for rouet gandhi

 

Le ROUET a été l'instrument emblématique de Gandhi contre la tutelle britannique. Dès 1921, il incita son peuple à ne plus acheter d'habits en provenance de l'étranger au profit de ceux produits localement130. Les vêtements étaient alors tissés à l'aide du ROUET.

Dieu nous fait ainsi comprendre que pour nous libérer de la tutelle des rois du capitalisme, nous devons acheter les produits de l'économie révolutionnaire, fabriqués localement en France, car si nous achetons des marques capitalistes, 72 % des bénéfices fuiront dans les coffres-forts des capitalistes français ou internationaux. Par conséquent, nos richesses fuiront en AUTRICHE puisque ce pays est bien évidemment symbolique :

 

AUTRICHE = AUT RICHE

 

AUT = 1+21+20 = 42

 

Le département 42 est celui de la LOIRE.

 

LOIRE = LE ROI

 

AUT RICHE = LE ROI RICHE

 

Ainsi, à travers Jean-Baptiste DROUET qui a arrêté LE ROI avant qu'il ne parvienne à fuir en AUTRICHE, Dieu nous fait comprendre que nous devons tisser, commercialiser, et acheter nos vêtement produits localement à l'aide du ROUET, afin que les profits générés par les travailleurs et les consommateurs ne fuient pas en AUTRICHE, c'est-à-dire qu'ils ne soient pas accaparés par LE ROI, en l'occurrence le RICHE capitaliste. En achetant nos produits révolutionnaires, 100 % des bénéfices seront investis dans l'intérêt collectif, donc il n'y aura aucun RICHE dans l'économie révolutionnaire afin de créer le maximum d'emplois.

 

L'AUTRICHE est le pays de naissance d'Adolf Hitler donc Dieu nous révèle que nous détruirons le NAZI-capitalisme en empêchant la FUITE de nos capitaux sur les comptes en banque d'une minorité de ROIS. Dieu nous demande ainsi de supprimer le RICHE pour que toutes les richesses soient équitablement redistribuées car c'est la seule solution pour que tous les êtres humains puissent vivre dignement. Alors supprimons le RICHE pour abolir une bonne fois pour toute le IIIe REICH.

 

Jean-Baptiste Drouet est mort le 11 avril 1824 (11 4 1824).

 

11 4 = KD

 

Le terme KD signifie « mettre quelqu'un par terre » dans un jeu de rôle en ligne.

 

Dieu nous demande ainsi de mettre les rois du capitalisme à terre en votant pour le NPA, notre maître de POSTE.

 

Jean-Baptiste Drouet est mort le 11 avril 1824 à MACON, et Emmanuel MACRON est le président de la République et ancien ministre de l'Économie, donc Dieu multiplie les signes pour nous convaincre de renverser l'économie capitaliste, et lorsque nous aurons accompli notre mission, à l'instar d'un MAÇON, nous pourrons CONSTRUIRE un nouveau monde.

 

Le 20 janvier 2015, les journaux de 20H de TF1 et France 2 nous apprenaient qu'1 % de la population mondiale accaparait la moitié des richesses de la Terre. Le 20 janvier vient 13 jours après le 7 janvier.

 

7 janvier = 7 1

 

Le chef-lieu du département 71 est la commune de MACON.

 

13 = M = AIME

 

Dieu nous demande d'AIMER notre prochain, donc nous devons CONSTRUIRE un nouveau monde en CONSTRUISANT notamment dans les pays du Tiers Monde : des routes, des logements, des hôpitaux, des écoles, des entreprises, afin de venir en aide à des milliards d'êtres humains. Or pour CONSTRUIRE ce nouveau monde, nous avons besoin d'argent et c'est la raison pour laquelle Dieu nous demande de prendre le contrôle des richesses que le 1 % vole à l'humanité. Lorsque ce sera fait, nous aurons ainsi suffisamment d'argent pour CONSTRUIRE un monde qui permette à tous de vivre dignement. Qui ne voudrait pas vivre dans un tel monde ? Uniquement le RICHE parce qu'il ne veut pas se séparer de ses richesses, alors il va vous manipuler à travers SES médias pour vous faire croire que la construction d'un tel monde est impossible. N'oubliez pas que 90 % des grands médias en France sont détenus par 10 milliardaires.

 

MONDE = M 14 15 4 5

 

14+15+4+5 = 38

 

Le département 38 est celui de l'ISÈRE.

 

MONDE = M+ISÈRE

 

MONDE = MISÈRE

 

Dieu nous révèle que le MONDE est synonyme de MISÈRE.

 

Il nous demande ainsi de renverser le pouvoir des rois afin de construire un MONDE sans MISÈRE en redistribuant équitablement les richesses de la Terre.

Alors méfiez-vous des médias qui nous font croire que le MONDE capitaliste est synonyme de progrès afin de convaincre le peuple de ne pas se révolter.

 

Le père de Jean-Baptiste Drouet était marchand de BOIS.

 

Dieu te donne ainsi le conseil suivant : ne BOIS pas le VIN que te sert tous les soirs le journal de VIN heures car la monarchie capitaliste utilise ce poison pour régner éternellement sur le peuple.

 

Le présentateur emblématique du journal de 20H dans les années 60, 70 et 80, s'appelait Léon ZITRONE.

 

Related image

 

ZITRONE = ZI TRONE

 

ZI = 26+9 = 35

 

Le chef-lieu du département 35 est la ville de RENNES.

 

Les journaux télévisés manipulent l'information et ils cachent ainsi les crimes de l'idéologie régnante afin de permettre aux rois et REINES du capitalisme de rester indéfiniment sur leur TRONE.

 

Le roi Louis XVI a été arrêté par un maître de poste a VARENNES.

 

Vercingétorix a réussi à fédérer la plupart des peuples gaulois pour combattre César afin de l'empêcher de prendre le contrôle de la Gaule. Vercingétorix était originaire de la tribu des ARVERNES.

 

La chute de l'Empire Romain a eu lieu en 476 et sa capitale était alors RAVENNE.

 

VARENNES = ARVENES = RAVENNE = les lettres sont identiques à part un S en moins à RAVENNE.

 

À travers la chute de Rome, l'arrestation de Louis XVI et la guerre contre César, Dieu nous fait comprendre que nous devons arrêter de dire « AVE César » en faisant la révolution pour prendre enfin les RÊNES du pouvoir car jamais les peuples n'ont eu le contrôle de leur destiné – alors écrivons nous-même le futur pour mettre définitivement un terme à l'ignoble dictature du RICHE.

 

Dieu nous transmet ainsi le message : « AGISSEZ ! ».

 

 

Sources

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(2) Ibid.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Peste_noire
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_d'Arc
(5) Meeting de Nathalie Arthaud à Toulouse le 5 février 2012. https://www.youtube.com/watch?v=8XQtsoPNDUY
(6) http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/front-national-comment-concilier
(7) Nathalie Arthaud dans L'invité sur TV5 monde./www.youtube.com/watch?v=5KsABXQl7HE L'invité TV5 monde.
(8) http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/non-aux-demagogues-racistes-et
(9) http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/breves/article/pour-jm-le-pen-l-argent-ne-connait
(10) Camille Lulle http://www.lutte-ouvriere-journal.org/2015/09/23/les-mains-sales-du-front-national_37935.html
(11) https://npa2009.org/actualite/economie/fn-co-y-bon-mondialisation-financiere
(12) Michel Pinçon et Monique Pinçot-Charlot, « Les prédateurs au pouvoir : Main basse sur notre avenir », Éd. Textuel, 2017, p.18.
(13) http://www.lutte-ouvriere.org/breves/fn-comme-les-autres-67032.html
(14) F. Dedieu, B. Masse-Stamberger, A.De Tricornot, « Inévitable protectionnisme », Gallimard, 2011, p.30-31.
(15) Ibid. p.35.
(16) Ibid. p.73.
(17) Aurélien Bernier, « La gauche radicale et ses tabous », Seuil, 2014, p.77.
(18) F. Dedieu, B. Masse-Stamberger, A.De Tricornot, « Inévitable protectionnisme », Gallimard, 2011, p.91.
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Protectionnisme
(20) Meeting de Nathalie Arthaud à Toulouse le 5 février 2012. https://www.youtube.com/watch?v=8XQtsoPNDUY
(21) François Ruffin http://www.fakirpresse.info/La-fiction-des-relocalisations,265.html
(22) Xavier Lachaud http://www.lutte-ouvriere.org/multimedia/exposes-du-cercle-leon-trotsky/face-aux-ravages-de-la-mondialisation-capitaliste-limpasse-du-souverainisme-68564.html
(23) http://www.syti.net/Delocalisations.html
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_et_Serge
(25) Jacques Généreux, « La dissociété », Seuil, 2006, p.102-103.
(26) Gérard Maugé http://www.humanite.fr/politique/c-est-ma-classe-la-classe-des-riches-qui-mene-cette-guerre-et-qui-est-en-train-de-la-gagne
(27) Jacques Généreux, « La grande régression », Éd. du Seuil, 2010, p.195.
(28) Olivier Besancenot, Daniel Bensaïd « Prenons parti : Pour un socialisme du XXIe siècles », Fayard/Mille et une nuits, 2009, p.139-140.
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/Olive_et_Tom
(30) Olivier Besancenot « Révolution ! : 100 mots pour changer le monde », Flammarion, 2003, p.143-144-145-146-147.
(31) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(32) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Ier_%28roi_de_France
(33) https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_des_indulgences
(34) https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9forme_protestante
(35) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(36) https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_IV_%28roi_de_France%29
(37) https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_de_Serres
(38) https://fr.wikipedia.org/wiki/Agronomie
(39) Olivier Besancenot « Révolution ! : 100 mots pour changer le monde », Flammarion, 2003, p.247-248.
(40) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(41) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIII
(42) https://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_Jean_du_Plessis_de_Richelieu
(43) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(44) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIV
(45) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(46) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIV
(47) https://fr.wikipedia.org/wiki/Absolutisme
(48) http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/le-capitalisme-un-ordre-social
(49) https://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_Saint-Germain_Football_Club
(50) http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/cent-cinquantenaire-de-l-abolition
(51) http://www.lutte-ouvriere-mensuel.org/documents/archives/la-revue-lutte-de-classe/serie-actuelle-1993/article/france-dieudonne-et-soral-ces-deux
(52) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dieudonn%C3%A9
(53) https://fr.wikipedia.org/wiki/Roms_en_France
(54) https://fr.wikipedia.org/wiki/Absolutisme
(55) http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/la-grande-bourgeoisie-en-france
(56) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(57) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XV
(58) https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_Law
(59) Benhur.teluq.ca
(60) Joseph Alois Schumpeter, « Histoire de l'analyse économique », Gallimard, 1983.
(61) http://historyweb.fr/john-law/
(62) Jean Ziegler, « Destruction massive : Géopolitique de la faim », Éd. du Seuil, 2011, p.303.
(63) Jean Ziegler, « Retournez les fusils ! : Choisir son camp », Éd. du Seuil, 2014, p.47.
(64) Jean Ziegler, « Destruction massive : Géopolitique de la faim », Éd. du Seuil, 2011, p.219.
(65) Jean Ziegler, « La haine de l'Occident », A. Michel, 2008, p.95-96.
(66) Ibid. p.288.
(67) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bac_(bateau)
(68) https://fr.wikipedia.org/wiki/Venise
(69) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(70) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XV
(71) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(72) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XV
(73) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(74) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XV
(75) https://fr.wikipedia.org/wiki/Printemps_arabe
(76) https://2ccr.wordpress.com/2014/02/18/notre-republique-est-une-monarchie-de-privilegies/
(77) Discours de Nathalie Artthaud. Meeting de Toulouse, le 5 février 2012. https://www.youtube.com/watch?v=8XQtsoPNDUY
(78) https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Diaw
(79) Boris Jullien http://www.francetvinfo.fr/sports/basket/pourquoi-boris-diaw-est-le-joueur-de-basket-ideal-ou-presque_688397.html
(80) Xavier Colombani http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Boris-diaw-tu-connais-l-equipe-de-64-moi-non/576209
(81) Olivier Besancenot.
(82) https://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Diaw
(83) http://www.lequipe.fr/Basket/Actualites/Boris-diaw-j-irai-dans-l-espace-un-de-ces-jours/650248
(84) https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Batum
(85) https://fr.wikipedia.org/wiki/Qu%C3%AAte
(86) https://fr.wiktionary.org/wiki/balle
(87) Thomas Simon http://www.estrepublicain.fr/sport/2015/08/08/basket-rudy-gobert-grandit-encore
(88) Emmanuel Laurin http://www.basketusa.com/news/315439/interview-rudy-gobert-un-contre-cest-une-maniere-de-dire-degage/
(89) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(90) https://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/1789-la-revolution
(91) https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(92) http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/cercle-leon-trotsky/article/la-grande-bourgeoisie-en-france
(93) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XVI
(94) Élisée Reclus, « Évolution et Révolution », le Passager clandestin, 2008, p.42-43.
(95) Jean Ziegler, « Retournez les fusils ! : Choisir son camp », Éd. du Seuil, 2014, p.225.
(96) Élisée Reclus, « Évolution et Révolution », le Passager clandestin, 2008, p.43.
(97) https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Ignace_Guillotin
(98) Jean Ziegler, « Retournez les fusils ! : Choisir son camp », Éd. du Seuil, 2014, p.172.
(99) Article de Médiapart, commentaire du livre de Florence Gauthier, Triomphe et Mort de la Révolution Des Droits de 'Homme et du Citoyen. http://blogs.mediapart.fr/blog/helene-ecochard/290714/la-revolution-francaise-de-1789-une-revolution-confisquee
(100) http://www.lutte-ouvriere.org/documents/archives/la-revue-lutte-de-classe/serie-actuelle-1993/article/l-offensive-du-gouvernement-contre
(101) http://www.npa2009.org/agir/dialogue-social-larnaque-et-le-chantage
(102) Meeting de Nathalie Arthaud à Toulouse en 2012. https://www.youtube.com/watch?v=8XQtsoPNDUY
(103) Ibid.
(104) Jean Vautrin. http://www.humanite.fr/10_03_2011-jean-vautrin-%C2%AB-je-pr%C3%B4ne-la-r%C3%A9volution-mais-je-ne-suis-pas-tr%C3%A8s-optimiste-%C2%BB-467268
(105) Olivier Besancenot, « La conjuration des inégaux », Le Cherche Midi, 2014, 154 pages.
(106) https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Soir
(107) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conjuration_des_%C3%89gaux
(108) Le Manifeste des Égaux (1796)
(109) https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_loi_visant_%C3%A0_instituer_de_nouvelles_libert%C3%A9s_et_de_nouvelles_protections_pour_les_entreprises_et_les_actifs
(110) http://www.anti-k.org/2016/05/25/le-projet-de-loi-travail-cest/#.V0Xxk-SYO9s
(111) Isaac Johsua http://www.bastamag.net/Loi-travail-un-point-d-etape
(112) Pierre Royan http://journal.lutte-ouvriere.org/2016/06/01/article-2-rejeter-comme-le-reste_68378.html
(113) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A8ves_et_manifestations_au_printemps_2016_en_France
(114) Ibid.
(115) Christine Poupin https://npa2009.org/actualite/social-autres/ils-ne-nous-representent-pas-la-rue-doit-gouverner
(116) https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_de_loi_visant_%C3%A0_instituer_de_nouvelles_libert%C3%A9s_et_de_nouvelles_protections_pour_les_entreprises_et_les_actifs
(117) http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/pour-le-retrait-de-la-loi-travail-le-combat-continue-68296.html
(118) Gilles Boti http://www.lutte-ouvriere-journal.org/2016/05/25/face-au-mouvement-les-coups-de-menton-de-valls_68194.html
(119) Michel Bondelet http://journal.lutte-ouvriere.org/2016/06/01/de-valls-gattaz-haro-sur-les-travailleurs-qui-se-defendent_68377.html
(120) http://mensuel.lutte-ouvriere.org/2016/05/28/le-mouvement-pour-le-retrait-de-la-loi-travail-un-second-souffle_68267.html
(121) Philippe Poutou http://www.anti-k.org/2016/05/27/philippe-poutou-salut-a-toutes-et-tous/#.V0iYP-SYO9s
(122) https://npa2009.org/actualite/social-autres/derriere-lattaque-contre-la-cgt-le-mepris-de-class
(123) Paul Galois http://journal.lutte-ouvriere.org/2016/06/01/liberte-de-la-presse-combien-la-ligne_68345.html
(124) Philippe Poutou http://www.anti-k.org/2016/06/09/philippe-poutou-salut-a-toutes-et-a-tous/#.V1nCtuSYO9s
(125) Tarik Bouafia http://www.investigaction.net/combattants-de-la-liberte-au-venezuela-casseurs-en-france-le-deux-poids-deux-mesures-des-medias-francais/
(126) Pascal Maillard http://www.anti-k.org/2016/06/20/la-democratie-emmuree/#.V2hCy6KYO9s
(127) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fuite_de_Louis_XVI_et_arrestation_%C3%A0_Varennes
(128) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Drouet
(129) https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise
(130) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rouet_%28outil%29

 

 

Crises de la République

L' exécution du roi, le 21 janvier 1793, soulève l'indignation de l'Europe monarchiste et entraîne la formation de la première coalition en février.

La jeune république est vite assaillie de toutes parts par les coalisés qui franchissent les frontières aux printemps 1793.

À partir de mars 1793, l'Ouest de la France est la proie d'une insurrection catholique et royaliste, appelée guerre de Vendée.1

 

La guerre de Vendée

« La guerre de Vendée » est le nom donné à la guerre civile qui opposa partisans (bleus) et adversaires (blancs) du mouvement révolutionnaire dans l'Ouest de la France, entre l'An I et l'An IV (1793 et 1796) au cours de la Révolution française, et plus particulièrement pendant la Première République.

Elle fut étroitement liée à la Chouannerie, l'ensemble de ces deux conflits étant parfois connu sous le nom de Guerres de l'Ouest. La chouannerie se déroula sur la rive droite de la Loire, tandis que le soulèvement vendéen eut lieu sur la rive gauche. Le terme Vendée militaire désigne d'ailleurs le territoire insurgé au sud du fleuve.

Comme partout en France, la Vendée a connu des manifestations paysannes entre 1789 et 1792. Mais c'est au moment de la levée en masse, en 1793, que la révolte ou rébellion vendéenne, aussi appelée insurrection vendéenne, s'est déclenchée, dans un premier temps comme une jacquerie paysanne classique, avant de prendre la forme d'un mouvement contre-révolutionnaire.

L'insurrection vendéenne ne naît pas d'une cause unique, mais de multiples facteurs, tous liés à un mécontentement populaire grandissant. L'origine de cette insurrection ne réside pas, du moins pour les paysans et artisans qui en étaient à l'origine, dans une quelconque nostalgie de l'Ancien Régime.

Des déceptions et frustrations, accumulées depuis plusieurs années ; l'arrivée d'une nouvelle hiérarchie administrative, une bourgeoisie des bourgs qui accapare pouvoir politique et économique ; l'aggravation de la situation des paysans ; les difficultés économiques et sociales, avec le cours forcé de l’assignat ; la remise en cause des communautés paysannes et de leurs usages religieux ; tout cela a constitué un ensemble de facteurs, dont la conscription n'a été que la goutte d'eau, qui permet d'expliquer le rassemblement des premières bandes d'artisans et de paysans.

Étalée sur trois années, la guerre a connu plusieurs phases, avec une brève période de paix au printemps 1795. Elle s'est terminée au début de l'année 1796, après avoir fait plus de 200 000 morts et causé de nombreuses destructions.

Les première émeutes débutent à Cholet le dimanche 3 mars 1793, des jeunes gens du canton réunis par le district « pour prendre connaissance des modalités du recrutement du contingent local pour la levée des 300 000 hommes » manifestent leur refus de partir. Les émeutiers s'attaquent à des grenadiers, deux d'entre eux sont blessés. Les gardes nationaux répliquent en ouvrant le feu sur la foule, trois personnes sont tuées. Le premier sang de la guerre de Vendée est versé.2

 

 

Dans l'histoire de la République, la première révolte contre la bourgeoisie au pouvoir est donc partie de Vendée, lorsque les paysans se sont soulevés le jour où la Convention a ordonné la levée en masse de 300 000 hommes.

Les premières émeutes ont débuté à Cholet, le 3 mars 1793, quand des jeunes gens du canton réunis par le district pour prendre connaissance des modalités du recrutement du contingent local pour la levée des 300 000 hommes ont manifesté leur refus de partir. Les émeutiers se sont attaqué à des grenadiers, deux d'entre eux ont été blessés. Les gardes nationaux ont répliqué en ouvrant le feu sur la foule, trois personnes ont été tuées. Le premier sang de la guerre de Vendée fut alors versé.3

 

La ville de Cholet a donc marqué le point départ des affrontements contre la toute jeune République.

Je suis né à Cholet.

Les émeutes ont eu lieu le 3 mars 1793 (3 3 1793).

3 3 = CC

C C = CESSEZ

1793 = AGI C

AGI C = AGISSEZ

Dieu m'a ainsi créé pour vous transmettre le message suivant : « CESSEZ de vous soumettre au diktat de cette République, et AGISSEZ pour la renverser ! ». Les républiques sont avant tout les produits de l’affrontement des classes. Être « républicain » ne signifie rien en soi. La République française est l’instrument de domination de la bourgeoisie et la Cinquième république est un régime particulièrement antidémocratique à cause notamment de son hyper-présidentialisme et le gouffre incommensurable entre les actes de nos élites dirigeantes et la volonté du peuple4. Nous votons ainsi tous les 5 ans pour quelqu'un qui mène la campagne au nom du « NOUS » et qui une fois au pouvoir dit « JE », comme si dans ce monde complexe, une personne pouvait comprendre toute seule. Comme si nous n'avions pas besoin d'une démocratie vivante, délibérative, participative et qui ne se contente pas de dépendre du choix d'un seul.5

Certains prétendent que, depuis la Révolution de 1789, l’« égalité républicaine » est acquise. L’idéologie de la « méritocratie » fait croire que, contrairement à l’Ancien régime fondé sur l’hérédité, tout le monde peut désormais entreprendre, s’enrichir et participer aux décisions politiques.

Non seulement cette vision consiste toujours à justifier l’existence d’inégalités, de l’exploitation d’une minorité par une majorité mais elle est en plus hypocrite car l’héritage existe encore, les plus fortes rémunérations sont celles du capital, le capitaliste possède toujours le pouvoir de couper tout revenu au travailleur en le licenciant... Son revenu provient de l’extorsion de la richesse créée par les salariés. Où est donc le mérite ?

Certes, l’abandon des privilèges par la noblesse est un progrès historique, de même que le passage de la monarchie à la république ou du féodalisme au capitalisme. Mais ce passage ne peut être considéré comme un aboutissement dans la lutte pour l’émancipation de l’humanité.6

N'oublions pas que c'est au nom de la République et de la civilisation qu’ont été poursuivies les expéditions coloniales contre les peuples d’Afrique du Nord, d’Afrique noire et d’Indochine. C’est au nom de la République qu’a été conduite une politique de répression et d’assimilation forcée de ces peuples. Et les « valeurs républicaines » n’ont pas évité à la France la vague de nationalisme et de racisme qui a submergé l’Europe à partir de la fin du XIXe siècle. C’est en son nom que les écoles républicaines ont préparé les consciences à la « revanche » contre l’Allemagne. C’est en son nom que se déchaînent les boucheries de la Première Guerre mondiale.7

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le régime de Vichy traquait les juifs et aujourd'hui, la République française traque les sans-papiers qui travaillent en France. Ils sont ainsi pourchassés par la police du gouvernement. Quand la République française en avait besoin, elle allait chercher de la main d’œuvre en Afrique. Depuis les années 1970, elle multiplie les lois anti-immigrés. Autrement dit, la France a le droit de faire la loi dans les pays les plus pauvres, mais leurs ressortissants, eux, n’ont pas le droit de venir ici. Et s’ils sont acceptés, on les exhorte à s’« intégrer », on stigmatise leur culture et celle de leurs ancêtres. La police, les employeurs ou les médias s’appliquent chaque jour à leur rappeler qu’ils ne sont pas ici « chez eux ».8

Ainsi, la devise de la République, « Liberté, égalité, fraternité » n'a aucun sens puisque cette République est tout sauf fraternelle et elle n'est pas du tout égalitaire. On peut pourtant lire dans le préambule de la Constitution : « La loi garantit à la femme (...) des droits égaux à ceux de l’homme. (…) Chacun a le droit de travailler et le droit d’obtenir un emploi. » Ces phrases pourraient prêter à rire s’il ne s’agissait pas de la vie de millions de personnes. Les hommes perçoivent en moyenne un salaire supérieur de 24,5 % à celui des femmes. Environ 3,5 millions de travailleurs et de travailleuses sont privés d’emploi et 2,5 millions de personnes supplémentaires alternent entre chômage et emplois précaires, donc il est légitime de ne plus faire confiance à ceux qui promettent l’égalité dans un cadre politique républicain. Nous devons ainsi AGIR et prendre le pouvoir en main pour mettre un terme à cette République en créant une société démocratique, débarrassée du capitalisme, pour que nous puissions enfin vivre dans un pays où règne la liberté, l'égalité et la fraternité.

Voilà pourquoi Dieu nous donne le message suivant : « CESSEZ de rester immobiles et AGISSEZ ! ».

 

Dans l'histoire de la République, les premières émeutes contre les bourgeois au pouvoir ont ainsi eu lieu à Cholet, dont le code postal est aujourd'hui le 49300.

49X3 = 147

14 7 = 14 juillet

Le 14 juillet est le jour symbolique de la Révolution française.

Dieu nous demande ainsi de faire la RÉVOLUTION pour renverser cette République bourgeoise afin que le peuple ait enfin le pouvoir entre les mains.

 

Chaque année, la Vendée est à l'honneur lors d'une course de voiliers sponsorisée par des multinationales qui profitent de cet événement pour faire apparaître leurs noms en gros plan dans les médias. Cette course est appelée « Le VENDÉE GLOBE ».

 

Image result for vénde globe

 

Le VENDÉE GLOBE a été créé en 1989, l'année de la chute du Mur de Berlin. Ce mur symbolisait le clivage idéologique et politique de la Guerre froide entre le Bloc de l'Ouest capitaliste et le Bloc de l'Est communiste. Avec la chute du Mur de Berlin, l'année 1989 marquait la victoire symbolique du capitalisme sur le « communisme », et donc la victoire de la privatisation sur la nationalisation : le GLOBE était alors officiellement à VENDRE.

Dieu vous fait comprendre que vous VENDEZ le GLOBE en votant pour le système capitaliste car ce système économique instaure une course en solitaire qui permet à une minorité d'individus d'accaparer dans le monde entier les services publics de santé, d'éducation, d'énergie, de transport, mais également les biens communs fondamentaux dont la terre et l'eau puis désormais l'air respirable – par l'instauration d'un marché des droits à polluer – et aussi les savoirs et le vivant (par la multiplication des brevets).9

 

Le VENDÉE GLOBE est ainsi à l'image du capitalisme : une COURSE en SOLITAIRE.

 

Désormais, Dieu nous demande d'organiser une MARCHE SOLIDAIRE.

 

Donc ne VENDEZ pas votre âme au diable en votant pour les serviteurs des ROIS du capitalisme.

 

À BAS la monarchie ! À BAS la République !

 

 

Le premier génocide commis par la jeune République

Avec 200 000 victimes, les guerres de Vendée constituent le premier génocide perpétré par la République française. Une belle entrée en matière qui imprimait le ton des années à venir.

En 1986, Reynald Secher fait paraître La Vendée-Vengé, Le génocide franco-français, ouvrage dans lequel il étudie les rapports entre la Révolution et les Vendéens depuis 1789 et s'efforce de faire le bilan de la répression de l’insurrection vendéenne, en tentant d'obtenir le rapport entre les naissances dans les années 1780 et celles dans les années 1800 et en essayant de répertorier les destructions et reconstructions. À partir de ces données, il explique dans sa conclusion générale pourquoi il est convaincu que les massacres commis lors de la guerre de Vendée constituent, à ses yeux, un génocide, en puisant dans les textes des acteurs et témoins de l'époque des extraits interprétés comme traduisant une volonté génocidaire des républicains. Pour affermir son hypothèse, il reprend le mot « populicide » cité par Babeuf, dont il réédite le texte sous un nouveau titre.

De même, l'écrivain Michel Ragon, dans 1793 l'insurrection vendéenne et les malentendus de la liberté (1992), dont l'argumentaire reprend largement les éléments mis en avant par Secher, s'est efforcé de démontrer la réalité de la programmation des massacres et d'intentions officielles d'extermination d'un peuple. Dans son livre, il s'attache à l'ensemble de la répression de l'insurrection vendéenne, dont les acteurs principaux, côté républicain, sont le général Turreau, organisateur des « colonnes infernales », d'une part, les envoyés en mission Carrier à Nantes, Hentz et Francastel à Angers, villes où sont entassés des milliers de prisonniers vendéens, d'autre part. D'autres régions de France ont vu le développement d'insurrections (royalistes ou fédéralistes) contre la Convention en 1793. Selon les cas, les envoyés en mission avaient une attitude conciliante (comme en Normandie) ou menaient une répression ponctuelle, d'autres avaient une attitude plus répressive. Certains se sont livrés à de vraies exactions, comme Barras et Fréron à Toulon, Collot d'Herbois et Fouché à Lyon ou Tallien à Bordeaux. Dans le cas de la guerre de Vendée, Michel Ragon tente de prouver que les exactions commises par les envoyés en mission correspondaient aux exigences du comité de salut public, et même de la Convention.

Pour ce faire, il puise dans les documents d'époque des passages tirés des discours, proclamations, lettres ou rapports laissés par plusieurs personnalités révolutionnaires, qu'il interprète comme l'aveu de volontés génocidaires. Ainsi une proclamation de Francastel affichée à Angers, le 24 décembre 1793, déclarant : « La Vendée sera dépeuplée, mais la République sera vengée et tranquille… Mes frères, que la Terreur ne cesse d'être à l'ordre du jour et tout ira bien. Salut et fraternité. » De même, une lettre de Carrier, du 12 décembre 1793, adressée au général Haxo qui lui a demandé des vivres pour la Vendée républicaine, dont il souligne les formules qui semblent justifier sa thèse : « Il est bien étonnant que la Vendée ose réclamer des subsides, après avoir déchiré la patrie par la guerre la plus sanglante et la plus cruelle. Il entre dans mes projets, et ce sont les ordres de la Convention nationale, d'enlever toutes les subsistances, les denrées, les fourrages, tout en un mot dans ce maudit pays, de livrer aux flammes tous les bâtiments, d'en exterminer tous les habitants… Oppose-toi de toutes tes forces à ce que la Vendée prenne ou garde un seul grain… En un mot, ne laisse rien à ce pays de proscription. »

Dans Une blessure française, Pierre Péan considère que la Convention a mené une « politique d'extermination » contre les Vendéens.10

 

La convention (1792-1795)

En 1793, les Girondins, l'aile droite de la Convention, qui dirigent le pays depuis la proclamation de la République, veulent respecter les institutions en place et veulent réduire Paris où l'agitation et la pression des sans-culotte sont permanentes, à 1/83e de la France. Ils tiennent à maintenir des institutions décentralisées face à l'aile gauche de la Convention qui réclame des mesures d'exception face aux difficultés.

Sous la pression des sans-culottes les Girondins sont chassés de la Convention par les journées révolutionnaires des 31 mai et 2 juin 1793. Les Montagnards qui forment la partie la plus radicale de l'assemblée arrivent au pouvoir. Ils n'hésitent pas à satisfaire certaines revendications du peuple parisien pour garder le pouvoir et surtout, sauver la République menacée de chaos face aux menées contre-révolutionnaires des royalistes en Vendée et ailleurs, à la révolte des Girondins contre la « dictature parisienne » appelée révolte fédéraliste et à l'avancée des coalisés sur le territoire français. Les Montagnards instaurent un gouvernement révolutionnaire, c’est-à-dire un gouvernement extrêmement centralisé dans lequel les décisions sont prises par un organe issu de la Convention, le Comité de salut public, dominé par la forte personnalité de Robespierre. Ces mesures extraordinaires doivent sauver la révolution par la Terreur (envers les ennemis de la République) et la vertu (des patriotes). Le 23 août 1793, la levée en masse est décrétée. C’est le premier exemple dans l'histoire de France d'une conscription obligatoire de tous les jeunes hommes célibataires. C'est aussi la première fois que l'économie nationale est presque entièrement tournée vers l'effort de guerre.

Lors des journées des 4 et 5 septembre, les sans-culottes demandent que la Terreur soit mise « à l’ordre du jour ». Cette demande est transmise à la Convention le 5 septembre, mais sans que les députés ne l’instaurent officiellement. Le 10 octobre 1793, le gouvernement est déclaré révolutionnaire jusqu’à la paix avant d’être régi officiellement par le décret du 14 frimaire (4 décembre).

Sous la pression du peuple qui souffre de la faim, relayée par les sans-culottes, les députés adoptent des mesures économiques d’urgence : à la loi du 27 juillet 1793 contre l'accaparement qui punit de mort la spéculation, ils ajoutent le 11 septembre le maximum national des grains et des farines et le 29 septembre 1793 une nouvelle loi du maximum général sur les denrées et les salaires. L'ensemble de ces mesures d'exception permet de vaincre les révoltes et de dégager les frontières dès l'automne 1793.

Les armées françaises, commandées pour la plupart par des généraux issus du rang, passent de nouveau à l'offensive. Les régions conquises deviennent des départements : celui du Mont-Blanc, des Alpes-Maritimes et du Mont-Terrible (Mulhouse-Bâle). En 1794 la Belgique est reconquise ainsi que la rive gauche du Rhin. Robespierre, qui veut renforcer la Terreur alors que la situation ne le justifie plus, est renversé le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) et exécuté le lendemain.

Les Conventionnels mettent fin au régime d'exception qu'a été la Terreur. Ils rédigent une nouvelle constitution, celle du Directoire, qui partage le pouvoir exécutif entre 5 directeurs et le pouvoir législatif entre deux assemblées. Le suffrage censitaire est rétabli. Mais la constitution ne permet pas de résoudre les conflits entre les différents pouvoirs.

 

Le directoire (1795-1799)

Le Directoire est une période où les multiples élections et les coups d’État se succèdent. L'insécurité est très grande ainsi que la misère populaire. Par contre, sur le plan extérieur, les conquêtes et les annexions sont nombreuses. La Belgique et une partie de la Hollande sont transformées en 9 départements français le 1er octobre 1796. En 1798, c'est au tour de la rive gauche du Rhin et de Genève d'être organisés en 5 départements. Les frontières naturelles sont largement atteintes. Si on ajoute que les Provinces-Unies, la Suisse et l'Italie sont transformées en républiques sœurs avec des institutions calquées sur celles du Directoire et une politique étrangère inféodée à celle de la France, les frontières naturelles sont même dépassées. Si les républiques sœurs bénéficient des acquis révolutionnaires comme la suppression de la féodalité et l'égalité en droit, elles doivent fournir des réquisitions et des œuvres d'art, ce qui rend vite la présence française impopulaire.

La lassitude des Français induite par les désordres intérieurs permet au général Napoléon Bonaparte d'être favorablement accueilli, quand par le coup d’État du 18 brumaire (9 novembre 1799), il met fin au Directoire. Le général est en effet très populaire depuis ses éclatantes victoires lors de la première campagne d’Italie (1796-1797). Il bénéficie de plus de puissants appuis politiques. Son frère Lucien Bonaparte est président du conseil des cinq-cents, une des deux assemblées du Directoire. Sieyès fait appel à lui pour renverser le régime et pouvoir ainsi en établir un autre plus stable. Mais dès qu'il est au pouvoir Napoléon Bonaparte le confisque à son profit et établit un régime personnel : le Consulat.

 

Le consulat (1799) et le Premier Empire

Bonaparte fait rapidement rédiger une constitution, la Constitution de l'an VIII. Il y est désigné comme premier consul donc de fait à la tête de l'exécutif. Il a le pouvoir de nommer aux principales fonctions publiques et il a le pouvoir d'initiative des lois et du budget. Il y a trois consuls en tout mais les deux autres, Cambacérès et Lebrun, n'ont qu'un pouvoir consultatif. Bien que Bonaparte possède une grande partie du pouvoir législatif, il prend soin de créer quatre assemblées mais aucune n'est élue par les citoyens. Leurs membres sont choisis par le premier consul ou par le Sénat, une des quatre chambres. Parmi elles on peut signaler le Conseil d'État qui doit préparer, rédiger les projets de loi et interpréter les lois. Il est à l'origine du conseil d'État actuel. Le suffrage universel est rétabli mais il n'y a plus d'élections. Les Français sont consultés pour des plébiscites.

Le pouvoir personnel de Napoléon Bonaparte est renforcé par la constitution du 16 thermidor an X (4 août 1802). Il est consul à vie et peut nommer son successeur de son vivant. Les pouvoirs des assemblées sont réduits au profit des senatus-consulte acte émanant du Sénat. Les élections sont rétablies mais elles se déroulent à plusieurs degrés et seuls les 600 citoyens les plus imposés peuvent faire partie du collège départemental. De plus, les citoyens ne choisissent pas des représentants, ils proposent des candidats dans ce qui est appelé des « listes de confiance ». De plus les libertés publiques sont supprimées : liberté de presse, de réunion, censure dans l'édition et le théâtre.

Bonaparte renforce la centralisation administrative. À partir de 1800, il nomme à la tête de chaque département, un préfet et un sous-préfet par arrondissement. Il prend soin aussi de nommer ou faire nommer les maires. Les préfets sont chargés de mettre fin aux divisions nées de la Révolution et de briser tout ce qui reste de particularismes locaux. Les institutions financières et judiciaires sont organisées de la même manière, les juges étant nommés par le premier Consul.

Napoléon Bonaparte rétablit progressivement la stabilité financière. Il crée la Banque de France en 1800, la seule institution à pouvoir émettre de la monnaie. En 1803, le décret de Germinal crée le franc, dit franc germinal. La pièce d'un franc est d'un poids invariable de 5 g d'argent. Elle gardera la même valeur jusqu'en 1914. La promulgation du code civil de 1804 permet l'achèvement de l'unité du pays. Ce code, en projet depuis 1789, traite de la famille, de la propriété et des contrats. Il mélange les règles de droit écrit et les coutumes des différentes régions dans un texte applicable à tous les Français.11

En conservant et en inscrivant dans le Code tous ces acquis de la Révolution, Bonaparte leur permit de traverser les régimes et rassura une grande partie de la population. Mais Napoléon a aussi supprimé bon nombre d’acquis révolutionnaires. Tout d’abord, les cultes révolutionnaires sont abolis. Les libertés d’expression, de réunion, de circulation et de presse sont supprimées au profit d’un état autoritaire et d’une surveillance très accrue de la population, orchestrée par Fouché.

L’égalité proclamée dans le Code civil n’est pas respectée : la femme dépend de son mari ; les patrons ont un très grand pouvoir sur les ouvriers, le livret ouvrier les réduisant à être des quasi-serfs ; l’esclavage est rétabli dans les colonies ; les fonctionnaires sont privilégiés en matière de Justice… Ensuite, l’instauration des préfets, qui sont l’équivalent des intendants, la création du conseil d’État, équivalent du conseil du roi, d’une nouvelle noblesse basée sur la notabilité, les faux plébiscites organisés (des votes sont inventés, il n’y a pas de secret de vote, on ratifie un fait déjà accompli…) font redouter le pire aux jacobins. Le spectre du retour à la monarchie les hante.

La loi du 16 septembre 1807 crée la Cour des comptes, un corps unique centralisé de contrôle des comptes publics. Le premier consul met aussi fin au brigandage et à l'insécurité dont souffraient beaucoup de départements.12

 

La bourgeoisie au pouvoir

En fait, la période révolutionnaire avait irrémédiablement balayé la société féodale, avait fait disparaître toutes les entraves féodales. L’abolition des douanes intérieures et l’unification des poids, des mesures et des monnaies permirent de faciliter le commerce. La fin des corporations associée à l’interdiction de toute organisation ouvrière mettait à la merci de la bourgeoisie industrielle des milliers de paysans chassés des terres, des milliers d’artisans ruinés, obligés d’aller travailler dans les usines. Une nouvelle classe exploiteuse remplaçait définitivement l’ancienne. Le droit et la propriété privée furent remodelés dans le sens des intérêts bourgeois. L’État issu de la révolution fut désormais au service de la bourgeoisie, il devint son point d’appui pour préserver son ordre social, pour défendre ses intérêts économiques aussi bien contre ses concurrents étrangers que contre la classe ouvrière. La période napoléonienne consolida ce nouvel ordre social et aucun retour en arrière ne fut plus possible.13

 

De consul à empereur

En 1804, les Français acceptent par plébiscite que Napoléon Bonaparte devienne empereur héréditaire sous le nom de Napoléon Ier. On sait aujourd'hui qu'il a choisi le titre d'empereur pour ne pas se mettre à dos une partie de la population anti-monarchiste et par référence à l'Antiquité.

 

Symboles impériaux

Le sacre impérial, événement unique dans l’Histoire de France, est lourdement chargé en symboles. Le passage de la République à l’Empire nécessite la création d’armoiries impériales, ainsi que la création d’objets symboliques destinés à établir une tradition auparavant inexistante. Napoléon, qui se veut rassembleur, décide d’associer aux symboles de son règne les images qui ont pu représenter auparavant la France, ainsi que les pouvoirs forts européens.

L’aigle est choisi en référence aux aigles romaines, portées par les légions, mais il est également le symbole de Charlemagne, l’aigle éployée. La couleur rouge du manteau impérial est une référence directe à la pourpre de l’imperium romain. Napoléon se pose ainsi en héritier de l’Empire romain et de Charlemagne.

Les abeilles sont censées rappeler les Mérovingiens (des broches les représentant ayant été retrouvées dans des tombeaux de cette époque), et leur disposition sur les armoiries et le manteau impérial doit rappeler les fleurs de lys des Capétiens. La main de justice, utilisée par les Capétiens lors des sacres royaux, doit faire apparaître que l'Empereur est l’héritier de leur pouvoir. Napoléon veut montrer qu’il est le fondateur de la « quatrième dynastie », celle des Bonaparte, après les Mérovingiens, les Carolingiens, et les Capétiens. D’autres symboles utilisés pendant le sacre sont chargés de valeurs morales. Ainsi Napoléon tient-il un moment le globe de Charlemagne ; il porte la couronne de ce même empereur (ces deux éléments ayant été forgés de toutes pièces avant le sacre). Son épée et son sceptre sont dits « de Charlemagne » : ils ont été en réalité utilisés depuis plusieurs siècles par les Valois puis les Bourbons lors de leurs sacres.

 

Napoléon et l'Église

La signature du Concordat par le Premier Consul en 1801 reconnaît le catholicisme comme la religion « de la majorité des Français », et non plus comme religion d’État. Les prêtres reçoivent désormais un traitement de la part de l’État. Afin de montrer sa puissance, Napoléon ne va pas se faire sacrer à Rome, comme autrefois Charlemagne et les empereurs germaniques (jusqu'au XVe siècle) ; c'est le pape Pie VII que l’on fera venir à Paris. Napoléon l’accueille en forêt de Fontainebleau, à cheval et en habit de chasse, voulant faire croire au caractère fortuit de la rencontre.

Le rapprochement entre Napoléon et l’Église est le fruit d’un calcul politique de la part de l'Empereur. Au-delà de la valeur morale qu’a pu avoir un sacre religieux aux yeux des catholiques, de la valeur symbolique d’un couronnement pontifical rappelant le sacre des empereurs germaniques, Napoléon se place à l’égal, voire au-dessus des rois européens comme successeur de Charlemagne et des empereurs de la Rome antique. La présence du pape au sacre donne une dimension morale et légitime supplémentaire à l’Empire. Celui-ci n’est plus simplement le fruit d’une révolution, c’est un couronnement divin comme celui des autres souverains européens mais qu’aucun d’eux ne peut égaler. Napoléon se place au même niveau que le souverain du Saint-Empire romain germanique avant de le dépasser pour devenir l'unique empereur en Europe. François II l'avait d'ailleurs bien compris puisqu'après la proclamation de l'Empire français, il décrète que l'Autriche, alors archiduché, devient aussi un Empire.

La présence du pape est donc davantage un message aux pays européens qu’une profession de foi catholique de la part de Napoléon. D'ailleurs peu sensible au sort du pape, Napoléon le retiendra plus tard prisonnier à Fontainebleau. Dans l’idée d’affirmer la puissance de la France dans le domaine spirituel, il envisagea même de transférer la résidence du pape de Rome à Paris, avant d’abandonner cette idée.14

 

L'Empire victorieux

Sous Napoléon Bonaparte, la France est presque sans arrêt en guerre. En 1810, à l'apogée du Premier Empire, elle compte 130 départements qui englobent les Pays-Bas, une partie de l'Allemagne jusqu'au Danemark et une partie de l'Italie. Les annexions sont en grande partie dues à la nécessité pour Napoléon de faire respecter le blocus continental qui vise à asphyxier le Royaume-Uni économiquement. De plus, un grand nombre d'États sont inféodés à la France : la Confédération du Rhin, la Confédération helvétique, les royaumes d'Italie, de Naples et d'Espagne. Les guerres impériales ont perpétué la Révolution.

Dans tous les pays conquis, Napoléon Ier impose le Code civil et par conséquent toutes les notions révolutionnaires qui en font partie. Les idées de liberté et d’égalité resteront fermement implantées dans les pays qui avaient été conquis, et de nombreux bouleversements au fil du XIXe siècle en découleront.

En tout, près de la moitié de l'Europe est sous influence française. Mais cette domination est de plus en plus contestée. En effet, la France favorise son économie aux dépens des États vassaux. En 1812, pour contraindre la Russie à respecter le blocus continental qu'elle a rompu, Napoléon Ier l'envahit. Mais il s'avance de manière trop imprudente jusqu'à Moscou et doit effectuer une retraite en subissant les rigueurs de l'hiver et les assauts des troupes et des partisans russes. Il perd 90 % de ses effectifs. Le désastre de la campagne de Russie en 1812-1813 précipite la fin du Premier Empire.

Une nouvelle coalition se noue contre la France. En octobre 1813, à la suite de la défaite de Leipzig, les Français doivent évacuer l'Allemagne. Les Pays-Bas et l'Espagne sont perdus.

 

Chute de l'Empire

En 1814, la France est envahie. Napoléon abdique en avril et devient roi de l'île d'Elbe. Le frère du roi Louis XVI, le comte de Provence, devient roi sous le nom de Louis XVIII. La France garde ses frontières de 1792, incluant la Savoie et le comté de Nice, et peut conserver toutes les œuvres confisquées à l'étranger.

 

Les Cent-Jours

Mais en 1815, Napoléon Ier s'enfuit de l'île d'Elbe et revient au pouvoir à partir du 20 mars jusqu'au 18 juin 1815, date à laquelle il est définitivement vaincu à Waterloo et envoyé en exil dans l'Atlantique Sud, sur l'île de Sainte-Hélène.

La France paie durement les Cent-Jours. Elle doit rendre une grande partie des œuvres pillées et perd les acquisitions de 1792, Savoie et Nice notamment plus la Sarre. Elle doit en outre payer l'entretien d'une force d'occupation de 150 000 soldats.15

Le retour de Napoléon et sa défaite finale rendent encore plus précaire la situation internationale de la France. Celle-ci est traitée plus durement par les alliés en 1815 que lors des traités de Vienne. Napoléon laisse en effet une France exsangue. Démographiquement, elle a perdu environ 1 700 000 hommes depuis 1792, dont la majorité pendant les guerres napoléoniennes. Elle est économiquement ruinée. Ses ports et ses arsenaux le sont également. Le pays a perdu toutes les colonies qui lui restaient de l’Ancien Régime. Son influence internationale, mise en place depuis Richelieu et Louis XIV, est réduite à néant.

 

Un lourd bilan

Les conquêtes napoléoniennes déclenchent l'admiration ou la haine. Les critiques mettent en cause l'Empereur pour avoir « enflammé l'Europe et provoqué des centaines de milliers de morts ».

Napoléon Ier est qualifié d'ogre ou de cannibale et son pouvoir est présenté comme assis sur un « trône de cadavres », fondé sur une « série de crimes » (l'exécution du duc d'Enghien et des principaux chefs de la conspiration Cadoudal). Au total, les guerres Napoléoniennes ont causé la mort de 3,5 a 6 millions d'hommes.16

 

 

Sacré empereur en 1804, Napoléon se posait en héritier de l’Empire romain et de Charlemagne.

 

Dieu associe les deux empereurs, Napoléon et Charlemagne, à travers le chiffre 184.

 

Napoléon a été sacré en 1804.

 

1804 = 184

 

Charlemagne est mort en 814.

 

814 = 184

 

Charlemagne a été sacré empereur par LÉON IX, et son sacre a été favorisé par la mort du Pape HADRIEN quelques années auparavant.

 

HAD = 814

 

814 = 184

 

Charlemagne a été sacré par le Pape LÉON IX.

 

LÉON = NAPO LÉON

 

NAPO = 14+1+16+15 = 46

 

Charlemagne a régné pendant 46 ans.

 

NAPOLÉON = 14+1+16+15+16+5+15+14 = 92

 

BONAPARTE = 2+15+14+1+18+20+5 = 92

 

92+92 = 184

 

Napoléon est mort en 1821 et Charlemagne en 814.

 

1821-814 = 1007

 

100 = CENT

 

7 ans = 84 mois.

 

CENT 84 = 184

 

Dieu associe ces deux empereurs au chiffre 184 car il se prononce SANG 84.

 

Le chef-lieu du département 84 est Avignon dont la maire est Cécile HELLE.

 

HELL signifie ENFER en anglais.

 

Dieu associe Charlemagne et Napoléon à l'ENFER car ils n'ont cessé de faire couler le SANG durant leur règne, donc ils sont aujourd'hui en ENFER étant donné qu'ils ont massacré des êtres humains pour se bâtir un EMPIRE.

 

EMPIRE = 5+13+16+9+18+5 = 66

 

Le nombre de la Bête est le 666, c'est le chiffre du diable.

 

Par ailleurs, Napoléon est mort sur l'île de Sainte-HÉLÈNE.

 

HELE = HELL = ENFER

 

Dieu associe Napoléon à l'ENFER et au diable car il est l'un des hommes les plus cruels de l'histoire de l'humanité. Lorsqu'il a rétabli l'esclavage le 20 mai 1802, « 250 000 Français, principalement Antillais, Guyanais, et Réunionnais, ont été mis en esclavage. Parmi eux, 100 000 Guadeloupéens et Guyanais qui étaient effectivement reconnus comme citoyens, 150 000 Martiniquais, Réunionnais et Mauriciens qui ne l'étaient que sur le papier, grâce à un texte que Napoléon n'a jamais envisagé de leur appliquer.

Bonaparte, engageant sciemment un véritable génocide, a fait tuer en Guadeloupe et en Haïti au moins 100 000 personnes d'origine africaine : non seulement ceux qui ont résisté, les armes à la main, au rétablissement de l'ordre esclavagiste, mais aussi plusieurs dizaines de milliers de civils, sans distinction d'âge ni de sexe, torturés, violés, gazés, noyés, fusillés, roués, crucifiés, égorgés, étranglés, pendus, affamés, empoisonnés, brûlés ou dévorés vifs, simplement à cause de leur couleur de peau.

Plusieurs milliers d'Antillais, appartenant pour la plupart à l'élite de la Guadeloupe et Haïti, ont trouvé la mort en déportation dans des conditions abominables, simplement pour avoir dit non à l'inacceptable.

À causse de Bonaparte, 70 000 Français européens ou d'origine européenne – 70 000 soldats et marins et près de 10 000 civils – sont morts, eux aussi, à l'occasion des opérations de rétablissement de l'esclavage. »17

Au total, « plus d'un million de personnes ont été vouées à la mort selon des critères ''raciaux'', un génocide perpétré en utilisant les gaz, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants dévorés vivants par des chiens, 250 000 citoyens enchaînés et mis en esclavage, un plan de déportation meurtrier incluant d'anciens parlementaires, des escadrons de la mort pour traquer les résistants et les brûler sur place, des camps de triages et de concentration, des ''lois raciales''. Cent quarante ans avant la Shoah, un dictateur, dans l'espoir de devenir le maître du monde, n'a pas hésité à écraser sous la botte une partie de l'humanité. »18

De 1804 à 1813, les guerres du Premier Empire ont fait entre 3 et 6 millions de morts.

 

C'est la raison pour laquelle, Dieu associe Napoléon au chiffre SANG 84.

 

84 = ENFER

 

Napoléon est le diable et ce n'est pas un hasard s'il était l'un des modèles d'Adolf Hitler. Ce dernier est d'ailleurs venu s'incliner devant son tombeau, aux Invalides, lors de sa venue à Paris le 28 juin 1940. Mais cette information n'apparaît dans aucun manuel scolaire car il ne faudrait surtout pas écorner l'histoire de notre si merveilleuse République qui a tant apporté à l'humanité !

 

Napoléon a été destitué de son titre d'empereur le 6 avril 1814.

 

Charlemagne est mort en 814 soit 1 000 ans auparavant.

 

Hitler a déclaré que le IIIe Reich durerait 1 000 ans, et dans l'Apocalypse, le diable est enchaîné puis libéré après 1 000 ans.

 

Dieu associe la durée de 1 000 ans au diable, et 1 000 ans séparent la fin des règnes de Charlemagne et Napoléon. En effet, Charlemagne est mort en 814 et Napoléon a été destitué de son titre d'empereur en 1814. Dieu a ainsi mis un terme à leur COURSE car ils n'arrêtaient pas de faire la guerre pour agrandir leur empire.

 

COURSES se dit RACES en anglais.

 

RACES = CESAR

 

CESAR est le titre honorifique des empereurs. Napoléon et Charlemagne étaient donc deux César.

 

À travers le chiffre 1 000, Dieu associe CESAR au diable et il nous fait comprendre que nous devons dorénavant arrêter sa COURSE ou nous le rejoindrons en ENFER.

 

Napoléon a été destitué de son titre d'empereur le 6 avril 1814.

 

6 avril = 6 4

 

Un cheval possède 64 chromosomes.

 

Napoléon a construit son empire en montant sur le dos de ses soldats, qui étaient ainsi ses chevaux de COURSES.

 

Napoléon était marié à Joséphine de BEAUHARNAIS.

 

Le HARNAIS est l'équipement qui permet de lier un cheval à un dispositif à tracter.

 

Image result for harnais cheval

 

Dieu nous fait comprendre que Napoléon avait fixé un HARNAIS sur le dos de ses soldats puisqu'il dirigeait leurs COURSES étant donné que ces derniers se battaient pour lui afin d'agrandir son empire.

 

CESAR = RACES

 

Les hommes sont ainsi des Pur-SANG, la plus connue des RACES de chevaux à sang chaud.

 

CESAR est né en l'an 100 av. J.-C.

 

100 = SANG

 

Après sa destitution, Napoléon a été envoyé sur l'île d'Elbe mais il s'est enfui et il est revenu au pouvoir pendant une période appelée les « CENT-Jours ».

 

CENT = SANG

 

Napoléon a pu revenir au pouvoir car il avait reconstitué une armée, ses soldats étaient alors ses Pur-SANG.

 

Actuellement, les travailleurs sont les Pur-SANG sur lesquels César, le capitaliste, monte quotidiennement pour se bâtir un empire.

 

Napoléon a été destitué de son titre d'empereur le 6 avril et il fut alors envoyé sur l'île d'ELBE.

 

ELBE = BEL

 

BEL = 25 12

 

Jésus est né un 25 décembre (25 12).

 

Par son SANG versé sur la croix, Jésus a SCELLÉ l'Alliance avec Dieu.

 

Nous étions ainsi programmés pour devenir des Pur-SANG, des chevaux de SELLE, puisque l'Alliance SCELLÉE avec le SANG de Jésus a laissé le pouvoir politique entre les mains de CESAR.

 

CESAR = RACES

 

RACES signifie COURSES en anglais.

 

Nous sommes les chevaux de COURSES de CESAR car nous courons quotidiennement au travail pour agrandir son empire, en l'occurrence l'empire du capitaliste.

 

Le cheval est un ÉQUIDÉ et il n'y aura aucune ÉQUITÉ entre les hommes tant que nous resterons l'ÉQUIDÉ de César, donc Dieu nous demande de QUITTER notre condition de cheval pour obtenir l'ÉQUITÉ en prenant le contrôle des richesses que nous produisons afin de les redistribuer équitablement entre ceux et celles qui les produisent – ce qui nous oblige ainsi à nous comporter en hommes.

 

Nicolas Sarkozy était parfois comparé à Napoléon durant son mandat.

 

Sarkozy a été élu en 2014 à la tête de l'UMP avec 64% des voix.

 

Le cheval possède 64 chromosomes.

 

UMP = PMU

 

Le PMU est une société française de paris hippiques.

 

Si l'UMP, devenu Les Républicains, remporte la prochaine élection présidentielle, les capitalistes continueront à équiper les travailleurs d'un HARNAIS afin de les faire courir toujours plus vite et plus longtemps pour agrandir leur empire.

 

NAPOL EON = NAP OL

 

NAP = NPA

 

OL = LO

 

L.O. est le sigle de Lutte Ouvrière.

 

Le NPA et L.O. sont issus du mouvement TROTSKISTE.

 

Les TROTSKISTES luttent pour que les chevaux arrêtent de galoper quotidiennement au travail, ils veulent ainsi les faire marcher au TROT et enlever leur HARNAIS à travers l'autogestion des entreprises afin qu'ils suivent leur propre direction. L'un des objectifs des TROTSKISTES est que tous les travailleurs puissent progressivement marcher au pas afin de vider complètement l'écurie du Pôle emploi.

 

NAPOLÉON = NPA LO ÉON

 

ÉON = NOÉ

 

Lors du Déluge, NOÉ a été sauvé des EAUX par Dieu, donc à travers NOÉ, Dieu met l'EAU en lumière et il nous fait comprendre que l'Alliance de l'EAU nous impose de voter pour L.O. et le NPA afin de renverser le pouvoir de CESAR.

 

Étant donné que NOÉ et sa famille ont été les seuls à être sauvés par Dieu lors du Déluge, Dieu nous révèle que si nous votons pour L.O. et le NPA., nous serons sauvés, c'est-à-dire que nous pourrons obtenir la vie éternelle.

 

Dieu a sauvé NOÉ du Déluge en lui demandant de construire une ARCHE pour se protéger des EAUX.

 

ARCHE = 1+18+3+8+5 = 35

 

Le chef-lieu du département 35 est la ville de RENNES.

 

Pour nous protéger des ravages du capitalisme, Dieu nous demande ainsi de voter pour L.O. et le NPA afin que nous prenions les RÊNES du pouvoir en mettant en place un système économique basé sur la MARCHE, parce qu'il faut réduire les cadences pour partager le travail. La MARCHE sera ainsi notre ARCHE qui nous protégera du chômage.

 

Les RÊNES sont une pièce de harnachement des équidés, dont notamment les chevaux, et actuellement, les capitalistes nous ont fixé un HARNAIS sur le dos et ils dirigent ainsi quotidiennement notre course en nous faisant galoper pour s'enrichir, par conséquent, Dieu nous fait comprendre que nous devons enlever notre HARNAIS en votant pour L.O. et le NPA afin de prendre nous-même les RÊNES de l'économie.

 

Image result for noe macron

 

 

Lorsqu'il était ministre de l'Économie, Emmanuel Macron voulait mettre en place un projet qu'il avait intitulé « NOÉ ». La recette ? Un DÉLUGE de cadeaux et d'exonérations fiscales pour le patronat. Il voulait ainsi gaver de milliards les capitalistes avec l'argent de nos impôts pour les encourager à parier sur de nouveaux chevaux afin de créer de nouveaux emplois. Or cette politique est menée depuis 35 ans et elle ne crée pas d'emplois car les capitalistes prennent l'argent de nos impôts mais ils n'embauchent pas, et les 6 millions de travailleurs inscrits à Pôle emploi sont là pour le prouver. Donc pour créer des emplois, nous devons quitter notre condition de cheval et devenir des hommes en prenant le contrôle des richesses que nous produisons afin de les réinvestir nous-même dans l'économie, tout en baissant les cadences et le temps de travail afin de créer toujours plus d'emplois supplémentaires. C'est la raison pour laquelle, lorsque Macron était ministre de l'Économie, Dieu nous demandait de le destituer de son poste afin de prendre sa place.

 

En effet, alors qu'il était toujours ministre de l'Économie, Macron a commencé à faire cavalier seul en fondant son mouvement politique « EN MARCHE ! », le 6 avril 2016.

Napoléon a été destitué de son titre d'empereur le 6 avril 1814.

6 avril = 64

Le cheval possède 64 chromosomes.

Dieu nous faisait ainsi comprendre que nous devions destituer Macron de son poste pour ne plus être les chevaux de COURSES de César, car en prenant nous-mêmes les RÊNES de l'économie, nous pourrons MARCHER dignement comme des hommes dans NOS entreprises lorsque nous prendrons le contrôle des richesses que nous produisons, afin de fournir du travail à tous les citoyens en baissant le temps de travail et les cadences. Mais pour y parvenir, nous devons une bonne fois pour toutes éjecter les Macron et compagnie du pouvoir afin de destituer César de son titre d'empereur en l'expropriant de l'économie.

 

NAPOLÉON est né un 15 août (15 8).

15X8 = 120

Le 120e jour de l'année est traditionnellement le 30 avril qui célèbre la fin du IIIe REICH.

120 se prononce SANS VIN.

Dieu nous transmet ainsi le message suivant : « C'est SANS VIN », c'est-à-dire qu'il change l'Alliance du VIN par celle de l'EAU car nous devons désormais combattre César : le RICHE capitaliste – pour obtenir la vie éternelle.

 

NAPOLÉON est mort un 5 mai (5 5).

5X5 = 25

Le chef-lieu du département 25 est BESANCON donc Dieu nous fait comprendre que nous devons voter pour le parti politique de BESANCENOT afin de renverser le pouvoir de César.

 

NAPOLÉON est mort le 5 mai 1821.

1821 = RU

Dieu demande à la RUE, c'est-à-dire au peuple, de se révolter et de renverser CESAR en votant pour le NPA, qui je l'espère, sera allié avec L.O. Désormais, Dieu demande à la RUE de prendre les RÊNES du pouvoir des mains de la bourgeoisie.

 

NAPOLÉON est symbolique car se fut sous son règne que la bourgeoisie triompha et la pierre angulaire de son triomphe fut le droit à la propriété, qu’il ne faut pas confondre avec les simples biens que l’on possède. Ici, cela sous-entend la propriété privée des moyens de production. Ainsi, en 1804, le Code Napoléon a donné à la propriété privé le caractère d'un droit absolu, comme s'il était sacré. C'est la raison pour laquelle Dieu associe L.O. et le NPA à NAPOLÉON puisque ces deux partis politiques veulent supprimer la propriété privée des moyens de production. Olivier écrit notamment : « La grande supercherie capitaliste, c'est d'avoir habilement réussi à installer dans la tête des gens la confusion entre la possession de biens d'usage personnel (maisons familiales, voitures, etc.) et la propriété des grands moyens de production, d'échange, d'information. La première ne repose pas sur l'exploitation du travail d'autrui, la seconde n'existe au contraire que par son exploitation. La possession des biens d'usage ne prive et n'exclut personne, tandis que la propriété privée des moyens de production exige que la masse des travailleurs soient expropriés de leur outil de travail ou les paysans de leur terre. Le fruit du travail de la majorité fait la richesse d'une minorité. Voilà la véritable spoliation orchestrée par un système qui ne défend pas les vertus de la propriété en soi, de façon abstraite, mais qui défend celle d'une poignée de privilégiés. »19

La propriété privée est ainsi devenue un droit absolu en 1804, c'est la raison pour laquelle, Olivier Besancenot est né un 18 avril (18 04) car Dieu nous fait comprendre que nous devons voter pour le parti politique d'Olivier afin de mettre un terme à la propriété privée. C'est la marche à suivre pour nous permettre de partager équitablement les richesses entre tous les citoyens.

Plus précisément, Dieu nous demande de voter pour L.O. et le NPA afin de supprimer la propriété privée des moyens de production (de transport, de communication, des banques, etc.) et ainsi renverser CESAR en l'expropriant de l'économie.

Nous devons prendre le contrôle des grandes entreprises du pays parce que ce sont les travailleurs qui produisent toutes les richesses, par conséquent, l'expropriation des capitalistes ne sera pas un vol mais simplement le rétablissement de la justice.

 

 

Sur cette photo prise aux Invalides à Paris le 28 juin 1940, Adolf Hitler (en costume blanc) est accompagné de son état major pour se recueillir sur le tombeau de Napoléon.

À travers cette photo, Dieu nous fait comprendre que le dirigeant du IIIe REICH rendant hommage à Napoléon, symbolise le RICHE rendant hommage à l'homme qui lui a permis de voler légalement l'argent des pauvres en consacrant dans le Code civil le droit à la propriété privée. À l'échelle de la planète, ce vol de richesses provoque la mort de plus de 10 millions de pauvres chaque année ; voilà pourquoi Dieu associe la barbarie du IIIe REICH au droit à la propriété privée.

Sur la photo, le dirigeant du IIIe REICH est habillé en blanc car le RICHE est majoritairement Blanc et il extermine principalement des Noirs.

 

NAPOLÉON = 14+1+16+15+16+5+15+14 = 92

 

BONAPARTE = 2+15+14+1+18+20+5 = 92

 

Napoléon Ier était qualifié d'« ogre » ou de « CANNIBALE ».

 

Anthony Hopkins a obtenu l'Oscar du meilleur acteur en 1992 pour son rôle d'Hannibal Lecter dans Le Silence des agneaux.

 

Hannibal Lecter est un CANNIBALE.

 

NAPOLÉON = 92 = 1992

 

Le chef-lieu du département 19 est la ville de TULLE.

 

Dieu nous donne le message suivant : « TUE LE cannibale ! ».

 

Le cannibale est le RICHE capitaliste qui dévore la chair des habitants du Tiers Monde pour s'engraisser de profits en accaparant leurs richesses. Donc nous réussirons à « tuer » ce cannibale notamment en supprimant la propriété privée des moyens de production pour qu'il ne puisse plus voler les richesses des pauvres. En effet, en prenant le contrôle des multinationales qui volent les ressources des pays pauvres, nous pourrons enfin rendre ces ressources à ces peuples qui ont été exploités, pillés, et opprimés par le capitalisme occidental depuis plusieurs siècles.

 

Napoléon a été sacré empereur le 2 décembre 1804 (2 12 1804).

 

2X12X1804 = 43296

 

432296 = 432 96

 

432 = DC 2

 

DC 2 se prononce DÉCÉDE !

 

96 = un cahier est composé traditionnellement de 96 pages.

 

Dieu nous fait comprendre que nous devons arrêter de sacrer César à chaque élection présidentielle et il nous demande ainsi de signer son acte de DÉCÈS afin que nous puissions enfin écrire nous-même notre futur.

 

 

Le 14 avril 1814, le traité de FONTAINEBLEAU a donné la souveraineté de l'île d'ELBE à Napoléon, il fut alors déchu de son titre d'empereur et envoyé sur l'île mais il conserva ses titres de noblesses. Le traité mentionne ainsi que l'Empereur : « renonce pour lui, ses successeurs et descendants, ainsi que pour chacun des membres de sa famille, à tout droit de souveraineté et de domination, tant sur l'Empire français et le Royaume d'Italie, que sur tout autre pays. MM. l'empereur Napoléon et l'impératrice Marie-Louise conserveront ces titres et qualités pour en jouir leur vie durant ». L'article 3 indique que « L'île d'Elbe, adoptée par S.M. l'empereur Napoléon pour lieu de son séjour, formera, sa vie durant, une principauté séparée qui sera possédée par lui en toute souveraineté et propriété ».

Le traité de FONTAINEBLEAU a ainsi donné la souveraineté d'une île à Napoléon alors que les guerres napoléoniennes avaient fait entre 3 et 6 millions de victimes. Dans le même sens, après la fin de son second mandat présidentiel, la communauté internationale a laissé George Bush vivre souverainement dans son ranch au Texas alors qu'il était responsable de la mort de centaines de milliers d'Irakiens, quand il a agressé l'Irak en 2003 en violant le droit international pour permettre aux capitalistes américains de piller les ressources naturelles du pays.

C'est le sens du mot FONTAINEBLEAU car si les hommes versaient une FONTAINE D'EAU sur leur visage, le diable serait enchaîné depuis longtemps. En effet, si tous les hommes dans le monde avaient abondamment pleuré en 2003 la mort de centaines de milliers de civils irakiens, il y aurait alors eu une immense mobilisation mondiale contre George Bush afin qu'il soit jugé pour crimes contre l'humanité. Mais malgré quelques importantes manifestations de protestation, la majorité des citoyens dans le monde n'a pas été émue par la mort de ces innocents, trop peu de personnes ont pleuré la mort des enfants irakiens victimes des bombardements, donc le monde ne s'est pas révolté contre George Bush et moi non plus à l'époque. C'est la raison pour laquelle, il a pu tranquillement vivre dans son ranch au Texas après avoir plongé l'Irak dans le chaos, car selon les études : entre 500 000 et 1,2 million d'irakiens auraient trouvé la mort depuis 2003. Quant à Napoléon, si les rois qui l'ont envoyé sur l'île d'Elbe avaient pleuré les millions de victimes tuées lors des guerres napoléoniennes, ils l'auraient sanctionné comme il se devait en le condamnant à la prison à perpétuité, et par conséquent, Napoléon n'aurait jamais pu revenir au pouvoir durant la période des « CENT-Jours ».

 

C'est le sens de l'île d'ELBE.

 

ELBE = BEL

 

BEL = 25 12

 

Jésus est né un 25 12 (25 décembre).

 

L'Alliance avec le SANG de Jésus donne le pouvoir politique entre les mains de César, donc lorsque Napoléon a été destitué de son titre de César, il a quand même gardé un certain pouvoir politique en devenant le ROI de l'île d'ELBE car César est quasiment indétrônable. George Bush était le chef de l'Empire américain, héritier de l'Empire romain, il incarnait ainsi le rôle de César, et lorsqu'il a agressé illégalement l'Irak pour permettre aux capitalistes américains de piller les richesses du pays, il a provoqué la mort d'une centaine de milliers de civils irakiens, pourtant, il a été reçu chaleureusement par le Pape Benoît XVI au Vatican puisque l'Église de Rome est neutre politiquement donc elle laisse César régner à partir du moment où il ne soutient pas l'avortement, qu'il va régulièrement à la messe et qu'il ne tue pas de chrétiens lors de ses guerres impérialistes.

L'Alliance du SANG donne ainsi les pleins pouvoirs à César et il est parfois légèrement puni comme lorsque Napoléon a été envoyé sur l'île d'ELBE, mais étant donné que le traité de Fontainebleau était trop laxiste, Napoléon s'est enfui et il est revenu au pouvoir lors d'un périple appelé « les CENT-Jours ».

CENT se prononce comme le mot SANG.

Dieu nous fait ainsi comprendre que l'Alliance du SANG permet à César et plus généralement aux rois, de conserver continuellement le pouvoir. Il nous donne un exemple précis avec Alain Juppé, qui a été le maire de Bordeaux de 1995 à 2004 jusqu'à ce qu'il soit destitué de son titre lorsqu'il fut condamné par la justice pour « prise illégale d'intérêts », mais il est revenu sur son trône deux ans plus tard et il a régné ensuite sur la ville de Bordeaux de 2006 à 2019.

 

La ville de Bordeaux est le chef-lieu du département 33.

 

Jésus avait 33 ans lorsque son SANG a été versé sur la croix pour sceller la nouvelle Alliance avec Dieu.

 

Lors du repas de la Cène, Jésus a transmis la nouvelle Alliance à ses disciples en leur demandant de boire une coupe de VIN qui symbolisait son SANG.

 

La ville de Bordeaux est mondialement connue pour son VIN.

 

Alain Juppé, l'ancien maire de la ville de Bordeaux, est né un 15 août (15 8).

 

15X8 = 120

 

120 se prononce SANS VIN.

 

Dieu nous fait clairement comprendre que nous devons arrêter de boire le VIN de Jésus car seule l'Alliance de l'EAU nous donnera la vie éternelle.

 

Napoléon est également né un 15 août donc Dieu associe Napoléon et Alain Juppé parce qu'ils ont tous les deux été destitués de leurs titres mais ils ont réussi à revenir au pouvoir étant donné que le VIN donne le pouvoir politique entre les mains des ROIS, par conséquent, ces derniers peuvent tuer, tricher, mentir, voler, arnaquer, ils pourront quand même revenir au pouvoir et excercer une fonction politique.

Alain Juppé est l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac (1995/1997) et il a ainsi été condamné en appel le 1er décembre 2004 à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité pour « prise illégale d'intérêt » car il utilisait l'argent public pour rémunérer les militants de son propre parti (RPR à l'époque). Voici un court extrait des attendus justifiant cette condamnation : « Que la nature des faits commis est insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi ; qu’agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain ». Malgré cette condamnation, Alain Juppé fut réélu en 2006 (élection partielle), en 2008 et en 2014 maire de Bordeaux et à chaque fois dès le premier tour ! 20

La majorité des citoyens vote pour des hommes politiques corrompus donc Dieu nous donne le message : « SANS VIN » car il nous fait comprendre que le VIN rend saoul. En effet, si François Fillon n'avait pas remporté la primaire des Républicains, Alain Juppé aurait été le grand favori pour remporter l'élection présidentielle de 2017 alors que c'est un tricheur, un menteur, un escroc, qui aurait dû être exclu définitivement de la vie politique dès 2004. « Mais le cas d'Alain Juppé n'est que l'arbre qui cache la forêt car les hommes politiques condamnés ou inquiétés par la justice pour des scandales financiers et réélus sont innombrables. La classe dominante qui les nourrit a constamment besoin, pour ses propres intérêts, de ces politiciens corrompus. Elle est capable de produire et de reproduire autant que nécessaire cette catégorie d'hommes et de femmes qui ne reculent devant rien pour la servir.

Aujourd'hui on peut être un homme politique corrompu jusqu'à la moelle épinière et gagner les élections, c'est un trait caractéristique de la démocratie bourgeoise. Mieux, la corruption des hommes politiques est d'autant plus brutale, plus cynique que la République est plus démocratique.

On peut adopter les lois que l’on veut contre la corruption, les affaires et les privilèges, mener toutes les enquêtes possibles, on peut même diminuer et limiter leur importance, mais on ne peut pas les éliminer. Car leur existence et celle du capitalisme sont tellement imbriquées l’une dans l’autre que l’on ne peut supprimer l’une sans éliminer l’autre. Les lois et les mesures prises pour lutter contre la corruption ne sont que des paravents derrière lesquels la bourgeoisie dissimule ses forfaits. Le problème n’est donc pas l’existence de la corruption, des scandales financiers, des affaires et autres privilèges, mais celle du capitalisme qui les engendre. Il y a eu dans le passé des scandales, il y a aujourd’hui des scandales et il y aura dans l’avenir d’autres scandales tant que ce système existe. Le véritable scandale, c’est le capitalisme lui-même. » 21

Voilà pourquoi nous devons arrêter de boire ce maudit VIN puisqu'il nous rend complètement saoul étant donné que nous donnons le pouvoir politique entre les mains d'hommes corrompus, c'est la raison pour laquelle à travers le traité de FONTAINEBLEAU, Dieu fait couler une FONTAINE D'EAU afin que nous retrouvions nos esprits.

Deux des plus célèbres condamnations d'hommes politiques corrompus sont celles d'Alain Juppé et Henri Emmanuelli. Ce dernier a été inculpé dans l'affaire URBA concernant l'attribution de marchés publics dans le cadre du financement occulte du Parti socialiste. Les entreprises qui souhaitaient obtenir des marchés publics devaient verser, par le biais de fausses factures, à hauteur de 2 % à 4 % du montant des marchés concernés à des bureaux d’études, parmi lesquels URBA, SAGES ou BLE. Ces méthodes étaient illégales. Les bureaux d'études se chargeaient ensuite de reverser les commissions, dont ils conservaient 40 % du montant, dans les caisses du Parti socialiste (30 % au niveau national et 30 % au niveau local), dans le but de financer les campagnes électorales. Le procureur de la chambre criminelle de la Cour de cassation, Yves BOIVIN, a notamment estimé qu’Henri Emmanuelli était, en tant que trésorier du parti, « le véritable patron d’URBA », car « c’est lui qui assurait la gestion des 30 % de commissions qui revenaient au parti ». Henri Emmanuelli s’est entendu qualifier de « trésorier qui ne s’occupait pas de trésorerie ». Pour le procureur, URBA était un système qui « en voulant moraliser la collecte des fonds, a moralisé l’immoralité ». Henri Emmanuelli, fut mis en examen pour « recel et complicité de trafic d'influence » le 14 septembre 1992 et il a finalement été reconnu coupable par la justice de complicité de trafic d'influence, et a été condamné le 16 décembre 1997 à dix-huit mois de prison avec sursis et à deux ans de privation de ses droits civiques. 22

Donc Henri Emmanuelli a pu détourner des millions de francs et revenir dans la vie politique. Ainsi, de l'an 2000 à sa mort en 2017, il fut député de la 3e circonscription des Landes et président du Conseil général des Landes. Le 10 juillet 2012, il a été nommé membre de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, commission dont il est devenu président le 17 juillet 2012.

Comme le disait Paul Valéry : « La politique est le moyen pour des hommes sans principe de diriger des hommes sans mémoire », car les électeurs oublient que ces hommes politiques sont corrompus, et qu'ils ne devraient plus avoir le droit d'exercer des mandats publics après avoir détourné illégalement de l'argent. Henri EMMANUELLI a été condamné par la Cour de Cassation, le procureur s'appelait alors Yves BOIVIN, puisque Jésus (EMMANUEL), nous a fait BOIRE du VIN alors nous laissons le pouvoir politique entre les mains de CESAR ce qui lui permet d'appliquer sa loi, et ainsi, ses serviteurs peuvent tricher, mentir, corrompre, et revenir au pouvoir après un court laps de temps pour continuer à le servir. Henri Emmanuelli est né à EAUX-BONNES dans les Basses-Pyrénées, car Dieu fait couler une FONTAINE d'EAU pour nous ramener à la raison étant donné que le VIN est nocif pour l'organisme alors que l'EAU est BONNE pour la santé, donc Dieu change le VIN en EAU pour que nous retrouvions nos esprits. Nous devons ainsi prendre le pouvoir en main afin d'empêcher des hommes politiques corrompus d'éduquer nos enfants.

 

Henri Emmanuelli est né à EAUX-BONNE en 1945.

 

1945 = AIDE

 

Dieu nous AIDE à construire un monde moral, juste, saint, en changeant l'Alliance du VIN par celle de l'EAU, car le VIN est obtenu à partir du RAISIN donc Dieu nous révèle que le VIN fait perdre la RAISON.

 

Alain Juppé est également né en 1945 (AIDE), et il symbolise l'Alliance du VIN.

 

Napoléon, né un 15 août comme Alain Juppé, a été sacré empereur un 2 décembre, et il a été destitué de son titre par le traité de FONTAINEBLEAU.

 

FONTAINEBLEAU = FONTAINE EAU BL

 

B L = 2 12 = 2 décembre

 

Dieu nous fait ainsi comprendre qu'il fait désormais couler une FONTAINE d'EAU afin de mettre un terme à l'Alliance du VIN avec Jésus – ce qui signifie qu'il destitue César de son titre d'empereur car la nouvelle Alliance de l'EAU nous impose de lui prendre le pouvoir des mains afin de construire un monde égalitaire.

 

Nous devons ainsi renverser César et l'empêcher à tout jamais de revenir au pouvoir parce qu'au delà d'être corrompu, c'est un tueur. En effet, Alain Juppé, le serviteur de César, a autant, voire plus de SANG sur les mains que Napoléon car lorsqu'il était membre du gouvernement sous Sarkozy, Alain Juppé était le ministre des Affaires étrangères, c'est-à-dire le ministre de la Guerre, dont notamment la guerre en Lybie que la France a déclenché en 2011, et qui a provoqué la mort de dizaines de milliers de personnes. Par ailleurs, au gouvernement, Juppé a soutenu un système économique qui exterminait plus de 10 millions d'êtres humains chaque année, donc Alain Juppé a bel et bien les mains tachés de SANG et c'est la raison pour laquelle, Dieu nous transmet le message : « SANS VIN » puisqu'en votant pour Juppé et ses clones, nous aurons les mains tachés de SANG en sortant du bureau de vote.

 

La ville de Bordeaux est le chef-lieu du département 33.

 

33 = CC

 

CC = CESSEZ

 

Dieu nous donne ainsi le message suivant : CESSEZ de boire le VIN car désormais c'est « SANS VIN », étant donné que seule l'Alliance de l'EAU nous donnera la vie éternelle.

 

VOTE = 22X15X20X5 = 33000

 

Le code postal 33000 est celui de la ville de BORDEAUX, une ville mondialement connue pour son VIN.

 

Dieu nous fait ainsi comprendre qu'il change l'Alliance du VIN par celle de l'EAU donc nous devons désormais changer notre VOTE en expropriant César de l'économie afin de prendre le pouvoir en main.  

Notamment pour mettre un terme à l'extermination des millions d'êtres humains chaque année.

 

C'est la raison pour laquelle Alain Juppé a été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis et à une peine de 10 ans d'inéligibilité, le 30 janvier 2004.

 

Adolf Hitler est né un 20 04 (20 avril).

 

Adolf Hitler a pris le pouvoir en Allemagne le 30 janvier 1933, c'est-à-dire 71 ans - jour pour jour - avant la condamnation d'Alain Juppé.

 

Le chiffre 71 symbolise le capitalisme, car le chef-lieu du département 71 est la commune de MACON et l'ancien ministre de l'Économie était Emmanuel MACRON.

 

La différence entre MACON et MACRON se situe au niveau de la lettre R.

 

R = 18

 

18 = AH

 

A.H. sont les initiales d'Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH.

 

Un MAÇON construit des bâtiments, donc à travers le président de la République et ancien ministre de l'Économie, Emmanuel MACRON, Dieu nous fait comprendre que l'économie capitaliste permet au RICHE de construire son monde, et ainsi d'exterminer des millions d'êtres humains chaque année en accaparant la majeure partie des richesses de la Terre.

 

Alain Juppé a été condamné 71 ans - jour pour jour - avant la prise de pouvoir d'Adolf Hitler en Allemagne, et lors de cette condamnation, Juppé a été condamné à 10 ans d'inéligibilité, ce qui signifie que si cette condamnation n'avait pas été réduite par un autre tribunal quelques mois plus tard, Juppé n'aurait jamais pu envisager d'être candidat à l'élection présidentielle de 2017, à l'âge de 71 ans. Dieu nous fait ainsi comprendre que si la condamnation de Juppé, prononcée 71 ans avant la prise de pouvoir d'Adolf Hitler, avait été appliquée, Adolf Hitler n'aurait jamais pu envisager de prendre le pouvoir en France en 2017, et ainsi permettre au RICHE d'exterminer des millions d'êtres humains chaque année pour maximiser ses profits. Dieu nous demande ainsi de condamner définitivement les défenseurs du nazi-capitalisme comme Alain Juppé – afin qu'ils n'arrivent jamais au pouvoir puisque leur idéologie provoque la mort de millions d'innocents chaque année.

 

Le 13 février 2019, Dieu nous donnait la preuve que le JT de VIN heures nous SAOULE.

Ce jour-là, nous apprenions qu'Alain Juppé quittait ses fonctions de maire de Bordeaux – la ville du VIN – afin d'entrer au Conseil Constitutionnel, où il venait d'être nommé.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 13-février-2019.png.

 

Lors du journal de VIN heures de France 2, la responsable politique de la chaîne, Nathalie Saint-Cricq, expliquait cette nomination : 

« C'est un hommage d'Emmanuel Macron pour lui permettre de terminer en beauté une vie politique, certes bien remplie, mais pas franchement heureuse ; il était, vous vous souvenez sans doute, ''le meilleur d'entre nous'', comme disait Jacques Chirac ; mais aussi le ''bouc émissaire'' des déboires juridiques et financiers du RPR ; (puis également) humiliés ''aux Primaires'' quand on le donnait ''placé et gagnant'' à la présidentielle. Alors à presque 74 ans, il est redevenu populaire ; il a rompu avec les Républicains ; il soutient Emmanuel Macron et Édouard Philippe (le premier Ministre) est son fils spirituel, donc certes c'est une surprise mais c'est une surprise assez cohérente. »

Alain Juppé était ainsi présenté comme un « martyr » de la vie politique, un « ''bouc émissaire'' des déboires juridiques et financières du RPR ». Or le JT de VIN heures n'a pas détaillé cet élément afin de ne pas montrer le vrai visage d'Alain Juppé qui est en réalité, un escroc de la politique. En effet, il a été condamné à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité pour « prise illégale d'intérêt », il avait ainsi « trompé la confiance du peuple souverain ».

Pourtant, le JT de VIN heures de France 2 le faisait passer pour un « bouc émissaire des déboires juridiques et financiers du RPR ».

Le JT remplaçait ainsi une condamnation juridique par le mot « DÉBOIRE », c'est-à-dire un « événement fâcheux », donc beaucoup moins grave qu'une condamnation ; par conséquent, l'utilisation de ce mot « DÉ-BOIRE » permettait à la bourgeoisie de nous faire « BOIRE » du VIN lors du JT de VIN heures afin de nous SAOULER pour nous empêcher de voir la nature corrompue de ses représentants politiques, présentés au contraire, comme de nobles personnages.

Alors que si l'information y était objective, le JT aurait dû s'indigner qu'un homme condamné par la justice soit nommé au Conseil Constitutionnel, dont le rôle est de vérifier la conformité des lois avec la Constitution. Autrement dit, Juppé – un fraudeur condamné par la justice – était nommé pour dire les règles de notre Constitution !

À travers l'ancien maire de la ville de Bordeaux, une ville mondialement connue pour son VIN – Dieu nous montrait ainsi que le journal de VIN heures nous SAOULE, en nous endoctrinant quotidiennement pour ne jamais nous révolter contre le pouvoir corrompu de César – le capitaliste, le RICHE – qui a besoin d'hommes politiques malhonnêtes comme Alain Juppé afin d'appliquer ses lois immorales.

Dieu change ainsi l'Alliance du VIN par celle de L'EAU – afin de nous réveiller en nous jetant de L'EAU sur le visage, car le JT de VIN heures nous endort, il nous rend amorphe et trouble notre vision ; alors pour y voir clair, il fallait se rendre sur le site internet de L.O. (Lutte Ouvrière), qui écrivait concernant cette nomination d'Alain Juppé :

« L'ex-maire de Bordeaux Juppé vient d'entrer au Conseil constitutionnel qui est chargé de vérifier que les lois respectent la Constitution. La justice l'a pourtant condamné en 1999 dans l'affaire des emplois fictifs et marchés truqués de la mairie de Paris, qui finançaient illégalement le parti de Chirac.

La justice avait adouci sa peine en estimant qu'il s'était ''consacré de nombreuses années au service de l'État''. Haut fonctionnaire, député, ministre, puis Premier ministre, en 1995 il s'était attaqué aux droits et au statut des cheminots.

Un jour il fait les lois, le lendemain il les transgresse, puis il est sacré arbitre de la loi. C'est le portrait- robot d'un serviteur de la bourgeoisie. » 23

Voilà le bon décryptage de cette nomination.

 

Les initiales du Conseil Constitutionnel sont « C.C. ».

 

La ville de Bordeaux est le chef-lieu du département numéro 33.

 

33 = CC

 

C C se prononce CESSEZ.

 

À travers la nomination d'Alain Juppé au Conseil Constitutionnel, chargé de vérifier la conformité des lois, Dieu nous transmettait ainsi le message suivant : « CESSEZ de confier la loi à ces hommes politiques corrompus ». Dieu nous demande ainsi de prendre les rênes du pouvoir afin de « dégager » ces escrocs et appliquer des lois en conformité avec les valeurs humaines : le partage, la justice, l'égalité, la morale, l'amour.

 

Le lendemain, le 14 février 2019, le JT de 20H de France 2 rendait hommage à Alain Juppé, en diffusant l'extrait de son discours d'adieu, à la maire de Bordeaux. La présentatrice du JT, Anne-Sophie Lapix, précisait :

« Alain Juppé a fait ce matin ses adieux à la maire de Bordeaux ; lors d'un discours plein d'émotion, il a expliqué son choix, celui de quitter un climat général infecté par les mensonges et les haines, pour rejoindre le climat plus serein du Conseil Constitutionnel ».

Juppé – ce menteur et tricheur condamné par la justice – se plaignait ainsi des « mensonges » en politique ! Le JT de VIN heures n'en a pas souligné l'ironie, au contraire, dans le reportage, le journaliste soulignait « l'émotion » de Juppé lors de son discours. Le reportage débutait par les images de Juppé, la main sur le cœur, applaudi chaleureusement par des Bordelais.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 14-février-2019-2-1.png.

 

Dans son discours, il déclarait : « Quitter cet hôtel de ville – cette fois de mon plein-gré – est pour moi évidemment, un crève-cœur ». Le journaliste ajoutait en voix off : « Il est réputé austère et pudique, mais cette fois-ci, l'émotion prend le dessus ».

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 14-février-2019-3-2.png.

 

On voyait ainsi Alain Juppé, les larmes aux yeux, enchaîner : « Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple, c'est un arrachement de me séparer de qui j'ai tant aimé, à qui j'ai tant donné » et ayant du mal à parler à cause de l'émotion, il demandait aux Bordelais : « Allez, aidez moi ! » ; et ils se mirent alors à l'applaudir – lui qui avait « tant donné » à Bordeaux, et qui lui avait également beaucoup pris, puisqu'il a gagné environ un million d'euros en exerçant la fonction de maire, or il ne l'a pas précisé dans son discours. Le journaliste poursuivait : « L'émotion passée, il veut dire son malaise, sa lassitude dans le contexte de la crise des ''Gilets jaunes'', des violences contre les élus, et contre la ville de Bordeaux ». Juppé expliquait : « Aujourd'hui, l'envie me quitte, l'esprit public est devenu délétère, la montée de la violence sous toutes ses formes – verbale et physique – le discrédit des hommes et des femmes politiques – réputés ''tous pourris'' – sont difficile à vivre et lourde à porter ».

Il s'indignait ainsi du « discrédit des hommes politiques » sans en prendre sa part de responsabilité – lui qui fut l'un des rares « pourris » à avoir été condamnés par la justice.

Par ailleurs, il s'indignait également de la « violence » dans la société, et notamment celle des « Gilets jaunes », or la vraie « violence », est généré par le système économique qu'il défend, et de la politique menée lorsqu'il était au gouvernement, dont le résultat est aujourd'hui « la violence subie par plus de 6 millions de chômeurs ; la violence subie par près de 9 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté ; la violence des inégalités devant la mort : l’espérance de vie d’un ouvrier est de 71 ans, l’espérance de vie d’un cadre supérieur est de 84 ans, soit 13 ans de différence ; la violence également de la destruction consciente de l’environnement, et de la destruction consciente des femmes et des hommes au travail ; la violence subie par les agriculteurs : tous les trois jours, un agriculteur se suicide en France ; la violence en matière de logement : 4 millions de mal-logés en France selon la fondation Abbé Pierre, dont 140 000 sans domicile fixe ; la violence subie par les morts retrouvés dans la rue : au moins 500 morts chaque année, selon le collectif Les Morts de la Rue ; la violence subie par les 2 millions de personnes qui reçoivent l’aide alimentaire, dont 70 % sont des femmes ; la violence de l’évasion fiscale, soit un vol de 80 milliards d’euros chaque année par quelques-uns au détriment de tous, de l’éducation par exemple ou de la santé. » 24

Alors la violence, ce sont les hommes politiques comme Alain Juppé qui la font subir à l'ensemble de la société. Et cette violence-là ne l'a jamais fait pleurer.

 

Il déclarait dans son discours :« Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple, c'est un arrachement de me séparer de qui j'ai tant aimé, à qui j'ai tant donné ».

Or ce n'est pas le peuple de Bordeaux qu'il a « tant aimé », mais les riches de la ville de Bordeaux, et ceux de France, pour lesquels il s'est battu durant toute sa carrière politique, et dont il allait s'assurer que les lois continuent de les protéger, en entrant au Conseil Constitutionnel.

 

L'expression de « vieux couple », employé par Juppé, était symbolique, car il a prononcé ce discours le 14 février, le jour de la Saint-Valentin, la fête des AMOUREUX.

 

Le 14 février est le 44e jour de l'année.

 

Jules César est mort en 44 avant J-C.

 

L'Alliance du VIN avec Jésus a laissé le pouvoir politique entre les mains de César – le RICHE – dont Alain Juppé, le maire de Bordeaux – la ville du VIN – était un fidèle serviteur, d'où la clémence du journal de VIN heures envers lui.

 

Alors le 14 février, à travers les larmes – qui symbolise l'EAU – versées par le maire de Bordeaux – la ville du VIN – Dieu mettait en lumière le choix entre l'Alliance de l'EAU et celle du VIN.

 

Alain Juppé a annoncé sa démission le 13 février 2019.

 

Le 13 février est le 43e jour de l'année.

 

43 = DC

 

D C se prononce DÉCÉS.

 

2019=

 

20 = VIN

 

Le chef-lieu du département 19 est la ville de TULLE.

 

Par conséquent, à travers la date de la démission de Juppé, le maire de la ville du VIN – Dieu nous faisait comprendre qu'il mettait un terme à l'Alliance du VIN ; car désormais, nous devons forcer les serviteurs de César à « démissionner » en prenant collectivement le pouvoir en main ; Dieu nous demande ainsi de signer l'acte de DÉCÈS de César : son message est : « TUE-LE ».

 

Le JT de VIN heures protège ainsi le règne de César car il ne nous a pas montré la « violence » de son pouvoir et les conséquences de ses lois mises en œuvre par les hommes politiques comme Alain Juppé ; qui était désormais nommé au Conseil Constitutionnel (CC), pour valider les lois dictées par César – le capitaliste, le RICHE.

 

CC = CESSEZ

 

CESSEZ de voter pour la violence du règne de César.

 

Bordeaux – la ville du VIN – est surnommée « la BELLE endormie ».

 

BEL = 25 12

 

Jésus est né un 25 12 (25 décembre).

 

Effectivement, l'Alliance du VIN avec Jésus nous « endort » car elle ne nous encourage pas à renverser le pouvoir en place, au contraire, elle nous soumet au pouvoir de César : le règne du RICHE.

 

C'est la raison pour laquelle, Alain Juppé, l'ancien maire de Bordeaux, est né le 1er octobre 1945 (1 10 1945).

 

1 10 =A J

 

A J se prononce « AGIS »

 

1945 = AIDE

 

Dieu te transmet désormais le message suivant : « AGIS » en forçant les hommes politiques comme Juppé à démissionner ; pour venir en AIDE à des millions de nos concitoyens, et aux milliards de pauvres sur Terre, qui sont persécutés par la violence de l'idéologie des hommes politiques comme Juppé.

 

Le journal de 20H de France 2 a donc diffusé l'extrait du discours de Juppé, le 14 février 2019, le 44e jour de l'année.

 

Le chef-lieu du département 44 est la ville de NANTES.

 

Dans « NANTES », il y a toutes les lettres du mot « SATAN ».

 

En soulignant « l'émotion » de Juppé, Dieu nous faisait ainsi comprendre que le JT de VIN heures nous SAOULE car les téléspectateurs étaient endoctrinés pour ne pas se rendre compte que le JT humanisait le diable : SATAN.

 

Alors CESSEZ de vous laissez amadouer par les médias et AGISSEZ en mettant un terme à ce régime totalitaire.

 

Je rappelle qu'Alain Juppé, l'ancien maire de Bordeaux – la ville du VIN – est né le 15 août 1945 (15 8 1945).

 

15X8 = 120

 

120 se prononce SANS VIN.

 

1945 = AIDE

 

Ainsi, Dieu t'AIDE à prendre la bonne décision le jour de l'élection présidentielle puisqu'il te fait comprendre que tu dois arrêter de boire le VIN de Jésus, c'est-à-dire que tu dois arrêter de laisser le pouvoir politique entre les mains de César parce qu'il extermine des millions d'êtres humains chaque année en accaparant la majeure partie des richesses de la Terre. Par conséquent, tu ne pourras jamais obtenir la vie éternelle si tu VOTES pour son serviteur le jour de l'élection présidentielle.

 

NAPOLÉON est également né un 15 août, et à travers le mot « NAPOLÉON », Dieu met en lumière les lettres NPA et L.O., car tu dois voter pour ces deux partis politiques afin de renverser le pouvoir de César et ainsi obtenir la vie éternelle.

 

Dieu change désormais l'Alliance du VIN par celle de l'EAU, et il multiplie les signes puisque la course de Napoléon s'est achevée définitivement après la défaite de WATERLOO.

 

WATER est un mot anglais qui signifie L'EAU.

 

LOO se prononce de la même manière que le mot anglais LAW.

 

LAW signifie la LOI en anglais.

 

Dieu te fait comprendre qu'il change la LOI car désormais, seule l'Alliance de L'EAU te donnera la vie éternelle.

 

À travers la défaite de Napoléon à WATERLOO, Dieu nous demande de mettre un terme à la course de César, c'est-à-dire de renverser le capitalisme.

 

WATER = L'EAU

 

L = AILE

 

OO = ce sont des yeux

 

À travers WATERLOO, Dieu te montre qu'il te donnera deux AILES pour que tu puisses t'envoler au paradis si tu respectes les termes de la nouvelle Alliance de L'EAU.

 

WATERLOO se situe en Belgique.

 

La bataille de WATERLOO a eu lieu le 18 juin 1815.

 

« L'APPEL » du général de Gaulle a eu lieu le 18 juin 1940, il appelait alors les Français à combattre le IIIe REICH.

 

L'APPEL du général de Gaulle a donc eu lieu 125 ans après le début de la bataille de WATERLOO.

 

12 5 = 12 MAI

 

12 MAI = L MAI = MAIL

 

Un MAIL est un MESSAGE donc à travers les 125 ans qui séparent le début de la bataille de WATERLOO et l'APPEL du 18 juin qui encourgeait les Français à combattre le IIIe REICH – Dieu nous lance un APPEL en nous transmettant un MESSAGE.

 

125 ans est égal à 1500 mois.

 

15 = O = EAU

 

00 = ce sont tes yeux car Dieu te lance un APPEL en te dévoilant le MESSAGE suivant : « Rejoins la nouvelle Alliance de l'EAU en combattant le règne du RICHE. »

 

Dieu nous lance APPEL pour préciser qu'il change l'Alliance du VIN par celle de l'EAU.

 

Charles QUINT est né en 1500 à GAND en Belgique.

 

Pour battre César, nous devons ne faire QU'UN derrière L.O. et le NPA le jour de l'élection présidentielle.

 

Olivier Besancenot pratique régulièrement la boxe et à travers lui, Dieu nous demande de mettre des GANTS de boxe afin d'affronter César sur le ring ; nous réussirons à le mettre définitivement K.O. si nous sommes plus de 20 millions de citoyens à nous battre contre lui le jour de l'élection présidentielle.

 

Dieu nous transmet ce message à travers WATERLOO qui symbolise la LOI de l'Alliance de  L'EAU, et l'Appel du général de GAULLE.

 

GAULLE = EGAU LL

 

LL = 12+12 = 24

 

24 = X

 

EGAU+X = EGAUX

 

Dieu nous lance ainsi un appel pour nous faire comprendre qu'il change la LOI car la nouvelle Alliance de L'EAU nous impose désormais de renverser le pouvoir de César afin que nous soyons tous ÉGAUX.

 

WATERLOO = OO

 

OO = ce sont les yeux de Dieu.

 

WATER = L'EAU

 

L = AILE

 

Dieu nous observe tout au long de notre vie sur Terre et il nous donnera des AILES pour monter au Ciel si nous répondons à son APPEL.

 

WATERLOO se situe en BELGIQUE.

 

BELGIQUE = BEL GIQUE

 

BEL = 25 12

 

Jésus est né un 25 12.

 

GIQUE = 7+9+17+21+5 = 59

 

Le département 59 est celui du NORD.

 

NORD = 14X15X18X4 = 15120

 

15 = O = EAU

 

120 = SANS VIN

 

Dans le passé, une partie de la BELGIQUE faisait partie de la GAULE, donc à travers ce pays, Dieu nous transmet le message suivant : « C'est SANS VIN » – parce qu'il change le VIN de JESUS en EAU, et il nous demande ainsi de combattre César à l'instar des Gaulois durant la guerre des Gaules.

 

Dieu ne supprime pas toutes les paroles de Jésus, il supprime seulement le VIN qui symbolise le SANG donc il supprime la phrase qui a permis à César de faire couler le sang en toute impunité : « Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu. »

 

L'un des slogans du NPA est « TOUT EST A NOUS ! ».

 

Image result for npa tout est à nous image

 

Désormais, nous devons rendre au peuple ce qui appartient aux peuple, c'est-à-dire notamment les moyens de production et le pouvoir politique.

 

La période pendant laquelle Napoléon quitta l'île d'Elbe pour reconquérir le pouvoir, est appelée « les CENT-Jours ».

 

CENT = SANG

 

Les « SANG jours » se sont achevés par la défaite de WATERL'EAU.

 

L'EAU a donc eu raison du SANG. Dieu change ainsi l'Alliance du SANG par celle de l'EAU.

 

En Allemagne, la bataille de Waterloo est appelée la « bataille de la BELLE-ALLIANCE ».

 

À travers la bataille de WATERLOO, Dieu met en lumière la nouvelle ALLIANCE de l'EAU.

 

BELLE = BEL LE

 

BEL = 25 12 = Jésus

 

LE = 125

 

12 5 = 12 MAI

 

Le 12 MAI est traditionnellement le 132e jour de l'année.

 

132 minutes sont égales à 2 heures 12.

 

2 12 = 2 L = 2 AILES

 

À travers la « bataille de la BELLE ALLIANCE » – Dieu nous fait comprendre qu'il remplace l'ALLIANCE du VIN avec Jésus par celle de l'EAU – qui nous impose de combattre le règne du RICHE afin d'obtenir 2 AILES dans le dos et nous envoler un jour au paradis.

 

 

La nouvelle Alliance nous impose de tuer le DIABLE.

 

DIABLE = 49 12 12 5

 

Le département 49 est celui du MAINE-et-LOIRE.

 

LOIRE = LE ROI

 

MAINE = MAIN E

 

E = 5

 

12 12 = LL = 2L = 2 AILES

 

Dieu nous fait comprendre que la nouvelle Alliance nous impose de tuer LE ROI : le RICHE – avec les 5 doigts de notre MAIN qui tiennent le bulletin de vote, le jour de l'élection présidentielle – afin d'obtenir 2 AILES dans le dos et nous envoler un jour au paradis.

 

Le diable, c'est donc LE ROI : le RICHE, car ce dernier règne sur le monde en accaparant la majeure partie des richesses de la Terre, ce qui provoque la mort de millions de pauvres chaque année, et en condamne des milliards à vivre dans la misère ; donc le diable, c'est le règne du RICHE, c'est la cupidité humaine.

 

Le chef-lieu du département 49 est ANGERS.

ANGERS = ANGE

En tuant le diable tu deviendras un ANGE.

N'oublie pas que le maire d'ANGERS s'appelle Christophe BÉCHU.

BÉCHU = BUCHÉ

Si tu ignores les signes, tu brûleras sur le BUCHÉ. Par conséquent, Dieu te fait comprendre que si tu votes pour le sacre du roi le jour de l'élection présidentielle, tu iras en ENFER.

 

DIABLE = 4 9 1 2 12 5

4X9X1X2X12X5 = 4320

43 = D C = DÉCÉS

20 = VIN

L'Alliance du VIN avec Jésus entraîne le DÉCÈS de millions d'êtres humains chaque année car le VIN laisse le diable diriger le monde en toute liberté. Dieu change ainsi le VIN en EAU.

 

La ville d'ANGERS est le chef-lieu du département 49.

49 = 4X9 = 36

Le Pape François est né en 1936.

Je suis né dans le département 49.

Dieu multiplie les signes pour faire comprendre au Pape François que dorénavant, seule l'Alliance de l'EAU permettra aux chrétiens de devenir des ANGES et s'envoler au paradis.

 

SANG = 100

100-36 = 64

Le département 64 est celui des PYRÉNÉES-Atlantiques.

PYRÉNÉES = le PIRE est NÉ

Lorsque Jésus a demandé à ses disciples de boire une coupe de VIN qui symbolisait son SANG, il annonçait un déluge de SANG sur la Terre, car il prophétisait l'enfer. Les vampires ne se nourrissent que de sang donc César s'est nourri du sang de Jésus parce que lors de sa mort sur la croix, Dieu a donné le pouvoir politique entre les mains de César. Les puissants de ce monde se sont ainsi nourris du sang de Jésus puisqu'il leur permettait de régner sur la Terre en accaparant toutes les richesses. Les VAMPIRES ont alors pu construire des EMPIRES.

Le PIRE est NÉ, Dieu change désormais le VIN en EAU pour nous libérer du règne de César. Dieu m'a ainsi créé pour apporter au monde sa lumière afin de faire fuir tous les vampires de la Terre.

 

 

La restauration (1814-1830)

La restauration est la période allant de la chute du Premier Empire le 6 avril 1814 à la Révolution de 1830.

Les Bourbons reviennent au pouvoir lors d'une période appelée Restauration qui débute le 6 avril 1814.

Le 24 avril 1814, Louis XVIII débarque à Calais. Le 4 juin 1814, il accorde une charte par laquelle il consent volontairement à limiter son pouvoir. Il affirme par là même la souveraineté de droit divin du monarque. De ce fait, la charte de 1814 accorde un pouvoir important au roi, personnalité « inviolable et sacrée ». L'initiative des lois lui est réservée, mais celles-ci sont votées par le Parlement composé de deux chambres : la Chambre des pairs dont les membres sont nommés à vie par le roi et dont le nombre est illimité ; la Chambre des députés lesquels sont élus pour cinq ans au suffrage censitaire. Les députés parviennent à obliger les ministres à venir justifier leur politique devant eux, et à répondre à leurs questions.

La Restauration, qui semble bien partie malgré quelques obstacles, est abrégée par le retour de Napoléon en mars 1815, qui oblige Louis XVIII à fuir à Gand. Napoléon reprend le pouvoir pour une période de cent jours qui va durer jusqu'à la défaite de Waterloo du 18 juin 1815, laquelle réinstalle Louis XVIII sur le trône.

À la mort sans héritier de Louis XVIII en septembre 1824, son frère Charles X lui succède. Contrairement à son frère, ce dernier n'a pas compris que certains changements étaient irréversibles. Il se fait sacrer à Reims en 1825 dans la pure tradition capétienne, et tente de rétablir l'Ancien Régime en favorisant la noblesse et le catholicisme. Il fait voter une loi sur l'indemnisation des nobles qui avaient émigré pendant la Révolution et dont les propriétés avaient été vendues comme biens nationaux. Une autre loi, dite loi sur le sacrilège, punit de mort le vol des ciboires contenant des hosties consacrées ou la profanation de ces dernières. Il s'appuie sur les ultras, c'est-à-dire les députés partisans d'un retour à l'Ancien Régime. Mais sa politique réactionnaire se heurte à l'opposition déterminée de la bourgeoisie libérale. En 1830, le ministre Polignac publie quatre ordonnances réactionnaires. Elles prévoient le rétablissement de la censure pour la presse, la dissolution de la chambre, la modification du cens électoral pour réserver le droit de vote aux grands propriétaires fonciers, et la fixation de la date des nouvelles élections. La publication de ces ordonnances le 27 juillet 1830 provoque une révolution dite des Trois Glorieuses en juillet 1830.

Dans un Paris couvert de barricades, on crie vive la République ou vive l'Empereur. Mais dans les coulisses du pouvoir, des bourgeois modérés comme Adolphe Thiers ou Casimir Perier parviennent à imposer le duc d'Orléans comme nouveau souverain. La branche aînée de la famille royale, celle des Bourbons, est donc remplacée par la branche cadette, celle des Orléans. La bourgeoisie libérale a su utiliser la révolution populaire pour mettre sur le trône un roi conforme à ses intérêts. La révolution de Juillet ne constitue donc pas une rupture avec le régime précédent. Le principal changement est le fait que la souveraineté nationale remplace la souveraineté de droit divin. Ce changement se manifeste dans le titre donné au roi : Louis-Philippe devient roi des Français, c’est-à-dire qu'il détient son pouvoir de la volonté du peuple, alors que ses prédécesseurs portaient le titre de roi de France. La Chambre des pairs perd son influence. Le drapeau tricolore remplace définitivement le drapeau blanc.25

Jusqu’en 1848, le pouvoir politique fut monopolisé par la bourgeoisie financière. Elle continuait à s’enrichir par la spéculation immobilière, la fourniture aux armées, la dette publique, sans encore prendre trop de risques dans l’industrie. Elle ne mettra la main sur l’industrie que pour croquer les fruits cultivés par d’autres.26

 

La Monarchie de Juillet (1830-1848)

La Monarchie de Juillet correspond aux débuts de l'industrialisation de la France. La France expérimente, dans le sillage de l'Angleterre, un boom ferroviaire des années 1840, qui stimule la production d'acier. Le Premier ministre Guizot lance le credo d'une nouvelle société : « enrichissez-vous ! »27

Les Peugeot se joignirent à cette première industrialisation avec les biens achetés pendant la révolution. À leur première filature, ils avaient ajouté un moulin qui permettait de fabriquer de l’acier laminé à l’usage des ressorts d’horlogerie et ils s’unirent à la famille Japy. Depuis la révolution, ils se transmettaient des places de notables dans les municipalités de la région comme ils se transmettaient leur héritage industriel. Un des fils Peugeot participa même aux barricades de 1830, ce qui restera indéniablement comme la dernière prestation révolutionnaire des Peugeot !

En Bretagne, en 1822, Jean-René Bolloré fondait son entreprise de papier et inventait le papier à cigarettes en 1837.

À côté de ce capitalisme familial, les chemins de fer furent le premier secteur industriel où la haute finance intervint, en particulier les frères Pereire et les Rothschild.

Mais il ne s’agissait pas pour eux de prendre trop de risques. L’État vint très vite les soutenir. En 1842, Louis-Philippe promulguait une loi qui partageait les tâches entre l’État et les compagnies privées (c’est-à-dire des associations de financiers). À l’État, l’achat des terrains, la construction des infrastructures, les ponts, les gares. Aux compagnies privées de poser les rails, d’acheter le matériel roulant et d’exploiter le tout. En clair, l’État finançait le chemin de fer et les compagnies en tiraient les bénéfices !

Le développement des chemins de fer entraîna dans son sillage la poussée d’autres secteurs industriels : la sidérurgie et la métallurgie. Il fallait des locomotives, des wagons ; il fallait du fer et de la fonte pour les rails, les gares, les ponts. Le nombre de hauts fourneaux doubla entre 1830 et 1848. La production de minerai de fer ou de houille aussi.

Les de Wendel que l’on a abandonnés fuyant la révolution, étaient revenus sous l’Empire et avaient fait racheter leurs hauts fourneaux par un homme de paille. Par la suite, ils achetèrent de nouvelles forges, avec l’aide financière des Seillière d’ailleurs. Ils devinrent les maîtres des forges de l’Est, en concurrence avec les Schneider, maîtres des forges du centre et du midi.

C’est au milieu du XIXe siècle que commença vraiment la saga des Schneider. Leur famille avait profité de la révolution française en achetant des biens nationaux. Mais elle se retrouva assez vite ruinée. Dans les années 1830, les deux fils Schneider entrèrent alors dans les affaires des Seillière. Adolphe Schneider fit ses premiers bénéfices avec l’approvisionnement des armées envoyées occuper l’Algérie. L’autre fils, Eugène, marié avec la fille d’un baron d’empire, devint directeur d’une usine possédée par les Seillière. Enfin, les deux frères achetèrent ensemble les forges du Creusot, toujours avec l’aide des Seillière et firent construire leur première locomotive en 1838.

Adolphe devint aussi maire puis député du Creusot, ce qui lui permit de faire pression sur le gouvernement pour empêcher la concurrence des produits anglais. L’acquisition de participations dans des compagnies de chemin de fer lui facilita l’obtention de commandes pour ses propres usines du Creusot.

Un véritable tissu d’entreprises industrielles, une multitude d’usines, de forges, de mines ont été à la base de l’enrichissement de bourgeois grands et petits qui marquèrent la société de leur domination, de leur appât du gain, de leurs valeurs.

L’industrie se développa aussi sous la protection de l’État. Celui-ci facilita la création d’entreprises, mais surtout il protégea la bourgeoisie française de ses concurrents les plus avancés : les Anglais, en élevant des barrières douanières importantes. Alors que la révolution française avait mis au goût du jour le libéralisme politique et économique, les premiers industriels ne furent pas gênés de réclamer un protectionnisme solide. Les tissus venant d’Inde - colonie anglaise - et les produits métallurgiques anglais disparurent quasiment du territoire.

Toute organisation collective était interdite, mais cela n’empêcha pas un Schlumberger de fonder la première association patronale.28

Les grandes dynasties bourgeoises, liées aux banques ou aux grandes entreprise affirment alors leur volonté de dominer la vie politique. Le suffrage censitaire étant très restreint, elles sont les seules, avec l'aristocratie traditionnelle, à pouvoir voter et à avoir des élus à la Chambre des députés. Cela se traduit par l'apparition de deux partis politiques, les conservateurs, les représentants de la vieille noblesse, et les libéraux, les représentants du monde des affaires. Mais ces deux groupes s'entendent sur la conservation du régime tel qu'il est, puisqu'il sert leurs intérêts.

La loi Guizot de 1833 oblige chaque commune à entretenir une école élémentaire. Cependant la révolution industrielle crée une nouvelle classe sociale, celle des ouvriers en proie à la misère. Les théories socialistes de Louis Blanc et de Proudhon cherchent à remédier aux injustices sociales dont le prolétariat est la victime29. L'époque est caractérisée par l'éclosion d'un nouveau phénomène social baptisé paupérisme. Lié à l'industrialisation et à la concentration ouvrière, il s'agit de la pauvreté durable et massive des ouvriers, qui ne peuvent améliorer leur niveau de vie. De plus, les anciennes solidarités de congrégations caractéristiques de l'Ancien Régime ont disparu. La situation ouvrière est catastrophique. Journée de 14 heures, salaires à 0,20 franc par jour, travail incessant, sans jour de congé dans la semaine ni même dans l'année, et ce uniquement pour subvenir à leurs besoins vitaux, les ouvriers sont à la merci des patrons. Les 250 000 mendiants et les 3 millions de Français inscrits aux bureaux de bienfaisance constituent un réservoir d'insatisfaits, face à une assistance publique inexistante. Les bourgeois en sont conscients et Karl Marx entame à cette époque sa théorisation du « capitalisme ».30

La Monarchie de Juillet est aussi marquée par un nouvel essor de la colonisation française. L'incident diplomatique du coup d’éventail donné par le dey d'Alger au consul français en 1827 sert de raison à la conquête française de l’Algérie en juillet 1830. La colonisation s'étend progressivement à toute l'Afrique. En 1842 les généraux Binger, Crozat et Marchand se lancent à la conquête de la Côte d'Ivoire, mais doivent faire face à la résistance de Samory.

Le roi se présente comme un bon père de famille bourgeois, mais en réalité, c'est un homme autoritaire et un habile manœuvrier. La faiblesse du corps électoral, l'autorité du roi, et la révélation d'une grande corruption au sein du gouvernement finissent par discréditer totalement le régime. De plus, à la suite de mauvaises récoltes, le pays connaît une crise économique profonde à partir de 1846. L'opposition républicaine en profite pour s'agiter à nouveau.

En 1847, l'opposition portée par une vague de mécontentement due à la corruption du régime en place et la crise économique organise dans tout le pays des banquets pour demander l'élargissement du corps électoral. La liberté de réunion n'existant pas, la présence à ces banquets républicains permet aux opposants au régime de se réunir sans enfreindre la loi. Le 22 février 1848, le pouvoir interdit la tenue d'un banquet. Ceci entraîne des manifestations qui se poursuivent le lendemain. C'est alors que la troupe tire sur les manifestants. Quand la nouvelle de cette fusillade est connue, tout le Paris populaire s'embrase. Le roi abdique le lendemain car il ne veut pas être responsable d'un massacre de la foule parisienne. Les insurgés ont retenu la leçon de 1830. Ils exigent que des républicains siègent dans le gouvernement provisoire. Celui-ci proclame la République le soir même. La seconde République commence.31

 

 

Louis-Philippe est le dernier roi de France et il a abdiqué le 24 février 1848 (24 2 1848).

 

24X2X1848 = 88704

 

704 = GOD

 

GOD signifie DIEU en anglais.

 

88 = HH

 

HH = les 2 H assemblés forment une échelle.

 

DIEU nous fait clairement comprendre que si nous forçons les rois à abdiquer en prenant le pouvoir à leur place, le jour de l'élection présidentielle, nous pourrons monter l'échelle qui nous mènera au paradis. Dieu ne pouvait pas nous donner de signes plus clairs, alors ayez foi en lui et AGISSEZ !

 

L'interdiction du BANQUET, le 22 février 1848, a poussé le peuple à se révolter ce qui a entraîné l'abdication du roi.

 

La fin de la monarchie est donc liée à un BANQUET.

 

BANQUET = BANQUE

 

Aujourd'hui, les BANQUES règnent sur le monde et elles sont intouchables car elles portent une responsabilité écrasante dans la crise financière de 2008 mais elles n'ont pas été sanctionnées, au contraire, les banquiers ont été sauvés et ils ont même été inondés de milliards d'argent public, et ce, dans tous les pays, que les gouvernements soient de gauche ou de droite. Tous les États leur ont fait des chèques en blanc et ironie de l'histoire, avec l'aggravation des dettes publiques, les dirigeants des États ont même élargi le champ de la spéculation à la dette des États. C'est passé inaperçu en décembre 2011 mais le père Noël a été très généreux avec les banquiers européens puisque la Banque centrale européenne leur a ouvert du crédit illimité au taux de 1 % sur trois ans et les banquiers se sont alors servis pour 500 milliards. Avec cet argent qu'ils ont obtenu pour rien, ils l'ont reprêté aux États mais à 3, 4, 5 % voir plus encore, alors voilà comment les banquiers gagnent le beurre et l'argent du beurre. Chaque année, l'État français verse près de 50 milliards d'euros en intérêts aux banquiers, autant que ce qui est dépensé pour scolariser 12 millions de jeunes, c'est du racket organisé mais notre grand combattant de la finance qu'était François Hollande n'y trouvait rien à redire, non, pour lui, il fallait payer la dette de l'État. Alors oui, la dette a explosé mais aucun travailleur n'a vu la couleur de cet argent, cet argent n'a pas servi aux retraites ni aux hôpitaux ni à l'éducation ni aux salaires, il a servi à faire de l'assistanat à grande échelle pour les banquiers et les industriels.32

Il est donc temps de mettre un terme à la monarchie capitaliste et ça passe par prendre le contrôle des BANQUES car elles « doivent être considérées comme des services publics, du fait, précisément, de leur importance et de l'effet dévastateur que leur mauvaise gestion peut avoir sur l'économie. Le métier de la banque est trop sérieux pour être confié à des banquiers privés. Comme elle utilise de l'argent public, bénéficie de garanties de la part de l'État et rend un service de base fondamental à la société, la banque doit devenir un service public.

Les États doivent retrouver leur capacité de contrôle et d'orientation de l'activité économique et financière. Ils doivent également disposer d'instruments pour réaliser des investissements et financer les dépenses publiques en réduisant au minimum le recours à l'emprunt auprès d'institutions privées. Pour cela, il faut exproprier sans indemnisation les banques pour les transférer au secteur public sous contrôle citoyen.

Dans certain cas, l'expropriation des banques privées peut représenter un coût pour l'État en raison des dettes qu'elles ont pu accumuler. Le coût en question doit être récupéré sur le patrimoine général des grands actionnaires. En effet, les sociétés privées qui sont actionnaires des banques et qui les ont mené vers l'abîme tout en faisant de juteux profits détiennent une partie de leur patrimoine dans d'autres secteurs de l'économie. Il faut donc faire une ponction sur le patrimoine général des actionnaires. Il s'agit d'éviter au maximum de socialiser les pertes. »33

Et il faut agir vite car un rapport, publié le 16 mars 2016 par trois ONG, nous a appris que cinq banques françaises : la BNP-Paribas, la Société générale, la Banque populaire-Caisse d’épargne, le Crédit agricole et le Crédit mutuel, ont réalisé 5 milliards de bénéfices dans des paradis fiscaux : Luxembourg, Singapour, Irlande ou encore les îles Caïmans. Et certaines filiales de ces banques ont réussi ce miracle de dégager des bénéfices dans ces paradis sans y avoir aucun salarié !

Si Google, Starbucks ou Ikea font des montages financiers pour échapper à l’impôt, les banques françaises ne sont pas en reste34. Pour les empêcher d’opérer ces détournements de fonds au détriment de la collectivité, nous devons prendre le contrôle de ces banques, ou alors les ROIS continueront à tricher pour agrandir leur empire. Comprenez bien que c'est à cause de ce genre de braquages de fonds qu'il y 8,8 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté et que des millions de travailleurs sont au chômage, car avec ces 5 milliards, nous aurions pu créer environ 200 000 emplois publics payés 1 500 euros net par mois, et créer environ 800 000 emplois avec les 23 milliards d'euros de profits réalisés par les banques françaises en 2015, donc n'ayons pas peur de renverser la monarchie capitaliste afin de récupérer les richesses qu'une minorité de ROIS sans couronne nous vole quotidiennement.

 

La révolte du 22 février 1848 a poussé le roi a abdiqué.

 

Nous devons prendre exemple sur cette révolte populaire en nous unissant afin de nous débarrasser définitivement de la monarchie.

 

22 février 1848 = 22 2 1848

 

22X2X1848 = 81312

 

Le code postal 81312 est l'un des codes postaux de la commune de Jouqueviel dont la maire est MONIQUE CASTE-DEBAR.

 

Dieu nous fait comprendre que le jour de l'élection présidentielle, nous devons couper la tête de ces MONARQUES qui volent nos richesses, afin de nous DÉBARASSER définitivement de cette CASTE de parasites.

 

À BAS la monarchie capitaliste !

 

 

La Deuxième République (1848-1852)

La Deuxième République institue définitivement le suffrage universel masculin en France. Elle abolit l'esclavage sur proposition de Victor Schœlcher. Ceci n'empêche pas l’armée française de commencer la conquête du Sénégal la même année. Sous la pression du peuple et des socialistes des mesures sociales sont prises : proclamation du droit au travail, limitation de la journée de travail à 10 heures à Paris et à 11 heures en province. Des ateliers nationaux sont créés pour donner du travail aux parisiens touchés par la crise économique. Mais aux élections d'avril 1848, les Français élisent majoritairement des modérés hostiles aux mesures novatrices (500 députés) ou des monarchistes (300). Les socialistes qui défendent les mesures sociales ne sont qu'une centaine. Le gouvernement provisoire qui découle de cette assemblée décide de fermer les ateliers nationaux. L'est parisien se révolte à l'annonce de cette décision. Le général Cavaignac est muni des pleins pouvoirs pour mater la rébellion. Il brise la rébellion dans un bain de sang après trois jours de combats du 23 au 25 juin 1848. Ces « journées de juin » discréditent la jeune République. Les ouvriers victimes de la répression s'en désintéressent, les paysans et les possédants ont peur des désordres sociaux et recherchent un régime stable et autoritaire.

Pour décider des nouvelles institutions les constituants s'inspirent des États-Unis dont le modèle a été popularisé par Alexis de Tocqueville dans son livre De la démocratie en Amérique publié en 1835. La constitution du 4 novembre 1848 choisit de confier le pouvoir exécutif à un président élu au suffrage universel direct pour une durée de quatre ans. Il peut se représenter après un intervalle de quatre ans. Comme aux États-Unis, l'Assemblée et le président sont totalement indépendants. Mais contrairement aux États-Unis le président n'a pas le droit de veto.

Louis Napoléon Bonaparte, Lamartine, Cavaignac et le socialiste Raspail sont candidats à l'élection présidentielle, la première au suffrage universel masculin en France. Le neveu de Napoléon Ier est élu pour quatre ans le 10 décembre1848, avec près de 75 % des voix, issues notamment du Parti de l'Ordre, profitant de la division des gauches et de la faiblesse du niveau d'instruction, certains paysans ayant cru voter pour Napoléon Ier.

La nouvelle assemblée élue en mai 1849 est dominée par les monarchistes. Elle mène une politique extrêmement conservatrice. Elle envoie à Rome des troupes pour maintenir le pape dans ses États pontificaux menacés par les révolutionnaires. Elle vote la loi Falloux qui met l'école sous le contrôle de l'Église catholique. Le 31 mai 1850, l'Assemblée vote une loi électorale qui exclut du corps électoral ceux qui ne peuvent pas justifier de trois ans de résidence continue dans la même commune, ce qui élimine 3 millions de personnes du corps électoral, principalement des artisans et des ouvriers saisonniers. En s'opposant à cette réforme, Louis-Napoléon fait figure de héros pour le peuple.

Au début de l'année 1851, Louis Napoléon Bonaparte demande une révision de la constitution pour lui permettre de se représenter dès la fin de son mandat. Devant le refus de l'Assemblée Nationale, il exécute un coup d'État minutieusement préparé le 2 décembre 1851, qu'il entérine par un référendum. Le 2 décembre est en effet une date fétiche pour les Bonaparte : Napoléon Ier a été couronné un 2 décembre et l'année suivante il a remporté l'éclatante victoire d'Austerlitz le 2 décembre 1805. La seconde République finit par un régime autoritaire.

 

Second Empire (1852-1870)

Le coup d'État du 2 décembre 1851 entraîne peu de réactions. Seules quelques personnalités s'opposent ouvertement au nouveau régime. C'est le cas de Victor Hugo qui part en exil à Guernesey d'où il ne cesse de fustiger Louis-Napoléon Bonaparte qu'il appelle « Napoléon le Petit ». Le plébiscite du 20 décembre 1851 donne au nouvel homme fort les pleins pouvoirs pour rédiger une nouvelle constitution. Après un nouveau plébiscite, il est proclamé empereur sous le nom de Napoléon III. Il met en place un régime autoritaire. La liberté de la presse est limitée, les opposants sont pourchassés. La pratique des candidatures officielles réduit l'opposition au silence. Seuls quelques républicains parviennent à se faire élire. Mais comme le pays bénéficie d'une bonne conjoncture économique, il y a peu de protestations.

À partir de 1860, le Second Empire se libéralise. Napoléon III a perdu une grande partie du soutien des catholiques car il aide le roi de Piémont-Sardaigne, Victor-Emmanuel II à réaliser l'unité italienne, ce qui va à l'encontre des intérêts de la papauté. De plus, la signature d'un traité de libre échange avec le Royaume-Uni, alors première puissance industrielle mondiale, mécontente les industriels qui craignent la concurrence de produits anglais. L'empereur cherche donc de nouveaux soutiens en allant vers les libéraux et les classes populaires. Le droit de grève est accordé en 1864. Les ouvriers ont le droit de constituer des caisses d'entraide. Le corps législatif obtient peu à peu des droits. Il peut critiquer le gouvernement, voter le budget. Il a même l'initiative des lois à partir de 1869.35

 

 

Les débuts du capital financier

Dans ce contexte, l’industrie atteignit un nouveau stade de développement. Le fonctionnement des grandes entreprises industrielles modernes nécessitait des capitaux de plus en plus importants, dépassant les possibilités du capitalisme familial du début du siècle. La naissance des banques de dépôts apporta une réponse à ce problème. En 1863, Henri Germain, un industriel de la soie à Lyon fonda le Crédit Lyonnais. La Société Générale fut créée en 1864 avec la participation de Schneider.

Ces banques servirent à drainer l’épargne de la population - du moins de ceux qui avaient de quoi épargner. Elles concentraient alors des capitaux, qu’elles pouvaient prêter à l’industrie… avec intérêt. En remboursant les prêts et les intérêts, les capitalistes versaient aux banques une partie de la plus-value produite par les ouvriers dans leurs usines.

Ainsi les banques et l’industrie mêlaient leurs intérêts comme elles commençaient à mêler leurs ramifications, donnant naissance à ce qu’on appelle le capital financier. Les entreprises cessaient d’être des propriétés individuelles ou familiales et passaient de plus en plus sous la coupe de grands actionnaires. Par ce phénomène, une poignée de capitalistes les plus fortunés mettaient la main sur toute l’économie, sur tous les moyens de production et les moyens financiers.

Et l’on retrouve les noms de la haute finance et de la grande industrie dans ce petit monde très fermé. En 1869, un journaliste recensait 183 financiers qui se partageaient le pouvoir économique, dont une élite toute-puissante d’une trentaine de personnes. Ces grands capitalistes avaient bien sûr, en plus, des liens étroits avec le monde politique.

Eugène Schneider, par exemple, fut sous le Second empire président du Comité des Forges, l’organisation du patronat. Mais aussi ministre du Commerce et de l’Agriculture, vice-président puis président du Corps législatif (la Chambre des députés de l’époque).

Un historien, Jean-Louis Beaucarnot, évoque la collusion entre ces grands bourgeois et le pouvoir en racontant une scène qui se déroule au Palais-Bourbon dans les années 1860. À ce moment, la sidérurgie française étant devenue compétitive sur les marchés internationaux, les commandes affluaient de toute l’Europe, sauf de l’Angleterre. On est donc en séance, présidée par Eugène Schneider, un député discourt mais Schneider l’interrompt pour lire une dépêche qu’on vient de lui remettre :

« Schneider prend alors la parole. Sa voix, légèrement étranglée, trahit une émotion évidente. Aussitôt le silence se fait. “Messieurs je viens d’éprouver la plus grande joie de ma vie. Permettez-moi de vous en faire part…” Il se tait quelques secondes…. “Le Creusot vient de vendre quinze locomotives à l’Angleterre. Vous entendez, Messieurs, à l’Angleterre !” L’assistance unanime applaudit. »

Ce genre de scènes allait se reproduire de nombreuses fois par la suite, jusqu’à nos jours. Pas seulement à propos des locomotives, mais aussi des avions, des trains, des centrales nucléaires. Et pas seulement vis-à-vis de l’Angleterre, mais aussi des États-Unis, de la Chine. Le seul changement, c’est que les grands bourgeois n’éprouvent plus autant qu’avant le besoin d’occuper eux-mêmes des places de ministres ou de députés. Ils laissent faire leurs commis politiques, à qui il suffit juste de payer une croisière en yacht, de temps en temps.

La puissance de la grande bourgeoisie, en cette fin du XIXe siècle, se répercute sur son mode de vie. On s’achète un hôtel particulier à Paris, un château en province, les deux si possible. À Paris, des quartiers bourgeois sont bâtis loin des quartiers populaires. Les fortunes s’étalent à travers les tenues des femmes, les soirées mondaines à l’Opéra, les œuvres d’art que l’on collectionne. La maison Hermès, fondée en 1837, se chargeait d’inventer les équipages les plus luxueux possibles pour les calèches des bourgeois. Son succès fut tel, que le fondateur de la maison alla même jusqu’en Russie pour équiper les calèches du Tsar.

Le mode de vie des bourgeois imposait un nombre important de domestiques que l’on traitait avec le dernier mépris. Ainsi les milieux bourgeois catholiques qui ont toujours défendu l’interdiction de travailler le dimanche… n’ont jamais imaginé pouvoir se passer de leurs propres domestiques le dimanche.

La bourgeoisie singeait toujours les mœurs des nobles. Dans les grandes familles on mariait encore les filles, on les vendait devrait-on dire, à des nobles pour redorer le nom de famille. Quelques années plus tard, il fallut encore sept tomes à Marcel Proust pour décrire dans son roman À la recherche du temps perdu à quel point la bourgeoisie, malgré ses richesses, rêvait encore de s’intégrer à la noblesse.

Mais si l’on grattait un peu le vernis de raffinement et de culture de cette bourgeoisie qui se pavanait dans les salons des aristocrates parisiens, on trouvait la brutale réalité des usines, la réalité d’une classe qui bâtissait sa fortune au prix de milliers de vies : celles des ouvriers usés et souvent tués au travail dans les nouvelles usines. La bourgeoisie menait la lutte de classe avec acharnement. Les moindres concessions, comme l’interdiction du travail des enfants à l’usine ou la possibilité de créer une caisse d’entraide pour les vieux ou les chômeurs, durent être arrachées par la classe ouvrière au prix d’affrontements souvent meurtriers avec l’armée.36

 

Un empire libéral

Le Second Empire a peu à peu évolué vers un régime parlementaire, les ministres étant responsables devant le Parlement. Cette libéralisation du régime est approuvée massivement par un plébiscite en mai 1870 qui donne à l'empereur 7 336 000 « oui » contre 1 560 000 « non ». Le Second Empire semble consolidé sur des bases plus démocratiques. Il est cependant balayé par la guerre franco-prussienne en quelques semaines.

Le décollage industriel de la France se fait sous le Second Empire. Le crédit se libéralise, la création de SARL et de SA est facilitée. L'État montre lui-même l’exemple. Des grands travaux de modernisation sont entrepris dans Paris sous la houlette du baron Haussmann. La Sologne et les Landes sont bonifiées (création de la forêt des Landes).

Napoléon III, très influencé par l'épopée napoléonienne, veut donner à la France un rôle prépondérant dans le monde. La France intervient dans la guerre de Crimée aux côtés des Britanniques pour contrer l'expansionnisme russe. À partir de 1854, Faidherbe donne une nouvelle impulsion à la conquête du Sénégal. Il forme les fameux tirailleurs sénégalais. La France commence à s'intéresser à l'Indochine. Les troupes françaises interviennent même au Mexique pour soutenir l'archiduc d'Autriche Maximilien qui tente d'y instaurer un grand empire latin et catholique. L'aventure mexicaine est un échec. Maximilien est fusillé par les révolutionnaires mexicains.

Napoléon III soutient les processus d'unité italienne et allemande. En échange de ses bons offices, la France reçoit du Royaume de Sardaigne le Duché de Savoie et le Comté de Nice annexés à la France en 1861 après la signature du traité de Turin. En échange de sa neutralité bienveillante lors de la guerre austro-prussienne de 1866, l'empereur réclame des compensations territoriales que Bismarck, le chancelier prussien, refuse de lui accorder. Au contraire, il multiplie les provocations envers la France pour la pousser à déclarer la guerre à la Prusse. À la suite de la publication de la dépêche d'Ems, la France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. Le Second Empire ne peut opposer que 265 000 hommes aux 500 000 Prussiens et alliés allemands. La guerre tourne rapidement au désastre. Le 6 août, l'Alsace est prise. Napoléon capitule à Sedan le 2 septembre 1870. À cette annonce, les Lyonnais dès le matin puis les Parisiens dans la soirée proclament la république le 4 septembre 1870.37

 

La légende noire

« Napoléon III a longtemps été victime d'une légende noire, d'une caricature forgée par ses nombreux ennemis politiques, les républicains, les royalistes, les libéraux...» pour reprendre les mots du professeur d'histoire contemporaine Guy Antonetti. Selon les détracteurs et opposants du dernier empereur des Français, il est à la fois un « crétin » (Thiers), « Napoléon le petit » ou « Césarion » (Victor Hugo) ou encore Badinguet, « une espèce d'aventurier sans scrupules, et d'arriéré mental ridicule, un mélange de satrape débauché et de démagogue fumeux, bref un pantin insignifiant ». L'œuvre de Victor Hugo, bâtie sur l'opposition permanente entre la gloire de Napoléon Ier et la bassesse tyrannique prêtée à Napoléon III, contribua considérablement à asseoir l'image d'un despote médiocre et sans scrupules. L'écrivain Émile Zola, circonspect sur l'Empereur dont il note la complexité et qu'il appelle « l'énigme, le sphinx », rappela ainsi dans ses romans la spéculation effrénée et la corruption nées de l'« haussmanisation » et de la flambée boursière (La Curée, L'Argent), le choc que l'irruption des grands magasins représenta pour le petit commerce (Au Bonheur des Dames), la dureté des luttes sociales sous Napoléon III (Germinal).38

 

 

Louis-Napoléon Bonaparte est le premier président de l'histoire de la République française élu au suffrage universel.

 

Louis-Napoléon Bonaparte est né le 20 avril 1808.

 

Adolf Hitler est né le 20 avril 1889.

 

Le premier président de la République française élu au suffrage universel est donc né un 20 avril, comme Adolf Hitler.

 

Dieu veut nous faire comprendre que nous votons pour Adolf Hitler à chaque élection présidentielle car l'inégale redistribution des richesses extermine des millions d'êtres humains chaque année.

 

Napoléon III est mort à l'âge de 64 ans.

 

Le chef-lieu du département 64 est la ville de PAU donc Dieu nous révèle que des centaines de millions de personnes ont la PAU sur les os puisque nous permettons à une minorité de la population mondiale d'accaparer la majeure partie des richesses de la Terre, et c'est le raison pour laquelle des millions d'êtres humains meurent de faim chaque année.

 

PAU = 16+1+21 = 38

 

Le département 38 est celui de l'ISÈRE.

 

ISÈRE = MISÈRE

 

Des centaines de millions de personnes ont la PAU sur les os parce qu'ils vivent dans la MISÈRE et nous en sommes responsables puisque nous permettons notamment à l'entreprise Total de piller environ 10 milliards d'euros chaque année aux peuples du Tiers Monde. Par conséquent, nous laissons les capitalistes français voler leur nourriture et c'est la raison pour laquelle des millions d'êtres humains meurent de faim chaque année.

 

Adolf Hitler a dirigé le IIIe REICH.

 

REICH = RICHE

 

Dieu nous fait comprendre que le RICHE extermine des millions de pauvres chaque année et nous n'avons pas besoin des signes pour le comprendre car c'est une évidence.

 

Napoléon III est donc mort à l'âge de 64 ans.

 

6X4 = 24

 

Le chiffre 24 se prononce 20 4.

 

Adolf Hitler et Napoléon III sont nés un 20 4 (20 avril).

 

Dieu associe une nouvelle fois le premier président de l'histoire de la République française élu au suffrage universel, à Adolf Hitler, parce qu'il nous fait comprendre que nous votons pour Hitler à chaque élection présidentielle puisque nous permettons à une minorité de RICHES d'accaparer la majeure partie des richesses de la Terre.

 

Adolf Hitler et Louis-Napoléon Bonaparte ont 81 ans d'écart.

 

81 = HA

 

H.A. sont les initiales d'Hitler Adolf.

 

Dieu multiplie ainsi les signes afin que nous prenions enfin conscience que nous votons pour Adolf Hitler à chaque élection présidentielle.

 

Adolf Hitler et Louis-Napoléon Bonaparte ont donc 81 ans d'écart.

 

François Mitterrand a été élu en 1981 et il est mort un 8 janvier.

 

8 janvier = 81

 

En 1981, Mitterrand a été élu pour mettre en œuvre un programme socialiste mais il est revenu en arrière au bout d'un ans pour convertir progressivement la France au néolibéralisme, ce qui a permis aux puissances de l'argent de prendre le contrôle quasi-total du pays par une sorte de coup d'État, à l'instar de celui de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, sauf qu'en 1984, le coup d'État fut médiatique car l'émission télévisée Vive la Crise ! expliqua à 20 millions de téléspectateurs français qu'il n'y avait pas d'alternative au néolibéralisme. Par conséquent, le coup d'État ne souleva aucune révolte populaire étant donné que les Français pensaient qu'il était dans leur intérêt de suivre l'exemple de la politique menée par Ronald Reegan aux États-Unis et Margaret Thatcher au Royaume-Uni.

À travers le chiffre 81, Dieu associe François Mitterrand à Louis-Napoléon Bonaparte car la dictature du capitalisme financier a débuté sous le règne de Napoléon III et c'est sous la présidence de François Mitterrand que le capitalisme financier a régné en maître sur la France, notamment lorsque les marchés financiers ont été déréglementés en 1986. À partir de là, le nombre de RICHES a été démultiplié et Adolf Hitler a pu appliquer SA LOI car pour s'enrichir, il a notamment eu le droit de spéculer sur les denrées alimentaires en provoquant ainsi progressivement l'extermination de millions de pauvres qui n'avaient plus les moyens de se nourrir quand les prix des denrées de première nécessité augmentaient. C'est la raison pour laquelle, Dieu associe Mitterrand, Louis-Napoléon Bonaparte et Adolf Hitler, parce qu'à travers Napoléon Bonaparte, il nous fait comprendre que nous votons pour Adolf Hitler, en l'occurrence François Mitterrand, qui a fait régner le nazi-capitalisme en France.

Nous sommes passés du libéralisme économique avec Louis-Napoléon Bonaparte au néolibéralisme avec François Mitterrand, et « les structures internationales sous la mondialisation néolibérale ont fait en sorte que les nations du Sud soient perpétuellement "en développement" et qu'elles ne deviennent jamais vraiment "développées". Sous la mondialisation néolibérale, les nations impérialistes du Nord se sont assurées que la domination du capital sur les peuples du Sud soit constante. C'est ce que le sociologue W.I.Robinson a appelé une guerre mondiale livrée par une minorité RICHE et puissante contre les pauvres du monde entier dans laquelle ''le nombre de victimes dépasse déjà plusieurs centaines de millions et menace de s'élever à plusieurs milliards (…) le niveau de conflit sociale et de destruction humaine atteint des proportions guerrières39.'' »

Contrairement à ce que les médias essaient de nous faire croire, le néolibéralisme ne permet pas de réduire la faim le monde, au contraire, il l'a maintient. Cette idéologie est ainsi responsable de la mort de millions d'êtres humains chaque année et nous en sommes responsables car nous votons à chaque élection présidentielle pour le règne du néolibéralisme.

 

Napoléon III est le fils de Louis Bonaparte et de Hortense de BEAUHARNAIS.

 

Le HARNAIS est un système de sangles permettant de diriger un CHEVAL.

 

Le cheval possède 64 chromosomes.

 

Napoléon III est mort à l'âge de 64 ans.

 

Lors de sa seconde phase, le Second Empire a pris une tournure libérale, et en 1860, Napoléon III a imposé le libre-échange, influencé notamment par son proche conseiller, Michel CHEVALIER.

 

Le traité de 1860, signé par Michel CHEVALIER pour la France et Richard Cobden pour la Grande-Bretagne, « prévoyait une baisse de 15 % en moyenne des droits de douanes perçus sur les marchandises échangées entre les deux pays, qui s'accordaient la "clause de la nation la plus favorisée", c'est-à-dire un alignement sur les droits les plus faibles perçus sur les produits importés des autres pays. Ce traité sera suivi dès 1861 de l'abandon du monopole colonial français et d'une série de traités de libre-échange entre la France et divers pays européens : la Prusse, la Belgique, l'Autriche, l'Espagne...

Ces traités devaient permettre à chacun de tirer avantage de son savoir-faire, et de développer la spécialisation internationale ; les producteurs devaient bénéficier d'économies d'échelle procurées par l'augmentation de la taille des marchés ; la concurrence accrue devait stimuler l'innovation et faire baisser les prix. Pourtant, le traité dut être négocié secrètement par Chevalier : d'autres ministres y étaient défavorables, et les milieux industriels y étaient très opposés. Le corps législatif ne fut pas consulté, et l'on parla même d'un "coup d'État douanier" ! »40

 

Ce traité de libre-échange a été signé par Michel CHEVALIER.

 

Napoléon III est mort à l'âge de 64 ans.

 

Un cheval possède 64 chromosomes.

 

Le nom de famille maternel de Napoléon III est BEAUHARNAIS.

 

Lors d'une course de trot attelé, le CHEVAL est LIÉ au cavalier par l'intermédiaire d'un HARNAIS.

 

Ainsi, à travers Michel CHEVALIER et Napoléon III mort à 64 ans, Dieu associe le CHEVAL au libre-échange.

 

Dans un débat à la Chambre en 1897, Jean Jaurès rappelait que le socialisme exclut à la fois « le libre-échange, qui est la forme internationale de l’anarchie économique, et la protection qui ne peut guère profiter qu’à la minorité des grands possédants. »41

Effectivement, le libre-échange instaure une course au « moins-disant social », il provoque des risques de dumping social et entraîne une guerre économique accrue entre les travailleurs du monde entier.

Pour gagner en « compétitivité » face à ses concurrents internationaux, le grand possédant (César : le cavalier), peut ainsi baisser le salaire des travailleurs (les chevaux), les faire courir plus longtemps sans revalorisation salariale, et exiger d'eux une plus grande productivité (le galop) sous peine de délocaliser l'entreprise à l'étranger.

« Le libre-échange, c'est l'ouverture de toutes les frontières commerciales par la disparition graduelle des droits de douane, des obstacles non tarifaires de biens et de services, indépendamment de toute considération sociale, écologique et de droits humains. Ainsi, l'intégrisme libre-échangiste détruit-il – c'est son objectif avoué – la capacité des États à définir des politiques économiques autonomes répondant aux aspirations de leurs citoyens.

La libre circulation des capitaux, c'est la totale latitude laissée à leurs détenteurs de les placer, de les investir où ils veulent, ou de les retirer, sans la moindre contrainte posée par les pays d'accueil.

Tout se tient : la production se fera là où le travail est le moins cher, là où le droit du travail est le moins appliqué, là ou les normes environnementales et fiscales sont les plus laxistes, et là où l'ordre règne. La parfaite mobilité des capitaux conduit ainsi à la mise en concurrence directe des travailleurs et des systèmes sociaux des pays du centre du capitalisme avec ceux de la périphérie, pour le plus grand profit du capital financier. »42

En général, les coûts associés au libre-échange sont concentrés et très visibles : délocalisations, licenciements. Les gains, eux, sont diffus et peu visibles : en améliorant la productivité de l'économie, le libre échange permet d'augmenter le pouvoir d'achat de la population entière, et entraîne des embauches dans les secteurs gagnants.43

« Au total, la politique libre-échangiste de Louis-Napoléon Bonaparte ne s'est pas traduite par une croissance spectaculaire, ni par une adhésion populaire au régime, en raison du partage inéquitable des richesses et de la répression du mouvement ouvrier. Hier comme aujourd'hui, le libre-échange n'est donc ni un garant de la croissance ni un facteur de paix sociale, si l'ouverture des frontières ne s'accompagne pas de mesures visant à favoriser l'essor de nouvelles activités et la création d'emplois pour ceux qui perdent le leur en raison de la spécialisation internationale. »44

Ainsi, le libre-échange permet au capitaliste de parier sur tous les CHEVAUX du monde entier (les travailleurs) et les faire courir au galop pour maximiser ses profits. Tous les chevaux du monde entier sont ainsi en concurrence les uns contre les autres et Dieu nous fait comprendre qu'ils arrêteront de galoper quand ils se débarrasseront eux-même du HARNAIS que les capitalistes leur ont fixé sur le dos.

 

Michel CHEVALIER était un adepte de la doctrine saint-simonienne.

Le saint-simonisme est une doctrine socio-économique et politique dont l'influence fut déterminante au XIXe siècle. Elle tient son nom de Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825). Son disciple ou partisan est qualifié de « Saint-Simonien ». Elle peut être considérée comme la pensée fondatrice de la société industrielle française.

Pour en finir avec les révolutions des XVIIIe et XIXe siècles, les guerres, l'intolérance, l'égoïsme et l'Ancien Régime avec ses privilégiés, ses inégalités, ses injustices, son obscurantisme et son féodalisme, Saint-Simon proposait un changement de société. Il préconisait une société fraternelle dont les membres les plus compétents (industriels, scientifiques, artistes, intellectuels, ingénieurs…) auraient pour tâche d'administrer la France le plus économiquement possible, afin d'en faire un pays prospère, où régneraient l'esprit d'entreprise, l'intérêt général et le bien commun, la liberté, l'égalité et la paix.

Sous l'impulsion de l'un de ses principaux représentants, Barthélemy Prosper Enfantin, cette doctrine, au moment de son plus fort développement (vers 1830), pris la forme d'une secte.

Les idées saint-simoniennes dans l'économie, dans leur version libérale, ont été adoptées par Napoléon III à travers son proche conseiller Michel CHEVALIER.

Les héritiers de Saint-Simon ont ainsi exercé une influence déterminante à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, d'abord en France : économistes, sociologues, industriels, hommes politiques, scientifiques, souvent polytechniciens.

Les saint-simoniens ont aussi eu une grande influence en dehors du territoire français à travers la colonisation en Afrique et au Moyen-Orient, avec des personnages comme Barthélemy Prosper Enfantin, puis dans les années 1880 avec le cercle Saint-Simon.45

 

Le comte de Saint-Simon est mort à l'âge de 64 ans.

 

64 = CHEVAL

 

Barthélemy Prosper Enfantin, l'un des principaux chefs de file du mouvement saint-simonien, est mort en 1864.

 

1864 = 64

 

64 = CHEVAL

 

Napoléon III est mort à 64 ans.

 

Ainsi, à travers Napoléon III et les saint-simoniens, Dieu associe le CHEVAL au libéralisme économique car cette doctrine politique permet à César (le capitaliste) de fixer un HARNAIS sur le dos de tous les travailleurs du monde en les faisant courir au galop pour agrandir son empire.

 

L'idéologie de Saint-Simon est le nouveau christianisme, ses idées ont triomphé puisque nous sommes actuellement dirigés par un mode de gouvernement formé de scientifiques, d'artistes, d'industriels, d'intellectuels... Ce sont les « plus capables », les meilleurs d'entre nous, ils forment une oligarchie. Ils dirigent les médias, l'économie, la politique : toutes les sphères de la société. Ils ont gagné. Saint-Simon pensait qu'une société dans laquelle régnerait l'esprit d'entreprise serait synonyme de fraternité et de prospérité pour tous mais l'histoire ne s'est pas déroulée ainsi car les membres « les plus compétents » de notre société n'ont pas redistribué leurs richesses. Liliane Bettencourt, Bernard Arnaud, et Xavier Niel, n'ont pas investi l'intégralité de leur fortune pour créer des emplois, au contraire, ils ont préféré acheter des yachts, des hôtels particuliers, des îles et des hommes politiques. Les artistes comme Gad Elmaleh ou Gérard Depardieu ont considéré qu'ils payaient trop d'impôts, ils ont préféré s'exiler à l'étranger ou cacher une partie de leur argent dans des paradis fiscaux. Les détenteurs de capitaux investissent d'avantage leur fortune dans la spéculation que dans la production, donc Saint-Simon s'est trompé, notre pays où règne l'esprit d'entreprise n'est pas fraternel, car les « plus capables » pensent uniquement à s'enrichir au lieu d'investir leur fortune pour en faire profiter la collectivité.

 

La fondation Saint-Simon symbolise la victoire du libéralisme économique dans les années 1980 et la prise de pouvoir par une oligarchie.

La Fondation Saint-Simon « a été fondée en 1982 par le très influent historien François Furet et par Pierre Rosanvallon, la Fondation Saint-Simon avait pour objet de "développer l'analyse du monde contemporain". La Fondation s'est dissoute en décembre 1999. Selon Pierre Rosanvallon, la Fondation avait "accompli sa mission".

Durant 18 ans, elle a rassemblé l'élite dirigeante française. Ses membres étaient des personnalités politiques, des grands chefs d'entreprise, des journalistes et patrons de presse, et quelques universitaires. Environ 100 membres cooptés participaient à des rencontres régulières à huis clos. Un cercle plus large de 500 personnes participaient sur demande à des séminaires interdisciplinaires, tandis qu'un public plus large encore recevait une note de synthèse mensuelle.

Les membres de ce "club" très fermé formaient ce qu'Alain Minc appelle "le cercle de la raison" et que leurs adversaires qualifient de "cercle de la pensée unique".

Lorsqu'elle s'est dissoute en 1999, la Fondation Saint-Simon avait effectivement "accompli sa mission", à savoir infiltrer la gauche française et la convertir progressivement au libéralisme économique et à la "globalisation". »46

Cette oligarchie, qui a glorifié le néolibéralisme dans les médias, était composée notamment de chefs d'entreprise tels que Jean-Louis Beffa, Antoine Riboud, Christian Blanc, Jean-Luc Lagardère, Francis Mer, des journalistes comme Jean Daniel, Laurent Joffrin, Serge July, Christine Ockrent, Anne Sinclair, Franz-Olivier Giesbert et Jean-Pierre Elkabbach ou encore le philosophe Luc Ferry, le sociologue Alain Touraine, le politicien Bernard Kouchner et l'économiste Thomas Piketty.

La fondation Saint-Simon a donc utilisé son pouvoir médiatique pour endoctriner les Français afin de les convertir au dogme du libéralisme économique. Cette fondation est notamment à l'origine de l'émission télévisée Vive la crise !, diffusée en 1984 et dans laquelle les intervenants faisaient l'apologie du libéralisme économique pendant 1H30 devant 20 millions de téléspectateurs.

 

Le HARNAIS symbolise ainsi la servitude du travailleur soumis au libéralisme économique.

 

Le terme « harnacher » signifie « équiper d'un harnais ».

 

HARNACHER = ARNAQUER

 

François Mitterrand est né a JARNAC.

 

JARNAC = J'ARNAQUE

 

François Mitterrand a été élu par la majorité des électeurs français en 1981 pour mettre en œuvre un programme socialiste (politique de relance, État-providence, aide aux salariés et aux couches défavorisées) or il a abandonné le socialisme pour consacrer le libéralisme économique lors du « tournant de la rigueur » opéré à partir de 1983.

 

« En février 1984, sous l'égide de la fondation Saint-Simon, l'émission Vive la crise !, présentée par Yves Montand, cherchait à accomplir un travail de propagande soulignant les vertus du libéralisme économique. Fin des idéologies, futilité de l’État-providence, culte de l’entreprise : les Français étaient appelés à sacrifier État social et conquêtes syndicales sur l’autel de la rigueur. »47

Dieu nous fait comprendre qu'on s'est fait ARNAQUER car d'une part, la majorité des Français ont voté pour le socialisme en 1981 mais ils ont été trahi en mars 1983 quand Mitterrand est revenu en arrière pour imposer la rigueur, et à partir de 1984, les citoyens ont été endoctrinés par la classe dominante afin qu'ils se soumettent au règne du néolibéralisme. Les travailleurs ont alors accepté que les capitalistes leur fixent un HARNAIS tout neuf sur le dos pour débuter une nouvelle course car le néolibéralisme voit la compétition, la concurrence, comme la caractéristique centrale des relations humaines48. Les entreprises publiques ont ainsi été privatisées (bradées aux capitalistes) pour étendre les latitudes du marché et livrer totalement l’individu, tous les aspects de sa vie et de sa personnalité, à sa logique concurrentielle, le transformant en cheval afin qu'il fasse la course contre d'autres concurrents pour enrichir une minorité de cavaliers, en l'occurrence les capitalistes vainqueurs de la compétition. Le Code du travail a ensuite été quotidiennement démantelé pour aller vers plus de « flexibilité », permettant au cavalier de faire galoper le cheval toujours plus vite et plus longtemps au travail. Le capitaliste est désormais devenu le maître absolu, il dirige la course de ses montures et en fixe seul la durée. Par exemple, les travailleurs ne voulaient pas galoper au travail jusqu'à 62 ans lorsque l'âge du départ à la retraite a été repoussé par Sarkozy en 2010, les chevaux sont alors descendus par millions dans la rue pour manifester leur opposition mais c'est Sarkozy, le serviteur du capitaliste, qui a eu le dernier mot, parce qu'en 2007, le jour de l'élection présidentielle, la majorité des chevaux ont laissé les capitalistes leur fixer un HARNAIS sur le dos. Pourtant, lors de la campagne présidentielle de 2007, Sarkozy avait assuré dans un entretien au journal LeMonde, que « le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer »49. Or il a ARNAQUÉ les Français quand il est devenu président de la République en repoussant l'âge de départ à la retraite à 62 ans, donc Dieu nous fait comprendre que pour ne plus être ARNAQUÉ, nous devons refuser d'être HARNACHÉ par les capitalistes le jour de l'élection présidentielle. Car comment pourront-ils diriger notre course lorsque nous aurons pris le contrôle du pouvoir politique et économique ? Ils ne pourrons plus nous ARNAQUER puisque nous deviendrons enfin les maîtres du pays, nous serons alors des hommes et non plus des chevaux, donc ne votez plus pour le pouvoir de la BÊTE le jour de l'élection présidentielle.

 

NAPOLEON = NAPOL EON

 

NAPOL = NPA LO

 

Le NPA et L.O. sont des partis TROTSKISTES.

 

Dans les courses hippiques, c'est lors des courses de TROT attelé que le CHEVAL est LIÉ au cavalier à l'aide d'un HARNAIS.

 

Le NPA et L.O. luttent pour convaincre les travailleurs d'enlever eux-même le HARNAIS que les capitalistes leur ont fixé sur le dos. Les TROTSKISTES veulent ainsi exproprier les capitalistes afin de mettre en place l'autogestion des entreprises par les travailleurs, qui ne seront alors plus des chevaux, puisqu'ils dirigeront leurs entreprises en suivant leur propre direction au rythme qu'ils désirent.

 

NAPOLEON = NPA LO EON

 

EON = 5X15X14 = 1050

 

1050 = 10 05

 

10 05 = 10 mai

 

En France, le 10 mai est la journée annuelle de commémoration de l'abolition de l'esclavage.

 

Dieu nous fait comprendre que le NPA et L.O. réussiront à libérer les travailleurs en leur enlevant le HARNAIS que les capitalistes leur ont fixé sur le dos.

 

Le 10 mai 2016, le jour de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, Alain Juppé, alors favori dans les sondages pour devenir président de la République en 2017, a présenté son programme économique pour la présidentielle, dans lequel il prévoyait de continuer à fixer un HARNAIS sur le dos des travailleurs en permettant aux capitalistes de les faire galoper plus longtemps, sur la base d’une durée légale de 39H par semaine (au lieu de 35H), et jusqu'à l'âge de 65 ans (au lieu de 62 ans).

Le même jour, le gouvernement « socialiste » violait la démocratie en ayant recours à l'article 49-3 pour faire adopter la loi Travail, sans vote, afin d'obliger les travailleurs à galoper jusqu'à 60H par semaine dans la limite d'une moyenne maximum de 44H sur douze semaines.

Ainsi, le 10 mai 2016 était symbolique car c'était la journée commémorative de l'abolition de l'esclavage, donc Dieu nous fait comprendre que nous resterons continuellement les esclaves des capitalistes, tant que nous voterons pour leurs serviteurs dont la politique consiste à nous fixer un HARNAIS sur le dos, afin de nous faire courir toujours plus vite et plus longtemps pour enrichir une minorité de cavaliers.

 

10 mai = 10 5

 

10 5 = JE

 

Le « JE » symbolise l'égoïsme.

 

Le 10 mai 2016, une écrasante majorité de travailleurs étaient contre la loi Travail, mais le gouvernement leur a dit « JE » décide pour vous.

De nombreux travailleurs avaient voté pour François Hollande en 2012 en pensant voter pour la gauche, mais ils se sont fait une nouvelle fois ARNAQUER étant donné qu'ils ont commis l'erreur de se laisser HARNACHER par les capitalistes le jour de l'élection présidentielle, donc à partir de là, ce n'est pas le « NOUS » qui décide pendant 5 ans, mais le « JE », c'est-à-dire le capitaliste et ses serviteur de la bourgeoisie au pouvoir.

 

10 mai 2016 = 10 5 2016

 

10 5 2016 = JE TAF

 

JE TAF moins de 35H par semaine, sans diminution de salaire, uniquement si j'enlève le HARNAIS que le capitaliste m'a fixé sur dos, car en me libérant, je pourrais prendre le contrôle des richesses que je produis et ainsi baisser mon temps de travail et les cadences pour permettre à tous les citoyens d'avoir un TAF. Alors quittons notre condition de cheval et devenons des hommes en prenant le contrôle de NOS entreprises pour devenir enfin les maîtres de nos vies.

 

NAPOLEON III = III

 

III = 3

 

3 = TROIS = T ROIS

 

Dieu te fait comprendre qu'avec le NPA et L.O. : « T'ES ROI ! ».

 

Avec eux au pouvoir, le peuple dirigera enfin le pays, par conséquent, nous n'aurons plus de HARNAIS sur le dos et NOUS serons ainsi les maîtres de NOTRE destin.

 

 

La Troisième République (1870-1940)

 

 

Les débuts difficiles

La IIIe République naît dans des conditions difficiles. Le gouvernement provisoire décide de continuer la guerre. Les Allemands atteignent rapidement Paris qu'ils assiègent. Gambetta, ministre de l'Intérieur du gouvernement de défense nationale, quitte Paris en ballon pour appeler la province à la levée en masse. Mais les troupes ainsi constituées ne parviennent pas à rompre l'encerclement prussien. La ville subit des bombardements réguliers et souffre du manque de nourriture. Pour permettre aux Parisiens de ne pas tomber dans la misère, le gouvernement décrète le moratoire des dettes et des loyers. Des armes sont distribuées aux volontaires qui forment une garde nationale.

Le 28 janvier 1871, le gouvernement doit se résoudre à signer l'armistice. Les Allemands laissent se dérouler des élections. Celles-ci donnent la majorité aux monarchistes. La nouvelle assemblée signe une paix qui ampute le pays de l'Alsace et du nord de la Lorraine et oblige les Français à payer au vainqueur une lourde amende de guerre. Thiers, un ancien premier ministre de Louis-Philippe est nommé chef du pouvoir exécutif en attendant que l'assemblée statue sur la nature du régime et son organisation.

Les Parisiens qui ont vaillamment résisté pendant le siège de Paris sont scandalisés par l'armistice et les conditions imposées par la Prusse. Ils se méfient d'une assemblée monarchiste qui par peur des périls révolutionnaires préfère s'installer à Versailles plutôt que dans la capitale. Alors que la situation économique des Parisiens est toujours précaire, le gouvernement provisoire abroge le moratoire des loyers et des dettes. Le 18 mars 1871 Thiers ordonne de désarmer les Parisiens. Cette annonce déclenche une émeute. Thiers se retire de la capitale et décide de la reprendre par la force. À Paris, le comité central des gardes nationaux décide de l'élection d'un conseil municipal.

La Commune de Paris se met en place à partir du 26 mars 1871. Les principaux animateurs de la Commune de Paris viennent d'horizons différents. Ils prennent des mesures radicales pour soulager la misère populaire : réquisition des logements, instruction gratuite, laïque et obligatoire. Ils inventent une démocratie participative en permettant aux citoyens d'intervenir dans les affaires de la commune. À côté de revendications issues du mouvement sans-culotte de 1793 comme l'anticléricalisme et le respect de la liberté de conscience, des revendications de type socialiste sont portées par les insurgés avec la condamnation du militarisme et du capitalisme.

La commune ne dure que 70 jours. Le 21 mai 1871, les troupes du gouvernement surnommées les Versaillais par les communards investissent Paris. Les révoltés mènent un combat désespéré. Ils incendient des monuments comme le palais de Tuileries ou l'hôtel de ville pour ralentir l'avance des Versaillais. Après l'exécution de l’archevêque de Paris par les communards (Marx écrira que c'est Thiers qui l'a assassiné), la répression tourne au bain de sang. Entre 20 000 et 30 000 communards sont exécutés en une semaine. Des milliers de révoltés sont envoyés dans des bagnes en Algérie ou en Nouvelle-Calédonie.50

La commune fut le premier exemple - et le seul en France - d’un État choisissant systématiquement le camp des travailleurs contre celui des bourgeois. La classe ouvrière qui, en s’armant, s’était donné les moyens d’exercer le pouvoir a été capable, en quelques semaines, de mesures aussi emblématiques que la réduction du temps de travail, le droit de vote aux étrangers ou encore l’éducation pour les filles.

La peur de la bourgeoisie devant cette révolution, ce nouveau monde en gestation, se mesura à l’ampleur de la répression. La bourgeoisie montra toute sa haine de classe et chargea Thiers d’écraser la Commune. Des montagnes d’insultes, de calomnies d’abord. Puis le bombardement de Paris et ensuite 30 000, 40 000 morts.51

Le commune a inspiré de nombreux mouvements, qui y ont cherché des leçons leur permettant d'entreprendre d'autres révolutions : la Révolution russe et les conseils (soviets), la révolution espagnole et les collectivités, etc.52

Les conditions imposées par la Prusse, qui avaient scandalisé les parisiens au moment de l'armistice sont encore durcies par une loi de décembre 1871 exigeant de la France une indemnité de guerre représentant 25 % de son PIB. La dette publique augmente fortement, et avec elle une nouvelle classe de petits rentiers vivant de son intérêt puis participant à la nouvelle expansion boursière, ce qui accélère la création de banques de dépôt.

 

La mise en place des institutions

Née de la défaite, aux prises à la révolte parisienne, dominée pendant 5 ans par une assemblée monarchiste, la République a peu de chances de survivre. Elle doit son installation à la mésentente des monarchistes. En effet les royalistes sont divisés en deux groupes, les légitimistes, partisans du descendant de Charles X, le comte de Chambord, et les orléanistes. Après de nombreuses tractations les orléanistes et les légitimistes s'entendent sur le nom du comte de Chambord. Mais ce dernier exige le rétablissement du drapeau blanc, ce que refusent les orléanistes. En attendant, la loi Rivet donne au chef de l'exécutif, Thiers, le titre de président de la République.53

 

Adolphe Thiers

Fils d'un aventurier et affairiste quelque peu douteux, qui a pu profiter de l'amitié et de la protection de Lucien Bonaparte, Thiers est un ambitieux provincial, devenu à Paris journaliste libéral et historien de la Révolution, il contribue aux Trois Glorieuses et à la mise en place de la monarchie de Juillet dont il est deux fois président du Conseil. Orléaniste, partisan libéral d'une monarchie constitutionnelle dans laquelle "le roi règne, mais ne gouverne pas", il s'éloigne du roi sur la politique étrangère (crise de 1840) et critique l'intransigeance de Guizot qui provoque la révolution de 1848. Il se rallie à la République pour l'orienter vers une politique d'ordre préparant un retour à la monarchie constitutionnelle. Opposé au coup d’État du 2 décembre 1851, il ne se ralliera jamais à Napoléon III, auquel il demande en 1864 les « libertés nécessaires ». Pour lui la forme de gouvernement importe peu, les valeurs libérales doivent elles devenir les bases du régime du Second Empire, qu'il croit fort et stable.

En février 1871, après la chute du Second Empire lors de la guerre contre la Prusse, il devient le premier président de la Troisième République.

Lors de la commune, Thiers organise le siège de Paris, qui se solde par l'écrasement de l’insurrection, dotée de moindres capacités militaires. La répression qui s'ensuit - nombreuses exécutions sommaires, procès expéditifs condamnant des communards à la mort, au bagne ou à la déportation - ont terni durablement la réputation de Thiers dans une partie de l'opinion, qui aujourd'hui encore peut s'illustrer par la sentence de Georges Clemenceau, maire de Montmartre lorsque la Commune se déclenche : « Thiers, le type même du bourgeois cruel et borné qui s’enfonce sans broncher dans le sang. »

Karl Marx a été extrêmement virulent contre Adolphe Thiers notamment dans le premier chapitre de La guerre civile en France : « Thiers, ce nabot monstrueux, a tenu sous le charme la bourgeoisie française pendant plus d'un demi-siècle, parce qu'il est l'expression intellectuelle la plus achevée de sa propre corruption de classe. » « Napoléon Ier dont il [Thiers] était devenu le cireur de bottes historique. » « Thiers n'a été conséquent que dans son avidité de richesse, et dans sa haine des hommes qui la produisent. »54

 

 

ADOLPHE THIERS est le deuxième président de l'histoire de la République française. Le premier président de l'histoire de la République, Louis Napoléon Bonaparte, est né un 20 avril, comme ADOLF HITLER.

 

ADOLPHE THIERS = ADOLF HITLER

 

ADOLF HITLER a dirigé le IIIe REICH et ADOLPHE THIERS est le premier président de la IIIe République.

 

Dieu associe clairement la République française au IIIe REICH, car le jour de l'élection présidentielle, nous votons pour une idéologie qui permet au RICHE d'accaparer la majeure partie des richesses de la Terre, donc Dieu nous fait comprendre à travers ADOLPHE THIERS, que chaque année, des millions d'êtres humains sont exterminés par la pauvreté dans les pays du THIERS monde puisque nous laissons le RICHE voler leurs richesses. Nous votons ainsi pour ADOLF HITLER, qui est bien souvent un RICHE issu de la bourgeoisie, à l'instar d'ADOLPHE THIERS.

Effectivement, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron, étaient tous des millionnaires donc ils ont défendu une idéologie qui permettait à leur classe sociale, les RICHES, d'accaparer toujours plus de richesses en continuant ainsi à exterminer les pauvres. Étant donné que le RICHE possède les médias, les citoyens sont lobotomisés pour ne jamais se rendre compte que le RICHE est le plus grand criminel de l'humanité, et à l'inverse, les médias glorifient le RICHE en faisant croire qu'il apporte la prospérité au plus grand nombre. Comme dans tous les régimes TOTALITAIRES, les dominants ont réussi à faire passer le mal pour le bien. L'entreprise TOTAL peut ainsi accaparer environ 10 milliards d'euros chaque année en volant les richesses des pays du THIERS monde, sans que personne ne se révolte, étant donné que les citoyens ont été lobotomisés pour ne jamais se rendre compte que des millions de personnes meurent de faim dans les pays du THIERS monde parce qu'une entreprise comme TOTAL vole leur nourriture. Nous vivons bel et bien dans un régime TOTALITAIRE, mais plus précisément dans une « démocratie » TOTALITAIRE, puisque nous votons pour ADOLF HITLER, à la différence des autres régimes TOTALITAIRES de l'histoire.

 

Dieu nous envoie ainsi un message clair car la première fois où l'ensemble des Français a eu la possibilité de voter, les citoyens ont élu un président né le même jour qu'ADOLF HITLER, et son successeur à la présidence de la République s'appelait ADOLPHE THIERS, donc Dieu nous fait clairement comprendre que nous votons pour ADOLF HITLER à chaque élection présidentielle.

 

Les électeurs français ne voient pas qu'ils votent pour Adolf Hitler car la télévision cache les cadavres des millions d'êtres humains exterminés par le capitalisme. Ces dix dernières années, plus de 120 millions d'êtres humains sont morts de faim et notamment dans des pays où les capitalistes français ont bâti des fortunes phénoménales : alors posez vous la question pourquoi vous n'avez jamais entendu parler de ces 120 millions de victimes exterminées par la faim alors que le monde regorgeait de richesses pour les sauver ? Les journaux télévisés n'ont montré aucune photo des victimes et ils n'ont jamais interviewé une mère de famille qui venait de perdre son enfant exterminé par la faim. Alors pourquoi les journaux télévisés cachent-ils le plus grand massacre de l'histoire de l'humanité ? Tout simplement parce que les téléspectateurs français risqueraient d'être émus par cette mère de famille qui vient de perdre son enfant et ils auraient alors du mal à accepter qu'une minorité de capitalistes français comme Bouygues et Bolloré s'enrichissent dans des pays où les enfants meurent de faim. Montrer ce massacre à la télévision montrerait le vrai visage du capitalisme et les Français risqueraient alors de vouloir éradiquer ce système économique meurtrier dans les urnes pour redistribuer plus équitablement les richesses ; donc les nazi-capitalistes cachent les cadavres des victimes à travers les médias qu'ils contrôlent afin que leur règne ne soit jamais remis en question. Pourquoi croyez-vous que les plus grandes fortunes de France ont racheté tous les médias de masse ? Pour cacher leurs crimes !

 

Je ne suis pas un « complotiste », je dis la vérité. Ainsi, le 22 mars 2016, les journaux télévisés ont consacré une « page spéciale » aux attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts, or le même jour, 16 000 enfants sont morts de faim et de maladies alors que le RICHE pouvait leur sauver la vie en redistribuant plus équitablement ses richesses.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 22-mars-2016-3.png.

 

Par conséquent, ce jour-là, ce n'était pas le terroriste islamiste le plus plus grand criminel, c'était le RICHE, mais les journaux télévisés nous manipulent pour que nous soyons incapables de nous en rendre compte. Le RICHE qui contrôle les médias a ainsi établi sa propre justice, il nous imprime dans le cerveau ce qui est bien et ce qui est mal : un terroriste qui tue des innocents c'est bien évidemment quelque chose de mal, mais le RICHE qui laisse 16 000 enfants mourir de faim et de maladies, c'est quelque chose de bien qui n'est pas condamnable. Au contraire, le RICHE nous fait croire qu'il apporte la prospérité au plus grand nombre, et pour nous faire croire ce mensonge, il cache ainsi ses crimes, il cache la misère. Pourquoi croyez-vous que le journal de 20H de France 2 cache les bidonvilles du monde entier ? Pour ne pas nous montrer les conséquences de notre vote lorsque nous laissons le RICHE accaparer la majeure partie des richesses de la Terre. Tout est fait pour ne pas révolter les citoyens contre la pauvreté.

 

Je vais vous donner un exemple de l'endoctrinement exercé par le RICHE dans les médias, à travers Nicolas Doze, présenté comme un « expert » économique, et qui affirmait sur BFM-TV, le 5 décembre 2018 :

 

 

Les médias nous font ainsi croire que le RICHE apporte la prospérité, qu'il est essentiel à l'économie car sans lui, nous serions condamnés à vivre dans la pauvreté, alors que bien évidemment, c'est le RICHE qui génère la pauvreté étant donné qu'il accapare la majeure partie des richesses de l'humanité. Pour éradiquer la misère, il faut partager les richesses, ce qui est évident, or les médias affirment quotidiennement l'inverse puisque nous vivons dans un régime totalitaire qui emploie tous les moyens pour préserver le règne du RICHE.

 

En France, la liberté de la presse a été proclamée en 1881.

 

18 = AH  81 = HA

 

Ce sont les initiales d'Adolf Hitler, le dirigeant du IIIe REICH, car c'est le RICHE qui contrôle la presse, les médias, et il endoctrine ainsi les citoyens pour qu'ils soient incapables de se rendre compte qu'ils vivent sous le IIIe REICH.

 

À travers les signes, Dieu associe la République française au IIIe REICH, et notamment parce que le RICHE a toujours été au pouvoir. Le premier président de la IIIe République s'appelle Adolphe THIERS, car les crimes des RICHES au pouvoir se sont déroulés dans les pays du THIERS monde.

Ainsi, pour accroître ses profits, le RICHE français a colonisé les pays du THIERS monde en provoquant la mort de millions d'innocents. La colonisation par la France d'une grande partie de l'Afrique, de l'Indochine et de quelques possessions ailleurs dans le monde s'est accompagnée d'un grand nombre de massacres et d'atrocités. La seule conquête de l'Algérie, à partir de 1830, aurait peut-être fait disparaître le TIERS de la population d'alors.

Les guerres contre les peuples qui se battaient contre la domination coloniale ont été abominables. Celle d'Indochine, jusqu'en 1954, aurait causé 500 000 morts. Quant à celle d'Algérie, dont le bilan est contesté, elle va de 250 000 à un million de morts, et des dizaines de milliers de torturés, essentiellement Algériens.

Plus récemment, les troupes françaises se sont associées au gouvernement rwandais de l'époque lorsqu'il a entrepris, en 1994, le génocide contre les Tutsis, dans lequel les autorités françaises n'ont jamais voulu reconnaître leur responsabilité55. Il y a eu environ 800 000 morts.

Actuellement, les multinationales françaises pillent les richesses des pays du THIERS Monde et particulièrement en Afrique où des millions d'enfants y meurent de faim et de maladies chaque année. Les richesses arrachées à l’Afrique continuent à être le socle de bien des fortunes de dynasties capitalistes françaises comme Bolloré, Bouygues, Michelin ou Pinault, de grandes entreprises du CAC 40 comme Total, Orano (ex-Areva), Air France, Vinci et des banques comme la BNP, la Société générale ou le Crédit du Nord, sans parler des marchands d’armes. Tous poursuivent le pillage de l’Afrique en s’appuyant sur l’ordre impérialiste mis en place et surveillé de près par l’État français.56

 

Les RICHES qui dirigent ainsi notre pays, colonisent et exterminent les peuples d'AFRIQUE car ils ne pensent qu'au FRIC. Ce n'est pas le Français moyen qui pille les richesses du THIERS monde, c'est le RICHE, le capitaliste, le bourgeois. C'est la raison pour laquelle Dieu associe le IIIe REICH au RICHE.

 

RICHE = REICH

 

Durant le IIIe REICH, Adolf Hitler exterminait les juifs, et à chaque époque, la cupidité du RICHE extermine le pauvre.

Actuellement, 10 millions d'êtres humains meurent chaque année des suites directes ou indirectes de la faim or ce massacre n'a aucune raison d'être car pour la première fois de son histoire, l'humanité jouit d'une abondance de biens. La planète croule sous les richesses. Les biens disponibles dépassent de plusieurs milliers de fois les besoins incompressibles des êtres humains, mais malheureusement, à chaque élection, la majorité des citoyens dans monde permet à une minorité de RICHES d'accaparer la majeure partie des richesses mondiales, par conséquent, des millions d'êtres humains sont exterminés par la faim et la maladie chaque année. Les quatre fléaux du sous-développement « sont la faim, la soif, les épidémies et la guerre. Ils détruisent bien plus d'hommes, de femmes et d'enfants que la boucherie de la Seconde Guerre mondiale sur une même période. Pour les peuples du THIERS Monde, la "Troisième Guerre mondiale" est en cours. »57

« Les seigneurs du capital mondialisé exercent un droit de vie et de mort sur les milliards d'êtres humains qui vivent dans la misère. Par leurs stratégies d'investissement, par leurs spéculations monétaires, par les alliances politiques qu'ils concluent, ils décident chaque jour de qui a le droit de vivre sur cette planète et de qui est condamné à mourir.58 » Mais ce droit de vie ou de mort sur autrui ne leur appartient pas donc nous devons renverser le capitalisme et nous unir politiquement avec tous les peuples du monde afin que les richesses mondiales soient équitablement redistribuées entre tous les habitants de la Terre. À travers ADOLPHE THIERS qui symbolise clairement ADOLF HITLER, Dieu adresse d'abord son message à la France car il nous a choisi pour être le phare du monde, nous allons ainsi montrer l'exemple à tous les peuples de la Terre en renversant le système capitaliste pour que notre révolution s'exporte ensuite dans le monde entier lorsque nous aurons prouvé qu'il existe une alternative au système économique le plus meurtrier de l'histoire de l'humanité.

 

Dieu a choisi la FRANCE et c'est la raison pour laquelle, le Pape s'appelle FRANCOIS.

 

Le Pape François est né un 17 décembre (17 12).

 

17X12 = 204

 

ADOLF HITLER est né un 20 4 (20 avril).

 

La FRANCE était donc programmée pour avoir un premier président de la République né un 20 4, comme ADOLF HITLER, et un deuxième président de la République programmé pour s'appeler ADOLPHE THIERS.

 

Dieu nous éduque et il montre aux futures générations les failles de la nature humaine, car dans 200 ans, les futurs habitants de la Terre apprendront que dans le passé, la majorité des citoyens votait pour un système économique qui exterminait 10 millions d'êtres humains chaque année dont 6 millions d'enfants, et le pire, c'est que ces enfants mouraient dans l'indifférence générale. Les futures générations apprendront alors dans les manuels scolaires, que les citoyens avaient été endoctrinés par l'Éducation nationale et les médias afin de ne jamais se révolter contre la mort de ces êtres humains tués par la pauvreté, puisque c'est le RICHE qui éduquait les citoyens, il mettait en place les programmes scolaires et contrôlait les médias, ce qui lui a permis de formater le cerveau des citoyens pour leur faire accepter l'inacceptable. En cours d'histoire, pour comprendre qu'au début du XXIe siècle, les citoyens français vivaient sous le IIIe REICH, les futures générations verront par exemple l'extrait de l'émission On est pas couché, diffusée le 21 mars 2009 sur France 2.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 21-mars-2009-2.png.

 

La porte-parole de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud, était invitée, et au cours de cette émission elle déclarait notamment : « Il y a les moyens aujourd'hui de nourrir le double de l'humanité sur Terre. Pourquoi on ne résout pas le problème de la faim dans le monde ? ». L'un des chroniqueurs de l'émission, Eric Zemmour, est alors intervenu pour dire : « On est déjà assez nombreux. » Nathalie Arthaud lui a répondu : « Alors vous préférez que tous les pauvres des pays sous-développés meurent de faim, c'est ça ? ». Zemmour : « Moi je pense qu'on est trop nombreux et que la démographie est une bombe à retardement sur la planète. » Nathalie Arthaud a répliqué d'un air dépité : « Donc ça vous arrange qu'il y a de la misère, bon je ne pourrai pas vous convaincre. »

Les propos de Zemmour étaient d'une violence extrême, il considérait que ce n'était pas un problème si 10 millions d'êtres humains mourraient de faim chaque année car « on est déjà assez nombreux ». Nathalie Arthaud a été la seule à s'indigner, le présentateur de l'émission, Laurent Ruquier, n'a rien dit ; les invités n'ont plus ; le public est resté muet, il n'a pas hué Zemmour, parce que les citoyens dans le public étaient formatés pour ne pas se rendre compte que les propos de ce journaliste étaient ignobles. Le RICHE a réussi à endoctriner les citoyens en leur faisant croire que la faim dans le monde est une fatalité, qu'il n'y a aucun rapport entre l'extrême richesse des uns et l'extrême pauvreté des autres ; donc c'est de la faute des pauvres s'ils crèvent de faim puisqu'ils « sont trop nombreux ». C'est comme si durant le IIIe REICH, des millions de juifs mourraient de faim chaque année dans les camps de concentration allemands, alors que le pays possédait suffisamment de nourriture pour leur sauver la vie, mais le RICHE au pouvoir ne voulait pas les nourrir. Et lors d'une émission télévisée allemande, la porte-parole de l'un des rares partis politiques qui voulait renverser le nazisme pour mettre un terme à l'extermination des juifs, déclarait : « Il y a les moyens aujourd'hui de nourrir le double de la population allemande. Pourquoi on ne résout pas le problème de la faim dans les camps de concentration ? ». Et là, un chroniqueur de l'émission lui répond : « On est déjà assez nombreux ». Donc pour lui, ce n'est pas grave si des millions de juifs meurent chaque année de faim en Allemagne, car ils sont trop nombreux, alors que le problème ne vient pas du nombre de juifs mais de l'idéologie du RICHE au pouvoir qui ne veut pas partager la nourriture avec les juifs. Ce journaliste de la chaîne publique du IIIe REICH, faisait ainsi l'apologie de crimes contre l'humanité, à l'instar d'Eric Zemmour sur France 2, mais le lendemain de l'émission, ses propos n'ont suscité aucune polémique puisque le RICHE au pouvoir contrôle les médias, il établit sa propre justice. Il détermine ce qui est bien et ce qui est mal, donc se moquer de la Shoah et ses 6 millions de morts c'est mal, mais dire que ce n'est pas important si 10 millions de pauvres meurent de faim chaque année, c'est bien, car de toute façon, ils sont trop nombreux ces « gueux ». Lorsque Jean-Marie Le Pen déclare que la Shoah et ses six millions de morts sont un « détail de l'Histoire », il est condamné par la justice et les médias. Mais quand Zemmour dit finalement la même chose au sujet des 10 millions de pauvres qui meurent de faim chaque année, ce n'est pas grave, ce n'est pas condamnable. Voilà comment le RICHE endoctrine des millions de citoyens. Les journalistes qui travaillent à la télévision sont tous des adeptes du nazi-capitalisme, s'ils ne disaient pas Heil Hitler !, ils ne pourraient pas y travailler. Eric Zemmour est juif et aujourd'hui il est du bon côté, mais si durant le IIIe REICH, il avait été interné dans un camp de concentration allemand, il aurait bien aimé qu'une Nathalie Arthaud renverse le nazisme pour venir le sauver. Comme le dit Jean Ziegler, la seule chose qui nous différencie des pauvres du THIERS Monde, c'est le hasard de notre naissance, car nous pourrions être à leur place, alors comment peut-on montrer aussi peu de compassion envers l'extermination de ces millions d'êtres humains qui ne sont pas responsables de ce qui leur arrive, étant donné que la grande majorité d'entre eux n'a jamais voté pour qu'une minorité de la population mondiale, dont fait partie Eric Zemmour, accapare la majorité des richesses de la Terre. Les futures générations pourront ainsi se rendre compte de la noirceur de l'âme humaine, et si jamais le RICHE essaie de vous manipuler en vous faisant croire que les habitants du THIERS monde meurent de pauvreté parce qu'ils sont trop nombreux, ne croyez pas ce mensonge car il y a suffisamment de richesses sur Terre pour éradiquer la pauvreté. En 2015, l’Organisation des Nations Unies (ONU) soutenait que la pauvreté dans le monde pouvait être éradiquée dans les quinze prochaines années – à condition, précisaient ses « experts », que 3 500 milliards par an soient investis dans ce combat d’ici à 2030. Les 1 % les plus riches ont accaparé plus de 75 000 milliards de dollars, donc vous voyez bien que les pauvres ne meurent pas de faim parce qu'ils sont trop nombreux, ça c'est ce que France 2 essaie de vous faire croire. Les pauvres meurent de faim parce que le RICHE a accaparé la majeure partie des richesses de la Terre.

 

Une économie collectivisée sous le contrôle des citoyens et démocratiquement planifiée à l’échelle de la planète serait capable d'éradiquer la pauvreté. Mais sous le capitalisme, l’argent public est réservé aux guerres et aux grands patrons, et même les prétendues « aides au développement » sont le plus souvent des cadeaux déguisés à ces derniers59. Quant aux investissements divers et variés, ils se font uniquement en fonction des profits espérés, jamais en fonction des besoins de la collectivité donc il n’y aura pas d’éradication de la pauvreté sans éradication du capitalisme. C'est la raison pour laquelle des millions d'êtres humains continueront à être exterminés tant que nous voterons pour ADOLF HITLER à chaque élection présidentielle. Dieu redescend ainsi sur Terre pour nous éduquer à la place d'Eric Zemmour et compagnie, alors il multiplie les signes pour nous ramener à la raison.

 

N'oubliez pas que la capitale historique de la France est SOISSONS.

 

SOISSON = SOIS SS

 

Nous étions ainsi programmés pour devenir des soldats SS en votant pour le règne du RICHE, car Dieu éduque les futures générations pour leur expliquer les pièges à éviter en leur faisant comprendre que lorsqu'une infime élite possède le pouvoir politique, économique, médiatique et judiciaire entre ses mains, elle parvient à lobotomiser tout un peuple en lui faisant croire qu'accaparer les richesses, n'est pas synonyme d'exterminer. C'est la raison pour laquelle, Dieu redescend aujourd'hui sur Terre pour nous donner le message suivant : « RICHE=REICH ». Il nous fait ainsi comprendre qu'ADOLF HITLER règne sur le monde car le RICHE a accaparé la majeure partie des richesses de la Terre ce qui provoque la mort de dizaines de millions d'êtres humains chaque année.

 

L'un des symboles des Francs était la hache à double tranchant : la DOUBLE H.

 

DOUBLE H = HH

 

HH est l'abréviation de Heil Hitler !

 

Heil Hitler est le salut nazi.

 

Dieu nous révèle que nous étions programmés pour faire le salut nazi, et étant donné que les 2 H assemblés forment une échelle, il nous fait comprendre que nous devons désormais arrêter de faire ce salut nazi si nous voulons monter l'échelle qui mène au paradis.

 

Lors du IIIe REICH, la SS était l'une des principales organisation du régime nazi. Dès 1933, la SS faisait régner la terreur. Des milliers d'opposants potentiels, communistes, juifs, etc., étaient jetés sans jugement en camps de concentration.

 

SS = 19+19 = 38

 

Le département 38 est celui de l'ISÈRE.

 

Dieu nous fait comprendre que nous agissons sommes des SS lorsque nous votons en faveur du capitalisme parce que nous votons pour un système économique qui maintient des milliards d'êtres humains dans la MISÈRE, provoquant ainsi l'extermination de millions d'entre eux, tués par la faim et la maladie.

 

SS = 19 19

 

Le chef-lieu du département 19 est la ville de TULLE dont François Hollande est l'ancien maire et il se trouvait à TULLE le soir de sa victoire à l'élection présidentielle, donc à travers le chiffre 19, Dieu nous révèle que les électeurs de François Hollande se sont comportés comme des SS en votant pour lui, étant donné que sa politique a exterminé des millions d'êtres humains durant son quinquennat en permettant notamment aux multinationales françaises de piller les richesses des pays du THIERS monde. Par ailleurs, il suffirait de 20 milliards d'euros par an pour éradiquer la malnutrition, et la revue The Lancet a évalué qu'il faudrait moins de 200 millions de dollars par an pour sauver en urgence 900 000 vies ; donc ces 900 000 enfants ont été exterminés chaque année parce que François Hollande a notamment donné plus de 30 milliards d'euros par an au patronat alors qu'il aurait pu sauver la vie de 900 000 enfants par an avec seulement 200 millions de dollars versés chaque année pour les sauver. Ces enfants ont bel et bien été exterminés par la politique menée par François Hollande et vous comprenez pourquoi Dieu nous fait comprendre que nous votons pour ADOLF HITLER.

 

François Hollande est le 24e président de l'histoire de la République.

 

Le chef-lieu du département 24 est la ville de PÉRIGUEUX.

 

Ces 900 000 enfants ont été exterminés puisqu'ils étaient considérés comme des GUEUX, des sous-hommes dont la vie ne valait rien. Ils ont alors PERI parce que François Hollande a préféré donner des milliards d'euros à l'armée française pour bombarder l'Irak et la Syrie plutôt que de sauver 900 000 enfants du génocide de la faim. François Hollande a ainsi considéré que les islamistes de Daech étaient plus dangereux que la malnutrition, pourtant Daech ne tue pas 6 millions d'enfants par an, donc contrairement à ce que les médias et les hommes politiques nous racontent, le principal ennemi de l'humanité n'est pas le djihadiste, c'est la pauvreté et pour vaincre la pauvreté, il faut renverser le capitalisme. Donc à travers François Hollande, l'ancien maire de TULLE, Dieu nous donne le message suivant : « TUE-LE ! » ; « TUE LE PRÉDATEUR POLITIQUE ! » ; « TUE ADOLF HITLER ! » ; « TUE-LE DÉMOCRATIQUEMENT ! ».

 

ADOLPHE THIERS, le deuxième président de l'histoire de la République, est né le 15 avril 1797.

 

15 avril 1797 = 15 4 1797

 

15 4 1797 = D GAGE 19

 

D GAGE se prononce DÉGAGE.

 

Dieu te transmet le message suivant : « DÉGAGE ADOLF HITLER du pouvoir ! ».

 

Le chef-lieu du département 19 est la ville de TULLE.

 

« TUE LE nazi qui dirige la République en prenant collectivement le pouvoir en main. »

 

15 4 1797 = D GAGE 19

 

19 = 91

 

Le département 91 est celui de l'ESSONNE dont le chef-lieu est EVRY.

 

EVRY = VYRE

 

Le mot « VIRE » est synonyme de « DÉGAGE ».

 

OLIVIER = VIRE LOI

 

Dieu nous dit : « VIRE Adolf Hitler du pouvoir. Empêche-le d'appliquer sa LOI en votant pour le parti d'OLIVIER Besancenot le jour de l'élection présidentielle. »

 

ESSONNE = ES SONNE

 

ES = 5+19 = 24

 

24 se prononce 20 4.

 

Adolf Hitler est né un 20 4.

 

SONNE = APPEL

 

Dieu t'APPEL pour te demander de combattre Adolf Hitler afin de mettre un terme au règne du RICHE.

 

Lorsque j'ai déchiffré ces messages, le maire d'EVRY, le chef-lieu de l'ESSONNE, était FRANCIS CHOUAT.

 

FRANCIS = FRANCAIS

 

CHOUAT se prononce comme le mot CHOIX.

 

Dieu nous fait comprendre que le mauvais CHOIX des électeurs FRANÇAIS le jour de l'élection présidentielle provoque l'extermination de millions d'êtres humains chaque année.

 

CHOUAT = SHOAH

 

La SHOAH est l’extermination systématique par l'Allemagne nazie d'entre cinq et six millions de juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Actuellement, le système capitaliste provoque l'extermination systématique de 10 millions d'êtres humains chaque année.

 

CHOUAT = CHOA TU

 

Dieu te révèles que ton CHOA le jour de l'élection présidentielle TUE des millions d'êtres humains chaque année dont 6 millions d'enfants.

 

 

Adolphe THIERS est devenu président de la République grâce à la loi RIVET.

 

RIVET = VIRE T

 

Ce message s'inscrit dans la lignée des précédents : « VIRE le NAZI qui préside la République ».

 

 

Emmanuel MACRON, l'actuel président de la République, est né le 21 décembre 1977 (21 12 19).

 

21 12 19 = BALAI

 

Dieu nous transmet le message suivant : « Du BALAI ! DÉGAGE ADOLF HITLER du pouvoir ! ».

 

 

ADOLPHE THIERS est mort en 1877.

 

18 = AH

 

AH sont les initiales d'ADOLF HITLER.

 

77 = SEPT SEPT

 

SEPT = 19X5X16X20 = 30400

 

ADOLF HITLER est mort un 30 4 (30 avril).

 

La date de mort d'ADOLPHE THIERS symbolise clairement ADOLF HITLER, car ce dernier dirige toujours le monde alors Dieu nous demande de signer son arrêt de mort en mettant un terme au règne du RICHE.

 

 

ADLOPHE THIERS est mort le 3 septembre 1877.

 

3 septembre =3 9

 

3X9 = 27

 

Le département 27 est celui de l'EURE.

 

Dieu nous révèle ainsi qu'il est l'HEURE de « DÉGAGER ADOLF HITLER du pouvoir ! »

 

 

La naissance d'Adolphe THIERS fut déclarée à Marseille mais il est né en réalité dans une bastide de Bouc-Bel-Air, la commune de naissance de sa mère.

 

Le maire actuel de Bouc-Bel-Air s'appelle RICHARD MALLIE.

 

MALLIE = LE MAIL

 

Dieu t'envoie ainsi un MAIL pour te demander de combattre le nazi-capitalisme.

 

Le message est clair : « DÉGAGE Adolf HITLER du pouvoir ! ».

 

RICHARD = RICH

 

RICH = REICH

 

Richard MALLIE est né à BESANCON.

 

Dieu te demande ainsi de voter pour le parti politique de BESANCENOT afin de VIRER Adolf Hitler du pouvoir.

 

MALLIE = LE MAIL

 

LE MAI L = LE MAI 12 = LE 12 MAI

 

LE 12 MAI est le 132e jour de l'année.

 

132 minutes sont égales à 2 heures 12.

 

2 12 = 2 L = 2 AILES

 

À travers RICHARD MALLIE – Dieu précise dans son MAIL qu'il te donnera 2  AILES dans le dos pour que tu puisses t'envoler un jour au paradis – si tu réponds à son message en combattant le règne du RICHE.

 

 

Adolphe THIERS est né à BOUC, et la commune s'est appelée BOUC-BEL-AIR à partir de 1907.

 

BOUC se prononce comme le mot BOOK.

 

BOOK signifie LIVRE en anglais.

 

BEL = 25 12

 

Jésus est né un 25 12 (25 décembre).

 

Le LIVRE fait référence à la Bible, car dans le Jugement des Nations, saint Marc nous révèle que lors du Jugement dernier, Jésus « séparera les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des BOUCS. » Saint Marc précise que les brebis iront alors au paradis et les BOUCS en enfer, car contrairement aux brebis, durant leur vie sur Terre, les BOUCS n'ont pas donné à boire et à manger aux pauvres. Donc à travers Adolphe THIERS – né à BOUC – Dieu nous fait comprendre que ceux qui ne voteront pas pour donner à boire et à manger aux habitants du THIERS monde, ne s'envoleront jamais dans les AIRS, au paradis, parce que lors du Jugement dernier, ils seront du côté des BOUCS et ils iront alors en enfer étant donné qu'au cours de leur vie sur Terre, ils auront voté pour Adolf HITLER en permettant au RICHE de voler la nourriture et l'eau potable des pauvres.

Finalement, dans la Bible, lorsque Dieu nous demande de venir en aide aux pauvres en leur donnant à boire et à manger, il nous demande de combattre César car c'est lui qui empêche les pauvres de satisfaire leurs besoins élémentaires. Voilà pourquoi nous devons désormais combattre César, c'est-à-dire le capitaliste mais plus généralement le RICHE qui extermine le pauvre en refusant de partager ses richesses. Dieu nous transmet les termes de la nouvelle Alliance à travers le nom de Jésus de NAZARETH.

 

NAZ ARET = ARRETE le NAZI

 

NAZARETH = NAZ ARET H

 

Le H symbolise l'échelle qui te mènera dans le royaume de Dieu si tu te bats pour ARRETER les NAZIS qui dirigent le pays.

 

La ville de THIERS dans le Puy-de-Dôme est la capitale française de la fabrication du COUTEAU avec près de cent entreprises dans ce domaine et un musée de la coutellerie qui lui est consacré. Les deux tiers des couteaux produits en France pour la poche, la cuisine ou la table sont fabriqués par des entreprises situées à THIERS.60

 

Dieu nous fait ainsi comprendre que lorsque nous votons pour un parti capitaliste le jour de l'élection présidentielle, nous plantons un COUTEAU dans le dos à des millions d'habitants des pays du THIERS monde, car nous permettons alors aux capitalistes de piller leurs richesses et donc d'assassiner ces millions d'habitants en les laissant mourir de faim et de maladies.

 

Quand une personne reçoit un coup de couteau, du SANG coule de son corps. La ville de THIERS – la capitale française du couteau – est donc symbolique :

 

Un THIERS de SANG est égal à 33,3333...

 

En effet : 100÷3 = 33,3333

 

SANG = 100

 

100-33,3333 = 66,6666

 

Le chiffre de la Bête est le 666.

 

J'ai expliqué précédemment que la BÊTE est l'homme politique donc à travers le chiffre 66,6, Dieu associe Adolphe THIERS à la BÊTE. Il nous fait ainsi comprendre que c'est à cause de ces hommes politiques au pouvoir que le SANG coule dans les pays du THIERS Monde, d'où le COUTEAU pour symboliser les hommes qui s'entre-tuent, car les États impérialistes fabriquent et entretiennent des conflits tout autour de la planète. Pour les mener, ils forment et financent des chiens de guerre, avec ou sans uniforme, capables de tuer, de torturer, de violer. Ils s'appuient sur des groupes terroristes d'inspiration nationaliste ou religieuse, qui parfois se retournent contre eux. Le plus tristement célèbre fut ben Laden, formé par la CIA pour les besoins de la lutte contre les Russes en Afghanistan, puis organisateur de l'attentat contre le World Trade Center.61

Par ailleurs, en 1994, au Rwanda, des centaines de milliers de gens furent massacrés par l'armée du pouvoir Hutu et ses milices de supplétifs. Ce fut avec la complicité totale et même l'appui de la France, avec son assistance militaire avant et après le génocide. Car la France a misé sur cette clique militaire pour barrer la route à des rebelles qui remettaient en cause sa domination sur la région. Et cela « COUTE que COUTE », pour reprendre l'expression de l'ex-ministre socialiste des Affaires étrangères Hubert Védrine, interrogé des années plus tard sur la politique de Mitterrand au Rwanda, politique qu'il justifiait.62

Ainsi, Dieu nous fait comprendre que c'est à cause des clones d'Adolphe THIERS qui se succèdent au pouvoir depuis 150 ans, que des peuples du THIERS Monde s'entre-tuent à coup de COUTEAU.

 

Par ailleurs, en France, pendant des années, le taux normal de l'impôt sur les sociétés était de 33,33 %, c'est-à-dire qu'un THIERS des bénéfices des entreprises était prélevé par l'État.

Officiellement, les bénéfices des entreprises n'étaient taxés qu'à 33,33 % ce qui signifie que les capitalistes français accaparaient 66,6 % des bénéfices, et c'est la raison pour laquelle il y avait des millions de chômeurs dans notre pays car ces bénéfices n'étaient pas réinvestis intégralement dans la production pour créer des emplois. C'est LA raison pour laquelle il y a autant de chômeurs en France mais au lieu d'avouer cette vérité, pour préserver les intérêts de leur classe sociale, les hommes politiques au pouvoir accusent les chômeurs d'êtres responsables de leur situation. Ainsi, en septembre 2014, pour expliquer les mauvais chiffres du chômage, François Rebsamen, alors ministre du Travail, a déclaré vouloir « renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi ». En clair, il y aurait des chômeurs qui abusent, profitent et contribuent à creuser le déficit du pays. Et le ministre réclamait « un état d’esprit différent » se traduisant par « des convocations, des vérifications, […] sinon on est radié ». « Ainsi, la préoccupation du ministre n’était pas de lutter contre le chômage et faire en sorte que des emplois soient proposés aux travailleurs qui en étaient privés, mais de mettre l’accent sur le contrôle des chômeurs et sur la sanction le cas échéant.

Ces propos étaient scandaleux car, singeant ceux de la droite et de Nicolas Sarkozy, ils jetaient l’opprobre sur plus de 6 millions de personnes inscrites à Pôle emploi, auxquelles il fallait ajouter celles qui ne touchaient aucune aide de la part de l’État, soit du fait d’une radiation, soit parce qu’elles n'étaient tout simplement pas inscrites à Pôle emploi. Ce type de critique essentialiste véhiculant le discours "classes laborieuses, classes profiteuses", cher à la droite et à l’extrême droite, en disait long sur l’état de délabrement du parti socialiste et de ses dirigeants.

La déclaration du ministre était également malhonnête, car en focalisant son attaque sur les travailleurs privés d’emploi il laissait penser que la fraude des chômeurs représentait un coût considérable pour la collectivité, bien avant d’autres fraudes. Or la réalité était tout autre. Dans son rapport Lutte contre la fraude. Bilan 2012, la délégation nationale à la lutte contre la fraude nous apprenait que les montants de fraude détectée représentaient 39,2 millions d’euros pour Pôle Emploi, sur un total de fraude détectée de 4,629 milliards d’euros. Les "fraudes des chômeurs" ne représentaient que 0,8 % des fraudes détectées, alors que les fraudes fiscales constituaient 79 % du total, sachant que le syndicat Solidaires finances publiques estimait le manque à gagner du fait de la fraude et de l’évasion fiscales entre 60 et 80 milliards d’euros par an. Rebsamen préférait faire les poches des chômeurs pour leur soutirer quelques euros que de s’attaquer à des Cahuzac, des évadés fiscaux et des sociétés qui domiciliaient des milliards en toute impunité dans les paradis fiscaux. »63

Selon un sondage, 72 % des Français étaient d'accord avec Rebsamen donc c'était écœurant puisque Rebsamen le savait et c'est pour ça qu'il a stigmatisé les chômeurs. Il jouait avec un sentiment ambiant qui consiste à opposer les salariés, les travailleurs qui ont un emploi à ceux qui n'en ont pas. La réalité, c'est qu'aujourd'hui il y a des jeunes qui sont diplômés et qui n'arrivent pas à trouver de boulots. Des gens se font virer de leur boite à l'âge de 50 ans et ne peuvent pas retrouver un emploi parce qu'ils ne sont pas jugés rentables et ils crèvent d'une seule envie, c'est d'avoir un emploi. Et les chiffres annoncés par Rebsamen étaient tout à fait contestables et contestés par les organisations syndicales. Alors si le gouvernement veut s'attaquer aux fraudeurs, qu'il s'attaque à la fraude fiscale.64

Ainsi, le gouvernement a désigné les chômeurs comme BOUCS émissaires et c'est la raison pour laquelle Adolphe THIERS est né dans la commune de BOUC car Dieu nous fait comprendre que les chômeurs et les catégories de la population les moins « cotés » de la République, sont les BOUCS émissaires désignés par les hommes politiques de la bourgeoisie au pouvoir afin de trouver des excuses pour expliquer leur bilan désastreux. Comme je l'ai expliqué précédemment, étant donné que l'État ne prélevait qu'un THIERS des bénéfices des entreprises, les capitalistes accaparaient 66,6% des profits, donc Dieu nous révèle que c'est la raison pour laquelle il y a des millions de chômeurs dans notre pays puisque les capitalistes ne réinvestissent pas tous leurs profits dans la production et donc dans la création d'emplois. Nous en avons la preuve avec les 80 milliards d'euros par an cachés dans les paradis fiscaux. Ainsi, le responsable du chômage, c'est THIERS, c'est-à-dire l'homme politique au pouvoir et les 66,6 % des profits accaparés par les capitalistes, par conséquent, Dieu nous fait comprendre que le responsable, c'est le capitalisme et non les chômeurs qui sont utilisés par Adolphe THIERS comme BOUCS émissaires.

Les bourgeois comme Adolphe THIERS ont constamment dirigé la République et ils ont besoin de désigner des BOUCS émissaires pour diviser les classes populaires et les classes moyennes afin qu'elles ne se révoltent jamais contre les riches au pouvoir. Les bourgeois n'ont aucun point commun avec le peuple donc ils ont réussi à le soumettre par le meilleur des moyens, la division, qui consiste à disloquer ce grand corps majoritaire constitué de ceux et celles qui vendent leur force de travail manuelle et intellectuelle et qui représente aujourd'hui la grande majorité de la population. Le prolétariat, c'est-à-dire les travailleurs, n'ont jamais été aussi nombreux dans l'histoire du capitalisme et ils n'ont jamais eu aussi peu conscience d'exister. Les dominants au pouvoir ont réussi à faire en sorte qu'ils se jalousent des miettes, à faire en sorte qu'ils pensent qu'il y a une grande division fondamentale entre le secteur public et le secteur privé, entre les chômeurs et les salariés, entre les salariés et les retraités, entre les hommes et les femmes, entre les Français et les immigrés.65

 

Les dominants sont experts dans l'art de nous diviser. Par exemple, en février 2016, le député du Haut-Rhin Éric Straumann, des Républicains, a fait adopter une délibération qui subordonnait le versement du RSA a un engagement bénévole. Il y a eu alors un grand buzz médiatique, le journal de 20H s'est emparé de l'affaire et les bénéficiaires du RSA étaient ainsi stigmatisés, car soupçonnés par la droite d'être des fainéants, donc le débat était lancé pour savoir si nous devions les obliger à faire du bénévolat. Au même moment, le gouvernement s'en prenait une nouvelle fois aux chômeurs, en étudiant la mise en place de la dégressivité des allocations chômage, c'est-à-dire la baisse des allocations pour soi-disant motiver les chômeurs à rechercher du travail, là encore, les dominants les soupçonnaient de ne pas vouloir travailler. C'était une provocation, et c'était vraiment la double peine car les chômeurs sont des hommes, des femmes qui ne trouvent pas de travail, ils sont suspendus à leur téléphone pour décrocher quelques heures de travail, ici et là. Ils ont parfois été mis à la porte après toute une vie de travail, et ils n'en peuvent plus justement de ce chômage surtout quand il est de longue durée, et là, on osait les présenter comme des profiteurs, comme des fainéants. C'est une petite musique qu'on entend régulièrement. Alors concernant les bénéficiaires du RSA, ça venait d'un département qui était géré par Les Républicains, mais on pouvait faire un parallèle avec les mesures prises par le gouvernement qui s'en prenait au contrôle des chômeurs. C'est exactement la même logique. La bourgeoisie au pouvoir essaie de nous faire croire que finalement les chômeurs ne cherchent pas du travail, ils se sentent bien dans leur situation. Cette petite musique nous qui dit que finalement ces femmes et ces hommes sont des assistés, et c'est à rapprocher de cette volonté du gouvernement de diminuer les indemnités chômage avec la dégressivité. Alors c'est le monde à l'envers puisque les profiteurs, les grands assistés, ce n'est pas à regarder de ce côté-là, c'est à regarder du côté des plus riches qui bénéficient de 170 milliards de niches fiscales chaque année ; c'est à regarder du côté du grand patronat qui a été gavé de centaines de milliards d'argent public mais qui a quand même licencié, donc c'est lui le premier responsable de ce chômage de masse dont toute la société est en train de crever. Alors s'il y avait des contrôles à effectuer, ce serait justement d'aller contrôler ce qu'ont fait ces grands groupes capitalistes des dizaines, des centaines de millions qu'ils ont touché au nom du CICE (le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi). Car qu'ont-ils fait de tout cet argent ? La plupart de ces grands groupes, que ce soit La Poste, l'industrie automobile ou même Carrefour, ils ont supprimé des emplois : alors c'est là qu'il y aurait des contrôles à faire. Et puis ont sait très bien que cette grande bourgeoisie, son sport favori c'est l'évasion fiscale, ce sont des dizaines et des dizaines de milliards... Voilà ce qu'il faut regarder, et voilà comment fonctionne notre société, c'est un système capitaliste où finalement l'argent va à l'argent, or qui les médias et la classe politique montrent du doigt ? Et bien les travailleurs qui sont au chômage. On nous dit ainsi que si la société va mal, c'est parce qu'ils se complaisent dans le chômage, ou parce qu'ils ne veulent travailler « que » 35H par semaine, ou parce qu'ils en demandent trop.66

 

Les dominants ont ainsi réussi à nous diviser. « Les pauvres s’auto-flagellent et cherchent des solutions en impliquant plus pauvres qu’eux, ils sont prêts à faire des sacrifices, alors que les riches demandent sans cesse des subventions et des avantages fiscaux pour accroître leur compte en banque. Les pauvres sont résignés et acceptent facilement une baisse de leur faible revenu, alors que les plus riches ne cèdent pas un centime. Les pauvres montrent du doigt un autre pauvre prétendument fraudeur, alors que les riches n’accusent jamais un autre riche, toutes leurs attaques ont systématiquement les pauvres pour cible. Solidarité de classe oblige !

Ceux qui se prélassent dans un luxe infini ont réussi à faire passer le message que les problèmes de notre pays venaient des pauvres : ils ne travaillent pas assez, ils ont trop d’avantages, trop de congés, trop assistés…, ils sont trop forts ces riches, mais tant qu’il y aura des pauvres assez naïfs pour dire : "Heureusement qu’il y a des riches pour nous faire travailler", ils n’auront rien à craindre ! »67

« En l’espace de quelques années, la droite a ainsi réussi un véritable tour de force : transformer les opprimés et les déshérités en ennemis des classes populaires. La femme de ménage épuisée peste contre le RMIste du palier, l’ouvrier au chômage se met à haïr le travailleur étranger et le Rom pourchassé, les militants syndicaux sont présentés comme des privilégiés, et le fonctionnaire est montré du doigt. Pendant ce temps, on oublie les revenus faramineux des grands patrons et les dividendes indécents des actionnaires du CAC 40.

Force est de reconnaître que la pseudo gauche, sous Hollande, a continué le travail de sape contre la population la plus fragilisée. Et dans le même temps les affaires de fraude fiscale ont éclaté dans les plus hautes sphères du pouvoir. Sacrifice et austérité pour les uns et champagne et caviar pour les autres. Mais plutôt que de songer à vous rebeller, le gouvernement préfère que vous continuiez à dormir ! »68

« En fait la réalité, c’est que la France n’a jamais été aussi riche, elle figure même au troisième rang mondial des millionnaires. Côté pile, la richesse en France a explosé, les patrons du CAC 40 gagnent en moyenne 200 fois le Smic, 5 % de la population possèdent plus de 50 % du patrimoine, et les 10 plus grosses fortunes possèdent à elles seules 15 millions d’années de Smic. Mais côté face, ce sont presque neuf millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiel, six millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés… Alors, on réagit ou on continue à dormir ? »69

 

« Comment expliquer qu'un système économique et social aussi injuste et inégalitaire soit accepté par la plupart des Français ? Faut-il parler de servitude volontaire, à la manière d'Étienne de La Boétie, qui écrit : ''C'est le peuple qui s'asservit, car non seulement il obéit, mais il sert ceux qui le dominent.'' L'idée de servitude involontaire est certainement plus juste tant les dominants font ce qu'il faut pour asservir le peuple tout en lui donnant l'illusion de la liberté de ses choix. Car la servitude passe d'abord pas l'intériorisation des bonnes raisons que les plus riches font miroiter pour faire valoir leurs intérêts au nom de l'intérêt général.

Par l'intermédiaire du droit, de l'art et de la culture, les dominants parviennent à généraliser et à universaliser leurs valeurs, leurs modes de vies et leurs intérêts économiques et financiers. C'est ainsi que "leur" droit devient "le" droit, "leur" lois, "les" lois, "leur" crise, "la" crise. Leur patrimoine est reconnu comme "le" patrimoine national''. Le droit est conçu par et pour ceux qui cumulent richesses et pouvoirs. Mais cet arbitraire doit être caché, méconnu pour exercer son "efficacité symbolique", comme l'écrit Pierre Bourdieu, et obtenir la reconnaissance, voire la complicité des dominés. Si la mystification inaugurale de la loi présentée comme émanant de la volonté du peuple, alors qu'elle reflète avant tout celle des princes, était dévoilée, elle pourrait remettre en cause le respect des lois et le principe même de l'obéissance civile. Ce n'est pas un hasard si le droit n'est pas enseigné dans le système scolaire français, en dehors des établissements universitaires spécialisés. »70

 

« L'idée d'un changement radical peut faire peur, mais à tord. Tout au contraire, puisque le chaos c'est maintenant et qu'il est installé dans une spirale infernale. Il n'y a pas d'autre solution que de rompre avec un capitalisme devenu irresponsable, l'appât du gain immédiat faisant perdre le sens du possible et de la solidarité. Il faut faire rendre raison à ce système économico-politique qui a fait son temps. Sa perpétuation ne pourrait déboucher que sur une déflagration mondiale où le sens de l'intérêt collectif laisserait sa place à une régression atroce par rapport aux acquis de l'époque des Lumières. Avec l'obscurité de la nuit réactionnaire pour quelques siècles. »71

 

En tout cas, Dieu multiplie les signes pour nous révolter et il nous révèle que le RICHE est responsable de la pauvreté dans le monde.

En effet, dans son rapport 2014, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) révélait que sur les 7 milliards d'êtres humains recensés en 2011 par l'ONU, plus de 2,2 milliards étaient pauvres ou en passe de le devenir, c'est-à-dire un THIERS de l'humanité, donc à travers le bourgeois Adolphe THIERS, Dieu nous fait comprendre que le RICHE, est responsable de la pauvreté dans les pays du THIERS monde.72

 

Sous l'Ancien Régime, le TIERS état désignait les députés aux États généraux et il défendait les intérêts de la BOURGEOISIE.

Depuis Adolphe THIERS, tous les présidents de la République défendent uniquement les intérêts de la BOURGEOISIE. Pendant la campagne présidentielle de 2012, François Hollande a déclaré lors d'un meeting au BOURGET : « mon véritable adversaire c'est la finance » mais deux ans plus tard, il nommait comme ministre de l'Économie Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires devenu millionnaire en travaillant à la banque Rothschild. Hollande a ainsi exécuté servilement les quatre volontés de la grande BOURGEOISIE et des banquiers. Pourtant, Hollande a été élu sur le slogan : « le changement, c’est maintenant ». Ensuite, la situation des travailleurs a effectivement changé... en pire. En pire parce qu’il y a eut un million de chômeurs de plus, parce que les conditions de travail sont devenues plus dures et que le niveau de vie a baissé.

Dès son arrivée au pouvoir, Hollande a jeté aux orties son programme de campagne pour adopter la ligne patronale - démantèlement des droits sociaux, allègement du coût du travail et chantage à la réduction de la dette. On en connaît le résultat : un grand patronat qui a traversé le plus gros de la crise sans perdre un euro et le monde ouvrier sacrifié sur l’autel de la compétitivité et des licenciements. Il y a très longtemps, lorsque le mouvement socialiste était digne de ce nom, il défendait les intérêts matériels et politiques des travailleurs. Il luttait contre l’exploitation patronale, dénonçait la loi du profit et se fixait pour but de renverser la bourgeoisie.

Aujourd’hui, le PS est passé dans le camp patronal et en est un serviteur fidèle. Il ne s’agit pas seulement de Hollande, de Valls ou de Macron mais bien du PS dans son ensemble. Dans ses discours, le PS tient à faire entendre une petite musique sociale, mais au pouvoir il ne jure que par la rentabilité et la compétitivité patronale, par la croissance des affaires de la bourgeoisie. Il a ainsi poursuivit cette politique pour consacrer toujours plus d’argent à ceux qui en ont déjà beaucoup, vidé les poches de ceux qui travaillent, de ceux qui font vivre le pays, jusques y compris les plus démunis.73

L'adversaire de François Hollande n'était pas la finance, c'était le peuple mais ce dernier n'a pas conscience qu'une guerre des classes est en train de se dérouler sous ses yeux et qu'il est en train de se faire laminer. Ainsi, comme les riches refusent que l’on touche à leur vie indécente, la classe dominante a fait payer la classe moyenne et les pauvres (hausse des prix et/ou taxes du Gaz, timbres, redevance TV, diesel…) « Comme il est hors de question de toucher aux taux de rendement des actionnaires et de rentabilité du capital financier ainsi qu’à celui des pensionnaires (détenteurs des fonds de pension), la classe dominante a prolongé le temps de travail, dégraissé et supprimé des postes de fonctionnaires, augmenté le taux de TVA et bloqué ou baissé les bas salaires ainsi que ceux des fonctionnaires…

Comme il n’est pas question de s’attaquer aux difficultés de vie des gens modestes : de lutter contre le chômage, de mettre un terme à la pauvreté et à la misère (un français sur cinq trouve des difficultés à payer ses factures GDF/EDF…), la classe dominante a occupé les citoyens avec le terrorisme afin de les soumettre par la peur pour mieux leur faire avaler le coût et les conséquences de la guerre ainsi que les séries de lois liberticides et "sécuritaires".

Comme il n’est pas question de tirer vers le haut le niveau de vie des citoyens, la classe dominante a braqué les projecteurs sur les pseudo-privilégiés de la SNCF, d’EDF, de La Poste, de l’Éducation Nationale bref de tous ceux qui ont un statut de fonctionnaire : BOUC émissaires idéals… Comme l’heure est à la collaboration de classes (de certains syndicalistes, intellos et politiques), à la résignation et à l’impuissance, les dominants ont monté les non grévistes contre ces "égoïstes" qui (se) manifestent et résistent pour les contraindre, eux aussi, à cette soumission volontaire que les gouvernants cherchent à imposer… »74

Les dominants nous livrent ainsi une véritable guerre et le climat est finalement favorable à une révolution car la crise, le chômage, l’aggravation de l’exploitation finiront par faire surgir parmi les exploités des femmes, des hommes, des jeunes qui n’accepteront plus cette situation et qui se donneront pour objectif de créer une force politique qui soit la leur, qui s’oppose clairement à la grande bourgeoisie possédante, avec pour perspective ultime de renverser sa domination sur la société. Dieu a donc multiplié les signes pour nous unir dans un même parti politique afin de renverser la bourgeoisie et créer une société sans classe.

 

OLIVIER Besancenot essaie de nous faire comprendre qu'une guerre des classes se déroule sous nos yeux et il nous appelle à renverser la bourgeoisie mais pratiquement personne ne l'écoute, donc Dieu nous a envoyé le signe suivant pour nous montrer le vrai visage de la bourgeoisie qui nous gouverne.

 

L'homme politique Émile OLLIVIER (1825-1913) était l'un des principaux détracteurs d'Adolphe Thiers, il déclara à son sujet :

« Thiers n'a eu aucune notion de la véritable politique moderne qui doit être avant tout sociale, c'est-à-dire tendre toujours et par tous les moyens justes à l'amélioration intellectuelle et morale du plus grand nombre. Il n'a pas aimé le peuple ; il ne lui a donné ni une pensée ni un mouvement de sympathie. Le spectacle de la misère ne lui a jamais arraché un de ces accents pathétiques qu'on retrouve dans la plupart de nos célèbres contemporains. Selon lui, il n'y avait que deux sortes de gens, ceux qui mangent les autres et ceux qui sont mangés ; l'esprit consiste à se ranger parmi les mangeurs. Tout entier à ses intrigues politiques et au besoin de se pousser, il n'a pas ressenti le ''Misereor super turbam'', la pitié sur la foule ; il n'a su que la mitrailler, la déporter et la duper. »75

 

Émile Ollivier est mort à l'âge de 88 ans.

 

88 = HH

 

HH est l'abréviation de Heil Hitler, le salut nazi.

 

ADOLF HITLER = ADOLPHE THIERS

 

« Il n'y avait que deux sortes de gens, ceux qui mangent les autres autres et ceux qui sont mangés ; l'esprit consiste à se ranger parmi les mangeurs. »

 

CAPITALISME = CANNIBALISME

 

Le digne héritier d'Adolphe Thiers, François Hollande, nous appelle les « SANS-DENTS » car contrairement à lui, durant son quinquennat, nous n'étions pas capables de dévorer le corps de millions d'êtres humains pour engraisser notre classe sociale de profits.

 

Valérie Trierweiler, l'ancienne compagne de François Hollande, a écrit un ouvrage dans lequel elle évoque les neuf années qu'elle a passé à ses côtés. Dans ce livre, elle revendique ses origines modestes, fille d’un père handicapé sans emploi et d’une caissière de patinoire, elle raconte notamment la rencontre entre sa famille et le président. Alors que toute la famille était réunie pour le repas de Noël, Hollande s'est tourné vers Trierweiler en lui disant : « Elle n’est quand même pas jojo (jolie) la famille Massonneau ». L’ex-compagne déclare avoir reçu cette phrase comme une « gifle », à laquelle elle répond dans son livre : « Pas jojo la famille Massonneau ? Elle est pourtant tellement typique de ses électeurs ! » ; Avant de conclure sans mâcher ses mots : « Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé : “les sans-dents” très fier de son trait d’humour ».

Le livre a été publié le 4 septembre 2014 et le journal de 20H de France 2 a évoqué la sortie de ce livre la veille, le 3 septembre. Cet ouvrage montrait ainsi le vrai visage de François Hollande, et France 2 était ennuyée de devoir en parler car cette chaîne d'État essaye quotidiennement de nous faire croire que les bourgeois qui dirigent le pays aiment le peuple, qu'ils sont à son service, donc le sujet sur la sortie du livre de Valérie Trierweiler n'a pas fait la « Une » du journal et il a fallu attendre 25 minutes avant que David Pujadas n'en parle alors que les révélations du livre étaient importantes puisqu'elles révélaient la vraie nature de François Hollande. France 2 a donc fait venir sur le plateau du journal de 20H la responsable du service politique de la chaîne, Nathalie Saint-Cricq, pour décrédibiliser Valérie Trierweiler.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 4-septembre-2014.png.

 

Elle déclarait ainsi : « Trierweiler raconte son couple, sa jalousie, sa séparation, sa dépression, avec beaucoup de détails intimes voire impudiques. Toutes ces choses relèvent totalement de la vie privée. Ensuite, c'est SA vision de leur histoire, SA vision de François Hollande, une version forcément sujette à caution tant sa volonté de revanche, son envie de régler ses comptes affleure à chaque page. » David Pujadas a alors ajouté : « Voilà pourquoi nous n'avons pas décidé de rentrer dans les détails de ce livre. » Nathalie Saint-Cricq enchaînait : « À l'Élysée, on est atterré. C'était d'ailleurs l'effet escompté par Valérie Trierweiler. Le chef de l'État n'a d'ailleurs appris l'existence de ce livre que lundi soir, quelques heures avant nous tous. Un livre dont l'impact est difficilement mesurable. Ce qui est certain, c'est qu'il ne grandit ni la fonction présidentielle, ni la politique, il grandit encore moins son auteure. »

L'objectif de France 2 était donc de démolir Valérie Trierweiler afin de défendre l'honneur de François Hollande car il était capital pour la bourgeoisie française que les couches populaires ne prennent pas conscience que les riches au pouvoir ne les aimaient pas, et que pire, ils se foutaient carrément de leur gueule. France 2 a ainsi insisté sur « la volonté de revanche » de Valérie Trierweiler pour que Pujadas puisse dire : « Voilà pourquoi nous avons décidé de ne pas rentrer dans les détails de ce livre. » Ainsi, le journal de 20H de France 2 avait une excuse pour ne pas révéler à des millions de téléspectateurs français la vraie nature de François Hollande, c'est-à-dire la vraie nature des hommes politiques et du 1 % qui nous dirigent.

 

Le journal de 20H de France 2 a ainsi évoqué le 3 septembre 2014 la sortie du livre de Valérie Trierweiler, et le 3 septembre est un jour symbolique car Adolphe Thiers est mort le 3 septembre 1877.

Donc à travers la date du 3 septembre, Dieu nous fait comprendre qu'à l'instar d'Adolphe Thiers, François Hollande n'aime pas les pauvres et il nous montre ainsi le vrai visage des hommes politiques qui nous dirigent.

Je rappelle les propos d'Émile Ollivier :

«Thiers n'a eu aucune notion de la véritable politique moderne qui doit être avant tout sociale, c'est-à-dire tendre toujours et par tous les moyens justes à l'amélioration intellectuelle et morale du plus grand nombre. Il n'a pas aimé le peuple ; il ne lui a donné ni une pensée ni un mouvement de sympathie. Le spectacle de la misère ne lui a jamais arraché un de ces accents pathétiques qu'on retrouve dans la plupart de nos célèbres contemporains. Selon lui, il n'y avait que deux sortes de gens, ceux qui mangent les autres et ceux qui sont mangés ; l'esprit consiste à se ranger parmi les mangeurs. Tout entier à ses intrigues politiques et au besoin de se pousser, il n'a pas ressenti le ''Misereor super turbam'', la pitié sur la foule ; il n'a su que la mitrailler, la déporter et la duper. »

Adolphe Thiers est mort le 3 septembre 1877 et nous avons appris que François Hollande n'aimait pas les pauvres, à l'instar d'Adolphe Thiers, le 3 septembre 2014, soit exactement 137 ans plus tard.

 

13 7 = 13 juillet

 

Jules CESAR est né un 13 juillet donc Dieu nous fait comprendre que durant son quinquennat, François Hollande défendait uniquement les intérêts de CESAR, c'est-à-dire les intérêts du RICHE, car Hollande n'aime pas les pauvres, il n'aime pas le peuple et il nous a « dupé » en nous faisant croire le contraire afin de permettre à sa classe sociale de régner continuellement sur nous.

 

« II n'y a que deux sortes de gens, ceux qui mangent les autres et ceux qui sont mangés ; l'esprit consiste à se ranger parmi les mangeurs. »

 

Adolphe Thiers et François Hollande sont dans le camps de ceux qui mangent les autres pour dominer le monde et ils nous appellent les « sans-dents » puisque nous ne sommes pas prêts à dévorer des millions d'êtres humains pour nous engraisser de profits, afin que notre classe sociale règne sur le monde.

 

ADOLPHE THIERS = ADOLF HITLER

 

François Hollande est le 24e président de l'histoire de la République.

 

Le chef-lieu du département 24 est la ville de PÉRIGUEUX.

 

Un GUEUX est un miséreux donc Dieu nous révèle que François Hollande n'aime pas les pauvres parce qu'il les considère comme des GUEUX, des sous-hommes, et c'est la raison pour laquelle, à cause de ces hommes politiques, des millions de GUEUX PÉRISSENT chaque année.

 

24 se prononce 20 4 et ADOLF HITLER est né un 20 4 (20 avril).

 

Dieu compare François Hollande à Adolf Hitler car Hollande défend un système économique qui extermine des millions d'êtres humains chaque année pour permettre à sa classe sociale de se « goinfrer » de profits dans les pays du THIERS monde, et Hollande nous prouve qu'il n'aime pas les pauvres puisqu'il n'exprime jamais aucun remord envers les millions de pauvres du THIERS monde qui meurent de faim et de maladies chaque année.

 

CESAR = RACES

 

À l'instar des nazis, François Hollande a établi une hiérarchie au sein de l'espèce humaine dans laquelle les riches sont tout en haut et les pauvres, qu'il appelle les « sans-dents », sont tout en bas. Et lorsqu'il était au pouvoir, il faisait mine d'avoir de la compassion envers les pauvres de son pays alors qu'il exterminait dans le même temps les « sans-dents » des pays du THIERS monde. Car comme le disait l'un de ses modèles, François Mitterrand : « Dans ces pays-là, un génocide n'est pas très important ».

 

Le 5 septembre 2014, lors d'une conférence de presse dans le cadre d'un sommet de l'Otan, François Hollande s'est exprimé sur la sortie du livre de Valérie Trierweiler et concernant le passage du livre révélant qu'il n'aime pas les pauvres, il a déclaré ceci :

« Je n'accepterai jamais, je dis bien jamais que puisse être mis en cause ce qui est l'engagement de toute ma vie. Je ne vais pas laisser mettre en cause la conception de mon action au service des Français et notamment de la relation humaine que j'ai avec les plus fragiles, les plus modestes, les plus humbles, les plus pauvres parce que je suis à leur service et parce que c'est ma raison d'être, tout simplement ma raison d'être. »

Quel comédien ! Il voulait nous faire croire qu'il était au « service » des pauvres, que c'était sa « raison d'être », alors que depuis qu'il était au pouvoir, il servait uniquement les riches en faisant les poches des pauvres. Il a ainsi donné des centaines de milliards d'euros au patronat, et les actionnaires ont continué à engranger des dividendes records alors que dans le même temps, il faisait payer la crise aux Français les plus modestes. Quelques jours auparavant, il avait envoyé son ministre du Travail cracher son venin pour essayer de faire croire aux Français que le taux de chômage était élevé car les chômeurs ne voulaient pas travailler, donc qu'il ne nous dise surtout pas qu'il était au service des pauvres puisqu'il stigmatisait les pauvres afin de cacher son incompétence. Il essayait de nous faire croire dans son discours qu'être au service des pauvres était sa « raison d'être », or il a laissé chaque année des centaines de SDF mourir de froid dans la rue alors qu'il y avait 2,6 millions de logements vides en France ! Qu'il arrête son baratin car les faits nous ont prouvé tous les jours qu'il n'aimait pas les pauvres. En plus, il n'a fait que traquer les Roms et les sans-papiers durant son quinquennat donc il s'est acharné sur les pauvres parce qu'il ne les aime pas, qu'ils soient Français ou « étrangers ».

Le pire, c'étaient les commentaires des « journalistes » du journal de 20H de France 2 qui ont essayé de nous faire croire que François Hollande était sincère lors de son discours. Ainsi, selon le journaliste Jeff Wittemberg, il avait « la voix nouée » et « derrière la fermeté du propos, une émotion qu'on avait rarement constaté chez François Hollande. »

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5-septembre-2014-4.png.

 

La journaliste Maryse Burgot ajoutait pour en remettre une couche : « Je peux vous dire que dans cette salle exiguë où il s'est exprimé l'ambiance était lourde et l'émotion palpable chez le président comme chez ses conseillers. »

Pour protéger son règne, la bourgeoisie essayait ainsi de nous faire croire que François Hollande était « ému », c'est-à-dire sincère et donc qu'il aimait réellement les pauvres alors que c'était un mensonge et il n'y avait aucune émotion particulière lors de ce discours. Dans ce cas-là, on peut aussi dire que lors de la campagne présidentielle, il y avait de l'émotion dans sa voix lorsqu'il a déclaré au meeting du BOURGET : « mon véritable adversaire, c'est la finance ! ». Or quand il a pris le pouvoir, il a été au service de la finance et quelques jours avant les révélations de Valérie Trierweiler, il venait de nommer un banquier multimillionnaire en tant que ministre de l'Économie, donc on sait tous que les hommes politiques sont des acteurs et on sait dorénavant que les journalistes le sont également.

 

BOURGET = BOURGE T

 

T = 20

 

20 = VIN

 

Les BOURGES essayent de nous manipuler lors du journal de VIN heures et ça marche puisqu'on leur donne les pleins pouvoirs tous les 5 ans alors qu'ils ne nous aiment pas et ils se foutent bien de notre gueule en privé.

 

Le journal de VIN heures de France 2 ne s'est pas arrêté là car après Jeff Wittemberg et Maryse Burgot, nous avons eu le droit à l'interview du journaliste Alain Duhamel, le beau-frère de Nathalie Saint-Cricq, qui était invité sur le plateau du journal de 20H.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5-septembre-2014-2.png.

 

Voici quelques extraits :

 

Laurent Delahousse : « Vous l'avez trouvé ému le président de la République ? »

 

Alain Duhamel : « Je l'ai rarement vu aussi ému de ma vie. Je l'ai rencontré une centaine de fois. Là, d'abord, il avait la voix blanche, ensuite il donnait l'impression de deuil et de colère aussi notamment dans la réponse qui concernait le livre de Valérie Trierweiler. »

 

Delahousse : « C'est l'homme qui parle ou le président de la République quand vous l'entendez là ? »

 

Duhamel : « Quand je l'entends répondre au livre de Valérie Trierweiler, c'est l'homme qui répond, l'homme blessé à son tour et c'est celui qui ne veut en aucun cas qu'on puisse imaginer qu'il traite avec désinvolture les plus modestes. »

 

Nous sommes véritablement en face de la lutte d'une classe sociale contre les autres classes et Alain Duhamel défend sa classe : celle des riches, car pour continuer à régner sans contestation, le peuple doit croire la sincérité de François Hollande qui était alors le premier défenseur des intérêts de la bourgeoisie. Il est évident que les riches au pouvoir ne nous aiment pas et qu'ils se moquent de nous en privé mais ils parviennent à nous faire croire le contraire étant donné que ces bourgeois sont intelligents, ils s'expriment bien et contrôlent les médias donc ils se font passer pour des humanistes emplis de compassion pour le peuple en essayant de nous faire croire qu'ils sont à notre service car selon François Hollande, « c'est le but de son engagement politique », alors que c'est uniquement le pouvoir et l'argent qui les intéressent mais tant que nous laisserons le pouvoir entre les mains de la classe dominante, on nous dira tout le contraire à la télévision.

 

À la fin de l'interview, Laurent Delahousse a posé cette question à Duhamael : « À qui pourrait profiter tout ça ? On voit le Front National à 25 %, un éventuel recours ? ». Duhamel a répondu : « Écoutez, un éventuel recours, à droite, c'est forcément Juppé et Sarkozy. »

Sauf que les Juppé, Sarkozy ou encore Le Pen et Mélenchon appartiennent à la même classe sociale : celle de la bourgeoisie, et ces riches n'aiment pas les pauvres mais ils ont besoin de leur vote pour permettre à leur classe sociale de régner alors ils vous font croire qu'ils sont à votre service mais depuis le temps, vous commencez à comprendre que ce sont tous des arnaqueurs donc lorsque Delahousse pose la question : « À qui pourrait profiter tout ça ? » La réponse est à NOUS ! À notre classe sociale ! Donc nous allons prendre le pouvoir pour « plafonner » les revenus et ainsi redistribuer équitablement les richesses afin que tous les pauvres de notre pays, et ultérieurement ceux du monde entier, puissent vivre dignement, car nous aimons réellement les pauvres contrairement aux bourgeois qui dirigent notre pays. Ils nous manipulent avec leurs médias en essayant de se faire passer pour des saints et le pire avec le journal de 20H de France 2, c'est que la bourgeoisie nous manipule avec NOTRE argent puisque c'est le contribuable français qui payait les salaires de David Pujadas, Laurent Delahousse, Nathalie Saint-Cricq, Maryse Burgot, Jeff Wittemberg ou François Lenglet. Donc quand allons-nous enfin empêcher la bourgeoisie de nous manipuler et de se goinfrer avec NOTRE argent ?

 

En 2017, les plus pauvres ont notamment voté pour Marine Le Pen mais si elle arrivait au povoir, elle ne défendrait pas vos intérêts étant donné qu'elle appartient à une famille multimillionnaire et elle utilise les mêmes méthodes que François Hollande pour régner, car lorsque ce dernier stigmatise les chômeurs, Marine Le Pen stigmatise les immigrés donc ils appartiennent à la même espèce puisqu'ils divisent les classes populaires et les classes moyennes pour les empêcher de s'unir et ainsi garder le pouvoir en main. La bourgeoisie divise pour mieux régner car les chômeurs, les immigrés, les travailleurs, appartiennent à la même classe sociale d'exploités et la bourgeoisie sait pertinemment que le jour où nous serons enfin capables de nous unir, elle sera éjectée pour l'éternité du pouvoir.

 

Les bourgeois ont raison, nous sommes effectivement DES SANS DENTS car nous sommes les DESCENDANTS des Gaulois et nous allons mener une lutte acharnée contre César afin de prendre le contrôle de la Gaule, qui nous appartient avec toutes ses richesses qu'il y a à l'intérieur, alors il est hors de question qu'une minorité de parasites continuent à les accaparer plus longtemps.

 

Les BOURGES vont essayer de vous manipuler à travers LEURS médias en se faisant passer pour des saints, mais Dieu a multiplié les signes pour que vous ne tombiez pas dans leur piège car le 5 septembre 2014, lors du journal de 20H de France 2, dans lequel les journalistes essayaient de nous faire croire que François Hollande avaient un COEUR, nous apprenions également qu'un COEUR artificiel avait été greffé à un patient de l'hôpital Hôtel-DIEU à NANTES.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 5-septembre-3.png.

 

Dans NANTES, il y a toutes les lettres du mot SATAN.

 

DIEU nous faisait ainsi comprendre que François Hollande, c'est-à-dire SATAN, n'avait pas de COEUR et c'est évident puisqu'il défend un système économique qui extermine des millions de pauvres chaque année, mais les journalistes à la télévision lui ont greffé un COEUR artificiel en nous faisant croire qu'il était sincère lorsqu'il affirmait être empli de compensation pour les pauvres.

Vous verrez, quand mon site internet commencera à avoir du succès, les médias vont greffer un COEUR artificiel aux capitalistes, aux riches et aux hommes politiques, en faisant croire qu'ils se soucient des pauvres et qu'ils apportent la prospérité au plus grand nombre. Ils me traiteront de menteur et diront que le système capitaliste est le meilleur des systèmes économiques car il réduit la pauvreté, or c'est un mensonge étant donné que le capitalisme maintient la pauvreté donc n'oubliez pas ce signe quand vous verrez des journalistes corrompus greffer un COEUR artificiel à SATAN.

 

François Hollande se moque des pauvres, qu'il appelle les « sans-dents », car les pauvres n'ont pas assez d'argent pour se faire poser des implants chez le dentiste. Et s'ils n'ont plus de dents, c'est parce que lors de chaque élection présidentielle, une partie d'entre eux fait confiance à des hommes politiques comme François Hollande qui mentent comme des arracheurs de dents, par conséquent, les pauvres n'ont plus de dents étant donné qu'ils votent pour des bourgeois qui une fois au pouvoir les maintiennent dans la pauvreté afin de continuer à enrichir leur classe sociale. Aujourd’hui, une bonne partie des pauvres vote pour cette grande bourgeoise de Marine Le Pen, elle est issue d'une famille multimillionnaire, et il est évident qu'elle ment comme une arracheuse de dents car comment peut-elle prétendre améliorer la vie des pauvres sans toucher aux profits des capitalistes ? Où va t-elle trouver l'argent ? Encore une fois, elle ment, puisque ceux qui promettent une politique favorable aux travailleurs sans s'engager à combattre la bourgeoisie, ne sont que des bonimenteurs. On ne combattra pas le chômage sans empêcher le grand patronat de licencier. On ne répartira pas le travail entre tous et on ne créera pas d'emplois sans prendre l'argent où il est, c'est-à-dire sur les dividendes des grands actionnaires. On ne préservera pas nos conditions de vie sans combattre la mainmise des banquiers et le chantage des financiers au paiement de la dette. Le capital financier, responsable de la crise, s'est déjà largement remboursé sur notre dos, les classes populaires n'ont plus à se saigner pour lui76. Donc c'est à défendre et à se battre pour une telle politique que notre classe sociale doit se préparer, alors ne croyez pas ces bourgeois qui mentent comme des arracheurs de dents, et vous commencez à le comprendre depuis le temps.

Alors la question est désormais de savoir quand allons nous nous révolter contre la violence de ces riches qui sont au pouvoir ? Ils rackettent les pauvres en volant leur argent, ils les frappent quotidiennement si bien qu'ils n'ont plus de dents tellement ils ont reçu de coups en se faisant dépouiller tout au long de leur vie. En fait, « nous vivons exactement la tragique situation des femmes battues, car dans leur cas, ce sont toujours les mêmes questions qui reviennent : Pourquoi restent-elles malgré la violence ? Pourquoi prennent-elles le risque de rester avec des hommes qui ne les aiment plus et qui les détruisent ? Pourquoi leur trouvent-elles toujours des excuses ? Pourquoi se voilent-elles la face ? Pourquoi exposent-elles leurs enfants, qui eux aussi, risquent d’être maltraités. Pourquoi se sentent-elles inférieures, seules abandonnées ?

Et les réponses que l’on peut donner sont : Souvent par peur, car elles savent qu’ils pourront les retrouver et que ce sera alors encore pire. De plus le bourreau est généralement un manipulateur, qui sait se montrer extrêmement gentil hors de "ses crises", il sait parfaitement comment se faire pardonner et se mettre dans la position de victime (je suis malheureux d’être comme ça, je ne vaux rien…). Ces hommes qui frappent, humilient, insultent leur moitié et prétendent les aimer sont des menteurs.

Et dans la situation que vivent les Français, les mêmes questions se posent : pourquoi les violences faites à leurs conditions de vie, les fait revoter pour ceux là même qui les précarisent ? Pourquoi se voilent-ils la face derrière l’immigré, l’étranger, le jeune ou le fonctionnaire, pour excuser la dégradation de leur existence ? Pourquoi prennent-ils le risque de redonner le pouvoir à des hommes qui détruisent leur protection sociale ? Pourquoi ne protègent-ils pas leurs enfants de la cupidité d’actionnaires, de rentiers et de banquiers rapaces, tous amis des hommes qu’ils élisent ? Pourquoi pensent-ils que la politique est une affaire de spécialiste et qu’ils n’y ont pas leur place ?

Et ce sont les mêmes réponses que l’on peut donner : Souvent par peur, car la propagande médiatique leur prédit le pire s’ils osent changer de système. Parfois aussi par bêtise : ils croient que c’est le chômeur ou le RMiste qui est responsable de la situation, et que c’est l’immigré ou le fonctionnaire qui est responsable de la dette.77 » De plus l’homme politique sait se monter « gentil » lorsqu’il vient « serrer des mains », ou lorsqu’il sait « s’apitoyer à la télé » sur le sort d’une victime d’agression, ou encore lorsqu'il fait croire que servir les pauvres « est sa raison d'être ». Mais ces hommes qui nous méprisent, qui nous exploitent et prétendent s’intéresser à notre sort sont des manipulateurs et des menteurs.

« Alors, pourquoi ne pas oser ! Vous n’avez rien à perdre, juste la peur à surpasser ! Il faut savoir dire stop contre la violence quelle qu’elle soit, l’idéal est de réagir à la première attaque, car forcément il y en aura d’autres. Ensuite il ne faut pas rester seul, ensemble on est toujours plus fort. Si on laisse notre destin entre les mains de ceux qui nous agressent, alors on est foutu ! Ils nous isolent pour pouvoir facilement nous violenter. Ils savent faire bonne figure devant le public, mais vous savez que tout est faux ! Dès le lendemain ça recommencera, ils ne s’arrêteront pas, vous le savez et ils le savent, c’est un jeu pervers. Vous seul avez le pouvoir de dire NON ! Renseignez-vous, des organisations sont à votre disposition pour vous aider, la politique est l’affaire de tous, car comme dit le dicton : "Si tu ne t’occupe pas de politique, la politique s’occupe de toi !" Nous ne pouvons plus continuer à vivre ainsi et attendre l’échéance fatale ! Allez, courage, réveillons-nous ! » 78

 

La bourgeoisie au pouvoir veut nous empêcher de nous révolter. François Hollande a donc mis tout en œuvre pour que nous restions des « sans-dents », car lorsque les travailleurs montraient les dents, il les envoyait en prison ! Ainsi, le 12 janvier 2016, huit ex-salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord ont été condamnés à neuf mois de prison ferme, plus quinze mois avec sursis, parce qu’ils s'étaient battus contre la fermeture de leur usine et avaient alors retenu deux cadres pendant plusieurs heures. Par contre, les patrons peuvent jeter à la rue, vers la misère voire vers le suicide les travailleurs, tout cela est « juste ». Mais que des travailleurs relèvent la tête et ne se laissent pas faire, et c’est la menace de la prison !

Après la chemise déchirée des cadres d’Air France, le gouvernement et la justice montraient à nouveau qu’ils considéraient les ouvriers qui défendent leur emploi comme des criminels. Il n’y aurait pas eu de poursuite si le parquet, et derrière lui le gouvernement et la ministre de la Justice Taubira, avait retiré sa plainte, comme la direction de Goodyear et les deux cadres concernés eux-mêmes l’avaient fait. L’acharnement dont étaient victimes les ouvriers de Goodyear était à l’image de la politique du gouvernement, ignoble ! C'était une guerre de classe. La direction de Goodyear a annoncé la suppression de 1 143 emplois, le 30 janvier 2013, et trois ans plus tard, seulement 120 des « ex-goodyear » avaient trouvé un CDI, 12 sont décédés et 3 se sont suicidés. S’il y avait une justice, ce sont les tribunaux qui auraient dû « retenir » les dirigeants de cette multinationale et empêcher que la rapacité du groupe fasse 1 143 chômeurs de plus. Et trente heures n’auraient peut-être pas suffit !

Au lieu de cela, les ouvriers de Goodyear se sont battus avec les seuls moyens à leur disposition, leur force collective et leur capacité de révolte. Et résultat, ce sont huit d’entre eux que la justice voulait envoyer derrière les barreaux. C’est bien la preuve que les lois et la justice ne sont pas faites pour les ouvriers !

Les grands groupes capitalistes ont tous les droits. Leurs dirigeants mentent comme des arracheurs de dents. Ils mentent sur leurs produits, comme les affaires Volkswagen et Renault l'ont montré. Ils mentent sur leur situation financière alors qu’ils offrent des parachutes dorés à leurs dirigeants et des dividendes royaux à leurs actionnaires.

Ils se plaignent de payer trop d’impôts mais s’arrangent avec les paradis fiscaux. Ils dénoncent les « contraintes » qui pèsent sur eux, mais s’assoient sur bien des lois à commencer par les règles de sécurité au travail.

Alors que toute la caste politique reconnaît que le chômage est le fléau à combattre, ces grands groupes restent libres de licencier en toute impunité.

Les licenciements, les fermetures de sites, l’aggravation de l’exploitation pour ceux qui conservent leur emploi sont devenus la source de profits la plus sûre. Et si PSA, Renault ou Goodyear comptent parmi les grands fabricants de cash pour leurs actionnaires, c’est justement parce qu’ils sont, aussi, de grands fabricants de chômeurs.

Ces mastodontes du profit ont le droit de nuire à toute la société sans être inquiétés par la justice parce que les lois sont des lois de classe. Parce que la politique menée est une politique de classe.

Et Hollande ment comme un arracheur de dents car lors de la campagne pour la primaire socialiste, il s’était rendu à l’usine Goodyear d’Amiens, à la suite de Montebourg qui avait promis « l’interdiction des licenciements boursiers », Hollande s’était engagé à faire passer une loi permettant de sauver le site. Il avait alors insisté : « Je vous dis qu’au mois de mai, si je gagne, vous serez dans une meilleure situation pour vos luttes et votre emploi. » 79

Or le 12 janvier 2016, huit de ces salariés étaient menacés de prison ferme ! Ce jugement s’inscrivait dans la logique des poursuites contre ceux d’Air France, dans la logique de la politique répressive du gouvernement Hollande-Valls.

Un an plus tard, le 11 janvier 2017, avait lieu le rendu de jugement du procès en appel des 8 salariés de Goodyear. La Cour d’appel d'Amiens a réformé le jugement de première instance qui condamnait les 8 ouvriers à neuf mois de prison ferme, mais la Cour d’appel a tenu à donner des gages au patronat et à la volonté répressive du gouvernement socialiste en prononçant des condamnations qui se veulent exemplaires en direction du monde ouvrier : cinq ouvriers et militants CGT ont été condamnés à douze mois de prison avec sursis ; et c’est pour faire passer cette lourde condamnation que deux autres militants ont vu leur condamnation ramenée à trois mois avec sursis et que le dernier a été relaxé. Tout cela alors que les cadres retenus quelques heures au moment de l’annonce de la fermeture de l’usine avaient retiré leur plainte.80

« Il s’agissait bien d’un message en direction de l’ensemble du monde du travail pour montrer ce que la justice réserve à ceux qui se révoltent contre la dictature patronale.

Pour les politiciens, avec le soutien actif des médias, il fallait faire un exemple. À l’opposé, aucun patron n’a jamais été condamné à des peines de prison pour des accidents du travail même mortels, alors que c’est prévu dans la loi.

Ceux qui devraient être condamnés, ce sont les patrons comme ceux de Continental ou Goodyear pour lesquels la fermeture de l’usine n’était pas économiquement justifiée.

 

Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, le gouvernement Valls a mis en place l’état d’urgence avec des flics, des caméras partout. Mais tout ça ne servait à rien contre ceux qu’ils prétendaient empêcher d’agir. Le gouvernement dénonçait les violences des syndicalistes mais lui faisait la guerre dans les pays du THIERS monde, la vraie guerre contre les populations avec des milliers de femmes, d’enfants tués. C’était vraiment d’un cynisme insupportable de faire passer une chemise arrachée ou la retenue pendant 30 heures de deux cadres nourris, désaltérés, pouvant accéder aux toilettes, pour des violences inacceptables. En fait il s’agissait de décourager les mobilisations, alors que pendant ce temps les employeurs qui eux licenciaent abusivement, illégalement, allaient pouvoir provisionner le "coût" pour des licenciements plafonnés.

En fait, c’est même un miracle que les salariés acceptent les conditions qu’on leur fait, la violence que représente la suppression de leurs boulots, de leurs moyens de vivre. En France, depuis des années, il n’y a pas eu d’actes de violence ouvrière malgré les attaques subies, les conditions de travail dégradées, les suppressions d’emplois, les usines fermées, les vies démolies. La colère, ça fait partie de la vie, c’est un réflexe. C’est indispensable à la survie. » 81

 

« Air France, Goodyear, les "Conti" et bien d’autres hier, demain à qui le tour ? Vous peut-être ? Le climat social devient de plus en plus tendu à chaque nouveau plan de licenciement et de liquidation des salariés. Et à chaque fois, une belle unanimité se fait jour dans les médias ainsi qu’au gouvernement et dans l’opposition pour exprimer indignation et condamnation face aux "violences" qui auraient été exercées par des salariés en colère. Tous poussent des cris d’orfraies et rappellent, l’état de droit et le respect des lois. Le respect des lois écrites et votées par une élite, pour une élite, des lois pour protéger le système capitaliste. Mais c’est parce que le peuple, au cours de l’histoire, n’a pas respecté les lois que l’on voulait lui imposer, qu’il a pu s’émanciper et améliorer son sort en montrant les DENTS. Pour la caste dirigeante la violence physique est insupportable, alors que la violence sociale est totalement légitime, il n’y a aucune violence à jeter à la rue des milliers de personnes dès l’instant où les actionnaires sont satisfaits. Face à la morgue et à la violence de la classe patronale répond la violence de classe des salariés. Peut-il en être autrement face à tant d’inhumanité, d’arrogance et de mépris ?

Il ne serait pas inutile, dans un contexte d’amnésie collective entretenue par nos gouvernants et les médias, de rappeler que l’histoire du mouvement ouvrier et de ses conquêtes, depuis ses origines jusqu’à nos jours, a été ponctuée de violences et de répressions : les journées de juin 1848, la Commune de Paris en 1871… Est-il si loin le temps où l’armée tirait sur les grévistes et les enfants de Fourmies (1891) ? Est-il si loin le temps où l’on pendait à Chicago les travailleurs en lutte pour la journée de 8 heures (1886) ? Cet événement est à l’origine de nos défilés du 1er mai. Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des syndicalistes condamnés, Augustin Spies : "Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui".

Est-il si loin le mois de juin 1936 avec ses occupations d’usine par les grévistes ? Est-elle si loin l’année 1948 qui vit le monde du travail s’embraser en France ? Des dockers de Marseille aux sidérurgistes lorrains ou aux pêcheurs bretons, sans oublier les houillères du Nord-Pas-de-Calais et du centre de la France, toute la classe ouvrière s’était soulevée face à un gouvernement qui avait beaucoup demandé pour l’effort de reconstruction d’après-guerre, mais refusait de donner en échange. La répression fut sauvage (le gouvernement et la presse de l’époque n’hésitaient pas à parler de grève insurrectionnelle). Jules Moch, ministre socialiste de l’Intérieur, envoya les CRS et les blindés avec autorisation de tirer sur les grévistes. Il y eut des milliers de blessés, des dizaines de morts, plusieurs centaines de mineurs emprisonnés et trois mille d’entre eux licenciés. Et enfin, sont-elles si loin les journées chaudes de mai 1968 ?

Quels intérêts défendent aujourd’hui ces syndicats dont les dirigeants déclarent avoir honte ou s’indigner de violences indignes ? Condamnent-ils avec la même force et la même indignation la violence faite aux travailleurs par le patronat et ses serviteurs zélés ?

Le capitalisme s’est instauré par la violence et ne peut perdurer que par la violence. La constitution d’une société capitaliste, de par son mode de production, légitime les pires exactions à l’encontre des travailleurs. Il ne faut donc pas faire semblant de s’étonner quand ces mêmes travailleurs relèvent la tête résolument pour s’opposer, parfois vigoureusement, à l’exploitation féroce dont ils sont l’objet afin d’instaurer un monde plus juste. "Le droit à sa colère et la colère du droit est un élément du progrès" écrivait Victor Hugo.

Il ne serait pas inutile de rappeler aussi que les "valeurs républicaines" dont aiment à se parer nos gouvernements de droite comme de gauche, reposent sur des fondamentaux acquis par la lutte et la révolte populaire.

La Révolution française débute par un acte éminemment insurrectionnel (la prise de la Bastille commémorée consensuellement tous les ans) et se poursuit jusqu’au 9 thermidor par des discours, des écrits, des constitutions, etc., mais aussi par des émeutes et des soulèvements (10 août 1792, par exemple) : "À quoi d’autre devons-nous la liberté qu’aux émeutes populaires ?" (Jean-Paul Marat, L’Ami du Peuple, 10 novembre 1789).

L’histoire de la construction républicaine est ponctuée d’émeutes, d’insurrections et de conflits parfois violents : juillet 1830, février 1848, loi de séparation des Églises et de l’État (1905), loi Weil (1975)…

Sans oublier non plus que le programme du Conseil National de la Résistance n’aurait pu voir le jour sans la lutte armée contre l’occupant nazi et l’État français du maréchal Pétain. Programme élaboré par des personnes qui avaient expérimenté de près jusqu’à quel degré de barbarie le capital était capable d’aller pour engranger toujours plus de profits et mettre les peuples à leurs bottes. La nationalisation de grands moyens de production (Air France est devenue propriété de l’État à la Libération) et la création des garanties collectives et la protection sociale des travailleurs que les néo-libéraux ne cessent de rogner et de vouloir mettre à bas depuis, sont nées de ce programme.

N’oublions jamais que ce qui fait les bonnes réformes, c’est quand la classe populaire montre les dents. En fait, les partis institutionnels et nos hommes politiques n’ont pas envie de grands mouvements populaires qui s’émanciperaient de leurs tutelles, et il faut se souvenir que les grandes avancées sociales ont été arrachées par la lutte, et non par la volonté d’un gouvernement, fût-il de gauche. Les classes dirigeantes ont peur de la colère du peuple, s’ils veulent des sanctions exemplaires contre les éléments les plus vindicatifs c’est qu’ils ont peur, ils ont peur de la violence populaire car au fond d’eux ils savent qu’elle est légitime !82 » C'est la raison pour laquelle les dominants veulent que nous restions des « sans-dents », car ils ont peur de nous quand nous montrons les dents, par conséquent, lorsque les nôtres se révoltent, les dominants les diabolisent dans leurs médias pour nous convaincre de ne pas nous unir avec nos frères et sœurs de classe.

« La démocratie du système, telle qu’elle est, est en crise car elle produit sans cesse des politiques à l’image de la classe dominante. Tant que l’on accepte cet état de fait, il devient très compliqué de se battre contre les politiques menées par les gestionnaires de l’État bourgeois. Il faut construire une autre forme de légitimité démocratique, celle du bas vers le haut. N’oublions jamais que nous n’aurons que ce que nous prendrons, et tant que nous resterons dans les clous et les limites fixées par nos exploiteurs, nous n’obtiendrons rien ! »83

 

Précédemment, j'ai cité Émile Ollivier qui déclarait concernant Adolphe Thiers : « Le spectacle de la misère ne lui a jamais arraché un de ces accents pathétiques qu'on retrouve dans la plupart de nos célèbres contemporains. Selon lui, il n'y avait que deux sortes de gens, ceux qui mangent les autres et ceux qui sont mangés ; l'esprit consiste à se ranger parmi les mangeurs. Tout entier à ses intrigues politiques et au besoin de se pousser, il n'a pas ressenti le ''Misereor super turbam'', la pitié sur la foule ; il n'a su que la mitrailler, la déporter et la duper. »

 

À travers les signes, Dieu associe François Hollande et Adolphe Thiers car Hollande fait partie de « ceux qui mangent les autres », et précisément, c'est notre classe sociale qui se fait « bouffer » par une bourgeoisie beaucoup moins nombreuse, qui ne crée pas de richesses mais les accapare en exploitant la grande majorité de la population. Les riches qui nous dominent sont en minorité, ce sont des fourmis, il suffit juste que nous soyons unis le jour de l'élection présidentielle pour les écraser et enfin prendre le contrôle des richesses que nous produisons, afin d'éradiquer le chômage et la pauvreté. Nous n'allons pas indéfiniment rester leurs esclaves, quand allons nous enfin prendre confiance en nous ? Notre peuple est beau, fort, puissant, intelligent, multiculturel, altruiste, travailleur, nous avons fait de la France la 7e puissance économique mondiale, alors que les bourgeois au pouvoir n'ont fait que créer des millions de chômeurs et ruiner les caisses de l'État en faisant porter sur le dos de nos enfants une dette de 2 200 milliards d'euros. Ces hommes politiques sont complètement incompétents. Ils sont incapables de gérer un État, alors qu'attendons-nous pour prendre le pouvoir en main afin que la France devienne le pays modèle de tous les peuples du monde ?

 

Vous voulez un signe supplémentaire pour comprendre que les bourgeois comme Hollande ne vous AIMENT pas ? J'ai expliqué précédemment que Valérie Trierweiler nous avait dévoilé le vrai visage de François Hollande, à l'instar d'Émile OLLIVIER qui nous avait révélé la vraie nature d'Adolphe Thiers.

 

Émile Ollivier est mort le 20 août 1913 à l'âge de 88 ans.

 

1913 = AIM

 

Émile OLIVIER nous a révélé qu'Adolphe Thiers n'AIMAIT pas les pauvres, et OLIVIER Besancenot nous disait régulièrement que François Hollande n'AIME pas les plus démunis, il n'AIME pas les travailleurs, car il n'AIME que les riches, or pratiquement personne n'écoute OLIVIER, donc Dieu a multiplié les signes pour nous unir derrière le NPA en nous faisant comprendre que le parti politique d'OLIVIER défendra les intérêts de notre classe sociale lorsqu'il arrivera au pouvoir. Alors si tu ne veux plus te faire « bouffer » par une bande de bourgeois, vote pour le NPA, et retrouve ainsi ta fierté et ta dignité.

 

88 = HH

 

Les 2H assemblés forment une échelle.

 

Dieu nous révèle ainsi que le parti politique d'OLIVIER AIME les pauvres, il AIME le peuple, il AIME les démunis du monde entier car son programme et l'action politique de ses membres le prouvent, donc nous devons voter pour le NPA afin de monter l'échelle qui mène au paradis.

 

Je vais conclure cette partie en laissant la parole à OLIVIER Besancenot car dans son ouvrage Révolution, 100 mots pour changer le monde, il s'est exprimé sur la commune de Paris, le « premier gouvernement ouvrier de la planète ».

OLIVIER écrit ainsi : « Lors des révolutions de 1789, 1793, 1830, 1848, le peuple de Paris avait fait la République pour les autres, les bourgeois et les petits-bourgeois. En mars 1871, il l'a fit pour lui-même, pour une république sociale qui défendait ses propres intérêts.

Assailli par les troupes prussiennes et trahi par Thiers qui s'allia à l'occupant, le peuple de Paris défendit son indépendance. Par opposition au gouvernement qui siégeait à Versailles, il se constitua en un gouvernement de la Garde nationale et le 26 mars dans Paris, la Commune était élue au suffrage universel, composée de conseillers municipaux responsables et révocables à tout moment. La majorité de ses membres étaient des ouvriers ou des représentants reconnus de la classe ouvrière et leur traitement ne pouvait dépasser 6 000 francs de l'époque, à savoir le revenu moyen d'un Parisien. Mieux, tous les étrangers furent confirmés dans leur fonction car le drapeau de la Commune était celui de la République universelle.

Concrètement, la Commune de Paris décida toute une série de mesures symboliques telles la suppression du mont de piété qui exploitait le crédit des Parisiens, l'abolition du travail de nuit des boulangers et le renversement de la colonne Vendôme, symbole du chauvinisme.

Elle abolit l'armée permanente et constitua une nouvelle force armée de résistance. Elle ordonna un recensement de tous les ateliers et l'élaboration de plans pour donner la gestion de ces entreprises aux ouvriers. Elle proposa de constituer des associations coopératives coordonnées dans une grande fédération. En outre, la Commune décréta déjà la séparation de l'Église et de l'État et supprima le budget des cultes.

Voilà ce que fut le premier "gouvernement ouvrier" de la planète !

Mais Thiers, bien sûr, en ordonna la mise à mort. Le peuple de Paris résista. La guerre civile était inévitable.

"Montant à l'assaut du ciel", dans des conditions historiques exceptionnellement défavorables, les communards furent massacrés par les Versaillais.

Bien sûr, la Commune fit des erreurs : elle n'a pas brisé le gouvernement de Thiers en l'attaquant dans son fief de Versailles, elle n'a pas su coordonner les "communes" des villes de province, elle ne s'est pas emparée de la Banque de France, elle n'a pas appelé la paysannerie à la révolte et elle se perdit en querelles entre ses diverses composantes politiques. Bref, si "elle succomba c'est qu'elle se montra trop gentille envers ses adversaires"...

Face à la sauvagerie des ennemis de la Commune, Marx tira une leçon fondamentale pour les révolutions à venir : ''Les travailleurs ne peuvent se contenter de prendre telle quelle la machine de l'État pour la faire fonctionner à leur propre compte. Il ne faut pas seulement faire changer de mains la machine bureaucratique militaire. Il faut la détruire''. »84